Raja Koduri devient vice-président de la division Core and Visual Computing d’Intel
Qui ambitionne de conquérir le marché du calcul et des GPU

Il y a quelques semaines encore, Raja Koduri occupait le poste de vice-président senior et architecte en chef chez Radeon Technologies Group (RTG), la division GPU du fondeur fabless américain AMD. Hier, Raja a officiellement annoncé qu’il quittait ses fonctions chez AMD pour rejoindre Intel. Cette annonce intervient quelques semaines seulement après que Raja a fait part de sa volonté de prendre un congé sabbatique pour se retrouver en famille.

Pour rappel Raja Koduri a débuté dans le milieu en travaillant sur l’architecture des GPU chez S3, ATI et AMD. Il a fini par devenir responsable technique chez AMD avant de rejoindre Apple en 2009 en tant que responsable des architectures graphiques pour aider la firme de Cupertino à mener à bien ses nouveaux projets (transition vers les écrans Retina, optimisation des produits de la gamme Mac, etc.). En 2013, il revient chez AMD pour aider l’entreprise, en difficulté face à NVIDIA, à renouer avec la croissance et à retrouver un niveau de compétitivité acceptable. Il est d’ailleurs considéré comme le père des GPU Polaris et des GPU Vega que la firme de SunnyVale a lancé entre 2016 et 2017 pour essayer de mettre un frein à la déferlante NVIDIA sur le marché des GPU et regagner des parts de marché. Il a aussi joué un rôle non négligeable dans la mise au point et l’optimisation des APU de la marque.

Nom : 0.jpg
Affichages : 647
Taille : 75,0 Ko

Même si AMD a déçu beaucoup de consommateurs avec les performances affichées par ses derniers GPU (Vega notamment) quand on les compare aux performances des GPU NVIDIA de la série 10XX (notamment au niveau du potentiel d’overclocking et de la consommation), il serait toutefois difficile d’en conclure que le dernier passage de Raja chez AMD aura été un échec. En effet, en s’attardant sur les derniers résultats financiers du fondeur fabless, on peut noter une tendance vers le retour à la profitabilité. L’entreprise semble aller mieux et renouer petit à petit avec les bénéfices grâce à la demande croissante pour ses CPU et ses GPU.

Après cette annonce de Raja, AMD a tenu à rassurer les marchés en déclarant que cet évènement n’a et n’aura aucune incidence sur la bonne conduite de ses projets ni sur la stratégie que l’entreprise a prévu d’adopter afin d’assurer le développement de ses activités graphiques. Par ailleurs, Lisa Su, l’actuelle PDG du groupe, devrait assurer l’intérim et remplacer Raja Koduri à son ancien poste en attendant de trouver une nouvelle personne qui sera capable de répondre aux attentes du groupe.

« Nous apprécions les contributions que Raja a apportées [à la division graphique d’AMD]. Nous tenons à préciser que notre feuille de route concernant les produits de la division graphique ou les technologies qui s’y rapportent reste inchangée. De plus, nous sommes confiants en ce qui concerne le respect des engagements que nous avons pris pour 2018 et au-delà », a déclaré Drew Prairie, chargé de communication chez AMD.

Nom : xyYhFMkeAXota8U3giTDJC-650-80.jpg
Affichages : 581
Taille : 30,9 Ko

Pour ce qui est de la nouvelle carrière qui attend Raja Koduri chez Intel, l’entreprise technologique Intel a confirmé dans un communiqué que ce dernier occupera le poste de vice-président senior et architecte en chef de la toute nouvelle division Core and Visual Computing créée spécialement par la firme de Santa Clara pour l’occasion. Il devrait commencer à travailler chez Intel à partir du mois de décembre.
Intel indique dans son communiqué que Raja devra s’atteler à « accroitre la position dominante des GPU intégrés (iGP) d’Intel sur le marché des PC avec la mise en œuvre de solutions graphiques discrètes (dGPU) visant le segment du haut de gamme ». Et Intel d’ajouter : « avec Raja à la tête de notre division Core & Visual Computing, nous ajouterons à notre portefeuille des capacités inégalées et améliorerons notre stratégie visant le leadership dans le calcul et les graphiques afin de devenir le moteur de la révolution des données. »

Pendant longtemps, Intel a opté pour une configuration ultra bas de gamme de ses iGP, son architecture GT2 en est l'illustration parfaite. Ce n’est qu’à partir de la génération Haswell en 2013, qu'Intel a introduit des configurations GT3 et GT4 plus puissantes pour ses iGP. Cependant, cela a été fait principalement à la demande d’un seul client : Apple. Tout porte à croire qu’Intel va de nouveau se lancer dans le développement de GPU discrets en visant désormais le segment du haut et du moyen de gamme. L’entreprise s’y est déjà risquée par deux fois dans le passé. La première fois, c’était à la fin des années 90 avec son i740. La dernière fois, c’était à la fin des années 2000 avec le projet avorté baptisé Larrabee. Ces échecs n’ont pas empêché Intel de persévérer et de continuer à développer son architecture GPU et ses solutions de type GPU. Sa famille de produits Xeon Phi utilisée pour le calcul parallèle en est l’exemple parfait.

Nom : 0.jpg
Affichages : 574
Taille : 41,8 Ko

Intel dispose dans son catalogue d’un nouveau processeur Nervana Neural Network Processor (NNP) dont les développements ultérieurs pourraient être menés sous la supervision de Raja. La firme de Santa Clara a même officialisé récemment le partenariat qu’elle a noué avec AMD afin d’intégrer des GPU du concurrent de NVIDIA et sa technologie HBM2 sur ses futurs processeurs SKL-G de 8e génération destinés au marché des CPU mobiles pour ordinateurs portables puissants. Sachant que ces SKL-G embarqueront des GPU dont le développement a été supervisé par Raja et connaissant l’expérience de ce dernier dans le domaine de l’architecture graphique, il n’est pas surprenant que ce soit lui qu’Intel ait choisi pour diriger sa nouvelle division. La firme de Santa Clara compte notamment sur lui pour s’attaquer aux sous-marchés des graphiques, du calcul et de l’IA pour les GPU, des secteurs où NVIDIA est déjà bien implanté. Le moins que l’on puisse dire à ce stade, c’est que la concurrence s’annonce féroce pour tous les acteurs majeurs impliqués tels que AMD, Intel et NVIDIA.

Source : Intel Newsroom, WccfTech, AnandTech

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Ice Lake, la prochaine génération de processeurs d'Intel (la 10e), devrait être gravée à 10 nm+, et sa sortie est prévue pour 2018/2019
Intel lance ses processeurs Desktop de 8e génération pour contrer les CPU Ryzen d'AMD : fréquences plus élevées, plus de cœurs/threads et 14 nm