Des fuites sur le Snapdragon 1000 de Qualcomm présentent une puce qui n'est pas soudée à la carte mère,
et destinée dans un premier temps aux ordinateurs Windows 10

Après avoir élaboré le Snapdragon XR1, une plateforme dédiée à la réalité virtuelle, puis le Snapdragon 850, un CPU dédié aux « Always Connected PC », les rumeurs veulent que Qualcomm soit occupé à développer une nouvelle gamme de puces avec le Snapdragon 1000, particulièrement pensé pour les ordinateurs sous Windows 10. Le mot d’ordre de cette nouvelle puce serait de se servir de l’espace supplémentaire présent dans les PC pour décupler les performances des puces Snapdragon, l’objectif étant de concurrencer plus directement les processeurs x86 d'Intel, au moins sur son entrée / milieu de gamme.

Selon nos confrères allemands, le Snapdragon 1000 (ou SDM 1000) est basé sur une architecture ARM. Sa particularité principale serait de présenter une taille de 20 x 15 mm, ce qui est bien plus gros que ses prédécesseurs mesurant 12,4 x 12,4 mm.

Nom : snapdragon.png
Affichages : 1267
Taille : 59,3 Ko

SDM 1000, qui afficherait une consommation de 12 W (une valeur plutôt classique pour un PC portable faiblement énergivore, dans la lignée des séries Y et U d'Intel), aurait été testé sur une plateforme de référence. Cette dernière peut accueillir jusqu'à 16 Go de RAM LPDDR4x et supporte deux espaces de stockage de 128 Go en UFS 2.1. Point intéressant, le SoC serait pour la première fois posé sur un socket et non soudé à la carte mère, le rapprochant là encore des pratiques sur x86 (il faut noter que cela ne sera pas forcément le cas quand la puce sera commercialisée).

Large format oblige, la puce intègrerait également un contrôleur WLAN Gigabit ainsi qu'une nouvelle unité de gestion de l'alimentation afin d'équilibrer la puissance et la consommation énergétique.

Source : WinFuture

Voir aussi :

Marché des semiconducteurs : le rachat de NXP par Qualcomm se précise, la Chine serait désormais favorable à l'opération
Broadcom décide finalement de renoncer à son projet de rachat de son concurrent Qualcomm, après l'interdiction signée par Donald Trump
USA : Trump signe un décret interdisant le rachat de Qualcomm par Broadcom, évoquant des « preuves crédibles » d'une menace pour la sécurité nationale
Qualcomm rejette l'offre finale de 82 $ par action faite par Broadcom à l'issue de leur rencontre, mais se dit ouverte à d'autres négociations
Broadcom et Qualcomm discuteront ce 14 février pour essayer de trouver un accord concernant le rachat du second par le premier