Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #481
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    633
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 633
    Points : 21 929
    Points
    21 929

    Par défaut Cambridge Analytica s’offre à 18 000 potentiels acquéreurs et reçoit 4 offres

    Cambridge Analytica s’offre à 18 000 potentiels acquéreurs et reçoit 4 offres
    Personne ne semble intéressé après le scandale Facebook

    L’information est extraite d’un rapport déposé par les administrateurs de Cambrige Analytica auprès de la Companies House – le registraire des entreprises au Royaume-Uni. L’éditeur en ligne Business Insider s’est fait le relais de la substance dudit contenu. De façon brossée, Cambridge analytica est en vente, mais personne ne semble vouloir en faire l’acquisition.

    La firme spécialisée en analytique web a chargé le cabinet de consulting Lambert Smith Hampton pour le montage du dossier de ventes, lequel a été acheminé à 18 000 potentiels acquéreurs tirés de sa base de données. L’entreprise a également bénéficié d’une exposition sur le site web du cabinet, ainsi que d’une campagne Twitter qui a généré 429 vues. Au finish, 13 acheteurs potentiels ont répondu à la proposition. Malgré ce déploiement, le dossier Cambridge Analytica n’a pu générer que quatre offres.

    Dans le détail, on a une offre à 1 livre sterling pour la propriété intellectuelle de l’entreprise. Un autre des potentiels acquéreurs a pour sa part proposé entre 10 000 et 15 000 livres sterling pour ses actifs. Les deux dernières ont porté sur le nom « Cambridge Analytica » et l’entreprise avait le choix entre 1 livre sterling et 300 fois plus.

    L’administration de l’entreprise a jugé ces dernières dérisoires. Ce qu’il faut ajouter à ce sujet c’est qu’avec la saisie des laptops et serveurs de l’entreprise par le commissaire britannique à l’information, les responsables eux-mêmes ne savent pas faire une évaluation correcte de la firme. Ils optent désormais pour une liquidation obligatoire plutôt qu’une vente.

    Nom : ca.jpg
Affichages : 2364
Taille : 59,9 Ko

    Pour ceux qui ont manqué l’épisode Cambridge analytica, il faut rappeler que l’entreprise est empêtrée dans un scandale de collecte illicite des données d’utilisateurs Facebook. Il faut remonter au mois de mars pour apercevoir les premiers signes de cet incendie. Sous le poids de la médiatisation de l’affaire contre laquelle elle ramait désormais à contre-courant, l’entreprise a annoncé qu’elle ferme ses portes en mai. L’absence d’une offre de rachat sérieuse apparaît désormais comme le coup de grâce, du moins pour tout ce qui est lié au nom Cambridge Analytica.

    Même si l’entreprise a cessé ses activités aux États-Unis et au Royaume-Uni, ses têtes pensantes se sont organisées pour les reprendre sous une bannière différente. Des enregistrements de la Companies House britannique en témoignent. Dans son répertoire, le registraire compte Emerdata Limited – une entreprise dont le siège social est situé dans les bureaux de la société mère de Cambridge Analytica avec à sa tête les mêmes personnes qui sont en train de sauter de la barque qui coule. Emerdata Limited est présentée comme une organisation de « traitement de données, d’hébergement et d’activités connexes.

    Source : BI

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ? Laquelle de ces offres est la plus raisonnable selon-vous ?

    Combien seriez-vous prêt à débourser pour faire l’acquisition de Cambridge Analytica ?

    Voir aussi :

    Après le congrès, c'est au tour de la FTC de lancer une enquête sur Facebook sur la fuite massive de données utilisées pour un profilage


    L'un des fondateurs de WhatsApp appelle à quitter Facebook suite au scandale lié à la fuite massive de données utilisées pour un profilage


    Scandale Cambridge Analytics : Mark Zuckerberg reconnait avoir commis des erreurs et annonce de nouvelles mesures pour éviter d'autres abus


    Scandale Cambridge Analytics : les utilisateurs commencent à déserter Facebook pour protester contre la collecte illicite de données


    Data Propria : une startup apparentée à Cambrigde Analytica qui suit les traces de son prédécesseur, le spectre d'une nouvelle chasse aux sorcières ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #482
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    juillet 2007
    Messages
    646
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : High Tech - Opérateur de télécommunications

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2007
    Messages : 646
    Points : 1 135
    Points
    1 135

    Par défaut

    Ca montre qu'un scandale peut couter cher à une entreprise.
    Cependant, si j'étais responsabl de cette entreprise, j'aurais renomer l'entreprise, peut-être scindé un peu ses activités. Même si elle a mal utilisé ses capacités, on ne peux nier que cette entreprise a des compétences qui valent cher à l'époque du Big Data et de la personnalisation des services.
    Tout ce que j'écris est libre de droits (Licence CC0) et je vous incite à faire de même.

  3. #483
    Membre expérimenté

    Homme Profil pro
    Privacy, EBusiness, Bases de données, Sécurité, ...
    Inscrit en
    novembre 2004
    Messages
    380
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Privacy, EBusiness, Bases de données, Sécurité, ...
    Secteur : Service public

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2004
    Messages : 380
    Points : 1 512
    Points
    1 512

    Par défaut

    Citation Envoyé par abriotde Voir le message
    Ca montre qu'un scandale peut couter cher à une entreprise.
    Cependant, si j'étais responsabl de cette entreprise, j'aurais renomer l'entreprise, peut-être scindé un peu ses activités. Même si elle a mal utilisé ses capacités, on ne peux nier que cette entreprise a des compétences qui valent cher à l'époque du Big Data et de la personnalisation des services.
    Mais c'est bien ce qui se passe :
    Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
    ...
    Même si l’entreprise a cessé ses activités aux États-Unis et au Royaume-Uni, ses têtes pensantes se sont organisées pour les reprendre sous une bannière différente. Des enregistrements de la Companies House britannique en témoignent. Dans son répertoire, le registraire compte Emerdata Limited – une entreprise dont le siège social est situé dans les bureaux de la société mère de Cambridge Analytica avec à sa tête les mêmes personnes qui sont en train de sauter de la barque qui coule. Emerdata Limited est présentée comme une organisation de « traitement de données, d’hébergement et d’activités connexes.
    ...

  4. #484
    Membre à l'essai
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2008
    Messages
    16
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Somme (Picardie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : Distribution

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2008
    Messages : 16
    Points : 22
    Points
    22

    Par défaut

    Merci pour l'article, mais ce qui m'inquiètes le plus se trouve dans le dernier paragraphe..... Les têtes pensantes se sont cassées pour préparer la réélection de Trump en 2020 ??

  5. #485
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    633
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 633
    Points : 21 929
    Points
    21 929

    Par défaut Dans la foulée du scandale Cambridge Analytica, Facebook bannit une nouvelle application de sa plateforme

    Dans la foulée du scandale Cambridge Analytica, Facebook bannit une nouvelle application de sa plateforme
    Mais la décision frise l’abus

    Facebook annonce l’éjection de l’application myPersonnality de sa plateforme. Le réseau social va, dans la foulée, informer les 4 millions d’utilisateurs de l’application du possible usage abusif de leurs données personnelles.

    Il y a de quoi faire penser au scandale Cambridge Analytica que le réseau social s’efforce désormais de faire oublier au plus vite. La firme d’analytique s’était appuyée sur une application de quiz pour siphonner les données personnelles de plus de 50 millions d’utilisateurs du réseau social. Dans le cas, myPersonnality on demeure dans la même configuration : application de quiz avec en sus des accusations de siphonnage et d’usage abusif des données. « Il est clair qu’ils ont partagé des informations avec des chercheurs et des entreprises disposant d’une politique insuffisante en matière de protection des données personnelles », écrit le réseau social.

    En mars, Facebook a lancé un processus d’investigations sur les applications qui ont accès aux données personnelles des utilisateurs suite à l’explosion de l’affaire Cambridge Analytica. À ce propos, l’autre reproche que le réseau social formule à l’endroit des têtes derrière l’application myPersonnality est d’avoir refusé de se soumettre à sa requête d’audit, d’où sa décision.


    Une décision qui frise l’abus

    La décision du réseau social de bannir l’application de sa plateforme fait suite à celle de sa suspension il y a trois mois. « Lors de la suspension de l'application, j'ai demandé à Facebook d'expliquer lequel de leurs termes a été enfreint, mais jusqu'à présent, ils n'ont pas été en mesure d’apporter une réponse », note David Stilwell – le créateur de l’application.

    Stilwell est d’avis que Facebook sait tout de l’application qu’il a créée en 2007 et que le réseau social a certifiée deux ans plus tard. « Facebook est depuis longtemps au courant de l'utilisation des données à des fins de recherche. En 2009, Facebook a certifié l'application comme étant conforme à leurs conditions en faisant de cette dernière l'une de leurs premières applications vérifiées. En 2011, le réseau social m'a invité à une réunion dans la Silicon Valley (et s’est occupé de mes frais de transport) pour un atelier organisé par lui précisément parce qu'il voulait que plus d'universitaires utilisent ces données », précise Stilwell.

    Nom : mypersonnality.jpg
Affichages : 2822
Taille : 95,6 Ko

    « Il est donc étrange que Facebook dise soudainement ne pas être au courant de la recherche autour de l’application myPersonality et qu'il avance que les données ont pu être utilisées à mauvais escient », conclut-il.

    À date, Facebook a suspendu 400 applications. L’initiative est louable puisqu’elle contribue à ce que la plateforme soit la plus sûre possible. Seulement, elle est de nature à créer des frustrations dans le lot des développeurs qui font l’effort d’agir dans la légalité.

    Sources : Facebook, BI

    Et vous ?

    Partagez-vous l’idée selon laquelle Facebook a agi par abus dans ce cas ?

    Le réseau social n'en fait-il pas un peu trop dans le but de redorer son image ?

    Voir aussi :

    Un hacker éthique met en ligne un site parodique de Cambridge Analytica pour sensibiliser les internautes sur la collecte des données sur les RS


    Une ex-employée de Cambridge Analytica écrit au parlement britannique et accable Facebook et son ancien employeur


    Hastag #deleteFacebook : quel impact depuis l'éclatement du scandale Cambridge Analytica ? De récentes statistiques donnent des pistes


    Aleksandr Kogan fait des excuses publiques pour avoir aidé Cambridge Analytica à siphonner les données de 87 millions d'utilisateurs Facebook


    Cambridge Analytica comptait lever des fonds en cryptomonnaie pour financer un service qui permet de gérer et monétiser ses données personnelles
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #486
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    218
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 218
    Points : 7 854
    Points
    7 854

    Par défaut USA : Un quart des utilisateurs de Facebook ont supprimé l'application en un an. Découvrez pourquoi !

    USA : un quart des utilisateurs de Facebook ont supprimé l’application en 12 mois
    Tandis que 74 % ont changé leur relation avec le réseau social

    Un nouveau sondage publié le mercredi dernier par l'institut Pew Research Center montre que des américains sont massivement en train de réviser leur position vis-à-vis du réseau social Facebook. Le sondage, réalisé du 29 mai au 11 juin, sur un échantillon de 3 413 utilisateurs de Facebook, a révélé que 74 % des utilisateurs américains de Facebook ont pris des mesures pour redéfinir une nouvelle orientation de leur vie sur le réseau social.

    La période couverte par le sondage a été une période difficile pour le géant des réseaux sociaux. En effet, depuis mars 2018, Facebook fait face à ce qui peut sans doute être considéré comme la plus grosse crise de son histoire. Les données personnelles de 87 millions utilisateurs de Facebook ont été affectées dans l’affaire qualifiée de scandale Cambridge Analytica impliquant le réseau social. Depuis lors, la firme a commencé à faire ses meilleurs efforts : de la mise à jour de sa politique de confidentialité à la facilitation de la modification des paramètres d'utilisateurs, en passant par une vague de suspensions des applications qui abusent des données personnelles de ses utilisateurs, pour ne citer que ces actions.

    Malgré ces efforts, la cote de popularité du réseau social a subit une dégradation auprès des utilisateurs qui se sont inquiétés de la diffusion de leurs données personnelles.

    Nom : FT_18.09.05_FacebookRelationship_taken-a-break.png
Affichages : 2697
Taille : 14,4 Ko

    Parmi les utilisateurs américains du réseau social âgés de 18 ans et plus qui ont été sondés, 54 % ont modifié leur paramètres de confidentialité au cours des 12 derniers mois tandis que 42 % ont même cessé de consulté Facebook pendant plusieurs semaines. Un peu plus du quart des répondants (26 %) sont allés plus loin dans leur décision de changer leur relation avec le réseau social en supprimant l’application de leur téléphone portable. 74 % des de la cible du sondage ont réalisé au moins l’une de ces actions en signe de recherche de protection de leurs données personnelles suite au scandale Cambridge Analytica et aux nombreuses révélations de contrats de partage de données faites par Facebook.

    Cependant, cette décision prise par les américains de réviser leur relation avec la plateforme Facebook est fortement nuancée par les tranches d’âge. 44 % des plus jeunes de 18 à 29 ans ont supprimé l’application Facebook de leur téléphone au cours de la période de 12 mois, contre environ quatre fois moins (12 %) pour les personnes plus âgées, 65 ans et plus.

    Nom : FT_18.09.05_FacebookRelationship_younger-users-privacy-settings.png
Affichages : 15530
Taille : 20,0 Ko

    En ce qui concerne la décision de modification des paramètres, c’est sans surprise que la proportion des jeunes l’ayant faite est environ le double (64%) de la proportion des personnes âgées (33 %) qui ont reconfiguré leur paramètres de confidentialité, à cause de l’aptitude des premiers à pouvoir le faire facilement et régulièrement et de leur effectif plus élevé sur le réseau social.

    Des proportions similaires de jeunes et de personnes âgées n’ont pas consulté leur compte Facebook pendant plusieurs semaines alors que la plateforme est plus utilisée par les jeunes que les personnes âgées. Ceci montre un taux élevé de personnes âgées qui ont pris une pause sur le réseau social.

    Selon le sondage, des utilisateurs de Facebook qui tiennent beaucoup à l’intégrité de leurs données constituent 9 % de l’ensemble des utilisateurs. Ils ont effectué l’opération de téléchargement de données personnelles facilitée par la mise à jour des paramètres de confidentialité effectuée à la suite des révélations concernant l’affaire Cambridge Analytica. 47 % des utilisateurs qui ont téléchargé leurs données personnelles ont supprimé l’application Facebook de leur téléphone portable, tandis que 79 % ont conservé l’application mais ont reconfiguré les paramètres de leur compte Facebook.

    Source : Pew Research Center

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Selon vous, Facebook devrait s’inquiéter de la perte de ses jeunes utilisateurs ?

    Voir aussi

    Dans la foulée du scandale Cambridge Analytica, Facebook bannit une nouvelle application de sa plateforme, mais la décision frise l'abus
    Scandale Cambridge Analytics : les utilisateurs commencent à déserter Facebook, pour protester contre la collecte illicite de données
    Scandale C.A : Facebook suspend 200 applications qui auraient abusé des données personnelles de ses utilisateurs, vers une chasse aux sorcières ?
    Scandale Cambridge Analytica : Facebook a perdu plus de 70 Md$ de capitalisation, néanmoins Zuckerberg refuse de répondre aux députés britanniques
    Facebook présente ses résultats du 2T18 avec un chiffre d'affaires qui bondit de 42 %, malgré une diminution des utilisateurs journaliers européens
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #487
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    218
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 218
    Points : 7 854
    Points
    7 854

    Par défaut Les actionnaires de Facebook soutiennent la proposition de révoquer Zuckerberg à la présidence

    Facebook : Les actionnaires influents s’associent pour révoquer Zuckerberg en tant que président
    Afin d'améliorer la surveillance du réseau social

    Mark Zuckerberg partira-t-il cette fois de la présidence de Facebook ? Nous le saurons en mai 2019 après la réunion annuelle. Pour l’heure, quatre grands fonds publics américains qui détiennent des actions dans Facebook Inc. reviennent à la charge en se joignant à Trillium Asset Management dans une proposition de révocation de Zuckerberg en tant que président. Le groupe d’actionnaires demande au conseil d’opter pour un président indépendant afin d'améliorer la surveillance et la réputation du plus grand réseau social et s’est engagé à faire du lobbying auprès des gros investisseurs de Facebook afin de les rallier à la cause.

    En effet, Facebook connait depuis quelques temps de nombreux problèmes : l’affaire Cambridge Analytica qui a révélé le partage non autorisé des données des utilisateurs et dont la gestion a conduit le PDG Mark Zuckerberg devant les sénateurs américains ainsi que d’autres institutions européennes ; l’ingérence russe dans les élections américaines de 2016 qui aurait exposé plus de la moitié de la population électorale américaine avec une diffusion d’environ 80 000 de messages sur Facebook par des opérateurs basés en Russie à environ 126 millions d’Américains. Facebook et d’autres géants de la technologie ont été entendus par le Sénat américain à ce sujet ; la diffusion des fausses actualités sur le réseau social qui a valu des accusations portées contre Facebook selon lesquelles le réseau social aurait délibérément permis cette campagne de fausse nouvelle qui a influencé les grands électeurs. Facebook a été accusé d’avoir contribué à l’investiture de Donald Trump.

    Tous ces événements ont contribué à ternir l’image de la société au point que les utilisateurs méfiants ont commencé à modifier leur relation avec le réseau social. Plusieurs utilisateurs ont même désinstallé l’application Facebook de leur téléphone portable, selon une étude. En outre, certains actionnaires ont accusé Zuckerberg de pratiquer la « dictature d'entreprise », lors de la réunion annuelle le 1er juin dernier. L’un d’entre eux l’a même comparé à Vladimir Poutine.

    Nom : FaceB01.png
Affichages : 4581
Taille : 242,4 Ko

    En 2017, des actionnaires ont fait une proposition visant à obtenir un président indépendant qui a connu d’importantes oppositions parmi les investisseurs. Certains gros investisseurs tels que les fonds Vanguard Total Stock Market Index et Fidelity Contrafund avait voté contre la proposition de 2017.

    Mercredi dernier, quatre grands fonds publics américains investisseurs de Facebook ont proposé, à nouveau, de démettre Mark Zuckerberg en tant que président-directeur général au profit d’un président indépendant. Ils justifient leur proposition par la série de scandales notoires qui ont émaillé la vie du réseau social depuis un certain temps et espèrent obtenir le soutien de grands gestionnaires d'actifs.

    Le groupe des quatre fonds concernés par la nouvelle proposition se compose des trésoriers d'État de l'Illinois, du Rhode Island et de la Pennsylvanie, ainsi que du contrôleur de la ville de New York, Scott Stringer. Le Trésor de Pennsylvanie détenait 38 737 actions et le Trésor de l’Illinois, 190 712 actions en août. Les fonds du Rhode Island détiennent 168 230 actions Facebook et les fonds de pension de la ville de New York détenaient environ 4,5 millions d’actions au 31 juillet. Et le Trillium, qui était à l’origine de la résolution de 2017, détenait 53 000 actions au 31 juillet, selon Reuters.

    Selon Seth Magaziner, trésorier de l'État du Rhode Island, leur proposition doit être considérée afin qu’elle serve à attirer l’attention sur les problèmes du réseau social en vue de les résoudre, en faisant référence aux controverses qui ont écornée l’image de la société. « Cela nous permettra de forcer une conversation lors de la réunion annuelle et, d'ici là, devant le tribunal de l'opinion publique », a déclaré Magaziner lors d'un entretien téléphonique.

    Quant à au trésorier d’Etat de l’Illinois Michael Frerichs, il a admis, dans une interview, qu’un président indépendant n’aurait peut-être pas empêché tous les problèmes, cependant, « il pourrait y avoir eu moins de ces problèmes et moins de chute du prix des actions » dans la société, selon Reuters.

    Une autre raison qui motive les résolutions, c’est la chute régulière des actions depuis le début des problèmes de Facebook. En effet, la mauvaise réputation de la société engendrée par les problèmes opérationnels et de confidentialité ainsi que les inquiétudes liées au ralentissement de la croissance des revenus ont entrainé une évolution défavorable des actions de Facebook durant toute une année. Mercredi, les actions étaient à 159,42 dollars, soit 10 % de moins qu’au début de l’année.

    Selon Reuters, la proposition de 2017 a reçu le soutien d'une faible majorité d'investisseurs extérieurs, dont les fonds Growth Fund of America. Par contre, les fonds Vanguard Total Stock Market Index et Fidelity Contrafund ont voté contre. Pour que cette dernière proposition retienne l’attention, les trésoriers Magaziner et Frerichs ont annoncé leur intention de chercher à influencer de gros investisseurs de Facebook afin d’avoir leur soutien, au cours des prochains mois avant la réunion annuelle.

    La position du réseau social est connue sur la question de création d’une présidence indépendante. Selon Facebook, un président indépendant pourrait « créer de l'incertitude, de la confusion et de l'inefficacité dans les fonctions et les relations du conseil d'administration et de la direction».

    En attendant, Zuckerberg, crédité d’environ 60 % des droits de vote, selon un document qui date d’avril dernier, continue à occuper le poste de président-directeur général du plus grand réseau social.

    Source : Reuters

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette proposition de présidence indépendante ?
    Pensez-vous qu’avec un président indépendant Facebook parviendra à minimiser les scandales ?

    Voir aussi

    Fake news et vie privée : Mark Zuckerberg encore invité à témoigner devant le Parlement UK, un refus pourrait donner lieu à une convocation formelle
    L'audition de Mark Zuckerberg devant le Congrès américain a révélé un PDG déconcerté, le patron de Facebook aurait-il trompé les élus américains ?
    Scandale Cambridge Analytics : Mark Zuckerberg reconnait avoir commis des erreurs, et annonce de nouvelles mesures pour éviter d'autres abus
    Les deux cofondateurs d'Instagram démissionnent de leurs postes chez Facebook, quelques mois après le départ du cofondateur de WhatsApp
    Jan Koum, le co-fondateur de WhatsApp, annonce son départ de Facebook, après un énième accrochage au sujet de la façon de traiter les données
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #488
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    271
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 271
    Points : 9 308
    Points
    9 308

    Par défaut Le Royaume-Uni inflige à Facebook une amende de 645 000 $ US pour le scandale Cambridge Analytica

    Le Royaume-Uni inflige à Facebook une amende de 645 000 $ US pour le scandale Cambridge Analytica
    une somme qu'il gagne en moins de 10 min

    Facebook subit encore les conséquences de son manque de vigilance pour la protection des données de ses utilisateurs. L'ICO (Information Commissioner's Office), un organisme britannique chargé de promouvoir l'accès aux informations officielles et de protéger les données personnelles des utilisateurs, après avoir mené une enquête sur l’utilisation des données des utilisateurs à des fins politiques, avait annoncé en juillet dernier son intention d’infliger une amende de 500 000 livres (565 000 euros) à Facebook pour violation de la loi sur la protection des données à la suite du scandale Cambridge Analytica. Cet avis vient d'être concrétisé. L'ICO inflige une amende de 645 000 dollars à Facebook pour sérieuses entorses à la loi de protection des données personnelles.

    Que reproche concrètement l'ICO à Facebook ? Facebook est accusé de négligence et de mauvaise transparence. Pour Mme Elizabeth Denham, La Commissaire à l'Information « Facebook a échoué à suffisamment protéger la vie privée de ces utilisateurs avant, pendant et après le processus du traitement illicite de ses données. Une entreprise de cette taille et avec cette expertise aurait dû mieux s'informer et aurais dû mieux faire ». Pour étayer ces accusations l'ICO se base sur son enquête qui a révélé qu'entre 2007 et 2014, Facebook a permis que les développeurs d'application aient accès aux informations personnelles de ses utilisateurs sans leur consentement clair et éclairé.

    Nom : gettyimages-48786726811.jpg
Affichages : 2572
Taille : 27,8 Ko

    Ces développeurs peuvent même avoir accès aux informations des utilisateurs qui n’ont pas installé leurs applications en passant par leurs amis qui ont installé leurs applications. Il est aussi reproché à Facebook sa négligence qui a conduit au scandale Cambridge Analytica. Qu'il vous souvienne qu'il a été révélé en décembre 2015 que le Dr Aleksandr Kogan (un développeur) et sa compagnie GSR qui ont réussi à recueillir les données Facebook de près de 87 millions de personnes dans le monde à leur insu, ont permis à des groupes tels que Cambridge Analytica et SCL groupe d'avoir accès à ces informations qui ont été utilisé à des fins politiques.

    Et lorsque Facebook a été mis au courant de cette affaire, il n'a pas su prendre rapidement les mesures appropriées pour réprimander cette entorse. Par exemple, le SCL groupe n'a vu sa page Facebook être fermé qu'en 2018. L'ICO craint une mauvaise utilisation future des données compromises, car il a découvert que les données d'au moins 1 million d'utilisateurs britanniques font partie des données illégalement collectées. Cependant, pour beaucoup d'internautes une amende de 500 000 livres est trop insuffisante au vu de la gravité de l'acte et de la taille de l'entreprise. Une amende plus élevée aurait été plus appropriée.

    À ce propos l'ICO déclare avoir appliqué à Facebook l'amende la plus élevée de la loi qui régit cette affaire. En effet, à cause de l'antériorité des faits reprochés à Facebook c'est la loi sur la protection des données de 1998 qui est appliquée bien que ce soit le Règlement Général sur la Protection des Données qui soit actuellement en vigueur dans les pays de l'Union européenne. Dans la loi de 1998, l’amende maximale qui puisse être appliquée à une entreprise qui viole la loi est de 500 000 livres sterling, tandis que dans la nouvelle loi une amende doit faire 4 % du chiffre d'affaire de l'entreprise et peut aller jusqu'à 17 millions de livres sterling.

    Cette obligation de rester sous l'ancienne loi désole aussi l'ICO qui par la voix de Mme Denham dit que « la pénalité aurait été nettement plus élevée sous l’empire de la nouvelle loi. L'une de nos principales motivations en durcissant nos actions est d’amener une changement significatif dans la façon dont les organisations gèrent les données personnelles des gens ». Toutefois, l'ICO ne compte pas s'en arrêter là. Les propos de Mme Denham en attestent.

    Elle déclare qu' « il existe encore de grandes questions qui doivent être posées et des conversations menées sur la façon dont la technologie et la démocratie interagissent et si les cadre juridiques, éthiques et réglementaires mis en place sont adéquats pour protéger les principes sur lesquels sont basés notre société ». Cette dernière est attendue le 6 novembre prochain pour la présentation des avancées de l'enquête d'ICO sur l'analyse des données à des fins politiques lors de son témoignage devant le Comité du département pour le numérique, la culture, les médias et les sports. De nouvelles révélations seront peut être entendues.

    Source : ICO

    Et vous ?

    Que pensez-vous de cette amande infligée à Facebook pour l'affaire Cambridge Analytica ?

    Voir aussi

    Le Royaume-Uni a émis la première mise en demeure sous l'ère RGPD à l'encontre d'une firme canadienne liée au scandale Cambridge Analytica

    Cambridge Analytica : des agences fédérales US enquêtent sur les révélations de Facebook pour déterminer le rôle de l'entreprise dans cette affaire

    Le Royaume-Uni inflige la première amende à Facebook liée au scandale Cambridge Analytica elle s'élève à 500 000 £
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  9. #489
    Membre du Club Avatar de luigifab
    Profil pro
    Inscrit en
    mars 2010
    Messages
    50
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : mars 2010
    Messages : 50
    Points : 42
    Points
    42

    Par défaut

    Tiens on dirait une amende de pauvre.

  10. #490
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Consultant Ingenierie mécanique
    Inscrit en
    mars 2006
    Messages
    989
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant Ingenierie mécanique
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : mars 2006
    Messages : 989
    Points : 2 144
    Points
    2 144

    Par défaut

    donc pourquoi ils s’embêteraient a respecter la loi. l'avenir c'est un concept pécuniaire.

  11. #491
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    3 983
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 30
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 3 983
    Points : 6 131
    Points
    6 131

    Par défaut

    Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
    donc pourquoi ils s’embêteraient a respecter la loi.
    Les grosses entreprises ne cherchent pas à respecter la loi, elles cherchent à éxploiter le plus de failles possible pour générer un maximum de profit et payer un minimum d'impôt et de condamnation.

    Subir un procès ça ne fait jamais plaisir, ça donne une mauvaise image, ça fait perdre du temps, il faut payer des avocats, etc...
    «Donc, on est d’accord : artichette, tichette de 2, tichette de 3, tichette de 21, michette, chedec, mic, zgaladabardane, résiné et retournelle !»

  12. #492
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Webmaster
    Inscrit en
    janvier 2014
    Messages
    828
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Webmaster
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2014
    Messages : 828
    Points : 20 299
    Points
    20 299

    Par défaut Scandale Cambridge Analytica : Le Parlement européen demande un audit complet de Facebook et d'autres réseaux

    Scandale Cambridge Analytica : Le Parlement européen demande un audit complet de Facebook et des autres grandes plateformes sociales,
    Mais pourra-t-il parvenir à ses fins ?

    Décidément le scandale Cambridge Analytica ne finit pas de produire des effets collatéraux. Pour ceux qui n’ont pas suivi de bout en bout les différents épisodes de cette affaire, il faut savoir que Facebook a partagé les données d’environ 87 millions d’utilisateurs en 2015 avec un chercheur, le Dr Aleksandr Kogan, qui les cédées à une entreprise de conseil, Cambridge Analytica. Cette dernière les aurait utilisées pour influencer les opinions politiques des utilisateurs lors de la campagne présidentielle de 2016 afin de contribuer à faire gagner Donald Trump, le président actuel américain. L’entreprise de conseil se serait également servie de ces données pour manipuler les opinions lors de la campagne du Brexit.

    Après la parution au grand public de cette affaire, le réseau social a dû faire face à des conséquences sans précédent. Au-delà des suppressions de comptes effectuées par l’entreprise pour faire le ménage sur sa plateforme, de nombreux utilisateurs ont commencé à s’éloigner peu à peu du réseau social. Steve Wozniak, le cofondateur d’Apple a annoncé l’abandon de Facebook à cause de ce scandale et Elon Musk, le propriétaire de SpaceX et de Tesla, a procédé au retrait de ses entreprises du réseau social. En plus de la désertion du réseau par un grand nombre d’utilisateurs utilisateurs, Facebook a également reçu plusieurs convocations judiciaires. À San Francisco et à San Jose, le réseau doit faire face à quatre procès. Même certains actionnaires de l’entreprise ont montré leur désaccord dans cette manière de faire en la poursuivant devant la justice.

    Comme on pouvait s’y attendre, le premier responsable du réseau social, Mark Zuckerberg, a dû s’expliquer devant les autorités américaines. En plus d’avoir eu à répondre aux préoccupations du Congrès américain, la Federal Trade Commission (une agence indépendante du gouvernement des États-Unis) a également ouvert une enquête sur cette affaire. Le parlement britannique ainsi que les régulateurs du gouvernement ont également ouvert des enquêtes sur Facebook. Mais jusqu’à présent, la demande des députés britanniques de voir le PDG de Facebook répondre à leurs questions est restée lettre morte. Par contre, Mark Zuckerberg a accepté de comparaître devant le parlement européen pour répondre aux questions des députés européens.

    Nom : Facebook EU privacy.jpg
Affichages : 2853
Taille : 25,5 Ko

    Après plusieurs auditions dans lesquelles le patron de Facebook n’aurait certainement pas convaincu les parlementaires européens, ces derniers reviennent à nouveau à la charge et demandent des mesures à Facebook pour mieux protéger la vie privée des utilisateurs de cette plateforme. Comme mesures concrètes, les députés invitent instamment Facebook, à l’issue d’une résolution adoptée en plénière, « à autoriser l’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA) et le comité européen de la protection des données à mener, dans les limites de leurs mandats respectifs, un audit complet et indépendant de sa plateforme et à présenter les conclusions de cet audit à la Commission, au Parlement européen et aux parlements nationaux ».

    Par ailleurs, le Parlement européen « estime que les autres grandes plateformes en ligne devraient faire l’objet d’audits similaires ». Bien que les détails concernant les autres grandes plateformes n’aient pas été nommés, Twitter et Google (YouTube, google+) qui comptent parmi les plateformes sociales les plus populaires pourraient être concernées par ces audits s’ils étaient étendus. En sus, le Parlement recommande également de « rendre obligatoire la réalisation d’audits par des tiers après des campagnes en vue de référendums, afin de s’assurer que les données personnelles enregistrées dans le cadre de la campagne sont supprimées ou, si ces données ont été diffusées, que cette diffusion a fait l’objet d’un consentement adapté ». En outre, pour empêcher l’ingérence électorale via les médias sociaux, les députés européens proposent :


    • l’application de garanties électorales conventionnelles « hors ligne », telles que des règles sur la transparence et des seuils en matière de dépenses, le respect de périodes de silence et le traitement égal des candidats ;
    • une reconnaissance facile des publicités politiques payées en ligne et de l’organisation qui en est à l’origine ;
    • une interdiction du profilage à des fins électorales, notamment l’utilisation de comportements en ligne qui peuvent révéler des préférences politiques ;
    • l’identification que les plateformes de médias sociaux identifient le contenu partagé par les bots, accélèrent le processus de suppression des faux comptes et coopèrent avec des vérificateurs de faits indépendants et des universitaires afin de lutter contre la désinformation ;
    • des enquêtes menées par les États membres, si nécessaire avec le soutien d’Eurojust, sur les allégations d’utilisation abusive de l’espace politique en ligne par des puissances étrangères.


    Même si les intentions des députés européens sont louables, pour certains utilisateurs, il ne s’agit que d’une énième requête qui n’aboutira jamais et ne donnera jamais lieu à la réalisation d’un audit. Sur cette base, pensez-vous comme ces utilisateurs que la demande des parlementaires serait juste un coup de pub pour faire croire qu’ils travaillent à protéger les utilisateurs de l’UE, ou pensez-vous qu’ils iront encore plus loin dans leur demande si Facebook ne réagissait pas ?

    Source : Parlement européen, Parlement européen (résumé de la résolution)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur l’audit de Facebook demandé par les parlementaires européens ? Coup de pub ou volonté manifeste de protéger les utilisateurs ?

    Pensez-vous que le parlement pourra faire réaliser ces audits souhaités ?

    Voir aussi

    Suite à un accord avec l’Union européenne, le Japon a décidé d’aligner sa législation sur le RGPD, afin que les données puissent circuler librement
    Le Parlement européen appelle à la suspension du Privacy Shield estimant qu’il n’offre pas le niveau de protection requis par le droit européen
    Des pays d’Europe utiliseraient les données téléphoniques des migrants pour valider ou rejeter leurs demandes d’asile, pour ou contre cette pratique ?
    Les régulateurs européens estiment que WhatsApp n’est toujours pas conforme à la loi en matière de partage de données avec Facebook
    Le Comité du Parlement européen recommande de chiffrer les communications de bout en bout et se montre contre les portes dérobées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #493
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Webmaster
    Inscrit en
    janvier 2014
    Messages
    828
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Webmaster
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2014
    Messages : 828
    Points : 20 299
    Points
    20 299

    Par défaut Les parlements britannique et canadien se coalisent pour convoquer le PDG de Facebook à une audience commune

    Les parlements britannique et canadien se coalisent pour convoquer le PDG de Facebook à une audience commune
    afin de s’expliquer sur le scandale de Cambridge Analytica

    Décidément, les jours se succèdent et se ressemblent chez Facebook. Depuis la crise de Cambridge Analytica (CA), l’entreprise doit faire face à des demandes d’explication tous azimuts. Aux États-Unis, le PDG de Facebook a dû aller se justifier devant le Congrès. Et particulièrement devant deux comités sénatoriaux et la Chambre des représentants, le chef de la direction de Facebook a dû répondre aux questions. En Europe, ce fut également le même scénario. Mark Zuckerberg a dû également répondre aux questions des parlementaires européens, même si Zuckerberg n’aurait vraisemblablement pas pu convaincre son auditoire.

    Si vous vous demandez ce que Facebook a bien pu commettre pour être acculé de toute part par les plus hautes instances de différents pays, et non des moindres, il faut savoir que le réseau social a partagé les données d’environ 87 millions d’utilisateurs en 2015 avec un chercheur, le Dr Aleksandr Kogan, qui les cédées à une entreprise de conseil, Cambridge Analytica, contre paiement d’une somme. Cette dernière les aurait utilisées pour influencer les opinions politiques des utilisateurs lors de la campagne présidentielle de 2016 afin de contribuer à faire gagner Donald Trump, le président actuel américain. L’entreprise de conseil se serait également servie de ces données pour manipuler les opinions afin de contribuer à faire passer le « oui » dans les élections du Brexit.

    Nom : Facebook Cambridge Analytica.jpg
Affichages : 1520
Taille : 33,2 Ko

    Cette affaire étant parvenue aux oreilles du public, le monde entier s’est ligué contre Facebook pour demander des comptes au réseau social. Il faut noter qu’en plus de ces institutions qui ont pu obtenir des explications de la part de Zuckerberg, d’autres entités gouvernementales sont encore sur la liste d’attente pour tirer toute cette affaire au clair avec le patron du plus grand réseau social au monde.

    La Russie par exemple a demandé à entendre Mark Zuckerberg, mais jusque-là, le premier responsable de Facebook n’a pas encore daigné se présenter devant les législateurs russes. Au Royaume-Uni, les parlementaires commencent à s’impatienter. Il faut savoir que ce pays est particulièrement concerné par cet incident, car l’entreprise Cambridge Analytica aurait utilisé les données à sa disposition pour pousser certaines personnes à voter « oui » lors du référendum sur le Brexit. Après plusieurs requêtes émises par les députés britanniques pour entendre Mark Zuckerberg en personne, le réseau social a préféré envoyer son responsable des technologies, Mike Schroepfer, devant le parlement britannique.

    Malgré la longue séance de questionnements, les députés britanniques sont ressortis insatisfaits et demandent toujours à échanger avec Mark Zuckerberg en personne. Il y a quelques heures, le parlement britannique est encore revenu à la charge. Cette fois, le parlement britannique s’est associé au parlement canadien pour tenter de contraindre Mark Zuckerberg à comparaître devant les deux parlements appelés « le grand comité international ».

    Damian Collins, président du comité britannique du numérique, de la culture, des médias et du sport (DCMS), travaillera avec Bob Zimmer, président du Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique (SCAIPE), pour tenir l’audience sur la désinformation et les fausses informations. Une lettre conjointe a été adressée au patron de Facebook en guise de convocation et pour préciser le cadre de rencontre voulue.

    Dans cette lettre, les présidents des deux comités se disent déçus que Zuckerberg ait refusé de comparaître jusque-là devant les deux parlements. « Aucune audience de ce type n’a jamais eu lieu », ont-ils ajouté dans la lettre. « Compte tenu de votre objectif déclaré de “réparer” Facebook et d’empêcher l’utilisation malveillante de la plateforme dans les affaires mondiales et le processus démocratique, nous aimerions vous donner la possibilité de comparaître à cette audience ». « Nous vous appelons à saisir cette occasion historique pour informer les parlementaires des deux côtés de l’Atlantique et au-delà des mesures prises par Facebook pour mettre fin à la désinformation sur votre plate-forme et protéger les données des utilisateurs », précise la note.

    L’audience sera dirigée par le comité britannique au Parlement de Westminster et devrait avoir lieu le 27 novembre. Le fondateur de Facebook est prié de donner une réponse à cette invitation avant cette date. Va-t-il encore une fois décliner l’invitation comme il l’a fait pour les premières ? Va-t-il envoyer Nick Clegg, son nouveau chef de la politique mondiale, qui fut par ailleurs vice-premier ministre britannique ?

    Source : Independent

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Cette coalition pourra-t-elle contraindre Zuckerberg à se présenter au Royaume-Uni ?

    Voir aussi

    Suite à un accord avec l’Union européenne, le Japon a décidé d’aligner sa législation sur le RGPD, afin que les données puissent circuler librement
    Le Parlement européen appelle à la suspension du Privacy Shield estimant qu’il n’offre pas le niveau de protection requis par le droit européen
    Des pays d’Europe utiliseraient les données téléphoniques des migrants pour valider ou rejeter leurs demandes d’asile, pour ou contre cette pratique ?
    Les régulateurs européens estiment que WhatsApp n’est toujours pas conforme à la loi en matière de partage de données avec Facebook
    Le Comité du Parlement européen recommande de chiffrer les communications de bout en bout et se montre contre les portes dérobées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #494
    Membre régulier
    Profil pro
    developpeur
    Inscrit en
    septembre 2010
    Messages
    149
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : developpeur

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2010
    Messages : 149
    Points : 80
    Points
    80

    Par défaut La suprématie mondiale

    Pour ma part, et elle vaut ce qu'elle vaut, je ne vois pas d'un mauvais oeil, la puissance des GAFAS.
    Celle des états ne vaut pas mieux et c'est bon qu'il existe des contre pouvoirs plus entreprenant
    soumis à la rentabilité.

  15. #495
    Membre émérite
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    800
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 800
    Points : 2 378
    Points
    2 378

    Par défaut

    Citation Envoyé par Kapeutini Voir le message
    Celle des états ne vaut pas mieux et c'est bon qu'il existe des contre pouvoirs plus entreprenant soumis à la rentabilité.
    Un état démocratique est par principe soumis au bien de son peuple. être soumis à la rentabilité semble , par principe, par définition, ne pas valloir mieux que les gouvernement.

    Et ceci, sans prendre en compte les dérives des deux cotés : Les gouvernements qui s'assoient sur l'avis du peuple autant que finalement les entreprises qui s'assoient sur l'avis des clients voire même sur celle de ses employés...

  16. #496
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    3 928
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 3 928
    Points : 100 051
    Points
    100 051

    Par défaut Fake news et vie privée : Zuckerberg rejette sa demande de comparution devant le parlement britannique

    Fake news et vie privée : Zuckerberg rejette sa demande de comparution devant le parlement britannique,
    estimant qu'il n'est pas possible de comparaître devant tous les parlements

    Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a rejeté une demande de comparution devant une commission parlementaire internationale pour examiner les questions relatives aux fausses informations.

    Une décision qui a été annoncé après que Damian Collins, président du comité des médias du parlement britannique, se soit joint à son homologue canadien dans l’espoir de faire pression sur Zuckerberg pour qu’il témoigne, comme il l’avait fait avant le Congrès américain. Facebook a rejeté l’invitation à comparaître devant le prétendu « grand comité international » du 27 novembre, arguant qu’il n’était pas possible pour Zuckerberg de comparaître devant tous les parlements.

    Collins affirme que la pression monte, des homologues australiens, argentins et irlandais ayant rejoint le grand comité depuis l'invitation de Zuckerberg.

    Il a déclaré que « cinq parlements vous demandent maintenant de faire ce qu'il convient de faire auprès des 170 millions d'utilisateurs des pays qu'ils représentent ».

    Rappelons qu’en mai, une commission parlementaire britannique a demandé au patron de Facebook, Mark Zuckerberg, de comparaître devant elle, estimant que ses explications officielles jusqu’ici « ont constamment sous-estimé le risque » des fake news et de la violation de la vie privée des utilisateurs.

    Mike Schroepfer, directeur technique de Facebook avait alors déjà été auditionné par le Comité britannique du numérique, de la culture, des médias et des sports. Mais estimant insatisfaisantes les réponses apportées par le directeur technique quant aux publicités, la collecte de métadonnées et l'interférence des réseaux sociaux dans le monde politique, le comité de régulation, avec en tête le député Collins, a adressé une lettre à Rebecca Stimson, responsable de la politique publique de Facebook au Royaume-Uni. Il y indiquait souhaiter la présence de Mark Zuckerberg, PDG de Facebook pour plus d’éclaircissement sur le sujet.

    Nom : zuckerberg.png
Affichages : 2114
Taille : 212,2 Ko

    Si les demandes à comparaître envoyées au PDG qui étaient jusque-là restées sans suite étaient des invitations, cela pourrait prendre l’allure d’une convocation formelle, avait déclaré Collins. Et de continuer en disant que « ça vaut la peine de noter que, bien que monsieur Zuckerberg ne relève pas normalement du Parlement britannique, il honorera cette demande la prochaine fois qu'il entrera dans le pays. Nous espérons qu'il répondra positivement à notre demande, mais si ce n'est pas le cas, le comité décidera d'émettre une convocation formelle pour qu'il comparaisse lorsqu'il sera prochainement au Royaume-Uni. »

    Selon le comité, beaucoup de questions étaient restées sans réponse et il est nécessaire que le PDG de Facebook les aborde personnellement. Certaines de ces questions, parmi les plus importantes, sont les suivantes :
    • Quel est le pourcentage de sites sur Internet sur lesquels Facebook suit les utilisateurs ?
    • Combien de développeurs votre équipe de lutte contre les violations a-t-elle sanctionnés entre 2011 et 2014 ?
    • Combien de clics ou de balayages d'écran faut-il pour modifier les paramètres de confidentialité de Facebook sur un smartphone ? Quelles mesures prenez-vous pour réduire le long processus de modification des paramètres de confidentialité ?
    • Quelle est ka proportion d'annonces de campagnes politiques qui sont diffusées sur votre plateforme à l'échelle mondiale ? Avez-vous une estimation approximative basée sur les données moyennes sur les dépenses de campagne ?
    • Combien d'argent vous êtes-vous fait à partir d'annonces frauduleuses ? Lorsque vous découvrez qu'elles ont été frauduleuses, retournez-vous l'argent à l'acheteur des publicités ?


    Cette invitation était fixée pour le 24 mai, et la rencontre n'a finalement pas eu lieu.

    Le mois passé, le parlement britannique est revenu à la charge. Cette fois, le parlement britannique s’est associé au parlement canadien pour tenter de contraindre Mark Zuckerberg à comparaître devant les deux parlements appelés « le grand comité international ».

    Damian Collins, président du comité britannique du numérique, de la culture, des médias et du sport (DCMS), devait travailler avec Bob Zimmer, président du Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique (SCAIPE), pour tenir l’audience sur la désinformation et les fausses informations. Une lettre conjointe a été adressée au patron de Facebook en guise de convocation et pour préciser le cadre de rencontre voulue.

    Dans cette lettre, les présidents des deux comités se sont dit déçus que Zuckerberg ait refusé de comparaître jusque-là devant les deux parlements. « Aucune audience de ce type n’a jamais eu lieu », ont-ils ajouté dans la lettre. « Compte tenu de votre objectif déclaré de “réparer” Facebook et d’empêcher l’utilisation malveillante de la plateforme dans les affaires mondiales et le processus démocratique, nous aimerions vous donner la possibilité de comparaître à cette audience ». « Nous vous appelons à saisir cette occasion historique pour informer les parlementaires des deux côtés de l’Atlantique et au-delà des mesures prises par Facebook pour mettre fin à la désinformation sur votre plate-forme et protéger les données des utilisateurs », précise la note.

    L’audience aurait été dirigée par le comité britannique au Parlement de Westminster et devait avoir lieu le 27 novembre 2018.

    Source : AP News

    Voir aussi :

    Trump annonce que son administration pourrait envisager des procédures antitrust contre Amazon, Facebook et Google lors d'un entretien
    Des pirates mettent les messages privés de plus de 80 000 comptes Facebook en vente après avoir fait usage d'extensions malicieuses
    Tim Berners-Lee estime à son tour que le démantèlement des sociétés comme Facebook et Google, devrait être envisagé face à leur ultra-domination
    Facebook annonce une suite open source de composants du noyau Linux et d'outils pour résoudre de nombreux problèmes de production
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #497
    Membre régulier
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2006
    Messages
    55
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2006
    Messages : 55
    Points : 98
    Points
    98

    Par défaut

    Une petite astreinte d'un million de dollars par jour l'inciterait probablement à se plier aux demandes des Etats concernés, ou mieux, blocage de tous les sites du groupe en Grande Betagne jusqu'à ce qu'il se présente devant le Parlement

  18. #498
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    juillet 2018
    Messages
    155
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Essonne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2018
    Messages : 155
    Points : 571
    Points
    571

    Par défaut

    Citation Envoyé par herr_wann Voir le message
    Une petite astreinte d'un million de dollars par jour l'inciterait probablement à se plier aux demandes des Etats concernés
    D'un côté, là où il n'a pas tord, c'est qu'il ne va pas se pointer dans chacun des 194 pays pour répondre aux questions. Il faut faire un truc global (comme cela commence d'être fait comme indique dans l'article), et qu'on lui pose toutes les questions d'un coup.


    Citation Envoyé par herr_wann Voir le message
    ou mieux, blocage de tous les sites du groupe en Grande Betagne jusqu'à ce qu'il se présente devant le Parlement
    Aucun pays ne serait assez bêtes pour faire cela. Entre les grognes des millions d'utilisateurs (qui pour la très grosse majorité se moquent de toutes ces histoires), et le manque à gagner financier, ils se tirerait eux-mêmes une balle dans le pieds pour les élections suivantes. ^^

  19. #499
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Architecte de système d'information
    Inscrit en
    février 2011
    Messages
    267
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte de système d'information

    Informations forums :
    Inscription : février 2011
    Messages : 267
    Points : 951
    Points
    951

    Par défaut

    Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
    D'un côté, là où il n'a pas tord, c'est qu'il ne va pas se pointer dans chacun des 194 pays pour répondre aux questions. Il faut faire un truc global (comme cela commence d'être fait comme indique dans l'article), et qu'on lui pose toutes les questions d'un coup.
    Oui et non je trouve...
    Chaque pays ayant relevé ces problème doit pouvoir convoquer les responsables (à minima un représentant local) du groupe. C'est ce qui se passe dans l'indistrie. C'est une des raisons qui fait que ce genre de sociétés ont des sièges locaux...


    Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
    Aucun pays ne serait assez bêtes pour faire cela. Entre les grognes des millions d'utilisateurs (qui pour la très grosse majorité se moquent de toutes ces histoires), et le manque à gagner financier, ils se tirerait eux-mêmes une balle dans le pieds pour les élections suivantes. ^^
    Je suis pas sur que les pays y perdraient financièrement.
    Les politiques, c'est une autre histoire, mais tu peux t'arranger pour le faire en fin de mandat sans possibilités de te représenter

  20. #500
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    juillet 2018
    Messages
    155
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Essonne (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2018
    Messages : 155
    Points : 571
    Points
    571

    Par défaut

    Citation Envoyé par fredinkan Voir le message
    Oui et non je trouve...
    Chaque pays ayant relevé ces problème doit pouvoir convoquer les responsables (à minima un représentant local) du groupe. C'est ce qui se passe dans l'indistrie. C'est une des raisons qui fait que ce genre de sociétés ont des sièges locaux...
    Oui enfin, vu que les problèmes relevés (enfin révélés par une autre boite plutôt que relevés par les concernés d'ailleurs) sont les mêmes partout, et qu'au final, les questions vont être les mêmes, autant faire un tir groupé.

    Surtout que là, les parlements en question, ne veulent pas d'un représentant local (qui pourrait effectivement être plus plausible niveau réalisation de la demande), mais absolument Zuckerberg. Perso, je comprends qu'il ait autre chose à faire que de faire 20 fois le tour du monde pour répondre aux 10 mêmes questions.

    Je pense que si il pouvait envoyer un représentant, il n'y aurait aucun souci pour répondre à ces demandes. Ils ont déjà eu le directeur technique, qui doit quand même connaitre le fonctionnement du bousin au moins autant que Zuckerberg, mais ils n'ont pas jugé les réponses satisfaisantes (après est-ce qu'ils ne les ont pas trouvé satisfaisantes car effectivement il est resté évasif, ou parce qu'il n'a pas répondu ce que le parlement britannique voulait entendre exactement, je n'en sais rien). Mais il n'y a rien qui prouve qu'ils trouveront les réponses de Zuckerberg plus satisfaisantes de toutes façons.


    Citation Envoyé par fredinkan Voir le message
    Je suis pas sur que les pays y perdraient financièrement.
    Forcément un minimum, Facebook et ses filiales génère de l'argent dans ces pays, et malgré les montages financiers et/ou la présence du siège social dans des pays à faible imposition, certains pays perdraient quelques millions d'impôts.

    Ce pourrait même entraîner des problèmes entre pays, je m'explique avec un exemple dont je ne connais pas la possible exactitude :

    admettons que Facebook (sans parler des filiales pour simplifier), paie ses impôts en Irlande pour ses gains au sein de l'UE, si le R-U, l'Allemagne et la France bloque tout, Facebook va générer moins de revenus, et donc payer moins d'impôts en Irlande. Du coup, il y a quand même une chance que l'Irlande se tourne vers les pays qui bloquent Facebook, pour leur dire "vous êtes gentils les cocos, mais qui va payer la différence ?" ^^


    Citation Envoyé par fredinkan Voir le message
    Les politiques, c'est une autre histoire, mais tu peux t'arranger pour le faire en fin de mandat sans possibilités de te représenter
    Si c'est décidé par le gouvernement actuel peut-être, si ça vient du parlement qui est constitué de tous les partis, ça ferait un paquet de mec qui ne pourrait plus se représenter, et je doute qu'ils veuillent tous se suicider politiquement.


    Après sur le fond, je suis tout à fait d'accord que Facebook doit apporter des réponses, je dis juste qu'exiger absolument la présence de Zuckerberg, devant tous les parlements de tous les pays qui veulent lui poser 3 questions, c'est peut-être un poil exagéré (sans parler de l'impact écologique de tous ces déplacements, mais bon, l'écologie, c'est quand ça les arrangent, le CO2, ils n'en ont rien à faire pour le coup...).

Discussions similaires

  1. Réponses: 1
    Dernier message: 11/04/2018, 12h39
  2. Déclaration de Mark Zuckerberg (FaceBook) au sujet de HTML5
    Par Paul TOTH dans le forum Actualités
    Réponses: 6
    Dernier message: 13/09/2012, 11h51
  3. Mark Zuckerberg et les milliards de dollars de Facebook
    Par PiPo123 dans le forum La taverne du Club : Humour et divers
    Réponses: 8
    Dernier message: 10/08/2011, 12h36
  4. mark zuckerberg veut ouvrir facebook aux moins de 13 ans
    Par nickyla dans le forum Actualités
    Réponses: 25
    Dernier message: 30/05/2011, 21h52
  5. Réponses: 11
    Dernier message: 07/10/2010, 11h50

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo