Intel investit chez SiFive
Une entreprise fabless du semi-conducteur spécialisée dans l’architecture RISC-V

Intel investit chez Sifive. Le fondeur met des dizaines de millions de dollars dans une entreprise fabless du semi-conducteur spécialisée dans l’architecture RISC-V.

D’après ce que rapporte Golem Media Gmbh, Intel s’ouvre au RISC-V à hauteur de 50 millions, une décision de sa division de gestion du capital-risque, des investissements mondiaux, des fusions et des acquisitions – Intel Capital.

SiFive fait partie de ce qu’on peut considérer comme l’un des maillons les plus actifs de la sphère RISC-V. L’entreprise a présenté le premier processeur RISC-V supporté par Linux, Unix et FreeBSD lors de l’Embedded Systems Conference qui s’est tenue du 5 au 7 décembre 2017. Dans son portfolio, l’entreprise compte également Hifive Unleashed, une carte de développement – qui s’appuie sur un jeu de puces U540 – cadencée par le U54-MC Coreplex. Le chipset U540 est basé sur l’architecture U500 qui compte jusqu’à huit cœurs d’application. Le jeu de puces est doté de quatre de ces derniers accompagnés d’un cœur dit de monitoring. Chacun des cœurs dispose d’une unité de gestion de mémoire dédiée et est capable d’aller jusqu’à 1,5 GHz. Le tout est compatible Linux et fondu sur du 28nm.

Nom : U540.png
Affichages : 1247
Taille : 196,1 Ko

L’annonce d’Intel se fait dans un contexte où les processeurs ouverts RISC-V gagnent chaque jour un peu plus en intérêt de la part des grands groupes industriels. En avril 2018, 80 entreprises technologiques ont manifesté leur soutien pour cette architecture créée à l’université de Berkeley aux États-Unis en 2010 et lancée sur le marché en 2014. Google, Qualcomm et Samsung font partie de ces entreprises désormais regroupées au sein de la fondation RISC-V (qui compte plus d’une centaine de firmes en son sein). Le but de cette dernière : assurer la promotion du jeu d’instructions open source RISC-V qui, de la même façon que le jeu propriétaire Tensilica, permet l’ajout d’instructions personnalisées ; bien évidemment, les discussions au sein de la fondation tournent également autour des coûts de conception qu’un passage à l’open source devrait permettre de casser.

En sus, il ne faut pas perdre de vue qu’Intel continue de gérer l’épisode Meltdown et Spectre, des failles qui affectent la quasi-totalité de sa flotte de processeurs. Les dernières nouvelles font même état de ce que les puces du fondeur exhibent d’autres vulnérabilités similaires à celles regroupées sous le nom de famille Spectre. D’avis d’observateurs, l’open hardware et l’architecture RISC-V en particulier sont en pôle position pour apporter des réponses à ce type de maux. Intel ne ferait donc que regarder plus sérieusement vers le futur.

Source : golem.de

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

L’architecture RISC-V est-elle la solution ultime aux maux qui minent l’industrie du semi-conducteur ?

Voir aussi

SiFive lance un processeur RISC-V supporté par Linux, Unix et FreeBSD, une menace pour les architectures propriétaires comme ARM ?

SiFive va lancer une carte de développement RISC-V supportée par Linux, HiFive Unleashed est attendue dès le mois de mars

Les processeurs open source RISC-V reçoivent le soutien de 80 entreprises technologiques parmi lesquelles Samsung, Google, Nvidia et même WD