Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #81
    Membre régulier
    Digne de la psychiatrie
    Le "politiquement correcte" est une maladie mentale épidémique née aux USA et qui se répand dans le Monde.
    Malheureusement il semble que le Monde de l'informatique ne puisse y échapper.
    Les USA sont à l'origine de nombreuses déviances et perversions sociétales qui finissent par infecter la planète.

  2. #82
    Membre régulier
    Du grand n'importe quoi.

    Et les composants électroniques du type bascules "maitre esclave" on va les appeler comment? Et tous les protocoles de transmission?...
    Que d'énergie dépensée pour des conneries.
    Et ce sont les mêmes qui diront que les serveurs utilisent trop de courant... pas étonnant avec toutes les réflexions que suscitent ce genre de c...ies, ça encombre les réseaux!!

    Je vais lancer un thread pour boycotter Python si on en arrive là!!!

    Gérard.

  3. #83
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par F6EEQ Voir le message
    Et ce sont les mêmes qui diront que les serveurs utilisent trop de courant...
    Non justement ce ne sont pas les mêmes
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  4. #84
    Candidat au Club
    Pfff ..
    J'ai au depart cru a un poisson d'avril pas tres a l'heure ...

  5. #85
    Invité
    Invité(e)
    La documentation lorsqu'elle fait moins polémique, c'est un peu comme traduire les anciennes écritures avec des termes d'auteur. Le trop grand professionnalisme de certains mots modernes (mais incompris), puisque ces mots sont
    communément
    rares à entendre . Alors le texte dans la doc doit-il avoir une mise en forme à hauteur professionnelle ou être simplement clair en faisant un ouvrage agréable à lire, à l'inverse d'une longue série d'explication sans possibilité de retour. De retour vers une notion oubliée portée sur une phrase, qui a oubliée de mettre un lien de rafraichissement. Vous savez quand on lit on se perd quelques fois, donc le long texte explicatif ressemble souvent plus à un ring de combat qu'à un conte de fée.

    Vous pouvez remettre en cause tout ce qu'il y a en orbite au Python, créer toutes les idées tourbillonnées autour d'un point unique et fixe.

    Le Python pour un faible avoir de connaissance, est une pointure tant en usage qu'en esprit. Python a toutes les caractéristiques d'un ouvrage d'auteur génial qui a su reconnaitre ses erreurs, pour en faire une merveilleuse matière aussi solide que de la pierre. Qui détient une politique simple et sans problème, à savoir d'un niveau de discussion voué au code. Le débutant a besoin d'apprendre le Python. - D'une part la documentation réelle de ce langage. Créée par les développeurs Python a été écrite avec des termes techniques, le problème est le nombre d'informations entretenues dans le texte.

    Si la documentation originale contenait des exemples simples en plus grand nombre, des bouts de code déterminés à confondre toute illusion d'erreur…

    Jusqu'où çà va ?

    Tant l'attrait de la transparence maitrisant Python, que d'une transparence enclavée par la maitrise Python.
    Quoi d'autre ?

  6. #86
    Candidat au Club
    nouveau mail
    moi je dirai que c'est incroyable, comme sa il ferons tout ce qu'ils veulent de nous. ils pourrons contrôler tout les bugs

  7. #87
    Invité
    Invité(e)
    Citation Envoyé par amed13 Voir le message
    moi je dirai que c'est incroyable, comme sa il ferons tout ce qu'ils veulent de nous. ils pourrons contrôler tout les bugs
    Pour une bonne soupe aux ingrédient bien malaxés, OK
    Pour une mayonnaise à l'aise réussie, faut voir la suite. Une documentation = pages à lire et trop de pages = perte de temps (à cause du net).
    Faire ce qu'ils veulent de nous, ça ne me gêne pas, puisqu'ils me donnent des arguments de vie.

    Bon, si la fiction dépasse la réalité selon un imaginaire idyllique : - Sur terre la production informatique commence à peine, elle évolue au rythme du contrôle effectué sur la situation. Un jour, Python saura notifier au développeur la possible solution de son bug (il le fait sommairement). Ce serait moins drôle si les explications données sur le bug à corriger : - Si elles étaient réunies sur toute une série pages détaillant tous les bugs enchainés à un seul bug d'entrée créé par le spécialiste
    Le problème est que plus Python en dira, plus il aura de chance à des fins de non répétition, d'utiliser les termes maître & esclave…

    On est effectivement pris entre deux feux ; Le haut et le bas

  8. #88
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par toumic Voir le message
    La documentation lorsqu'elle fait moins polémique, c'est un peu comme traduire les anciennes écritures avec des termes d'auteur. Le trop grand professionnalisme de certains mots modernes (mais incompris), puisque ces mots sont
    communément
    rares à entendre . Alors le texte dans la doc doit-il avoir une mise en forme à hauteur professionnelle ou être simplement clair en faisant un ouvrage agréable à lire, à l'inverse d'une longue série d'explication sans possibilité de retour. De retour vers une notion oubliée portée sur une phrase, qui a oubliée de mettre un lien de rafraichissement. Vous savez quand on lit on se perd quelques fois, donc le long texte explicatif ressemble souvent plus à un ring de combat qu'à un conte de fée.

    Vous pouvez remettre en cause tout ce qu'il y a en orbite au Python, créer toutes les idées tourbillonnées autour d'un point unique et fixe.

    Le Python pour un faible avoir de connaissance, est une pointure tant en usage qu'en esprit. Python a toutes les caractéristiques d'un ouvrage d'auteur génial qui a su reconnaitre ses erreurs, pour en faire une merveilleuse matière aussi solide que de la pierre. Qui détient une politique simple et sans problème, à savoir d'un niveau de discussion voué au code. Le débutant a besoin d'apprendre le Python. - D'une part la documentation réelle de ce langage. Créée par les développeurs Python a été écrite avec des termes techniques, le problème est le nombre d'informations entretenues dans le texte.

    Si la documentation originale contenait des exemples simples en plus grand nombre, des bouts de code déterminés à confondre toute illusion d'erreur…

    Jusqu'où çà va ?

    Tant l'attrait de la transparence maitrisant Python, que d'une transparence enclavée par la maitrise Python.
    Quoi d'autre ?
    j'ai pas tout compris mais je partage la remarque sur les exemples. S'il y a des exemples clairs et surtout concret, il n'y a plus aucune confusion possible sur les termes.
    c'est d’ailleurs le plus grand reproche que je fais à Python perso : la doc.
    Le langage est simple et très lisible mais la doc est imbuvable, il faut chercher (chercher ce que l'on ne connait pas ), lire des pages et des pages de trucs qui n'ont pas de rapport avec ce que l'on veut, le tout en cherchant à coté des exemples plus ou moins fiables (forums et autre blogs...)
    Plutôt que de se prendre sur les termes maitres et esclaves les maitres de la doc python (a oui tiens se sont bien des maitres eux aussi...) ils feraient mieux d’améliorer son contenu , par exemple en regardant ce qui se fait du coté de chez microsoft avec le MSDN (F1 qui amène directement au bon endroit dans la doc avec systématiquement un exemple simple et concret + une traduction automatique irréprochable si on le souhaite)

    Perso, habitué à visual studio C# je me suis lassé de python et ses messages d'erreurs écrits en blanc sur fond noir, peu explicites et faisant référence à des objets ou classes que je galère à chercher dans la doc là où un F1 devrait m’amener directement au bon endroit avec un exemple.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  9. #89
    Chroniqueur Actualités

    Go retire les termes "whitelist", "blacklist", "master" et "slave" de sa documentation et base de code
    L’équipe du langage Go retire les termes "whitelist", "blacklist", "master" et "slave" de sa documentation et de sa base de code
    Au motif de ce qu’ils véhiculent des stéréotypes raciaux

    Les questions de diversité en lien avec la terminologie utilisée dans les langages de programmation refont surface. Cette fois, c’est au tour de l’équipe du langage de programmation Go de Google de se prononcer sur la question. Dans une publication parue il y a peu, elle annonce le retrait des termes "whitelist" (liste blanche), "blacklist" (liste noire), "master" (maître) et "slave" (esclave) de sa documentation et de sa base de code. À la place de "whitelist" et "blacklist", elle annonce l’introduction des termes "allowlist" (liste d’autorisation) et "blocklist" (liste de refus) jugés plus explicites.

    « Il y a eu beaucoup de discussions sur l'utilisation de ces termes dans le domaine de la technologie. Je n'essaie pas d'avoir encore un autre débat. Il est clair que certaines personnes sont blessées par ces termes et que leur utilisation leur donne un sentiment de malaise, non pas pour des raisons techniques, mais en raison de leur contexte historique et social. C'est tout simplement une raison suffisante pour les remplacer », tire-t-on de la note d’information de l’équipe du langage Go. Toutefois, pas de précision sur les remplacements opérés en ce qui concerne les termes "master" (maître) et "slave" (esclave).

    De façon générale, l’expression « liste blanche » définit un ensemble d’entités auquel on attribue le niveau de liberté ou de confiance le plus élevé dans un système donné. Pour emprunter au jargon utilisé en électronique numérique, elle est complémentaire (au sens de complément à 1) à celle de « liste noire. » En informatique, toute entité ne figurant pas sur la liste dite blanche se verra alors refuser certains accès ou certaines possibilités ; c’est de façon basique la même chose que de dire que toute entité figurant sur la liste dite noire ne bénéficie pas de certains accès ou certaines possibilités. C’est en principe la compréhension que les tiers qui travaillent dans la filière informatique ou qui ont flirté avec cette dernière ont de ces notions.


    C’est une publication de l’agence britannique de cybersécurité parue en mars dernier qui vient étendre la compréhension qu’on en avait déjà. À la demande d’un de ses clients formulée il y a quelques mois, cette dernière a décidé de ne plus faire usage de ces expressions.

    « Il est assez courant de dire liste blanche et liste noire pour décrire les choses souhaitables et indésirables en matière de cybersécurité. Cependant, il y a un problème avec la terminologie. Cela n'a de sens que si vous assimilez le blanc à "bon, autorisé, sûr" et le noir à "mauvais, dangereux, interdit". Cela pose des problèmes évidents. Ainsi, au nom de la lutte contre le racisme dans le domaine de la cybersécurité, nous éviterons à l'avenir cette formulation péjorative et désinvolte sur notre site web. Non, ce n'est pas le plus grand problème au monde ; mais pour emprunter à un slogan venu d'ailleurs : chaque petit geste compte.Vous ne voyez peut-être pas en quoi cela est important. Si vous n'êtes pas affecté par les stéréotypes raciaux, alors estimez vous chanceux. Pour certains de vos collègues (et futurs collègues potentiels) par contre, c'est vraiment un changement qui vaut la peine », avait expliqué National Cyber Security Centre (NCSC). À la place, le NCSC avait annoncé l’utilisation des expressions « liste d'autorisation » et « liste de refus », plus claires, moins ambiguës et surtout plus inclusives.

    L’équipe du langage de programmation Go rejoint celles des projets Python (2018), Django (2014), CouchDB (2014), Drupal (2014) et Redis (2017) dans cette démarche. Le même argument revient : bien que ces termes aient été utilisés depuis des décennies, ils peuvent avoir des significations à caractère raciste, entre autres, pour les utilisateurs. Il serait donc bon de les éviter. Dans le cas du langage de programmation Python, les discussions avaient tourné autour de l’utilisation des termes "leader/follower" ou "primary/replica" à la place de la paire "master/slave".

    Source : Liste de diffusion du langage Go

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur la suppression de ces expressions  ? Est-ce un exemple à suivre ?
    Est-il préférable d’éviter ces expressions au nom de l’inclusion ? Si oui, quelle pourrait être votre proposition ?
    Êtes-vous du même avis que ceux qui pensent que les remplaçants proposés ne restent pas souvent fidèles au sens originel ? Si oui, quels sont les cas de figure qui vous ont marqué ?

    Voir aussi :

    Commission d'enrichissement de la langue française*: ne dites plus « cryptojacking » mais «*minage pirate*», voici la nouvelle vague de traductions proposées
    Commission d'enrichissement de la langue française : ne dites plus « hackathon » mais «*marathon de programmation », voici la nouvelle vague de traductions proposées
    La commission d'enrichissement de la langue française s'attaque au vocabulaire de la cyberdéfense avec des équivalents français pour les anglicismes
    Vous ne devez plus dire « data scientist », mais plutôt « expert en mégadonnées », d'après la Commission d'enrichissement de la langue française
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  10. #90
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    Quel est votre avis sur la suppression de ces expressions ? Est-ce un exemple à suivre ?
    Autant le sujet de blanc et de noir peut être sensible dans la société, particulièrement en ce moment, et je viens de lire le témoignage d'un journaliste noir américain qui relate que tout au long de sa vie il a été et est suspect dès qu'il circule en voiture, dans son quartier (il est noir, c'est donc un voleur pour les 'cops'), autant certaines acceptions sont plutôt anciennes et dénuées de racisme.

    Si cette mode prend dans d'autres domaines :
    - Faudra-t-il cesser de commencer une partie d'échecs avec les blancs ? Voire pourra-t-on conserver cette bichromie ? La remplacer ? (pas bleu et rose, c'est 'genré')
    - pareil en go (le jeu ), mais là c'est le noir qui commence...
    - En astronomie, que dire des trous noirs dans lesquels tout disparaît ?
    Pour finir, les zèbres naîtraient noirs avant de développer des rayures blanches. Ont-ils le droit ?


    (c'est dimanche, pas trolldi, mais bon)

  11. #91
    Membre du Club
    Oh mon dieu
    Ça y est les débiles ont réussi à imposer de la merde aux développeurs comme si l'informatique n'avait déjà pas assez de problème de délires irrationnels et de secte de communauté ! Jamais vu la communauté scientifique être subdivisée en communauté avec des logos, des tee-shirts et des mugs et autres babioles bidons mais en fonction de leur domaine disciplinaire !

    C'est bien maintenant rajoutons la soumission à des pressions de racialistes qui se pensent antiracistes américains et "SJW" et autres folies post modernes ici de la french theory

  12. #92
    Membre actif
    Citation Envoyé par Cincinnatus Voir le message

    - Faudra-t-il cesser de commencer une partie d'échecs avec les blancs ? Voire pourra-t-on conserver cette bichromie ? La remplacer ? (pas bleu et rose, c'est 'genré')
    (c'est dimanche, pas trolldi, mais bon)
    tu fais comme au shogi ( échec japonnais ), tu utilises des pieces triangulaire avec n dessin ( si possible plus simple que les idéogramme ).

  13. #93
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par miaous Voir le message
    tu fais comme au shogi ( échec japonnais ), tu utilises des pièces triangulaire avec n dessin ( si possible plus simple que les idéogramme ).
    Même en prenant des dessins abstraits il y aurait des champions pour leur trouver une ressemblance avec un truc portant une connotation qui ne va pas.

    Allé, je retourne à mon MODBUS RTU, je vais faire attention que "la machine qui initie les échanges" reste bien totalement égalitaire et respectueuse des "machines qui ont pour noble rôle de répondre précisément à des requêtes qui leur sont explicitement destinées", heureusement que je ne code pas en Python ici
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  14. #94
    Nouveau membre du Club
    C'est vraiment porter du racisme la ou il n'y en a pas..
    En terme de terminologie, le blanc et noir se sont depuis trèèèès longtemps associé au jour et à la nuit. De plus il n'existe pas de couleur de peau blanche ni noir.
    Pour les couleurs de peaux on voit plus des palettes de #FEFDF0 à #3D2B1F. J'ai jamais vu aucune personne ayant du #FFFFFF ni du #000000.
    De plus pour un automate, comme cité avant, la notion de master/slave est déjà la plus explicite et les notions proposées "leader/follower" et "primary/replica" apportent beaucoup d’ambiguïté.

  15. #95
    Membre éprouvé
    outre l’imprécision voir l'inexactitude des termes de remplacement choisis on peut s’interroger sur la réalité du problème.

    En quoi l’existence des mots "maitre" et "esclave" et leur utilisation pour décrire une relation maitre/esclave pose un quelconque problème ? iI y a des gens qui ont été et qui sont encore victimes d'esclavage et comme un chat est un chat je ne vois pas en quoi parler de relation maitre/esclave serait une atteinte à qui que ce soit ou un encouragement/légitimation de quoi que ce soit.
    La relation existe, les termes pour la décrire existent, point final.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  16. #96
    Expert éminent sénior
    Bah vous savez, y'en a même qui militent pour la ségrégation raciale au nom de la lutte contre le racisme...

    Non, non, je plaisante pas, vous avez bien lu...
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  17. #97
    Membre expert
    meuh non, la ségrégation raciale ce n'est mal que si ceux qui la pratiquent ont du pouvoir, donc des blancs, sinon ce n'est pas de la ségrégation.
    une personne de couleu... heu non, une personne faisant parti d'une minorité opprimée ne peut en aucun cas être raciste ...

    @Neckara, tu me déçois, tu n'es vraiment pas 2020

  18. #98
    Membre chevronné
    Les conneries propagandistes, je boycotte.

  19. #99
    Membre extrêmement actif
    Pour le moment ça ne concerne que les équipes de Go, Python, Django, CouchDB, Drupal, Redis et il font peut-être juste attention dans la documentation, mais il y a bien des développeurs qui doivent continuer d'utiliser les expressions traditionnelles.
    Après c'est bête ce que font ces entreprises... Ils veulent supprimer toutes les expressions négatives qui contiennent le mot noir. Ça ne va améliorer la vie de personne...
    Le pauvre qui habite dans sa banlieue ça lui fait un belle jambe que certaines entreprises arrêtent d'utiliser le terme "liste noire". Est-ce qu'un jour ils voudront supprimer l'expression "black-out" quand des gens boivent trop et oublient des moments ?

    En parlant de mauvaises idées :
    Chez Uber Eats, plus de frais de livraison pour les restaurants tenus par des Afros-américains
    Depuis jeudi dernier, la plateforme de livraison Uber Eats garantie la livraison gratuite pour tous les restaurants tenus par des Afro-américains, qui se trouvent aux États-Unis et au Canada. L'offre est valable jusqu'à la fin de l'année.
    La discrimination positive c'est toujours de la discrimination. Ça peut passer aux USA, parce que là-bas il y a les statistiques ethniques, il me semble que dans les formulaires administratifs on peut te demander ta "race" et ta religion.

    ====
    Le seul qui a fait quelque chose de vraiment positif pour des noirs c'est Trump, il a poussé des entreprises à produire aux USA et par conséquent des blancs et des noirs ont trouvé du boulot.
    USA: le taux de chômage des Noirs au plus bas
    Le taux de sans-emplois parmi les Afro-Américains est descendu à 6,6%, un plancher jamais vu depuis 1972, qui marque le début de cette statistique. Il reste néanmoins près du double de celui des Blancs (3,6%).
    Keith Flint 1969 - 2019

  20. #100
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par Cincinnatus Voir le message

    - En astronomie, que dire des trous noirs dans lesquels tout disparaît ?
    Et tu oublies les trous blancs à partir desquels tout apparaîtrait (j'y met un conditionnel car l'existence de tels objets n'est qu'hypothétique).
    Revenons au sujet principal, on voit le mal partout ! La bien-pensance, le politiquement correct devient une dictature de la pensée unique.
    Ne voyons pas le racisme là où il a lieu d'être, surtout dans des termes techniques. Après tout, la distinction originelle vient de la différence jour/nuit. Doit-on à ce point se méfier de ce que nous disons?

    @++
    GLDavid
    Consultez la FAQ Perl ainsi que mes cours de Perl.
    N'oubliez pas les balises code ni le tag

    Je ne répond à aucune question technique par MP.

###raw>template_hook.ano_emploi###