Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #541
    Membre extrêmement actif Avatar de ddoumeche
    Homme Profil pro
    Ingénieur recherche et développement
    Inscrit en
    octobre 2007
    Messages
    1 075
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Singapour

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur recherche et développement

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2007
    Messages : 1 075
    Points : 2 062
    Points
    2 062

    Par défaut

    Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
    Ben c'est justement ce qu'il c'est passé. Par le biais d'une fausse enquête Cambridge Analytica à pu obtenir de FaceBook toutes les info qu'il voulait pour réaliser les profils de chaque personne et cibler celles qui les intéressaient en leur envoyant par message privés des fakesNews pour orienter leur vote.
    A partir du moment où tu autorises une application à accéder à ton compte facebook, tu lui donnes accès à toutes tes informations. Ajoutons pour la N-ième fois que facebook vend du "conseil politique" et a déjà faire élire quantité de politiciens, ce qui est autrement plus impactant que cette histoire.

    Alors qu'ici on parle d'à peine 270.000 électeurs, ce qui est une paille. Cambridge Analytica est juste un scapegoat.


    Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
    ça n'a rien à voir avec un ciblage basé sur le profil moyen des lecteur de tel ou tel journal, qui de plus est non seulement traçable, mais permet aussi d'empêcher la diffusion de fausses nouvelles, car "en principe" seules les nouvelles vérifiées sont imprimée (et ça peut donner lieu à des procès sinon).
    Pourtant si j'ouvre la presse écrite, france info en tête, je vois quantité de fausses nouvelles: ours polaire qui disparaît, iceberg qui va noyer Saint Malo, Fillon qui ne rend pas ses costumes, et j'en passe. Tu veux dire de fausses nouvelles revendiqués par le pouvoir, donc de ses courtisans.

    Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
    Sans oublier que Cambridge Analytica à été financé par Robert Mercer aussi bien pour la campagne de Trump que pour le Brexit, sans que ces montant ne puissent être comptabilisés sur les comptes de campagne.
    Ce n'est nullement différent du reste du système électoral américain où les dépenses se chiffrent en milliard. En tout cas je ne vois pas le souci, c'est toujours mieux que d'être financé par Jeffrey P. Bezos, fossoyeur international du petit commerce.

  2. #542
    Expert confirmé Avatar de psychadelic
    Profil pro
    Inscrit en
    mai 2010
    Messages
    2 192
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : mai 2010
    Messages : 2 192
    Points : 4 269
    Points
    4 269

    Par défaut

    ah, ok, t'es versé dans les théories du complots, donc inutile d'en discuter.
    «La pluralité des voix n'est pas une preuve, pour les vérités malaisées à découvrir, tant il est bien plus vraisemblable qu'un homme seul les ait rencontrées que tout un peuple.» [ René Descartes ] - Discours de la méthode

  3. #543
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    406
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 406
    Points : 13 941
    Points
    13 941

    Par défaut Facebook a volontairement planifié l’espionnage des utilisateurs, selon de nouveaux emails confidentiels

    Facebook a volontairement planifié l’espionnage des utilisateurs
    C'est ce que révèlent de nouveaux emails confidentiels de la direction

    Il semble que l’année 2019 ne sera pas de tout repos pour le réseau social à 2 milliards d’utilisateurs qui a fait l’objet de plusieurs accusations l’année dernière, notamment, de n’avoir pas suffisamment protégé les données de ses utilisateurs et de n’avoir pas empêcher la diffusion des fausses nouvelles et la désinformation de tout genre sur sa plateforme numérique. Nous ne sommes qu'en début d’année que des nouvelles qui ne sont pas faites pour favoriser l’augmentation du nombre d'utilisateurs du réseau social déferlent sur la toile mondiale.

    Les nouveaux documents publiés vendredi qui semblent être des communications internes confidentielles entre les hauts responsables de Facebook, dont Mark Zuckerberg, apportent un nouvel éclairage sur le traitement des données utilisateur par l'entreprise. Selon les documents divulgués, Facebook prévoyait non seulement d’utiliser une application Android pour suivre la localisation de ses utilisateurs à partir de leur téléphone mobile, mais également, de transmettre des données sur les utilisateurs de Facebook à des sociétés qui vendent des services de rencontres ainsi qu’à des organisations qui souhaitent les cibler avec des publicités « politiques ».

    Nom : Spy.jpg
Affichages : 20644
Taille : 19,1 Ko

    Selon le rapport du Guardian, Facebook avait volontairement planifié l’espionnage des utilisateurs, d'après les documents rendus public. Cette révélation vient encore aggraver la situation du réseau social déjà pénible avec les organisations de protection de vie privée sur Internet, les organismes de régulation et les utilisateurs. Selon un article de Bloomberg publié en janvier, la colère de certains utilisateurs s'était intensifiée contre Facebook quand ils ont découvert qu'il est impossible de supprimer l'application Facebook préinstallée de certains smartphones Samsung. Toutefois, un porte-parole de Facebook et Samsung ont déclaré que la désactivation de l'application préinstallée correspond à sa surpression de l’appareil. Espérons que ça marche.

    Environ 60 pages de documents liés au procès entre Facebook et Six4Three, un développeur d'applications, ont été publiées anonymement sur GitHub le vendredi. Ces documents comprennent des courriels entre divers dirigeants de Facebook ainsi qu'une note de service « hautement confidentielle » de 2012 qui détaillent diverses questions de politique de la société.

    Leur divulgation intervient à la suite de la publication du rapport d’enquête du comité du numérique, de la culture, des médias et du sport (DCMS) du Parlement britannique présidé par Damian Collins. Ce comité était chargé d’enquêter sur Facebook concernant les fausses nouvelles et la désinformation propagées sur sa plateforme. Le rapport d’enquête, qui n’a pas été tendre avec Facebook, demande la mise en place d’un régulateur indépendant chargé de superviser Facebook et les autres sociétés de médias sociaux. Le rapport a par ailleurs comparé le réseau social à « un gangster numérique » qui se place « au-dessus des lois ».

    Les nouveaux documents divulgués font partie d'un ensemble de documents saisie par le DCMS en novembre dernier, à l’occasion d’un voyage d’affaire au Royaume-Unis de Ted Kramer, fondateur de Six4Three. Les parlementaires britanniques avaient publié en décembre dernier plus d’une centaine de pages de ces documents malgré l'ordonnance de non divulgation du tribunal de la Californie.

    Que révèlent les nouveaux documents confidentiels divulgués ?

    Rien qui puisse encourager à continuer d'utiliser les applications Facebook. Dans un mémo de 8 pages, marqué « hautement confidentiel », qui semble être une note de service de juillet 2012 de Marne Levine, vice-présidente de la politique publique mondiale de Facebook à l'époque, se trouve exposés des plans fascinants de collecte de données sur les téléphones Android. « Nous allons collecter les données de localisation des utilisateurs et les comparer avec les identifiants des sites cellulaires. Ces informations seront stockées sous une forme anonyme, mais nous permettront de déployer des produits avec des fonctionnalités de localisation téléphonique à l'avenir. », a-t-elle écrit.

    Les courriels de Mme Levine, l’actuel chef des opérations d'Instagram, ont révélé également que Facebook avait modifié ses termes de services pour permettre aux annonceurs de cibler plus facilement les célibataires sur Facebook, notamment en leur offrant des publicités « politiques » via une interface libre-service. « Nous avons révisé nos termes de services pour permettre aux annonceurs de cibler les utilisateurs qui n'ont pas indiqué qu'ils sont « mariés » ou « en couple » (au lieu de cibler uniquement les utilisateurs « célibataires ») », a-t-elle écrit. « Cette capacité de ciblage n'est actuellement disponible que pour les services de rencontre, mais l'équipe des produits publicitaires travaille à l'étendre à d'autres secteurs verticaux (comme la politique) et à la rendre disponible via le libre-service »

    Nom : Spy01.jpg
Affichages : 11612
Taille : 18,8 Ko

    Les revenus financiers étaient l’un des motifs de ces manœuvres politiques de Facebook, selon une autre section de la note de service. Dans un de ses courriels, Levine a fait référence à un autre projet en le décrivant comme un « assouplissement des termes de services », qui devrait augmenter les revenus de Facebook. « Il s'agit d'une grande victoire spécialement pour le secteur de rencontre, mais elle soutient également nos efforts pour examiner les « bonnes » opportunités de revenus résultant de l'assouplissement/changements des termes de services, » écrit-elle.

    Les documents montrent également que Facebook prévoyait aussi d’utiliser son application Android pour obtenir des renseignements concurrentiels sur les entreprises concurrentes. « Pour des fins d'analyse concurrentielle et d'amélioration de produit, l'équipe de croissance souhaite commencer à collecter certaines informations sur la question de savoir si les utilisateurs ont un autre app store que Google Play et quelles applications par défaut ils utilisent pour certaines fonctions Facebook (appareil photo, messages, etc.). », a écrit Mme Levine. « L'équipe de protection de la vie privée travaille avec l'équipe de croissance pour déterminer les meilleures solutions de rechange pour recueillir ces renseignements tout en minimisant les risques liés aux termes de services », a-t-elle ajouté dans le courriel.

    Les nouveaux emails publiés semblent également faire référence à ce qui aurait pu être une atteinte catastrophique à la vie privée que les responsables de Facebook ont dû camoufler. Dans un courriel, l'ancien vice-président de Facebook, Michael Vernal, avait averti par e-mail, en octobre 2013, qu'un problème avec « Login V4 » aurait pu être « presque fatal » pour la plateforme Facebook. « Si Mark avait accidentellement divulgué les revenus à l'avance parce qu'une application de la plateforme violait sa vie privée... littéralement, cela aurait été fatal pour Login / Open Graph / etc », a-t-il écrit.

    Il a ensuite exhorté tout le monde dans le fil d'instruction à garder l'incident confidentiel, en écrivant : « Je veux qu'on y donne suite et qu'on y réponde de toute urgence, mais je ne veux pas que cette histoire se répande à l'intérieur de Facebook ou à l'extérieur de ce fil d'instruction. Je ne peux pas vous dire à quel point cela aurait été terrible pour nous tous si cela n'avait pas été arrêté rapidement ».

    Dans une autre section de la note, Levine détaille les efforts déployés par divers dirigeants et employés de Facebook pour obtenir la faveur des politiciens du monde entier. Entre autres choses, Levine célébrait, dans un courriel, une rencontre entre le général Martin Dempsey, alors président des chefs d'état-major interarmées, et Sheryl Sandberg, l’actuelle directrice des opérations de Facebook.

    Avec ces différentes révélations, l’étau se resserre davantage autour du géant des réseaux sociaux. Facebook vient de se faire sévèrement épingler par les parlementaires britanniques qui ont récemment rendu public leur rapport d’enquête de 108 pages sur les fausses nouvelles et la désinformation. Ce rapport, qui a nécessité dix-huit mois d’enquête, l’audition d’au moins de 73 témoins et plus 4 350 questions posées, prévoit plusieurs mesures, y compris la supervision de Facebook, afin de mettre fin à certaines pratiques non recommandées.

    Source : The Guardian, Tweet

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Que pourrait-il arriver à Facebook après la découverte de toutes ces informations sur sa responsabilité dans la violation des données des utilisateurs ?

    Lire aussi

    Il n'est pas possible de supprimer l'app Facebook pré-installée de certains smartphones Samsung, ce qui suscite la colère des utilisateurs
    Facebook a décidé quels utilisateurs pouvaient être intéressés par les nazis, et a laissé les annonceurs les cibler directement
    Zuckerberg affirme que la fusion des plateformes WhatsApp, Instagram et Messenger améliorera la sécurité, et créera une expérience de type iMessage
    L'équipe de sécurité de Facebook suit l'emplacement des utilisateurs considérés comme une menace, pour protéger ses employés
    Le PDG de Facebook a soutenu le partage des données clients malgré des doutes, selon les documents saisis par les députés, il a déploré son choix
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #544
    Invité
    Invité(e)

    Par défaut

    Moi qui pensez que c'était du au hasard.

    Sinon le début des sanctions pour benalla (-1 ans) était plus rapide que avec Facebook (10 après on envisage) que faut t'il comprendre ?

  5. #545
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    581
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 581
    Points : 19 107
    Points
    19 107

    Par défaut « Clear History » qui permettra d'effacer son historique de navigation sur Facebook est pour 2019

    « Clear History » qui permettra d'effacer son historique de navigation sur Facebook est pour 2019
    la firme dit qu'il nuira à ses activités publicitaires

    L’affaire Cambridge Analytica a conduit Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, devant plusieurs institutions législatives pour témoigner des pratiques de confidentialité de son entreprise. Parmi ces institutions, il y a le Congrès américain qui a soumis Zuckerberg à une série d’interrogation afin de comprendre la politique d’utilisation des données des utilisateurs. Dans un document de 500 pages publié en juin 2018, Facebook, comme son PDG dans ses différents témoignages, a promis de mener une enquête pour éclaircir son éventuelle implication dans l’affaire Cambridge Analytica tout en continuant à améliorer ses pratiques de confidentialité.

    Facebook avait donc brandi de nouveaux outils destinés à appuyer ses pratiques de confidentialité, notamment une fonctionnalité baptisée « Clear History » qui « permettra aux utilisateurs de voir les sites Web et les applications qui envoient des informations à Facebook lorsqu'ils les utilisent. La fonctionnalité permettra également aux utilisateurs de supprimer ces données de leurs comptes et de désactiver pareils échanges avec leurs comptes à l’avenir », avait déclaré la société. Comme son nom l'indique, cette fonctionnalité permet aux utilisateurs d'effacer leur historique de navigation sur le réseau social. La fonctionnalité Clear History avait été annoncée à la conférence annuelle F8 de Facebook pour les développeurs en mai 2018 et devrait être disponible cette année.

    Nom : Facebook-Clear-History.jpg
Affichages : 3622
Taille : 35,1 Ko

    « Dans votre navigateur Web, vous disposez d'un moyen simple d'effacer vos cookies et votre historique. L'idée est que beaucoup de sites ont besoin de cookies pour fonctionner, mais vous devriez toujours pouvoir effacer votre historique quand vous le voulez. Nous construisons une version de [cette fonctionnalité] pour Facebook aussi. Ce sera un contrôle simple pour effacer votre historique de navigation sur Facebook - ce sur quoi vous avez cliqué, les sites Web que vous avez visités, et ainsi de suite », a écrit Mark Zuckerberg dans un post sur Facebook. « Cette fonctionnalité vous permet de voir les sites Web et les applications qui nous envoient des informations lorsque vous les utilisez, de supprimer ces informations de votre compte et de désactiver notre capacité à les stocker dans votre compte », explique Erin Egan, Chief Privacy Officer de Facebook, dans un autre post. Il profite également pour préciser que les applications et sites Web qui utilisent des fonctionnalités telles que le bouton « J'aime » ou Facebook Analytics envoient au réseau social des informations pour améliorer son contenu et ses annonces.

    En résumé, cette fonctionnalité vise à permettre aux utilisateurs d'isoler Facebook du reste de leur activité de navigation Web. Sa finalité s'apparente donc à celle de l'extension Facebook Container lancée fin mars par Mozilla pour Firefox. Mais contrairement à Clear History qui est utilisé à postériori, c'est-à-dire après que les données sont collectées, la solution de Mozilla veut tout simplement empêcher Facebook de collecter des données sur les utilisateurs alors qu'ils ne sont pas sur son site.

    « Clear History » commençait à ressembler à une promesse vide de sens faite par Zuckerberg sous la contrainte dans le sillage du scandale Cambridge Analytica. Après avoir initialement dit que le développement de la fonctionnalité prendrait quelques mois, Facebook a déclaré en décembre que cela « prenait plus de temps que prévu », en citant des obstacles techniques. Mardi dernier, Facebook a donné une forte indication que « Clear History » est vraiment à venir et il a joint un calendrier plus crédible. David Werner, chef de la direction financière, a déclaré à un auditoire de banquiers, d'investisseurs et d'industriels à la conférence Morgan Stanley que la fonctionnalité sera disponible cette année et que cela nuirait probablement aux activités publicitaires ciblées de Facebook.

    Plus important encore, le fait que le directeur financier de Facebook parle de cette fonctionnalité en termes de « vents contraires » pour les activités du réseau social suggère qu'il ne s'agit pas simplement d'une façade. « Facebook pourrait bien publier cette fonctionnalité, mais la concevoir de telle sorte qu'elle soit inefficace ou peu susceptible d'être largement utilisée. Facebook et d'autres plateformes technologiques se spécialisent dans la manipulation du comportement des utilisateurs via la conception de leurs produits. Elles savent donc comment enterrer une caractéristique quand ils ne veulent pas que beaucoup de gens s'en servent. Une telle mesure leur permet d'apaiser les critiques en matière de protection de la vie privée tout en maintenant le statu quo pour la grande majorité des utilisateurs qui ne savent pas qu'ils peuvent s'exclure », a écrit Slate, un magazine américain.

    Cela pourrait bien être le cas avec « Clear History ». Toutefois, la déclaration de Wehner donne l'impression qu'il s'agit d'une fonctionnalité que Facebook s'attend à ce que les gens utilisent réellement, peut-être parce qu'ils seront en mesure de la trouver. Sinon, l'effet sur ses activités publicitaires serait négligeable. Néanmoins, des questions importantes demeurent quant à la conception et à la fonction de l'élément. Slate a demandé à Facebook si les données seront réellement supprimées ou simplement effacées d'une manière ou d'une autre qui les laissera stockées sur les serveurs de Facebook. À cette question, la réponse d'un porte-parole de Facebook a suggéré qu'il ne sera pas supprimé en soi, bien qu'il ait au moins réaffirmé que les données ne seront plus utilisées pour le ciblage publicitaire.

    « Du point de vue du ciblage et de l'optimisation, Clear History sera similaire au contrôle des données de nos partenaires existants dans les Préférences publicitaires - les données effacées par une personne ne seront pas utilisées pour personnaliser ses annonces. Nous partagerons plus de conseils et de détails sur l'impact pour les annonceurs à mesure que nous nous rapprochons du lancement ». Les internautes restent assez septiques sur le fonctionnent réel de cette fonctionnalité. Certains sont surpris que Facebook soit en train d'implémenter une telle fonctionnalité et doute qu'elle fonctionne vraiment comme le public le souhaite.

    Sources : CNBC, Slate

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Facebook va-t-il vraiment lancer Clear History qui pourrait nuire à ses revenus publicitaires ?
    Pensez-vous que cette fonctionnalité fonctionnera vraiment comme annoncé par Facebook ? Pourquoi ?

    Voir aussi

    Affaire Cambridge Analytica : Facebook témoigne dans un document de 500 pages en ignorant les préoccupations de nombreux législateurs américains

    Mozilla lance une extension Firefox pour isoler Facebook dans un conteneur afin d'empêcher le réseau social de vous pister sur les autres sites

    Mark Zuckerberg annonce (avec un peu de regret ?) la fonctionnalité « Clear History » qui permet d'effacer son historique de navigation sur Facebook
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #546
    Membre actif Avatar de Citrax
    Homme Profil pro
    Chargé d'affaire
    Inscrit en
    juin 2014
    Messages
    144
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé d'affaire
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : juin 2014
    Messages : 144
    Points : 253
    Points
    253

    Par défaut fessebouc..............1 jour, fcbk tjrs

    Croire ou ne pas croire facebook*.............là est la question !

    bon allez j'arrête les blagues, ils ne sont pas crédibles.




    (* la plus grande aberration de l'Internet)
    "Pourquoi faire compliqué......quand on peut faire simple......"

  7. #547
    Membre émérite
    Avatar de Doksuri
    Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    juin 2006
    Messages
    1 716
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 49
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : juin 2006
    Messages : 1 716
    Points : 2 777
    Points
    2 777

    Par défaut

    Code pseudocode : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    clearFacebookHistory.onclick = function() {
        sendHistoryToFacebook(userUniqId);
        clearHistory();
    }
    La forme des pyramides prouve que l'Homme a toujours tendance a en faire de moins en moins.

  8. #548
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    581
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 581
    Points : 19 107
    Points
    19 107

    Par défaut Les utilisateurs américains de Facebook quittent le réseau social par millions

    Les utilisateurs américains de Facebook quittent le réseau social par millions
    selon un sondage d'Edison Research

    Un sondage publié en septembre 2018 par l'institut Pew Research Center montre que des américains étaient massivement en train de réviser leur position vis-à-vis du réseau social Facebook. Le sondage, réalisé du 29 mai au 11 juin, sur un échantillon de 3413 utilisateurs de Facebook, avait révélé que 74 % des utilisateurs américains de Facebook ont pris des mesures pour redéfinir une nouvelle orientation de leur vie sur le réseau social. Parmi les utilisateurs américains du réseau social âgés de 18 ans et plus qui ont été sondés, 54 % ont modifié leurs paramètres de confidentialité au cours des 12 mois précédents la date de l'enquête tandis que 42 % ont même cessé de consulté Facebook pendant plusieurs semaines.

    Un peu plus du quart des répondants (26 %) sont allés plus loin dans leur décision de changer leur relation avec le réseau social en supprimant l’application de leur téléphone portable. 74 % de la cible du sondage ont réalisé au moins l’une de ces actions en signe de recherche de protection de leurs données personnelles suite au scandale Cambridge Analytica et aux nombreuses révélations de contrats de partage de données faites par Facebook. Une nouvelle étude effectuée par Edison Research, un cabinet de sondage, révèle que le nombre d'utilisateurs actuels de Facebook continue de diminuer. L'étude montre que le nombre d'utilisateurs de Facebook est estimé à 15 millions de moins que dans le rapport d'Edison Research de l'année 2017.

    Nom : charts.jpg
Affichages : 6751
Taille : 170,9 Ko

    Les baisses sont fortement concentrées chez les jeunes. En effet, la plus forte baisse se situe les utilisateurs âgés de 12 à 34 ans. Marketplace Tech, un programme radiophonique américain, a donné son avis sur les résultats de recherches du cabinet Edison Research sur les médias sociaux. Une petite analyse de Marketplace a révélé que près de 80 % des utilisateurs aux États-Unis utilisent Twitter, Snapchat ou d'autres réseaux sociaux, mais qu'ils sont moins nombreux à se rendre sur Facebook. Cette baisse d'affluence sur le géant réseau social américain pourrait avoir plusieurs raisons.


    Au cours des dernières années, Facebook a été au cœur de la majorité des scandales liés à l’utilisation faite par les entreprises de la Tech des données utilisateur qu’elles collectent, d’une part, et à la manière même dont ces données sont collectées, d’autre part. Il y a eu l’affaire Onavo Protect, un service VPN de Facebook qui, au lieu du rempart de sécurité qui est promis dans la description, est un logiciel conçu pour collecter et analyser les données des utilisateurs afin d’améliorer les produits et services de Facebook. « Onavo collecte des données relatives aux applications installées sur votre appareil lorsque vous les utilisez, aux sites que vous visitez et au volume de données que vous utilisez », peut-on lire dans les termes de la politique de confidentialité de l’application elle-même.

    On se rappelle également de l’affaire des logs d’appels et de SMS. Il a été découvert que Facebook a enregistré les métadonnées des appels téléphoniques et SMS des utilisateurs d'Android. Après avoir téléchargé ses archives Facebook, Dylan McKay, un utilisateur du réseau social a en effet été surpris de découvrir que près de deux ans de logs d'appels et SMS de son téléphone Android étaient inclus. D'autres utilisateurs ont confirmé que les informations sur leurs communications ont également été enregistrées. Les données enregistrées pour chaque appel incluent l'heure et la date à laquelle l'appel a été effectué, le type d'appel (entrant, sortant, manqué), le contact impliqué et la durée de l'appel.

    Il y a également l’affaire impliquant la fonctionnalité « View As », Dans l'après-midi du 25 septembre dernier, les ingénieurs de Facebook ont découvert un problème de sécurité touchant près de 50 millions de comptes. Un correctif était déjà disponible le jeudi suivant et Facebook a révélé que l’attaque a compromis près de 50 millions de comptes Facebook permettant de prendre le contrôle des utilisateurs. Facebook a rapporté que les attaquants ont exploité une vulnérabilité du code de Facebook ayant affecté la fonctionnalité « View As », qui permet aux utilisateurs de voir à quoi ressemble leur propre profil. Les pirates ont dérobé des jetons d’accès Facebook qui leur ont permis ensuite de prendre le contrôle des comptes utilisateurs. Cependant, le problème a été résolu avec le correctif.

    Et bien évidemment, il y a l’affaire Cambridge Analytica dont on a longtemps parlé. Forcément, cette avalanche de scandales ne passe pas sans laisser de marques. La confiance générale en Facebook s’est fortement érodée. Un nombre important d'utilisateurs de Facebook continue de prendre des mesures pour recadrer sa relation avec le réseau social. Et cela se ressent diversement au sein des utilisateurs. Si certains sont plus pointilleux sur le contrôle de l’utilisation faite de leurs données, d’autres ont pris l’option la plus radicale : désinstaller Facebook de leurs mobiles. Pour ceux qui décident de supprimer leur compte Facebook, il n'est pas aussi simple et spontané de le faire. Le réseau social a presque doublé le temps nécessaire pour que le compte d'un utilisateur soit réellement supprimé. Vous saviez déjà peut-être qu'auparavant, c'est 14 jours, maintenant, c'est passé à un mois.

    Sources : Rapport de l'étude, Marketplace

    Et vous ?

    Que pensez-vous des résultats du sondage ?

    Voir aussi

    USA : un quart des utilisateurs de Facebook ont supprimé l'application en 12 mois, tandis que 74 % ont changé leur relation avec le réseau social

    L'an dernier, près de la moitié des jeunes utilisateurs ont supprimé Facebook de leurs mobiles suite aux divers scandales impliquant l'entreprise

    Facebook contraint de retirer son application VPN qui collecte les données d'utilisateur de l'App Store parce qu'elle violerait les standards d'Apple

    Enregistrement des données d'appels et de SMS : Facebook frôle un nouveau scandale alors que la firme peine à calmer la tempête Cambridge Analytica

    Près de 50 millions de comptes Facebook affectés par une faille de sécurité considérée comme étant la plus importante de l'histoire du réseau social
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #549
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    juillet 2018
    Messages
    761
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Essonne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2018
    Messages : 761
    Points : 2 417
    Points
    2 417

    Par défaut

    Les départs ont commencé bien avant ces "scandales" dont pas mal de gens se moquent (et/ou car ils ne sont même pas au courant).

    Déjà par les jeunes qui sont partis en masse sur d'autres réseaux, pour fuir Facebook qui était envahi par leurs parents et le reste de leur famille, pas par rapport à Cambrige Analityca ou autres. ^^

  10. #550
    Membre expérimenté
    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2011
    Messages
    1 502
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Nord (Nord Pas de Calais)

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2011
    Messages : 1 502
    Points : 1 373
    Points
    1 373

    Par défaut

    Quand on voit la puissance de Facebook je ne serai pas surprise de voir Facebook racheté des concurrents.

    Résultat quand un utilisateur quitte une plate forme ... Facebook a encore la main mise sur lui ... Juste que le ciblage sera fait différemment pour le conserver ...

  11. #551
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Ingénieur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    mai 2018
    Messages
    71
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 27
    Localisation : France, Nord (Nord Pas de Calais)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur systèmes et réseaux
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : mai 2018
    Messages : 71
    Points : 164
    Points
    164

    Par défaut

    Je ne suis pas surpris. Facebook n'a pas la même emprise sur la nouvelle génération. J'ai créé mon compte en 2007 ou 2008, à l'époque où en effet Facebook n'était pas encore traduit, et c'était le seul réseau social qui visait large, à l'inverse de MySpace plus orienté artistique. Au fil du temps, de nouveaux réseaux sociaux sont apparus et Facebook n'a fait que tenter de suivre pour enrayer son érosion et l'émergence de ces nouveaux réseaux spécialisés dans un domaine (LinkedIn pour l'emploi par exemple). Je ne sais pas si c'est moi qui vieillis ou non, mais Facebook m'insupporte depuis des années avec la publicité omniprésente, la timeline qui me présente tout sauf ce que j'attends d'un réseau social, c'est à dire l'actualité de mon réseau. Au final après 4-5 ans en friche mais des nettoyages de liste d'amis réguliers, j'ai fini par désactiver mon compte il y a quelques mois. Ce n'est pas tant les scandales qui m'ont fait quitter FB car j'étais parfaitement conscient de ce que je faisais, c'est simplement que FB est devenu une gigantesque poubelle d'internet, tout comme le réseau à l'oiseau qui pourtant était plutôt intéressant il y a encore quelques années. Désormais, je "réseaute" autrement ; ce qui m'inquiète est qu'au final LinkedIn devient un peu comme Facebook, on commence à y voir de tout et n'importe quoi.

    Simplement, je redécouvre les agrégateurs de flux RSS et je me suis fait un Feedly aux petits oignons pour cibler ce qui m'intéresse et je reste en contact avec mes relations perso / pro différemment... comme je faisais avant Facebook.

  12. #552
    Membre éclairé
    Profil pro
    MOA
    Inscrit en
    décembre 2002
    Messages
    749
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Eure et Loir (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : MOA

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2002
    Messages : 749
    Points : 890
    Points
    890

    Par défaut

    Okay, il y a de nombreux de comptes FB fermés mais est ce que pour autant les sites internets vont s'adapter.

    J'observe que pour le moment, les sites Internet, les groupes de musiques, les marques, les sportifs ... proposent que l'on les suivent par Facebook avant tout, puis Instagram, Twiter.
    Facebook est utilisé beaucoup pour diffuser de l'information facilement et avoir une intéraction avec ses clients, ses lecteurs.

    Est ce qu'avec ces départs, est ce qu'il va y avoir une remise en question et pourquoi un réseau de substitution?

  13. #553
    Membre averti

    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    avril 2013
    Messages
    56
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Moselle (Lorraine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : avril 2013
    Messages : 56
    Points : 398
    Points
    398

    Par défaut

    Autant j'aime beaucoup facebook et ne suis pas du tout dérangé par leurs pratiques. Je préfère cette époque ou les publicités sont bien plus pertinentes et ne sont plus intrusives (sauf peut être encore dans quelques sites bizarres).

    Mais je suis beaucoup plus dérangé par le gouvernement qui lui a le droit d'avoir accès à nos comptes bancaires, nos emails, nous mettre sur écoute téléphonique, analyser notre connexion internet…puis même éventuellement prendre tout ce qu'on possède avec un huissier. On est également très limité dans sa capacité à défendre son domicile des criminelles car on ne sait pas trop ce qu'on a le droit de faire ou non pour se protéger (par exemple si un voleur de blesse dans notre jardin car un arbre était mal entretenu…on peut se retrouver à lui donner une pension à vie…et si on a pas l'argent, on peut se faire prendre notre maison…voiture…et tout ce qu'on possède).
    Bref ça me fait doucement rire ceux qui se battent contre facebook pour la vie privée…pour moi ça n'existe pas.

    Sinon je pense que les utilisateurs quittent facebook parce qu'ils ont trouvé d'autres réseaux mieux Comme snapchat ou bien instagram. Car l'utilisation des réseaux sociaux atteins des taux records.

  14. #554
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    581
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 581
    Points : 19 107
    Points
    19 107

    Par défaut Facebook est confronté à de nouvelles questions sur le moment où il a eu connaissance de la collecte de donnée

    Facebook est confronté à de nouvelles questions sur le moment où il a eu connaissance de la collecte de données
    de Cambridge Analytica

    La semaine qui vient de passer s’est soldée pour Facebook avec le départ de deux de ses plus importants cadres. Chris Cox, le responsable des produits chez Facebook et Chris Daniel ont quitté la direction de l’entreprise. Selon le New York Times, leur départ est étroitement lié à la très controversée idée de Mark Zuckerberg de vouloir unifier les trois principales plateformes du groupe notamment Facebook Messenger, Whatsapp et Instagram. Depuis un peu plus d'un an maintenant, les démissions se succèdent au sein de l’entreprise. On pourrait les illustrer en partant par exemple de la démission de Brian Acton et de Jan Koum, les deux cofondateurs de Whatsapp, respectivement en 2017 et 2018. Toujours en 2018, les deux cofondateurs d’Instagram ont également quitté la société. D'autres responsables, notamment le responsable des communications et des politiques de Facebook et le responsable de la sécurité, ont également quitté leurs fonctions.

    Pourquoi une telle vague de démission au sein de l’entreprise ?

    Beaucoup d’explications à propos de ses vagues de démission laissent entendre que ces cadres sont partis à la suite de malversations entre ces derniers et Mark Zuckerberg concernant la façon dont le PDG de Facebook dirige l'entreprise. Des spéculations lient certains de ces départs au scandale qui a tant faire parler de lui, celui du Cambridge Analytica. Est-ce vrai ? On ne saurait y répondre avec certitude puisqu’à ce jour, aucun commentaire de la part de Facebook n’existe à ce propos. Si depuis l’explosion du scandale de Cambridge Analytica, Facebook a toujours nié être au courant de l’utilisation finale des données collectées et traitées par l’entreprise britannique, les récentes accusations à l’encontre de la société en disent totalement le contraire. D’après des révélations faites par l’hebdomadaire britannique The Observer la semaine passée, Facebook aurait dissimulé depuis le début de cette histoire des preuves qui prouvent son implication directe dans l’affaire dite de Cambridge Analytica.

    Nom : cambridge-analytica-facebook.jpg
Affichages : 1945
Taille : 14,4 Ko

    En effet, pour l’affaire qu’on cite et d’après les propos de The Observer relayés par The Guardian, au moins un membre du conseil d’administration de Facebook était au courant du but réel et permanent de la collecte de données litigieuse plusieurs années avant l’explosion du scandale. Facebook aurait-il menti jusque là en soutenant qu’il a appris de la presse ce à quoi les données collectées par Cambridge Analytica devraient servir ? C’est que ressortent les récentes affirmations de l’hebdomadaire britannique. « Des personnes de la Silicon Valley ont témoigné que Marc Andreessen, membre du conseil d'administration de Facebook, le fondateur de la société de capital-risque Andreessen Horowitz et l'une des personnes les plus influentes de la Silicon Valley, ont assisté à une réunion avec Christopher Wylie qui s'est tenue dans le bureau d'Andreessen Horowitz deux ans avant que Wylie ne se présente comme dénonciateur », a indiqué la semaine dernière The Observer.

    Que s’est-il passé au cours de la réunion entre les membres de Facebook et Wylie ?

    Ce dernier, rappelons-le, a également occupé le poste de directeur de recherche au sein de la société britannique, Cambridge Analytica, disait en mars 2018 que « Sans Cambridge Analytica, il n'y aurait pas eu de Brexit. Ils ont joué un rôle crucial, j'en suis sûr ». Ainsi, selon les réactions qui fusent de partout, si Christopher Wylie est passé par Facebook, alors le géant des réseaux sociaux était au courant de ce qui se faisait en coulisse au sein de la société britannique. Il y aurait-il eu un malentendu entre Wylie et Facebook qui, par peur de mettre à mal son image n’a pas voulu révéler au grand public les agissements de Cambridge Analytica ? Autant de questions soulignées de toute part par la communauté. « En tout cas, aujourd’hui on ne peut pas dire que l’image de l’entreprise est aussi bien protégée que ses dirigeants le voulaient jadis », ont commenté certains internautes. Cela dit, cette révélation pourrait se révéler extrêmement embarrassante pour Facebook.

    « Il y avait des gens qui étaient très préoccupés par les rapports sur ce que Cambridge Analytica faisait avec les données, et la réunion a été organisée pour essayer d'en savoir le plus possible sur l'exploit afin de trouver des solutions possibles. C'est pour ça que Wylie a été invitée. On lui a posé beaucoup de questions, y compris sur les contacts de l'entreprise avec des entités russes », a déclaré un technologue de la Silicon Valley dont The Observer n’a pas cité le nom. Pourquoi Facebook s’attelle-t-il à soutenir qu’il ignorait les réels agissements de Cambridge Analytica ?, se demandent plus d’un. Selon d’autres témoignages au journal, après cette réunion, Facebook aurait mis en place une équipe comprenant Wylie et d'autres personnes de Facebook pour tenter de limiter le comportement de la société de traitement de données. Seulement cette initiative aurait été abandonnée très vite. « Ce qui est bizarre, c'est qu'il n'y a pas eu de suivi. L'idée était d'inverser l'ingénierie du problème pour trouver des solutions. Mais nous n'avons jamais entendu parler d'un suivi avec l'équipe de sécurité de Facebook ou d'une tentative de mettre l'information en action », a déclaré un participant à cette réunion.

    La semaine qui est passée va peut-être se classer parmi l’une des plus dures pour le réseau social depuis un moment. En plus du départ de ses dirigeants, de nouvelles enquêtes criminelles contre l'entreprise ont été lancées pour savoir si elle a couvert l’étendue de son implication avec Cambridge Analytica. Tout ceci a été couronné par la diffusion choquante, vendredi dernier, d’une vidéo en direct montrant un homme armé qui a tué 49 personnes en prière en Nouvelle-Zélande. La vidéo serait devenue tellement virale que même les efforts conjoints de Google et Facebook n’ont pas réussi à l’empêcher d’atteindre des millions de personnes.

    Que dit Facebook à propos de tout ça ?

    Qu’il s’agisse du PDG de Facebook ou d’autres membres de la société, tous ont refusé de commenter les accusations promulguées contre l’entreprise, explique The Observer. Andreessen Horowitz par contre a indiqué ce qui suit : « La suggestion selon laquelle j'ai eu ou que j'ai organisé une réunion avec Christopher Wylie est tout à fait fausse. Je n'ai jamais rencontré Wylie de ma vie. Après l'élection de 2016, un collègue commun m'a suggéré par courriel de rencontrer Wylie, mais cette rencontre n'a jamais eu lieu. Plus tard, début 2018, Wylie m'a contacté sur Twitter et m'a demandé une rencontre, ce que j'ai refusé ». Christopher Wylie va-t-il démentir très prochainement cette affirmation de Andreessen Horowitz ? Cela représente un commentaire très attendu par les uns et les autres.

    Tout ceci ne représente qu’une partie de ce que la société vit actuellement. Aleksandr Kogan, l’universitaire à l’origine de l’application de collecte de données qu’aurait utilisée Cambridge Analytica et que Facebook a toujours tenu pour responsable du scandale, a décidé vendredi de poursuivre l’entreprise en justice pour diffamation et feinte d’ignorance. Pour lui, Facebook l’a utilisé comme bouc émissaire alors que la société était au courant des agissements de Cambridge Analytica. Ses affirmations et plaintes sont, peut-on le dire, renforcées par les allégations que rapportent The Observer. Facebook continue quand même de voir la chose autrement. « Facebook n'était pas au courant du transfert des données de Kogan/GSR(Kogan's business Global Science Research) à Cambridge Analytica avant décembre 2015. Quand Facebook a appris la violation par Kogan des politiques d'utilisation des données de Facebook, nous avons agi », a déclaré un porte-parole de l’entreprise.

    Pour l’heure, il est difficile de savoir ou de donner une chronologie exacte à comment les faits se sont déroulés. Certains estiment que Facebook reste obscurcissant sur le sujet et pourrait bien le rester pendant encore longtemps. D’après eux, si la responsabilité pénale de Facebook venait à être prouvée, cela pourrait coûter très cher à l’entreprise. Néanmoins, les enquêteurs estiment vouloir continuer de creuser. « La bulle pourrait bien se briser un de ces jours », ont-ils avancé comme argument à leur détermination à éclaircir cette affaire. Croyez-vous qu’ils y arriveront ?

    Source : The Guardian, Forbes

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Selon vous, Facebook aurait-il été au courant depuis le début de la collecte de données de Cambridge Analytica ?
    Facebook serait-il vraiment innocent dans cette affaire comme il le prétend, selon vous ?
    À quoi devrait-on s'attendre à la fin de cette enquête, selon vous ?

    Voir aussi

    Chris Cox, chef des produits chez Facebook, et un autre dirigeant démissionnent à cause du projet d'unification de Messenger, Whatsapp et Instagram

    Brian Acton, co-fondateur WhatsApp, explique pourquoi il est parti de Facebook et a abandonné 850 millions de $

    Jan Koum, le co-fondateur de WhatsApp, annonce son départ de Facebook après un énième accrochage au sujet de la façon de traiter les données

    Les deux cofondateurs d'Instagram démissionnent de leurs postes chez Facebook quelques mois après le départ du cofondateur de WhatsApp

    Brexit : quelles conséquences sur le secteur de l'IT ? Confidentialité et échange de données, réglementation des technologies et emploi
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #555
    Membre extrêmement actif Avatar de ddoumeche
    Homme Profil pro
    Ingénieur recherche et développement
    Inscrit en
    octobre 2007
    Messages
    1 075
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Singapour

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur recherche et développement

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2007
    Messages : 1 075
    Points : 2 062
    Points
    2 062

    Par défaut

    Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
    ah, ok, t'es versé dans les théories du complots, donc inutile d'en discuter.
    Faire l'autruche ne permettra pas de sauver la planète.

  16. #556
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    406
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 406
    Points : 13 941
    Points
    13 941

    Par défaut Les actionnaires de Facebook forcent un vote pour évincer Mark Zuckerberg du poste de président

    Les actionnaires de Facebook forcent un vote pour évincer Mark Zuckerberg du poste de président
    Et imposer une nouvelle gouvernance du réseau social

    C’est bientôt mai, et plus d’un se demande si Zuckerberg pourra encore cette fois compter sur son pouvoir spécial pour faire échouer les nouvelles propositions des actionnaires activistes de Facebook. Attendons la fin du mois prochain pour le savoir, toutefois, pour l’heure, l’entreprise a déposé vendredi un document à la SEC (Securities and Exchange Commission), annonçant son assemblée annuelle des actionnaires du 30 mai et confirmant les propositions des investisseurs qui seront soumises au vote pendant l'événement. En effet, certains investisseurs reviennent à la charge pour tenter à nouveau de démettre Zuckerberg du poste de président du groupe, renverser la structure à deux catégories d'actions de Facebook et imposer une nouvelle gouvernance sur le réseau social.

    Le document déposé le vendredi dernier, contient huit propositions des actionnaires de Facebook, selon Business Insider, y compris deux qui sont bien connues des internautes du fait qu’elles ont déjà fait la une des médias en ligne à plusieurs reprises. Les investisseurs veulent, non seulement, évincer Zuckerberg en tant que président du conseil d'administration de Facebook en faveur de l'embauche d'un dirigeant indépendant, mais aussi instaurer de nouveaux « mécanismes équitables et appropriés permettant d'éliminer les droits disproportionnés des actionnaires de catégorie B ».

    Pour rappel, en 2017, l’un des gros investisseurs de Facebook, Trillium Asset Management, a été à l’origine d’une proposition visant à obtenir un président indépendant. Mais cette résolution a connu d’importantes oppositions parmi les investisseurs. D’autres gros investisseurs tels que les fonds Vanguard Total Stock Market Index et Fidelity Contrafund avaient voté contre la proposition de 2017.

    Nom : Face11.jpg
Affichages : 5187
Taille : 30,5 Ko

    En octobre 2018, quatre grands fonds publics américains investisseurs de Facebook ont proposé, à nouveau, de démettre Mark Zuckerberg en tant que président-directeur général au profit d’un président indépendant. Ils avaient justifié leur proposition par la série de scandales notoires qui ont émaillé la vie du réseau social depuis un certain temps et avaient espèrent obtenir le soutien de grands gestionnaires d'actifs. La chute régulière des actions depuis le début des problèmes de Facebook a aussi été citée comme un autre motif de leur résolution.

    En novembre 2018, suite à la publication d’un rapport selon lequel Facebook aurait embauché une entreprise de relations publiques pour lutter contre les critiques dirigés contre la société, des investisseurs ont réitéré leur proposition de mettre fin à la fonction de président du conseil d’administration qu’exerce Mark Zuckerberg en plus de son poste de directeur général du groupe. Toutefois, la position du réseau social sur la question de création d’une présidence indépendante est très bien connue. Selon Facebook, un président indépendant pourrait « créer de l'incertitude, de la confusion et de l'inefficacité dans les fonctions et les relations du conseil d'administration et de la direction».

    Cependant, les efforts continuent. Des investisseurs militants qui contrôlent plus de 3 milliards de dollars d'actions font pression pour évincer Mark Zuckerberg du poste de président du conseil d'administration de Facebook. Bien d'autres changements dans la gouvernance de l’entreprise sont également prévus à condition que le vote soit favorable pour ces investisseurs activistes le 30 mai prochain.

    Les actionnaires voteront pour pousser Zuckerberg à se retirer de la présidence du conseil d’administration

    L’une des propositions qui feront l'objet d'un vote le 30 mai obligerait M. Zuckerberg à se retirer et à nommer un président indépendant pour aider à diriger Facebook après que plusieurs scandales majeurs, depuis l’année dernière, aient mis l'entreprise sous un jour de plus en plus négatif. Facebook, pour sa part, a dit à ses actionnaires qu'ils devraient voter contre les propositions contenues dans le dépôt auprès de la SEC.

    La firme a déclaré :

    « Nous croyons que notre conseil d'administration fonctionne efficacement dans sa structure actuelle et que la structure actuelle offre une protection appropriée en matière de surveillance ». « Nous ne croyons pas que le fait d'exiger que le président du conseil soit indépendant améliorera sensiblement l'orientation et le rendement, et pourrait plutôt entraîner une inefficacité dans les fonctions et les relations du conseil et de la direction », a-t-elle ajouté.

    Les investisseurs veulent instaurer de nouveaux « mécanismes équitables et appropriés permettant d'éliminer les droits disproportionnés des actionnaires de catégorie B »

    La structure de l’actionnariat actuelle de Facebook comporte deux classes d'actions, selon Business Insider. Les actions de catégorie B offrent 10 fois plus de droits de vote que les actions de catégorie A, et il se trouve que Zuckerberg possède plus de 75 % des actions de catégorie B. Ce qui signifie qu'il a plus de la moitié des droits de vote sur Facebook, d’après Business Insider. C’est ce pouvoir absolu de vote détenu par Zuckerberg que les actionnaires activistes veulent abolir lors de l'assemblée annuelle des investisseurs en mai par le vote.

    Selon Busines Insider, la proposition des actionnaires dit ceci :

    « Fausses nouvelles, ingérence électorale et menaces pour notre démocratie - les actionnaires ont besoin de plus que de nier, de détourner et de retarder. Nous exhortons les actionnaires à voter EN FAVEUR d'un plan de recapitalisation pour toutes les actions en circulation afin d'obtenir un vote par action. »

    L'argument des actionnaires est que Facebook est actuellement incroyablement scandaleux. Il suffit de penser au rocambolesque scandale Cambridge Analytica qui a affecté les données personnelles de plus 87 millions de personnes, à la manipulation des élections par des agents russes, aux publicités discriminatoires, au rôle de Facebook dans le nettoyage ethnique du Myanmar et aux énormes cyberattaques dont certaines ont affecté jusqu’à 50 millions de comptes Facebook.

    Le trésorier de l'État de l'Illinois, Michael Frerichs, a déclaré en octobre dernier :

    « La structure de gouvernance de Facebook continue de mettre ses investisseurs en danger. C'est maintenant le temps du changement ». « Mark Zuckerberg doit davantage rendre compte au conseil d'administration afin de rétablir la confiance des investisseurs et de protéger la valeur pour les actionnaires. »

    Le problème, c'est que la structure de partage de Facebook rend ce type d'action totalement dépourvu de sens. Bien que la proposition des actionnaires soit soutenue par des investisseurs qui contrôlent environ 3 milliards de dollars d'actions Facebook, avec des actions de classe B de Facebook détenues par Zuckerberg et bien d’autres initiés, la résolution ne prospérera probablement pas. Comme aux précédentes assemblées annuelles, Facebook a demandé une fois de plus que ses actionnaires rejettent la proposition. « Nous croyons que notre structure du capital est dans le meilleur intérêt de nos actionnaires et que notre structure de gouvernance actuelle est saine et efficace. »

    Toutefois, ces actions répétées des investisseurs mettent davantage en lumière des scandales à répétition dans lesquelles est impliquée la société et la structure des actions de l’entreprise qui donne trop de pouvoir à Zuckerberg.

    Source : Business Insider

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette nouvelles proposition des actionnaires ?
    Quelle issue prévoyez-vous pour le vote du 30 mai ?

    Lire aussi

    En colère, un actionnaire de Facebook compare Zuckerberg à Vladimir Poutine, il est accusé de pratiquer la « dictature d'entreprise »
    Facebook : Les actionnaires influents s'associent pour révoquer Zuckerberg en tant que président, afin d'améliorer la surveillance du réseau social
    Facebook : les investisseurs appellent Mark Zuckerberg à démissionner de son poste de président, à la suite d'un nouveau rapport
    Facebook va livrer « des dizaines de milliers » de contrôleurs VR avec des messages cachés, comme « Big Brother regarde » et « Cet espace à louer »
    Données personnelles : après Twitter et Google, l'UFC-Que Choisir obtient la condamnation de Facebook, sur ses clauses abusives
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #557
    Modérateur
    Avatar de rawsrc
    Homme Profil pro
    Dev indep
    Inscrit en
    mars 2004
    Messages
    4 865
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Dev indep

    Informations forums :
    Inscription : mars 2004
    Messages : 4 865
    Points : 12 279
    Points
    12 279
    Billets dans le blog
    5

    Par défaut

    Rien que pour le choix de la photo ça mérite +1
    # Dans la Création, tout est permis mais tout n'est pas utile...

  18. #558
    Membre confirmé
    Homme Profil pro
    Consultant en technologies
    Inscrit en
    juin 2013
    Messages
    181
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en technologies
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : juin 2013
    Messages : 181
    Points : 584
    Points
    584

    Par défaut

    Il est grand temps que Zuzu parte. Il n'a pas été capable de limiter les scandales par rapports par rapport à la vie privée, à la sécurité (les mots de passes en clair des applications messenger), et ces derniers temps des casques de VR avec des trolls du type Big brother is watching you imprimé dessus. Je sais bien qu'une entreprise de cette taille est une sorte d'entité autonome mais il faut remettre les choses à plat et taper du poing sur la table à un moment donné.

  19. #559
    Membre régulier
    Femme Profil pro
    Développeur de jeux vidéo
    Inscrit en
    décembre 2017
    Messages
    18
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 27
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur de jeux vidéo

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2017
    Messages : 18
    Points : 94
    Points
    94

    Par défaut

    Je ne suis pas derrière Zuckerberg, mais ces investisseurs et actionnaires veulent vraiment nous faire croire qu'ils sont surpris par les scandales ? C'est un coup de com' pour faire semblant d'être offusqué, se faire valoir en évincant le président fautif, mais dans le fond est-ce que ça va changer grand chose ?

  20. #560
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    4 898
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 4 898
    Points : 7 177
    Points
    7 177

    Par défaut

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Les actionnaires de Facebook forcent un vote pour évincer Mark Zuckerberg du poste de président
    Voilà ce qui arrive quand on introduit son entreprise en bourse, les actionnaires prennent trop d'importance et peuvent vous virer.
    Il doit avoir des milliards, il peut se casser et faire autre chose, de toute façon son image est trop ternie, chaque semaine il y a au moins une news anti Facebook.

    Je pense que si le système s'en prend autant à Facebook c'est parce qu'il a participé à l’élection de Trump, les gens ont partagé des extraits de ses discours pendant la campagne de 2016, alors que les médias étaient très largement contre lui. Facebook a également permis la création du mouvement des gilets jaunes, tout à commencé par 2 randoms qui ont dit "Si vous n'êtes pas d'accord avec la politique de Macron mettez un gilet de sécurité sur votre tableau de bord" et ça a fini par prendre beaucoup d'ampleur.

    Du temps du printemps arabe les médias étaient à fond "Facebook c'est génial, ça permet au peuple de faire des révolutions !", ça a changé depuis...
    "Printemps arabe": internet a permis aux jeunes de faire entendre leur voix
    DUBAI - Dans une région dominée par les médias officiels, les réseaux sociaux ont permis aux jeunes de faire entendre au monde entier la voix du "printemps arabe", même si la crédibilité de ces nouveaux médias est parfois remise en question.
    (...)
    Les réseaux sociaux ont joué un rôle primordial dans le déclenchement du "printemps arabe" dont l'étincelle a été l'immolation par le feu d'un jeune Tunisien le 17 décembre.

    Depuis, les régimes tunisien et égyptien sont tombés et la révolte a gagné la Libye, le Yémen, la Syrie et Bahreïn, où un mouvement de contestation a été réprimé par la force à la mi-mars avec le soutien des monarchies du Golfe dont l'Arabie saoudite.
    Comment Internet a fait les « printemps arabes »
    Si les réseaux sociaux ont permis d’organiser les manifestations et de contourner les médias officiels, en 2011, ils ont aussi recomposé l’espace social.
    Les médias ont perdu du pouvoir de manipulation, maintenant avec internet les gens peuvent voir autre chose, ils n'ont plus à subir la propagande officielle.
    Bon en réalité Facebook, Twitter, etc, sont pas mal contrôlé et censuré, tous les propos n'ont pas la même visibilité.
    Mais bon parfois un miracle se produit (gilets jaunes)
    R.I.P Keith Flint 1969 - 2019

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 11/04/2018, 11h39
  2. Déclaration de Mark Zuckerberg (FaceBook) au sujet de HTML5
    Par Paul TOTH dans le forum Actualités
    Réponses: 6
    Dernier message: 13/09/2012, 10h51
  3. Mark Zuckerberg et les milliards de dollars de Facebook
    Par PiPo123 dans le forum La taverne du Club : Humour et divers
    Réponses: 8
    Dernier message: 10/08/2011, 11h36
  4. mark zuckerberg veut ouvrir facebook aux moins de 13 ans
    Par nickyla dans le forum Actualités
    Réponses: 25
    Dernier message: 30/05/2011, 20h52
  5. Réponses: 11
    Dernier message: 07/10/2010, 10h50

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo