Facebook renonce à prélever 30% des revenus des développeurs générés par les Jeux Instantanés sur Android,
de sorte qu'ils ne payent que Google

Facebook a décidé qu’il allait renoncer à sa part de 30% des revenus intégrés aux Jeux Instantanés sur la plateforme Android. Pour rappel, Facebook a lancé pour la première fois les Jeux Instantanés en 2016. Les Jeux instantanés sont un moyen de jouer à des jeux sur les plateformes Facebook. Optimisés par la technologie HTML5, ils permettent aux personnes de trouver des jeux et d’y jouer directement dans le fil d’actualité ou dans des conversations Messenger, aussi bien sur des ordinateurs de bureau que sur des appareils mobiles.

Les Jeux Instantanés ont séduit avec des titres comme Words With Friends de Zynga et le jeu d'arcade classique Tetris. En avril, la plateforme est sortie de sa phase bêta, et Facebook a permis aux développeurs d’activer les achats in-app comme moyen de monétiser jeux instantanés puis a ajouté début mai la possibilité de diffuser des annonces dans les jeux ainsi que le livestreaming .

Facebook a annoncé que les développeurs de Jeux Instantanés n'auront plus à céder de revenus à l'entreprise pour les achats intégrés à Android.

Nom : facebook.png
Affichages : 2788
Taille : 93,0 Ko

La société a assuré qu’au 1er août, toutes les transactions effectuées via les Jeux Instantanés sur l’écosystème mobile Android seraient soumises à la répartition standard 70/30, cette dernière part étant versée au détenteur de la plateforme Android, c’est à dire Google. Une mesure qui sera appliquée rétroactivement, de sorte que toute part que Facebook a touché au cours des trois dernières semaines sera renvoyé aux développeurs de jeux.

Lorsque les achats intégrés à l'application ont été ajoutés pour la première fois aux Jeux Instantanés en mai, Facebook a initialement pris une part supplémentaire de 30% après la réduction de Google.

Facebook note qu'il faudra réduire de 30% ses revenus d'achat via l'application grâce aux jeux instantanés diffusés sur les navigateurs de bureau. Il faut dire que l’équation reste la même, puisque Google ne va rien prélever sur les navigateurs sur ordinateur de bureau. Cela reviendra donc cette fois-ci à 70% pour le développeur et 30% pour Facebook.

Le réseau social indique que « Nous avons vu les développeurs commencer à connaître un réel succès en intégrant cette plateforme à leurs jeux depuis son lancement en mai. Dans le cadre de notre engagement continu à aider les partenaires développeurs à étendre leurs jeux de manière rentable, nous augmentons votre part de revenu sur les jeux sur Android. Les développeurs conserveront l'intégralité du chiffre d'affaires des Jeux Instantanés Android après la déduction de la part de Google, et ce, à compter du 1er août. Ce que cela signifie pour vous, c'est que les revenus générés par vos Jeux Instantanés sur Android vous reviendront à 70% et à 30% à Google. Veuillez noter que Facebook conservera toujours 30% des revenus générés par les Jeux Instantanés que vous avez sur WWW (70% pour vous et 30% pour Facebook) ».

Pendant ce temps, les achats intégrés pour les Jeux Instantanés sont désormais disponibles via l’application Facebook sur Android, donnant aux développeurs un portail supplémentaire pour monétiser leurs utilisateurs. Auparavant, cela était principalement géré via l'application Messenger de l’entreprise.

Source : Facebook

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision de Facebook ?
Connaissiez-vous les Jeux Instantanés ? Avez-vous déjà joué à l'un d'eux ? Lequel ?
Comment avez-vous trouvez l'expérience ?

Voir aussi :

Facebook évalue la crédibilité de ses utilisateurs sur une échelle de zéro à un, pour établir leur réputation et orienter peut-être leurs interactions
Trump déclare qu'il est dangereux pour les entreprises comme Twitter et Facebook de réduire des comptes au silence, partagez-vous cet avis ?
Twitter condamné en France sur ses clauses abusives suite à l'action menée par l'UFC-Que Choisir, Facebook et Google+ sont les prochains sur la liste
Facebook fait l'acquisition de Vidpresso, qui aide les créateurs de vidéo à afficher des graphiques personnalisés et des commentaires en temps réel
Facebook bannit les sites hébergeant des plans numériques pour l'impression 3D d'armes à feu, car cela violerait ses normes communautaires