IBM lance 18 nouvelles « zones de disponibilité » afin de déployer de nouveaux centres de données,
qui vont servir au cloud hybride pour les entreprises

Pour les entreprises qui optent pour le cloud hybride, la proximité des centres de données peut être un point important étant donné qu’une distance trop importante peut avoir un impact négatif des performances sur le réseau.

Afin de répondre à cette problématique, IBM a annoncé expansion massive de son Cloud public avec l’ouverture de 18 nouvelles « zones de disponibilité », essentiellement de gros centres de données aux États-Unis, en Europe et dans la région Asie-Pacifique.

Les 18 nouvelles zones de disponibilité sont situées dans des centres « très demandés » en Europe - Allemagne et Grande-Bretagne, Asie-Pacifique - Tokyo et Sydney, et Amérique du Nord - Washington DC et Dallas. Une zone de disponibilité, définie par IBM, est une instance isolée de cloud dans une région de centre de données, avec une alimentation, un refroidissement et un réseau indépendants pour renforcer la tolérance aux pannes.

« Alors qu'IBM Cloud est déjà présent dans près de 60 sites, il possède désormais encore plus de capacité et dispose de plus de moyens dans ces centres clés », a déclaré le fournisseur. De plus, les clients seront en mesure de déployer des clusters Kubernetes multi-zones dans les zones de disponibilité via le service IBM Cloud Kubernetes, simplifiant ainsi le déploiement et la gestion des applications conteneurisées, ajoutant ainsi de la cohérence à leur expérience.

« Notre offre cible clairement l'entreprise, en particulier les clients qui gèrent des charges de travail très traditionnelles, mais qui se modernisent en introduisant progressivement de nouvelles compétences natives du cloud », a commenté Akilesh Duvvur, chef de produit mondial IBM Cloud. « Les datacenters d’IBM peuvent héberger les données dans de multiples formats et bases de données, dont le DB2, SQLBase, PostreSQL, ou NoSQL, tous disponibles en tant que services cloud », a-t-il continué.

Et de poursuivre en expliquant que « Nous avons consacré beaucoup de temps et d'efforts à notre plateforme de conteneurs basée sur Kubernetes et nous pouvons offrir un accès et des services communs entre notre environnement sur site et notre environnement de cloud public [...] Au cours de l'année, IBM va homogénéiser tous ses services cloud, y compris le service IA de Watson, dans toutes ses zones de disponibilité, et offrira un support multicluster, c’est à dire la capacité d'exécuter des charges de travail et d'effectuer des sauvegardes dans toutes les zones de disponibilité ».

Nom : IBM_plan.png
Affichages : 806
Taille : 81,8 Ko
La carte des datacenters et points d'accès du cloud d'IBM dans le monde

« Les plus grandes entreprises du monde travaillent avec IBM pour effectuer des migrations vers le cloud parce que nous connaissons leur technologie et leurs besoins métier uniques alors qu'ils construisent le pont qui va permettre de relier leur passé à leur avenir », a déclaré David Kenny, vice-président d'IBM Watson et Cloud Platform. « Notre investissement continu dans le cloud et notre liste croissante de clients reflètent le fait que les entreprises recherchent de plus en plus des environnements cloud hybrides offrant des outils de pointe, notamment l'IA, l'analytique, l'IdO et la blockchain afin de maximiser leurs profits ».

Pour l’instant, IBM affirme que son réseau mondial dispose de plus de 2 600 Gb/s de capacité de connectivité entre les datacenters et les PoP du réseau, et que ses PoP offrent plus de 2 500 Gb/s de capacité de connectivité de transit et d’appairage vers Internet. IBM affirme que 95 % des entreprises du Fortune 500 utilisent ses services de données d'une manière ou d'une autre.

En plus de ces datacenters supplémentaires, IBM a également annoncé qu'un certain nombre de grandes entreprises déplaçaient leurs charges de travail vers son cloud.

Parmi elles, nous pouvons noter ExxonMobil, qui a adopté IBM Cloud comme base pour son application mobile Speedpass développée par IBM Services. Speedpass est disponible pour les automobilistes de plus de 11 000 stations-service Exxon et Mobil à travers les États-Unis. Bausch Lomb, la société de lunettes, a choisi IBM Cloud pour son système de chirurgie de la cataracte de nouvelle génération Stellaris Elite.

Bausch Lomb va exploiter le réseau à partir des centres de données IBM Cloud à Dallas et Francfort, cette dernière jouant un « rôle essentiel » pour aider Bausch Lomb à se conformer aux nouvelles exigences du RGPD.

Westpac, l'une des plus grandes banques et prestataires de services financiers d'Australie, a migré vers une infrastructure IBM Cloud sécurisée et dédiée en Australie. Il lui permet de déployer facilement des applications et de commercialiser plus rapidement de nouvelles solutions client, tout en respectant les contrôles réglementaires en matière de protection des données et de confidentialité, a déclaré la banque.

Il faut noter cependant qu’au niveau mondial, le marché du cloud public est détenu en majorité, et de loin, par Amazon Web Services. Selon le Synergy Research Group, au premier trimestre 2018, AWS détenait 33 % des services d'infrastructure cloud (PaaS, IaaS, et cloud privé hébergé), contre 14 % pour Microsoft Azure et 8 % pour IBM. Néanmoins, IBM jouit d'une solide réputation auprès des grandes entreprises. Environ 38 % des mille personnes interrogées par RightScale dans le cadre de son enquête 2018 sur les clouds ont déclaré soit qu’elles exécutaient des applications sur le cloud public d'IBM, soit qu’elles testaient ou envisageaient d’utiliser la plateforme d'IBM.

Nom : IBM_pdm.png
Affichages : 758
Taille : 100,1 Ko

En savoir plus sur les services IBM Cloud et Watson

Source : IBM, Synergy Research Group

Voir aussi :

MariaDB annonce MariaDB TX 3.0, sa première base de données open source pour entreprise qui vient rivaliser les solutions Oracle, Microsoft et IBM
Sommet Tech for Good : IBM annonce la création de 1800 emplois en France dans les domaines de l'IA, la blockchain, le cloud computing et l'IdO
Le directeur d'IBM Research met en garde contre les ordinateurs quantiques, qui pourront briser instantanément les méthodes de chiffrement actuelles
La science des données est-elle morte ? Vu l'abondance de services clé en main comme IBM Watson, la majorité de leurs tâches sont externalisables
Watson, l'Intelligence artificielle d'IBM découvre chez une patiente une leucémie rare qui n'avait pas pu être détectée par les médecins