Azure cloud est le nouveau Windows de Microsoft,
soutient l’analyste James Cordwell au regard de la croissance continue de la plateforme cloud

Depuis des années, Microsoft a entrepris un certain nombre de réformes pour se hisser parmi les entreprises en tête du classement des fournisseurs de services cloud. Pour mieux exprimer son engagement sur cette lancée, l’entreprise a depuis plusieurs années fait du cloud une priorité en adoptant le slogan « Cloud first, Mobile first ».

Dans les faits, cela s’est traduit par exemple par l’investissement dans de nouveaux datacenters, l’intégration de supercalculateurs sur sa plateforme cloud Azure, la révision de son offre tarifaire, le renforcement de ses services sur sa plateforme cloud Azure et bien d’autres ajouts de taille. Aujourd’hui encore, la firme n’a pas renoncé à ses ambitions de fournir des services cloud de pointe et compte délivrer un cloud plus intelligent avec la combinaison des technologies d’intelligence artificielle dans lesquelles elle investit énormément.

Selon l’analyste James Cordwell, les changements organisationnels opérés par l’entreprise afin de mieux capitaliser son activité de cloud computing — dont la pièce maîtresse est Azure — devraient constituer un facteur clé de profit pour Microsoft. Pour Cordwell, « Azure a remplacé Windows comme plate-forme sous-jacente à l’offre d’entreprise de Microsoft, et nous prévoyons des revenus supérieurs à 100 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie ».

Ces prévisions bien qu’assez élevées ne sont pas irréalisables dans la mesure où la croissance de l’entreprise dans le cloud est fulgurante. Au premier trimestre de son année fiscale 2018, la firme de Redmond a dépassé ses objectifs de 20 milliards de dollars qu’elle s’était fixés pour son cloud et durant le premier trimestre de l’année fiscale 2018, Azure a enregistré une progression de 90 %. En avril dernier, Microsoft a présenté les résultats financiers de son troisième trimestre fiscal et comme on pouvait s’y attendre le chiffre d’affaire de son Cloud Intelligent a progressé de 17 % et celui des services cloud et produits Dynamics a évolué de 17 % également.

« Avec Microsoft Office 365, Microsoft occupe déjà une place de premier plan dans le marché des services et le potentiel de croissance reste élevé, car l’accessibilité accrue du modèle de diffusion cloud continue d’alimenter la base d’utilisateurs et de moderniser progressivement les offres de base », souligne Cordwell.

Nom : azure-logo.gif
Affichages : 2547
Taille : 24,2 Ko

Toutefois, même si la croissance de Microsoft Azure demeure constante depuis plusieurs années, le leader incontesté du marché actuel demeure Amazon. Selon l’entreprise de recherche Synergy Research Group, Amazon détiendrait environ 33 % du marché de l’infrastructure cloud composé du cloud computing et storage, des services pour l’exécution d’applications et du cloud privé hébergé. Microsoft qui détenait 10 % du marché il y a un an aurait remonté la pente de 3 points en passant à 13 % selon les statistiques de la même entreprise. Google est un peu plus loin avec 6 % de part de marché.

Bien que l’écart entre Amazon et Microsoft reste encore grand, l’on note clairement que Microsoft grignote année après année des parts de marché dans ce secteur. Cependant, il va falloir attendre encore très longtemps pour voir le monopole dont jouit Windows se confirmer également avec Azure. Amazon n’étant pas prêt à se faire ravir la première place aussi facilement. Mais rien ne serait encore perdu, car « le marché du cloud est encore aux premiers stades de développement », estime Cordwell. « Nous modélisons Amazon Web Services et Azure qui atteindront [respectivement] 185 milliards de dollars et 115 milliards de dollars de chiffre d’affaires dans dix ans, ce qui représente environ 70 % de la part du marché combiné à l’époque », relève l’analyste.

Pour l’année 2019, Amy Hood, le directeur administratif et financier de Microsoft, avance que son entreprise devrait afficher une croissance continue de ses revenus « due à la transition vers les services de cloud computing ». En outre, avec la croissance du marché technologique en général, les analystes prévoient que dans les prochaines années, Microsoft, Amazon et Apple seront les trois entreprises technologiques à passer le cap des 1000 milliards de dollars en valorisation boursière avec Apple en premier lieu suivi d’Amazon. Pour ce qui concerne Microsoft, il faut noter que sa valeur en bourse est en hausse de plus de 17 % depuis janvier et de 41 % au cours des 12 derniers mois.

Source : CNBC

Et vous ?

Pensez-vous également qu’Azure cloud est le nouveau Windows de Microsoft ?

Pensez-vous qu’Azure pourra atteindre le monopole de Windows ?

Voir aussi

Microsoft ouvre officiellement quatre datacenters en France et prévoit d'en ouvrir d'autres en Allemagne, en Suisse et aux EA
Microsoft vise les 1000 milliards USD d'ici 2019 en misant sur le cloud et ses solutions Entreprise, Office 365 et Azure notamment
Microsoft baisse les prix du support Azure Standard : désormais, c'est 100 USD par mois pour les clients Azure éligibles
Microsoft publie les résultats du second trimestre de son année fiscale 2018 portés encore une fois par le cloud
Microsoft a publié des résultats meilleurs que prévu pour le premier trimestre de son année fiscale 2018