Revenus cloud : les actionnaires d’Oracle lui reprochent d'avoir livré des communiqués trompeurs
Un recours collectif se prépare contre la société

Pour rappel, au début de ce mois d'août, Amazon, le géant du commerce électronique et client SGBD d’Oracle, annonçait qu’il envisageait d'abandonner complètement les services d'Oracle d'ici 2020 parce que le fournisseur serait incapable de répondre à ses besoins de performance. Par ailleurs, bien avant cette annonce d’Amazon, Oracle avait déjà enregistré des départs de clients à cause de ses tactiques de ventes agressives, menaçant les clients de ses logiciels sur site avec des audits d'utilisation potentiellement coûteux et proposant fortement la migration vers sa solution cloud comme une panacée à leurs problèmes.

En outre, le 19 mars dernier, Oracle a annoncé la stagnation de ses revenus du cloud et prévoyait un ralentissement significatif de la croissance des ventes de son activité cloud par rapport à ses concurrents. Ce communiqué de la société a été interprété de façon diverse par les analystes et les commentateurs du marché associant les mauvais résultats et les faibles performances financières d’Oracle à ses tactiques de vente inappropriées. Suite aux analyses du communiqué, le prix des actions de la société a fortement diminué.

Nom : Oracle.jpg
Affichages : 1420
Taille : 52,3 Ko

C’est suite à ces événements qu’une « class action » des investisseurs d’Oracle a été engagée et annoncée le 13 août dernier par RM LAW, un cabinet d’avocats américain spécialisé dans les recours collectifs et travaillant pour le compte des actionnaires ayant acquis des titres d’Oracle entre le 10 mai 2017 et le 19 mars 2018. Selon le cabinet, Oracle n’aurait pas respecté les dispositions de l’Exchange Act, la législation des États-Unis qui réglemente les opérations sur les marchés financiers pour protéger les investisseurs, en publiant des communiqués de presse et des déclarations téléphoniques trompeurs sur ses résultats, durant la période citée plus haut.

Le succès d’Oracle a longtemps été basé sur les ventes de ses SGBD sur site Jusqu’à ce que ses revenus commencent à stagner au cours de ces dernières années lorsque ses clients ont commencé à migrer vers des nouvelles solutions basées sur le cloud. C’est ainsi que l’éditeur de logiciel a développé ses propres solutions cloud afin de s’adapter aux performances des ses clients.

Selon le cabinet RM LAW, Oracle a communiqué des informations erronées, durant la période visée, en attribuant faussement la croissance des revenus de sa branche cloud à divers facteurs et initiatives tels que les économies obtenues par la réduction de coûts, les niveaux d’automatisation sans précédent qu’il aurait mis en place et les partenariats intimes avec les clients.

Cependant, la demande pour les services cloud d’Oracle n’émanait pas des clients et par conséquent n’était pas réelle, selon le cabinet. Les ventes étaient obtenues par des menaces et des tactiques répressives poussant les clients à abandonner les solutions Oracles. Entre autres formes de répression, la société a menacé les clients de procéder à des audits de leur utilisation des licences de logiciels sur site, à moins que les clients ne consentent à transférer leurs activités vers des programmes cloud d’Oracle.

Le signal qui a conduit au recours collectif des investisseurs est venu des analyses des commentateurs et des analystes de marchés après le communiqué fait par Oracle annonçant que la croissance de son chiffre d’affaires dans le cloud avait stagné et fournissant des prévisions de croissance sur cette activité nettement inférieures à celles de ses concurrents.

Source : RM LAW

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que Oracle a échoué dans sa transition de fournisseur de SGBD sur site au cloud computing ?

Voir aussi

Les techniques de vente agressives d'Oracle s'avèrent contre-productives, elles ont tendance à chasser certains clients
Amazon envisage d'abandonner complètement les SGBD et services d'Oracle d'ici 2020, Oracle serait incapable de répondre à ses besoins de performance
Oracle présente les résultats de son année fiscale 2018, et annonce son intention d'apporter des interfaces vocales à Fusion ERP et HCM
Gartner : Le marché des logiciels d'infrastructures et middleware en croissance en 2017, IBM en tête suivi par Oracle et Salesforce