Une recherche suggère que la stratégie employée par Twitter pour combattre les infox est inefficace,
plusieurs comptes seraient passés par les mailles du filet

Comment la désinformation s'est-elle répandue lors de l'élection présidentielle américaine de 2016 et les choses ont-elles changé depuis ? Une nouvelle étude de plus de 10 millions de tweets provenant de 700 000 comptes Twitter et liés à plus de 600 points de presse relatifs à la désinformation et au complot répond à cette question.

Le rapport révèle un écosystème concentré d’infox reliant plus de 6,6 millions de tweets aux éditeurs d’informations fallacieuses et de théorie de conspiration au cours du mois qui a précédé l'élection de 2016. Le problème a persisté au lendemain des élections avec 4 millions de tweets reliés à des éditeurs d’infox et de théorie du complot trouvés de mi-mars à mi-avril 2017. La grande majorité de ces comptes étaient toujours actifs lorsque le rapport a été publié.

L'étude a été soutenue par Knight Foundation et produite par Matthew Hindman de l'Université George Washington en collaboration avec Vlad Barash de la société d'analyse de réseau Graphika. Knight a commandé l'étude afin de mieux comprendre comment les infox se propagent en ligne.

Voici quelques unes des conclusions du rapport

Il y avait un écosystème concentré d’informations fallacieuses très actif pendant et après les élections de 2016 : sur les 10 millions de tweets analysés, l'étude a associé plus de 6,6 millions de tweets à des éditeurs d’infox et de théorie du complot au mois précédant les élections de 2016. Le problème s'est poursuivi après les élections avec 4 millions de tweets publiés entre mi-mars et mi-avril 2017 provenant de ces mêmes éditeurs.

Nom : tweet.png
Affichages : 677
Taille : 14,9 Ko

Aux États-Unis, les informations fallacieuses continuent de toucher des millions de personnes : plus de 80% des comptes qui ont répandu de manière répétée des informations erronées au cours de la campagne électorale de 2016 sont toujours actifs et continuent de publier plus d'un million de tweets chaque jour.

Nom : tweet 1.png
Affichages : 611
Taille : 24,4 Ko

Seuls quelques sites d'infox et de théorie du complot représentaient l'essentiel des infox diffusées sur Twitter : soixante-cinq pour cent des liens vers des informations fallacieuses et des théories du complot au cours de l'élection pointaient vers 10 grands sites. La liste des principaux organes d’infox était en grande partie stable avant et après les élections de 2016.

La plupart des comptes diffusant des informations fallacieuses ou des théories du complot inclus dans le rapport montrent des preuves de publication automatisée : trente-trois pour cent des 100 comptes les plus suivis dans la carte post-électorale du rapport (et plus de 60% d'un échantillon aléatoire de tous les comptes) montrent des preuves d'activité automatisée.

Nom : tweet 2.png
Affichages : 612
Taille : 21,3 Ko

Une quantité importante d’infox a été répandue à la fois par les comptes identifiés comme appartenant à des Républicains et les Démocrates : tandis qu'une majorité d’infox provenaient de comptes pro-républicains et pro-Trump au cours du mois précédant les élections, des quantités plus faibles mais toujours importantes d’infox ont été propagées par des comptes libéraux ou identifiés comme appartenant à des démocrates.

Nom : tweet 3.png
Affichages : 607
Taille : 68,5 Ko

Le rapport indique que la propagation coordonnée des infox par les trolls de l'Agence russe de recherche sur Internet (IRA) est évidente et souligne que d'autres comptes ont probablement joué un rôle plus important dans la diffusion d’informations fallacieuses : sur plus de 2 700 comptes IRA nommés publiquement lors de la recherche, 65 sont inclus dans au moins une des cartes du rapport. Ces comptes incluent plusieurs comptes largement cités dans les médias américains, tels que @WarfareWW, @TEN_GOP et @Jenn_Abrams. Le contenu avec des messages similaires a cependant été tweeté par de nombreux autres comptes avec beaucoup plus de suiveurs que les meilleurs trolls de l'IRA, ainsi que par des comptes toujours actifs qui sont probablement automatisés.

Twitter n’a pas supprimé ces comptes, selon Knight

Twitter a affirmé à plusieurs reprises qu'il avait supprimé des comptes automatisés qui répandaient des infox et adoptaient un « comportement qui s’apparente au spam ». Pourtant, sur les 100 comptes les plus actifs qui ont diffusés des informations fallacieuses avant les élections, bien que la grande majorité s'est clairement livrée à un « comportement qui s’apparente au spam » qui viole les règles de Twitter, plus de 90 étaient toujours actifs au printemps 2018. Globalement, 89% des comptes figurant sur la carte de Knight étaient toujours actifs à la mi-avril 2018. Pour Knight, cela ne fait aucun doute : La persistance de tant de comptes abusifs facilement identifiables est difficile à concilier avec une répression efficace. En d’autres termes, les méthodes employés par Twitter pour mener ce combat ne sont pas des plus efficaces.

Le rapport de Knight suggère une autre chose : interdire les œuvres. Le site diffusant des théories du complot The Real Strategy, qui était l'un des partisans de Pizzagate, était « le second site d’infox vers lequel les liens pointaient le plus sur notre carte ». Twitter l'a cependant banni et « les liens pointant vers The Real Strategy ont en grande parti disparues dans les données postélectorales » ; après le bannissement, les liens pointant vers ce site ont chuté de 99,8%. « Le cas de The Real Strategy suggère qu'une action concertée peut effectivement réduire efficacement les liens vers des infox », ont estimé les chercheurs, « à condition que des plateformes telles que Twitter soient disposées à agir de manière décisive ».

La réponse de Twitter

Del Harvey, vice-président mondial de la confiance et de la sécurité sur Twitter, a contesté les conclusions de Knight. « Cette étude a été construite à l'aide de notre API publique et ne prend donc en compte aucune des actions que nous prenons pour supprimer le contenu et les comptes automatisés ou spammés de ceux qui sont consultés sur Twitter. Nous le faisons de manière proactive et à grande échelle, chaque jour », a-t-elle déclaré dans un communiqué. « Ensuite, en tant que service ouvert unique, Twitter est une source vitale d'antidote en temps réel aux mensonges quotidiens. Nous sommes fiers de ce cas d'utilisation et travaillons avec diligence pour veiller à ce que nous montrions le contexte et les perspectives les plus diverses des personnes qui s'engagent dans un débat civique sur notre service ».

Twitter a fermé des millions de faux comptes suspects peu de temps après la publication du rapport, et il est donc possible que certains des comptes découverts par Knight et toujours actifs au printemps 2018 aient disparu. Twitter a également annoncé cette semaine «mettre à jour et développer ses règles pour mieux refléter la manière dont nous identifions les faux comptes et quels types d’activités non authentiques enfreignent nos consignes. Nous pouvons maintenant supprimer les faux comptes impliqués dans divers comportements émergents et malveillants ».

Source : Knight

Voir aussi :

Ne dites plus « fake news » mais « information fallacieuse » ou « infox » ! La commission espère que ce néologisme va « plaire au grand public »
Ingérence électorale : Facebook et Twitter ont comparu devant le Congrès US pour défendre les améliorations sécuritaires apportées à leurs services
Windows : Une nouvelle faille zero-day a été divulguée via Twitter, dont aucune solution n'est encore connue, selon un rapport
Le PDG de Twitter sera auditionné sur les algorithmes de surveillance des contenus, les fake news seraient en abondance sur le réseau social
Trump déclare qu'il est dangereux pour les entreprises comme Twitter et Facebook de réduire des comptes au silence, partagez-vous cet avis ?