Windows Virtual Desktop : la solution de virtualisation basée sur Azure
Pour une expérience Windows 10 multi-utilisateurs optimisée pour Office 365

Microsoft a profité de sa conférence Ignite 2018 qui se déroule cette année du 24 au 28 septembre à Orlando pour lever le voile sur Windows Virtual Desktop (WVD), sa nouvelle solution de virtualisation qui promet une expérience multi-utilisateurs pour Windows et Office sur le Cloud via sa plateforme Azure. Elle bénéficie de l’intégration avancée des outils de sécurité et de gestion existants sur Microsoft 365. Des intégrations tierces sont également possibles.

« Windows Virtual Desktop est le seul service basé sur le Cloud qui offre une expérience Windows 10 multi-utilisateurs optimisée pour Office 365 ProPlus et inclut des mises à jour de sécurité étendues gratuites pour Windows 7. Avec Windows Virtual Desktop, vous pouvez déployer et faire évoluer Windows et Office sur Azure en quelques minutes », a écrit Julia White, vice-président de Microsoft Azure, pour présenter cette nouvelle solution de virtualisation.

Nom : 0.jpg
Affichages : 2169
Taille : 39,2 Ko

Ce nouveau service de Bureau à Distance fournit des espaces de travail distants multi-utilisateurs et des VDI (Virtual Desktop Infrastructure) via Azure. Il peut être utilisé pour fournir des sessions de bureau à distance avec plusieurs utilisateurs distants connectés à la même machine virtuelle (VM) Windows 10 ou Windows Server. Il se présente comme le successeur du défunt service RemoteApp de la firme de Redmond.

WVD prend intégralement en charge les VDI, les utilisateurs distants ayant chacun leur propre VM monoposte, tandis que les VM persistantes et non persistantes sont prises en charge, tant sous Windows 10 que sous Windows 7. Windows 7 Enterprise, Windows Server 2012 R2+ et Windows 10 Enterprise peuvent être exécutés dans Windows Virtual Desktop.

Les machines virtuelles Windows 7 seront éligibles aux mises à jour de sécurité étendues (ESU) qui ont été annoncées plus tôt ce mois-ci : trois ans de correctifs de sécurité au-delà de la date de fin d’assistance fixée en 2020. Si vous souhaitez utiliser les ESU on premises, vous devrez vous acquitter d’une facturation à la machine qui est appelée à augmenter chaque année. WVD par contre permet de profiter des ESU sans aucun cout supplémentaire.

Signalons au passage que WVD peut être fourni sur toute la gamme de VM Azure (y compris les instances réservées, qui offrent des couts plus bas pour ceux qui s’engagent plus longtemps). Les VM spéciales, comme celles basées sur des GPU, sont supportées, afin que les applications qui nécessitent ce type de matériel puissent encore être éligibles pour un fonctionnement à distance. Ces VM représentent le seul cout supplémentaire pour WVD.

Les licences pour WVD feront partie intégrante des licences Windows Enterprise E3 et ne devraient induire aucun cout supplémentaire. Il n’est cependant pas possible d’obtenir des licences Windows 10 pour les bureaux virtuels à l’extérieur de la WVD.

Windows Virtual Desktop devrait, dans un premier temps, être proposé aux utilisateurs de Windows 10 Enterprise et Windows 10 Education avant la fin de cette année via une préversion publique. La firme de Redmond a, par ailleurs, précisé travailler avec des partenaires comme CloudJumper, Citrix, FSLogix, Lakeside Software, Liquidware, ThinPrint et People Tech Group afin d’étendre les capacités de WVD sur Azure.

Source : Microsoft

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Pour la première fois, les abonnements à Office 365 sont plus rentables pour Microsoft que les licences des versions Office traditionnelles
Microsoft annonce la disponibilité d'Office 2019 pour Mac et Windows avec des fonctionnalités dérivées d'Office 365 ProPlus
Microsoft termine son année fiscale 2018 avec un chiffre d'affaires annuel supérieur à 100 milliards de dollars avec un 4T18 meilleur que prévu
Microsoft dote l'application de collaboration Teams d'une version gratuite qui prend jusqu'à 300 utilisateurs en charge