Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #61
    Membre habitué
    Je suis plié. Microsfot doit palper dans les 40 milliards avec le contrat JEDI et là pour la plainte une caution de 42 Millards est fournit si la plainte est raté. xD Je rigole si Microsoft win 82Milliards.

  2. #62
    Membre actif
    Le juge arrête les travaux sur le contrat JEDI de Microsoft, une victoire pour Amazon,
    Citation Envoyé par fodger Voir le message
    Ça illustre tout à fait le problème posé par ces multinationales : remettre les décisions politiques en cause, quand bien même elles iraient dans l'intérêt du peuple.

    Il faut être très ferme avec ce genre de boîte, quelque soit le secteur c'est un fléaux pour le monde et nos démocraties.

    P.S. : ils l'ont bien mauvaise
    Je persiste et je signe :p.

  3. #63
    Membre actif
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

    Que pensez-vous de l’injonction d’arrêt des travaux accordée à Amazon ?
    Encore un splendide feuilleton technologique à l'américaine. Apportez le pop-corn. Les scénariste d'Hollywood devraient en prendre de la grain, plutôt que de nous réchauffer des films en nous ressortant 1eme remake...
    Par contre, je ne suis pas sûr que ce mettre le département de la défense à dos soit très bon pour les affaires d'Amazon.
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message

    L’analyste Daniel Ives a dit qu'il s'attendait à ce que Microsoft l'emporte dans l'affaire. Qu’en pensez-vous ?
    Juste en extrapolant,ce que je vois en France : les grosses entreprises ou les administrations qui partent dans le cloud ont plutôt tendance à partir vers Azure pour l'informatique interne et AWS pour les sites web. Le principal reproche que j'entends AWS est son manque de stabilité. En gros Microsoft a des débit constant sur sa plateforme mais plus faible que ceux d'AWS qui a des pointes importantes mais aussi des creux. Mon client a choisi Azure après avoir testé les deux.
    Donc le choix me parait conforme. Dans la mentalité militaire, y compris américaine, la stabilité des liaisons est primordiale, même si le débit est inférieur. Le ministère de la défense américaine a un très long parcours avec Microsoft qu'il a d'ailleurs imposé à nombreuses armées de l'OTAN au nom de l'interopérabilité et les militaires n'aiment pas les changements s'ils ne répondent pas à une contrainte opérationnelle. Ce qui fait que je vois mal Amazon obtenir gain de cause.
    Après le volet politico-judicaire, c'est pour amuser la galerie. Certes Trump n'aiment pas Amazon et le dit clairement. Maintenant Bezos est clairement anti-Trump. Mais cela me paraît bien faible pour gagner.
    "Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît." Michel Audiard - Les tontons flingueurs

  4. #64
    Membre expert
    C'est vrai que la victoire de Microsoft n'est pas à considérer comme tous a fait absurde, ça reste un grand nom, onpremise comme dans le Cloud, et je pense que Satya a très bien résumé, ils ont gagné grâce à leur capaciter de faire fonctionner et d'uniformiser un SI hybride et surtout monte en force, donc sur un contrat à long terme, c’est pas non plus surprenant de vouloir miser sur eux, Amazon a bien raison de vouloir s'assurer qu'ils n'ont pas été laissé et peut être même ont des info que nous n’avons pas, après de la a pouvoir le prouver…
    Enfin j’espère pour eux qui ne se repose pas juste sur le fait qu’ils étaient favori au départ, cette suffisance, les américains tombe facilement dedans, on peut faire le parallèle avec les JO ou les américains prenait les épreuves de basket a la légère se pensant tellement supérieur et au final on finis par les perdre
    Ce post à été écrit par un panda
    Apollo 11 - AGC revue de code
    -- qwerty keybord

  5. #65
    Chroniqueur Actualités

    Contrat JEDI : un juge fédéral estime qu'Amazon Web Service « susceptible de l'emporter sur le fond »
    Contrat JEDI : un juge fédéral estime qu'Amazon Web Service « susceptible de l'emporter sur le fond »,
    concernant un de ses arguments dans l'affaire qui l'oppose à Microsoft

    Un juge fédéral a déclaré dans des documents judiciaires que le procès de protestation d'Amazon contre son rival Microsoft ayant obtenu un projet de défense très lucratif était « susceptible de l'emporter sur le fond » de l'un de ses principaux arguments, selon un document rendu public.

    En octobre, Microsoft a obtenu le contrat de cloud computing JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) du Pentagone après que l'administration Trump et d'autres législateurs sont intervenus au nom du géant de la technologie.

    Le document donne un aperçu de la manière dont la juge Patricia Campbell-Smith de la Cour fédérale des revendications des États-Unis pourrait statuer sur l'affaire. Au grand regret de Microsoft et du ministère de la Défense, Campbell-Smith a interrompu le mois dernier la production sur le système cloud JEDI, déclarant dans sa décision que le Pentagone avait commis une erreur dans la façon dont il a évalué les propositions concurrentes de prix des deux sociétés technologiques.

    Dans une déclaration au Post, le porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Robert Carver, a déclaré : « nous restons déterminés à mettre cette capacité critique entre les mains de nos combattants aussi rapidement et efficacement que possible ».

    Dans le même esprit, un porte-parole de Microsoft a relativisé la procédure judiciaire en cours : « la décision était en désaccord avec une seule conclusion technique du ministère de la Défense concernant le stockage des données dans le cadre de l'évaluation d'un sous-élément d'un scénario de prix », a déclaré le porte-parole de la société, Frank Shaw, dans un communiqué.

    « Bien qu'important, il y avait six scénarios de prix, chacun avec plusieurs sous-éléments, et huit facteurs techniques, chacun avec de nombreux sous-facteurs évalués pendant l'approvisionnement », a-t-il ajouté. « La décision ne trouve aucune erreur dans l'évaluation du ministère de la Défense dans tout autre domaine du processus complexe et approfondi qui a abouti à l'attribution du contrat à Microsoft ».

    Campbell-Smith n'a pas mentionné le président Trump par son nom dans les documents publiés et n'a pas encore statué sur la question de savoir si le président a interféré avec l'attribution du contrat JEDI, comme Amazon l'a affirmé.


    Chronologie des évènements

    e 25 octobre dernier, le Pentagone a accordé à Microsoft le contrat sur le programme JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) qui couvrira toutes les branches de l’Armée US créant un environnement de cloud standard au sein du département de la Défense. Le contrat de 10 milliards de dollars devrait s’étendre sur une période de 10 ans.

    Dans un communiqué attribuant le contrat à Microsoft, le ministère de la Défense a déclaré : « le processus d'acquisition s'est déroulé conformément aux lois et règlements en vigueur ». « Toutes les (offres) ont été traitées équitablement et évaluées conformément aux critères d'évaluation énoncés dans la demande de soumissions. Avant l'attribution du prix, le ministère s'est entretenu avec l'inspecteur général du ministère de la Défense, qui a éclairé la décision d'aller de l'avant », a ajouté le ministère.

    La Défense avait lancé un appel d’offres en juillet 2018 et les finalistes désignés par le ministère américain de la Défense étaient Microsoft et Amazon.

    Mais la décision d’attribution de JEDI à Microsoft devant Amazon a surpris plus d’un. Car, d’une part, AWS avait été considérée comme le chef de file pour avoir construit des services de cloud computing pour la Central Intelligence Agency, et d’autre part, parce qu’Amazon avait été certifiée au plus haut niveau d'habilitation de sécurité existant, tandis que Microsoft s'efforçait de rattraper son retard dans le cloud computing, selon le News York Times. Il faut noter également que le processus d’attribution, qui a duré longtemps que prévu, a aussi été émaillé par des intrusions de la Maison-Blanche, le président Trump devenant parfois publiquement hostile à Jeff Bezos, PDG d’Amazon. Bezos possède également le Washington Post qui n’hésite pas à critiquer l’administration Trump. JEDI a aussi fait l’objet de critiques dès le départ par les employés de certains fournisseurs.

    Amazon a décidé de poursuivre le Pentagone en justice. La société allègue un « parti pris incontestable » de la part du gouvernement lors de l'attribution d'un contrat de grande envergure dans le domaine de la technologie militaire à Microsoft.


    Dans une déclaration publiée le 14 novembre, l'unité cloud d'Amazon a déclaré que « de nombreux aspects du processus d'évaluation de JEDI comportaient des lacunes, des erreurs et des préjugés évidents - et qu'il était important que ces problèmes soient examinés et corrigés ». La société a fait appel de l'attribution du contrat devant la Cour américaine des réclamations fédérales.

    Plus tard, durant le même mois, la société a fait appel de cette attribution de contrat devant une cour fédérale, la United States Court of Federal Claims. Cette Cour a une compétence particulière : elle entend les plaintes pour dommages pécuniaires qui découlent de la Constitution des États-Unis, des lois fédérales, des règlements exécutifs ou des contrats (explicites ou implicites dans les faits) avec le gouvernement des États-Unis. La juridiction principale de la cour se situe au 28 U.S.C. § 1491, connu sous le nom de loi Tucker. En vertu de cette loi et d’autres lois adoptées par le Congrès, elle peut connaître de nombreuses demandes spéciales à l’encontre du gouvernement fédéral, notamment des réclamations relatives à des contrats, des réclamations d’offres, des réclamations de salaires militaires, des réclamations de salaires civils, des réclamations fiscales, des réclamations pour dommages causés par des vaccins, et revendications de brevets et de droits d'auteur.

    En janvier, Amazon a demandé officiellement à la Cour de suspendre le travail de Microsoft sur le contrat JEDI du Pentagone jusqu'à ce qu'un tribunal statue sur sa contestation de l'attribution du contrat. En février, la juge fédérale Patricia Campbell-Smith ayant accepté d'ordonner la suspension du contrat fédéral de 10 ans.

    La décision de la juge a été critiquée par Microsoft et le Département de la Défense. Frank Shaw, le vice-président de la communication de Microsoft, a déclaré à CNBC : « Bien que nous soyons déçus par le délai supplémentaire, nous pensons que nous pourrons finalement aller de l'avant avec le travail visant à s'assurer que ceux qui servent notre pays puissent accéder à la nouvelle technologie dont ils ont besoin de toute urgence. Nous avons confiance dans le ministère de la Défense, et nous pensons que les faits montreront qu'il a mené un processus détaillé, approfondi et équitable pour déterminer les besoins des combattants qui seraient le mieux satisfaits par Microsoft ».

    Quant au ministère de la Défense, son porte-parole, le lieutenant-colonel Robert Carver, a déclaré : « Nous sommes déçus par la décision d'aujourd'hui et pensons que les mesures prises dans le cadre de ce litige ont inutilement retardé la mise en œuvre de la stratégie de modernisation du ministère de la Défense et privé nos combattants d'un ensemble de capacités dont ils ont un besoin urgent. Toutefois, nous sommes confiants dans l'attribution du contrat JEDI à Microsoft et nous restons concentrés sur la mise à disposition de cette capacité critique à nos combattants aussi rapidement et efficacement que possible.

    CNBC a rapporté que Microsoft a renforcé ses effectifs en vue de travailler sur le projet d’infrastructures cloud du gouvernement, malgré la contestation en cours d'Amazon. La société a tenté d'attirer des talents parmi les entrepreneurs de la Défense et d'autres entreprises, alors qu'il y avait de nombreuses offres d'emploi pour les personnes ayant une habilitation de sécurité. Brad Smith, président et directeur juridique de Microsoft, a déclaré à CNBC que la société « avançait encore plus vite » depuis que le contrat JEDI a été attribué. Mais elle a été stoppée dans son élan à la demande d’Amazon.

    Source : document de la cour, Washington Post
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #66
    Chroniqueur Actualités

    JEDI : le Pentagone va « reconsidérer » certaines parties du contrat controversé de 10 milliards de dollars
    JEDI : le Pentagone va « reconsidérer » certaines parties du contrat controversé de 10 milliards de dollars,
    « En réponse aux autres défis techniques présentés par AWS », d’après un dépôt judiciaire

    Des documents judiciaires révèlent que le ministère de la Défense veut « reconsidérer certains aspects » de sa décision d'attribuer à Microsoft le contrat du Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI), un contrat de 10 milliards de dollars tant convoité dans le milieu des fournisseurs américains des services cloud computing. Le dernier développement juridique dans l’affaire fait partie de la protestation d'Amazon concernant le prestigieux contrat d'informatique en nuage. Amazon avait affirmé que les ressentiments personnels du président Donald Trump envers Amazon et son PDG Jeff Bezos ont influencé de manière inappropriée le résultat du concours JEDI.

    Amazon Web Services a poursuivi le gouvernement fédéral après que Microsoft se soit révélé être le vainqueur du contrat JEDI l'année dernière. Dans un nouveau dépôt à la Cour américaine des réclamations fédérales, le DoD a déclaré jeudi qu'il « souhaite reconsidérer sa décision d'attribution en réponse aux autres défis techniques présentés par Amazon Web Services ». Les avocats du gouvernement américain ont demandé à un juge fédéral d'accorder au Pentagone « 120 jours pour reconsidérer certains aspects de la décision de l'agence contestée ». Le DoD souhaite examiner plus particulièrement une question liée aux « offres des marchés en ligne ».


    Le contrat JEDI implique la refonte de l'infrastructure technologique du DoD, permettant à différentes branches de l'armée de partager des informations sensibles dans le cloud, tout en intégrant la technologie de l'intelligence artificielle. De nombreuses entreprises informatiques fournisseurs de services cloud computing figuraient sur la liste initiale des fournisseurs potentiels, dont Oracle et IBM. En avril, le DoD a réduit la liste des candidats finalistes au contrat à Amazon AWS et Microsoft Azure. Les observateurs de l'industrie pensaient généralement qu'Amazon allait l'emporter et ont été surpris lorsque Microsoft a remporté la victoire en octobre.

    En novembre, Amazon a exprimé son intention d’intenter une action en justice pour tenter de faire annuler la décision d’attribution du contrat à Microsoft, affirmant que la querelle de longue date entre le président Trump et le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, l'avait amené à s'impliquer et à influencer indûment les responsables du Pentagone pour qu'ils attribuent le contrat à Microsoft.

    En décembre, Amazon a officiellement porté plainte, alléguant que Microsoft avait obtenu le contrat non pas grâce à une plateforme ou une offre supérieure, mais plutôt en raison de « la pression inappropriée du président Donald J. Trump, qui a lancé des attaques publiques et en coulisses répétées pour détourner le contrat JEDI d'AWS afin de nuire à son ennemi politique présumé, Jeffrey P. Bezos, fondateur et PDG de la société mère d'AWS, Amazon.com, et propriétaire du Washington Post ».

    Amazon a demandé et obtenu une injonction préliminaire interdisant au DoD d'aller de l'avant avec le projet tant que la contestation juridique est en cours. Le mois dernier, un juge fédéral a émis une injonction préliminaire empêchant Microsoft et le Pentagone de poursuivre les travaux sur le contrat en attendant l'issue de la contestation judiciaire d'Amazon.

    Dans l’ordonnance qui a été rendue publique plus tôt ce mois, la juge Patricia Campbell-Smith a estimé qu'Amazon semble susceptible de gagner son procès sur le fond. Non seulement le dossier semble soutenir l'affirmation d'Amazon selon laquelle le DoD a commis des erreurs dans certains jugements techniques et tarifaires lors de sa décision, a écrit Campbell-Smith, mais il semble également soutenir l'affirmation d'Amazon selon laquelle la décision était due à un préjudice injustifié.

    Dans le nouveau dépôt, on peut lire « Le DoD n'a pas l'intention de mener des discussions avec les offrants ou d'accepter des révisions de propositions concernant tout aspect de la sollicitation autre que le scénario de prix ».

    Amazon s’attend à des mesures correctives complètes, justes et efficaces qui isolent totalement toute influence politique

    « Nous sommes heureux que le DoD ait reconnu les problèmes "substantiels et légitimes" qui ont affecté la décision d'attribution du JEDI, et que des mesures correctives soient nécessaires », a dit un porte-parole d'AWS dans une déclaration. « Nous attendons avec impatience des mesures correctives complètes, justes et efficaces qui isolent totalement la réévaluation de l'influence politique et corrigent les nombreux problèmes qui ont affecté l'attribution défectueuse initiale », a déclaré le porte-parole d'Amazon dans un communiqué envoyé par e-mail à Reuters.


    Une porte-parole du Pentagone, Rachel VanJohnson, a déclaré à Washington Post que le processus d'évaluation des offres était « juste et impartial ». « Bien que nous ne soyons pas d'accord avec la décision de la Cour, nous devons traiter les conclusions de l'ordonnance de la Cour dans le but de garantir que nos combattants obtiendront cette technologie urgente et indispensable aussi rapidement et efficacement possible », a-t-elle déclaré. « En tant que tel, le ministère a déterminé que la meilleure et la plus efficace voie à suivre est de procéder à une réévaluation des propositions afin de répondre aux préoccupations notées par la Cour ».

    Quant à Microsoft, un porte-parole Frank Shaw a déclaré dans un communiqué que la société soutenait la décision du Pentagone :

    « Nous pensons que le ministère de la Défense a pris la bonne décision lorsqu'il a attribué le contrat ». « Cependant, nous soutenons leur décision de reconsidérer un petit nombre de facteurs, car c'est probablement le moyen le plus rapide de résoudre tous les problèmes et de fournir rapidement la technologie moderne nécessaire aux gens au sein de nos forces armées. Tout au long de ce processus, nous nous sommes attachés à écouter les besoins du DoD, à fournir le meilleur produit et à nous assurer que rien de ce que nous avons fait ne retarde le processus d'acquisition. Nous n'allons pas changer cette approche maintenant ».

    « En deux ans, le DoD a examiné des dizaines de facteurs et de sous-facteurs et a constaté que Microsoft était égal ou supérieur à AWS pour chaque facteur. Nous restons convaincus que la proposition de Microsoft était technologiquement supérieure, qu'elle continue à offrir le meilleur rapport qualité-prix et qu'elle est le bon choix pour le DoD », a-t-il ajouté.

    Un commentateur qui dit avoir déjà travaillé avec les deux concurrents s’est aligné sur les arguments de Microsoft. « Je dirais que pour une raison ou une autre, le choix de Microsoft est beaucoup plus logique ». Avant d’ajouter que « Certes, AWS est peut-être plus "flexible" pour les cas d'utilisation, mais la rigueur d'Azure est sacrément bonne, et il est assez robuste et avec de très bons outils ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

    Source : Motion de renvoi volontaire du DoD

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la décision du DoD de reconsidérer certaines parties du contrat ?
    Pensez-vous que cette motion de renvoi volontaire pourrait conduire à la modification de la décision initiale d’attribution de JEDI à Microsoft ?

    Lire aussi

    Contrat JEDI : un juge fédéral estime qu'Amazon Web Service est « susceptible de l'emporter sur le fond », concernant un de ses arguments dans l'affaire qui l'oppose à Microsoft
    Contrat JEDI : Amazon Web Services voudrait appeler Donald Trump à la barre, suite à l'attribution du contrat de plusieurs milliards de dollars sur le cloud à Microsoft
    Satya Nadella, PDG de Microsoft, explique pourquoi Microsoft a remporté le contrat JEDI de 10 milliards de dollars pour le cloud, son leadership en matière de cloud hybride serait la raison
    Contrat JEDI avec le Pentagone : Amazon porte officiellement plainte pour contester la décision, d'attribuer le contrat sur le cloud de 10 milliards de dollars à Microsoft
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités