Le code source de System Shock 1 est disponible sous licence GPLv3
Pour les Power Macintosh

Combien y a-t-il eu de nouveaux dépôts GitHub il y a quatre jours ? Difficile de répondre à cette question. Une chose est sûre cependant, celui de System Shock 1, en fait partie. Les contenus sont publiés sous licence GPLv3 par Night Dive Studios, l’entreprise derrière le jeu de rôle et de tir.

Le code publié par cette dernière contient des détails sur : l’intelligence artificielle qui anime les personnages, le rendu des différents niveaux, le fonctionnement de l’interface utilisateur du jeu, etc. Nightdive Studios publie le code source pour les Power Macintosh, des ordinateurs d’Apple à base de processeurs PowerPC.

La procédure de compilation (sur Mac OS 9) est détaillée en treize étapes sur le dépôt GitHub. Pour la mener à bien à partir des sources, se munir :

  • d’un ordinateur Power Macintosh ou d’un émulateur (NightDive conseille SheepShaver) ;

  • de l’environnement de développement intégré CodeWarrior pour PowerPC (CodeWarrior 10 Gold Tools version 1.7 fera l’affaire) ;

  • de l’archive ShockMac.sit à décompresser avec un utilitaire capable de lire des fichiers au format Stuffit .


Nom : Medical.png
Affichages : 1764
Taille : 331,2 Ko

Microsoft vient d’effectuer une manœuvre similaire avec la publication sous licence MIT du code source de Windows File Manager, son gestionnaire de fichiers livré avec des versions de son système d’exploitation Windows entre 1990 et 1999. De façon générale, le passage à l’open source permet de bénéficier des retours de la communauté pour faire évoluer un existant. D’ailleurs, dans le cas Windows File Manager, la firme de Redmond précise que les contributeurs intéressés devront « accepter un accord de licence de contributeur (CLA) » qui permettra au géant du logiciel d’obtenir le droit de faire à son tour usage des contributions au sein de ses propres projets. Dans le cas de Night Dive Studios toutefois, le passage au libre et à l’ouvert est, semble-t-il, d’abord lié aux finances.

System Shock est l’un des nombreux cas de mauvaise gestion des fonds que l’on recense dans l’univers de l’entrepreneuriat. Le projet a levé 1,36 million de dollars au travers de la plateforme Kickstarter en 2016. La manœuvre était destinée à proposer une version remastérisée de celle lancée en 1994. Les fonds n’ont malheureusement pas servi à atteindre les objectifs initiaux.

Dans un entretien accordé à PC Gamer au mois de février de cette année, Stephen Kick, CEO de Nightdive Studios, déclare : « nous nous sommes retrouvés en train de développer un tout nouveau jeu au lieu de la version remastérisée. Nous sommes passés d’Unity à Unreal comme moteur, un choix que nous ne regrettons pas puisqu’il a été payant. Avec ce changement nous nous sommes mis à voir plus grand, mais en nous éloignant chaque fois un peu plus des concepts centraux du titre original. »

« Le concept et l’équipe allant grandissants, il en a été ainsi de l’objectif et du budget disponible pour le jeu. Avec l’augmentation de ce dernier, nous avons entamé une longue série d’échanges avec des partenaires », a-t-il ajouté. PC Gamer rapporte que Nightdive Studios serait à court de fonds et que toutes les tentatives de l’entreprise d’obtenir des financements supplémentaires ont échoué.

Le projet est donc en pause le temps pour l’équipe de réévaluer la trajectoire. Il semblerait que l’open source soit l’une des issues que l’entreprise a décidé d’explorer.

Sources

Dépôt System Shock

PC Gamer

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Le passage à l’open source est-il la solution idoine ?