Iran : l'accès aux réseaux sociaux Telegram et Instagram a été limité sur le territoire,
après des manifestations contre le gouvernement

L'accès en Iran aux réseaux sociaux Telegram et Instagram sur les téléphones portables a été de nouveau restreint dimanche après-midi, après trois jours de manifestations antigouvernementales à travers le pays, ont rapporté plusieurs agences de presse iraniennes.

Les autorités invoquent une incitation à la violence. « Les hauts responsables chargés de la sécurité ont décidé de bloquer provisoirement Telegram et Instagram », a affirmé le site de la télévision d'État citant une « source informée ». Les autorités accusent des groupes « contre-révolutionnaires » basés à l'étranger d'utiliser les réseaux sociaux, en particulier Telegram, pour appeler les gens à manifester et faire usage de cocktails Molotov et d'armes à feu. « Hier soir, certains éléments contre-révolutionnaires ont utilisé les réseaux sociaux pour apprendre aux gens l'utilisation d'armes à feu et de cocktails Molotov », a déclaré à la télévision d'État, le ministre des Télécommunications, Mohammad Javad Azari. Il a prévenu que « des mesures seraient prises par le Conseil suprême de la sécurité nationale, si la contre-révolution cherche à utiliser les réseaux sociaux pour provoquer des troubles. »

Les autorités ont parallèlement durci le ton face aux manifestants qui protestent depuis jeudi contre la vie chère et le gouvernement en Iran, avertissant qu'ils seraient sévèrement punis en cas d'infraction à la loi.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux ont montré des milliers de personnes défilant à travers l'Iran dans la nuit contre les difficultés économiques et le pouvoir. Les médias officiels ont aussi diffusé des vidéos de manifestations en présentant comme des « contre-révolutionnaires » ceux qui brûlent des drapeaux iraniens ou attaquent des biens publics.

« Ceux qui détruisent les biens publics, créent du désordre et agissent dans l'illégalité doivent répondre de leurs actes et payer le prix. Nous agirons contre ceux qui provoquent la terreur », a averti le ministre de l'Intérieur Abdolreza Rahmani Fazli, en faisant la distinction entre « ceux qui ont des revendications légitimes » et « les contre-révolutionnaires. »

Les manifestations ont éclaté jeudi à Machhad, la deuxième ville du pays avant de prendre de l'ampleur et de toucher de nombreuses autres cités vendredi et samedi. Mais dimanche en fin d'après-midi, les médias et les réseaux sociaux n'avaient rapporté aucune nouvelle manifestation antigouvernementale.

Et pour tenter de les empêcher, « les hauts responsables chargés de la sécurité ont décidé de bloquer provisoirement Telegram et Instagram ».

« Ces protestations sont le fait d'une partie de la société frappée par les difficultés économiques majeures, notamment ceux qui ont perdu leur argent avec la faillite des établissements de crédit », estime Payam Parhiz, rédacteur en chef du réseau de média réformateur Nazar.

Source : BBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? Bloquer l'accès aux réseaux sociaux, la nouvelle norme pour endiguer les mouvements de protestation ?