Après Linux, c'est au tour du projet Qt de se lancer dans l'élaboration d'un code de conduite,
pour harmoniser les échanges entre la communauté

La communauté open source Qt s’est elle aussi lancé dans l’élaboration d’un code de conduite. En préambule du draft qui est disponible depuis hier, nous pouvons lire :

« Nous voulons adopter un code de conduite pour le projet Qt afin d’établir une ligne officielle de ce qui constitue un comportement inacceptable. Nous voulons que les nouveaux membres de la communauté Qt se sentent à l'aise et acceptés, et nous voulons créer un environnement de travail sain pour les membres actuels et les nouveaux membres. Nous voudrions maintenir un moyen de faire en toute sécurité des critiques constructives et de dissiper les idées avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord, sans manquer de respect à nos pairs. Et quand il y a des cas où quelqu'un s’en égare, nous voudrions un moyen de résoudre le problème de manière pacifique ».

Les exemples de comportement inacceptables des participants incluent:
  • L'usage d’un langage ou imagerie sexualisée et l’attention ou avances sexuelles importuns
  • Les commentaires trollesques, insultants / dérogatoires et les attaques personnelles ou politiques
  • Le harcèlement public ou privé
  • La publication d’informations personnelles d’autres personnes, telles qu’une adresse physique ou électronique, sans autorisation expresse
  • D’autres comportements pouvant raisonnablement être considérés comme inappropriés dans un cadre professionnel


Nom : ImageVaultHandler.aspx.jpg
Affichages : 1554
Taille : 12,3 Ko

Un comité du code de conduite, qui doit avoir au moins trois membres du projet Qt, a été constitué. Le comité du code de conduite est chargé de clarifier les normes en matière de comportement acceptable et est censé prendre les mesures correctives appropriées et équitables en cas de comportement inacceptable.

Le comité a le droit et la responsabilité de supprimer, éditer ou rejeter les commentaires, les validations, les modifications de wiki, les éditions, les problèmes et autres contributions non conformes au présent code de conduite, ou de bannir temporairement ou définitivement tout utilisateur, contributeur, approbateur , ou le mainteneur (tel que défini dans QUIP 2) suite à d’autres comportements qu’ils jugent inappropriés, menaçants, offensants ou nuisibles.

À l'image de Linux

Le projet Qt espère que cela invitera plus de personnes à contribuer à Qt et à s’y sentir à l'aise et ce quel que soit leur background ou leurs préférences personnelles. La proposition a été diffusée sur la liste Qt pour que les développeurs de Qt en discutent davantage avant d'être ratifiée. Certains ont déjà commencé à faire des suggestions.

Comme le projet Linux, le projet Qt s’inspire lui aussi du Contributor Covenant. Il n’est donc pas surprenant de le voir partager des éléments avec le code de conduite du projet Linux comme la rubrique évoquant les comportements inacceptables ou encore les pouvoirs attribués aux membres du comité du code de conduite.

Le projet Qt est le dernier en date d’un grand nombre de projets avec une forte communauté qui ont adopté un code de conduite. En dehors de Linux, nous pouvons citer des projets comme Atom, curl, Discourse, Eclipse, Gitlab, Google, Golang, Kubernetes, Mono, .NET Foundation, Rails, Swift. D’autres projets comme Ubuntu ont leur propre code.

Bien que certains codes comme celui d’Ubuntu et Django ont bien fonctionné pendant des années, des internautes se sont empressés de rappeler que le code de conduite pourrait être exploité pour censurer voire crucifier toute personne qui participe et refuse de s’autocensurer.

Nom : linux.png
Affichages : 1323
Taille : 96,7 Ko

Certains ont même exprimé leur surprise de voir Linux adopter ce code, et ont prédit ironiquement que Linus Torvalds serait le premier banni en raison de ces diatribes incessantes.

Quant à ce qui concerne leur efficacité, les avis sont partagés. Sur Linux par exemple, un développeur a indiqué qu’il n’a rien à voir avec la création d’un environnement tolérant et accueillant. « Il s’agit de créer un tribunal d’autorité morale pour intimider et chasser tous ceux qui sont en désaccord avec vous, quel que soit leur apport dans le projet. Le fait qu’ils ont inclus ces conditions impossibles et incroyablement vagues nous dit tout. »

Un autre pensait que ce code devrait horrifier toute personne ayant un intérêt pour le FOSS, « parce que ce code de conduite a été conçu pour contrôler le discours, l’attitude et à la base tout ce qui concerne les gens qui travaillent sur le code. C’est le genre de choses qui causeront votre bannissement si vous vous trompez sur le genre de quelqu’un, ou si vous vous montrez un peu ‘offensif’ (oui, même une blague peut vous faire bannir), ce n’est pas une surprise que Linus s’est retiré au même moment que ceci a été adopté, parce que son attitude est le genre d’attitudes qui, bien qu’elle soit inoffensive, doit être censurée et toute personne l’utilisant doit être chassée parce que ces gens sont ‘nocifs pour la communauté’ ».

Étant donné que les deux projets s’appuient sur la même base, les manquements de l’un pourraient se retrouver chez l’autre.

SQLite adopte un code de conduite basé sur un texte chrétien

Lundi 22 octobre 2018, une nouvelle mise à jour du code de conduite de SQLite a laissé la communauté à la fois perplexe et indignée. Les développeurs de SQLite ont en effet choisi de régir leurs interactions les uns avec les autres, et avec la communauté, conformément au chapitre 4 de la règle de Saint Benoît ; lequel chapitre fait référence aux « instruments de bonnes œuvres ». Pour information, la règle de Saint Benoît est une règle monastique écrite par Benoît de Nursie pour guider ses disciples dans la vie monastique communautaire. Rédigée dans les années 500, elle gouverne en détail la vie monastique.

Le code de conduite de SQLite reprend 72 articles du chapitre 4 de la règle de Saint Benoît, y compris des articles comme « Renoncer à soi-même pour suivre le Christ », « Ne pas commettre d'adultère », « Ne pas s’attacher aux plaisirs » ou encore « Se consacrer fréquemment à la prière ».

« Ce code de conduite a fait ses preuves dans des milliers de communautés diverses pendant plus de 1500 ans et a servi de base à de nombreux codes de droit civil depuis Charlemagne », peut-on lire sur le site de SQLite. Dans une discussion sur le forum officiel SQLite, Richard Hipp, le créateur de la technologie, a aussi expliqué que les clients lui demandaient depuis longtemps d’écrire un code de conduite, en rappelant au passage qu'avoir un code de conduite est devenu à la mode ces jours-ci. Il a alors cherché sur le net et trouvé ce code. Il dit qu'il l'a ensuite soumis à son équipe et tout le monde l’a approuvé.

Nom : sqlite.png
Affichages : 1307
Taille : 11,2 Ko

Sur Twitter, certains développeurs n'ont pas tardé à exprimer leur mécontentement. « Considérant que je ne suis pas chrétien, je viole plusieurs de leurs règles. J'en viole aussi d'autres pour d'autres raisons. Et selon le créateur de SQLite, le nouveau code de conduite n'est pas vraiment une blague », tweete un internaute.

Les GNU Kind Communications Guidelines pour le projet GNU

Richard Stallman souligne qu'il y a une différence fondamentale entre des lignes directrices pour une communication aimable au sein du projet GNU et un code de conduite : l'approche de base. Pour lui, un code de conduite énonce les règles et punit quiconque les enfreint. C'est la manière "brute" d'enseigner aux gens à se comporter différemment, et comme cela ne se produit que lorsque les gens violent les règles, on n'essaie pas de leur apprendre à faire mieux que ce que les règles exigent.

Mais l'objectif de ces directives de communication pour le projet GNU est de guider les gens vers une communication plus aimable bien avant que l'on ne pense même à leur dire qu'ils enfreignent les règles. Autrement dit, l'idée est d'éviter - pas de punir - les mauvais comportements.

Source : Qt

Et vous ?

Pensez-vous que l'élaboration d'un tel projet est bénéfique pour la communauté ?
Est-il pertinent de définir ses propres règles ou de se servir de règles plus universelles ?
Partagez-vous l'avis des développeurs qui y voient une sorte d'outil de censure qui peut être utilisé contre ceux qui ne sont pas en accord avec certaines façons de penser ?
Quelle est, selon-vous, l'approche qui vous arrangerait le mieux ? Celle qui énonce les règles et les punitions (code de conduite), celle qui s'appuie sur les textes d'une religion ou celle qui se propose de guider vers une communication plus aimable ?

Voir aussi :

SQLite adopte un code de conduite basé sur un texte chrétien : sérieux, satirique ou refus d'adopter un code de conduite ? La communauté confuse
Richard Stallman adopte une alternative aux codes de conduite pour le projet GNU : les GNU Kind Communications Guidelines
Le projet Linux adopte à son tour le "contributor Covenant Code of Conduct" pour promouvoir un environnement inclusif et accueillant sans toxicité