Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    La version finale de Fedora 29 annoncée pour le 30 octobre 2018, et passe à GNOME 3.30
    Fedora 29 beta est disponible en téléchargement et apporte la modularité pour toutes les versions
    ainsi qu'une meilleure expérience utilisateur

    La distribution Linux Fedora dispose d'une nouvelle version bêta. Rappelons qu'il existe trois éditions différentes :
    • Fedora Server : un système d’exploitation puissant et flexible qui comprend les technologies les meilleures et les plus récentes pour les centres de données. Il vous donne le contrôle de toutes vos infrastructures et services ;
    • Fedora Workstation : un système d’exploitation bien fini et facile d’utilisation pour les ordinateurs de bureau et portables, avec un ensemble complet d’outils pour les développeurs et les créateurs de tous types :
    • et Fedora Atomic Host : une plateforme de conteneur qui peut servir à votre pile applicative Linux-Docker-Kubernetes (LDK).

    Comme d'habitude, leur base commune a été mise à jour avec des corrections de bogues mineures et des modifications de paquet. Fedora 29 s'exécute en plus du noyau Linux 4.19 qui n'est pas encore sorti. Les autres programmes mis à jour incluent Python 3.7, Perl 5.28. glibc 2.28, Golang 1.11 et MySQL 8.

    Sur le poste de travail, GNOME 3.30 est désormais le bureau par défaut. GNOME 3.30 est réputé avoir de meilleures performances. Il est également livré avec une nouvelle application Podcasts et met automatiquement à jour les Flatpaks, les applications conteneurisées de Red Hat, dans Software Center.


    Voici quelques points importants :

    Expérience utilisateur
    • Passage à GNOME 3.30 ;
    • passage à KDE Plasma 5.13
    • de même pour Xfce 4.13 qui bénéficie enfin de GTK+3 ;
    • le menu de GRUB sera caché par défaut, sauf en cas de dual-boot ;
    • la variable $PATH par défaut change l'ordre des dossiers ~/.bin et ~/.local/bin pour les placer devant afin d'être prioritaires par rapport aux dossiers systèmes, rejoignant ainsi la politique de Debian et Ubuntu ;
    • l'utilitaire Wireshark perd son interface GTK+, seule l'interface Qt est proposée, en adéquation avec le choix du projet ;
    • le synthétiseur vocal festival est proposé à la version 2.5.

    Gestion du matériel
    • Les paquets i686 sont compilés avec les instructions SSE2 ce qui réduit la liste des processeurs compatibles avec Fedora pour cette architecture. Mais pour les processeurs pris en charge un gain notable de performance est possible.
    • Les images pré-générées pour les architectures ARMv7 et aarch64 bénéficient de la ZRAM pour la swap par défaut afin d'améliorer les performances et limiter l'usure des cartes SD de stockage.
    • Prise en charge initiale des FPGA, les cartes 96boards d'Ultra96 et UP² d'Intel proposent des FPGA pour faire des calculs spécialisés comme l'IA ou le machine learning. Fedora propose des outils de base et agnostiques pour les exploiter.
    • Clap de fin pour l'architecture ppc64, sa sœur little endian ppc64le recevra toutes les attentions pour cette famille.

    Internationalisation
    • Mise à jour du gestionnaire d'entrée de saisie IBus vers 1.5.19.
    • La famille de police de caractères Liberation, compatible avec celle de Microsoft, passe à la version 2 proposant plus de caractères UNICODE.
    • Les langues asiatiques chinoises, coréennes et japonaises utiliseront par défaut les polices de Google Noto.
    • Les fichiers des fuseaux horaires de tzdata seront fondés sur le format vanguard en accord avec le choix effectué en amont. Cela améliore la compatibilité avec POSIX.

    Administration système
    • Mise à jour d'OpenShift Origin 3.10.
    • Ajout du module Kubernetes.
    • Ansible utilise Python 3 par défaut.
    • Stratis Storage est mis à jour à la version 1.0.
    • GnuTLS utilise le protocole TLS 1.3 par défaut.
    • Le module p11-kit-proxy gère les bases de données NSS par défaut maintenant en plus d'OpenSLL et GnuTLS.
    • Fusion de Dstat et Performance Co-Pilot pour les statistiques de performance. Dstat n'est plus maintenu en amont mais PCP ajoute le module pcp-dstat pour être compatible avec son illustre prédécesseur.
    • OpenLDAP ne gère plus le module NSS pour la sécurité, suite à son remplacement par défaut par OpenSSL pour Fedora 28.
    • Le fichier /usr/bin/python est fourni par le paquet python-unversioned-command en accord avec la PEP 394. Les paquets de Fedora mentionnent explicitement l'usage de Python 2 ou 3.
    • Les groupes de paquets python-classroom, engineering-and-scientific, development-libs, cloud-management, font-design, mysql, robotics-suite, authoring-and-publishing et electronic-lab utilisent les paquets Python 3. Le groupe python-web est supprimé.



    Développement
    • Binutils passe à la version 2.31.
    • GLibc 2.28 est utilisée par défaut.
    • Node.js 10 est proposé par défaut.
    • Python 3.7 devient la version de référence.
    • Ruby on Rails est sur les rails de la version 5.2.
    • La perle des langages, Perl 5.28, a été mis à jour.
    • Le langage Go passe à la version 1.11.
    • MySQL 8 est proposé pour sa gestion des bases de données.
    • OpenJDK 11 LTS devient la machine virtuelle de référence pour Java.
    • La sélection de paquets compatibles entre eux Haskell Stackage LTS passe de la version 10 à 11.

    Modularité pour tous
    Les dépôts modulaires proposent des composants dans des versions différentes de celles des dépôts principaux de Fedora. Apparu dans la version 28, ils n'étaient activés par défaut que sur l'édition Server. Ils sont désormais activés par défaut. Ainsi, tout le monde est capable d'exploiter facilement les modules, par exemple pour installer Node.js dans une version différente de celle proposée.

    Selon Matthew Miller, chef du projet Fedora, « les cycles de vie des logiciels représentent un défi de taille dans la gestion des systèmes modernes. Certaines applications doivent évoluer rapidement pour obtenir les dernières fonctionnalités, tandis que d'autres nécessitent un cycle plus lent. L'approche distribution vous oblige à prendre cette décision en fonction de la version du système d'exploitation. En apportant la modularité à toutes les éditions Fedora, les utilisateurs peuvent accéder à une flexibilité accrue pour un ensemble de cas d'utilisation des versions actuelles et futures de Fedora ».

    Pourquoi est-ce important ? Miller explique : « Les développeurs peuvent disposer de plusieurs versions de leurs bibliothèques et frameworks importants, ce qui facilite le développement et le test du développement et des branches stables de leurs applications. Lorsque les prochaines versions de Fedora sont disponibles, les administrateurs système utilisant un module qui divise les deux versions peuvent continuer à exécuter leurs applications critiques sans avoir à se soucier des modifications majeures apportées à la base de données du logiciel ».

    Projet Fedora
    • Fedora Workstation Atomic devient Silverblue. Ce projet qui monte en puissance met en avant le projet Atomic pour l'édition phare de Fedora. Cela consiste majoritairement à utiliser Flatpak et rpm-os-tree pour gérer les paquets permettant une meilleure isolation des composants et une plus grande fiabilité du système. Un site web dédié a été conçu pour l'occasion.
    • Les éditions dérivées de Fedora comme les Spins, labs ou conteneurs auront les champs VARIANT et VARIANT_ID renseignés dans le fichier /usr/lib/os-release pour avoir des statistiques plus précises quant à leur utilisation ; ça permet aussi à l'utilisateur de connaître la provenance de l'image.
    • Fedora Scientific a une image VagrantBox en plus des ISO traditionnelles.
    • GCC n'est plus nécessaire dans l'image de compilation de Fedora, réduisant le temps nécessaire à la production des paquets n'en ayant pas besoin.
    • Fedora Cloud aura des images mises à jour mensuellement, pour limiter la taille des mises à jour à effectuer après l'installation.
    • La compilation du bytecode Python est moins magique pour les paquets, les étapes doivent être mieux décrites pour faciliter la transition vers Python 3.
    • Les modules Perl obtenus via CPAN changent leurs URL de search.cpan.org vers metacpan.org dans la description des paquets concernés.
    • Les paquets Erlang ne sont dorénavant liés à aucune architecture.

    Télécharger Fedora 29 beta

    Sources : fedoramagazine.org et LinuxFR

    Et vous ?

    Avez-vous déjà utilisé Fedora ? Quelle version ?
    Qu'en avez-vous pensé ?

    Voir aussi :

    La distribution Linux Fedora 28 est disponible, cette version qui passe à GNOME 3.28 se concentre sur la couche graphique et la gestion du matériel
    RedHat annonce la disponibilité de Fedora 28 Beta, la distribution GNU/Linux communautaire s'accompagne d'une pléthore de nouveautés
    Fedora 27 est disponible en téléchargement, cette version se concentre sur la couche graphique, la gestion du matériel et Fedora.next
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éprouvé
    Sortie de Fedora 29
    Ce message n'a pas pu être affiché car il comporte des erreurs.

  3. #3
    Rédacteur

    Hello.

    Dès que j'ai vu le cette news j'ai reconnu la marque Renault que je n'avais pas vue depuis très longtemps et qui fait très plaisir.

    J'espère que cette distribution, qui est ma favorite depuis plus de 12 ans, ne disparaitra pas avec le rachat de RedHat par IBM comme s'est arrivé à OpenSolaris lors du rachat de Sun (et j'espère que RedHat produira toujours autant d'open source moderne qu'elle le fait maintenant côté outils de développement et devops).

    Merci pour ce travail en tout cas.

  4. #4
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par ok.Idriss Voir le message
    Dès que j'ai vu le cette news j'ai reconnu la marque Renault que je n'avais pas vue depuis très longtemps et qui fait très plaisir.
    Cela fait plaisir d'entendre ça. Ravis que cela plaise.
    Mais je publie pourtant toujours les dépêches, même sur developpez.com par le passé, certes en format court avant.

    Citation Envoyé par ok.Idriss Voir le message

    J'espère que cette distribution, qui est ma favorite depuis plus de 12 ans, ne disparaitra pas avec le rachat de RedHat par IBM comme s'est arrivé à OpenSolaris lors du rachat de Sun (et j'espère que RedHat produira toujours autant d'open source moderne qu'elle le fait maintenant côté outils de développement et devops).
    Je pense que nous devons attendre pour mesurer l'impact du rachat, je doute que cela change tant que cela en tout cas à court et moyen terme.
    Nous verrons bien. Tout comme toi j'espère que tout continuera bien.

  5. #5
    Membre chevronné
    Concernant les distributions Linux, je n'ai jamais été fidèle à une distribution très longtemps.
    Car si je peux trouver mieux ailleurs je fonce.
    J'ai toujours eu un ssd ou hdd dédié à des installations de tests, et avec un rack pour changer facillement

    J'ai commencé par Mandrake et Red Hat en 2000
    Puis j'ai adopté Suse
    ...
    En ce moment je suis sur Debian Jessy Mate, et j'envisageais d'essayer Ubuntu Mate.
    De préférence je prends une LTS

    Mais si fedora intègre nativement un synthétiseur valable, alors là je signe.
    Car Hi-Speak est une catastrophe, moi on m'a installé un autre synthétiseur VoxIn
    Et c'est un peu la roulette russe, le script d'installation plante parfois, une fois il a planté le serveur x.
    Il y a des scripts de mises à jour mais comme j'ai peur que ça plante tant que ça marche je ne fais pas de mise à jour du synthétiseur

    A moins que je puis installer festival sur ma debian

    J'ai téléchargé l'ISO d'installation desktop.
    Mais on n'est pas parvenu à l'installer avec mon aide visuelle

    La partie disque est pas comme j'ai l'habitude.
    En général je choisis mon disque et un partitionnement par défaut et éventuellement un point de montage
    Mais là l'install me gonfle à me demander un tas de choses et je ne peux pas lancer l'installation

    Je vais retenter calmement le week end prochain.

    Donc cette version me semble moins intuitive à installer
    Et si elle m'a posé problème elle va rebuter les débutants

    de tant à autre j'installe une distribution pour évaluer son accessibilité, la dernière fois que j'ai installé une fedora en 2015, le lecteur d'écran était bloqué par la sécurité qui le considérait comme un key logger
    Consultez mes articles sur l'accessibilité numérique :

    Comment rendre son application SWING accessible aux non voyants
    Créer des applications web accessibles à tous

    YES WE CAN BLANCHE !!!

    Rappelez-vous que Google est le plus grand aveugle d'Internet...
    Plus c'est accessible pour nous, plus c'est accessible pour lui,
    et meilleur sera votre score de référencement !

  6. #6
    Rédacteur

    Fedora pour moi c'est celle qui propose le meilleur env de dev opensource (python, java, docker, etc) et est adaptée à des applis qui partent en prod sur des serveurs RHEL / CentOS.

    Si ta prod (serveur) c'est du Debian j'aurais tendance à choisir davantage Mint ou Ubuntu histoire d'avoir à minima le même système de packaging (pour tester tes livrables entre autres) tout en restant avec des depôts plus à jour.

###raw>template_hook.ano_emploi###