+ Répondre à la discussion Actualité déjà publiée
  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Coriolan
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    mai 2016
    Messages
    531
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Maroc

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2016
    Messages : 531
    Points : 13 370
    Points
    13 370

    Par défaut Le ministère de l'Économie ajoute le bitcoin comme un moyen de payement alternatif

    Le ministère de l’Économie ajoute le bitcoin comme un moyen de payement alternatif
    S'agit-il du début d'une reconnaissance officielle en France ?

    La semaine dernière, la valeur du bitcoin a franchi le cap des 5000 dollars pour la première fois, malgré les critiques de J.P Morgan qui a qualifié cette monnaie de fraude et la résistance de certains pays comme la Chine qui vient de forcer les plateformes de change à fermer. Toutefois, ce scepticisme n’a pas empêché d’autres pays comme le Japon de reconnaitre le bitcoin et d’autres monnaies cryptographiques comme de moyens de payement légaux.

    Nom : ver-economic-code-bitcoin-cash-story.jpg
Affichages : 7970
Taille : 38,3 Ko

    Cette fois, c’est au tour de la France de se prononcer sur cette monnaie cryptographique. Le ministère de l’Économie a ajouté le bitcoin sur une page d’informations comme un moyen de payement alternatif, au même titre que le virement bancaire, le prélèvement ou encore le compte nickel. Si certains considèrent que ce n’est pas une reconnaissance officielle du bitcoin comme monnaie à proprement parler, on peut néanmoins dire qu’il s’agit d’une bonne nouvelle pour favoriser son acceptation et aider les entreprises à franchir le pas d’accepter les monnaies virtuelles contre leurs biens et services.

    Le fait que le bitcoin soit accepté comme un moyen de payement ne veut pas forcément dire que tout le monde l’accepte d’un coup, vous ne pourrez pas payer vos impôts avec par exemple. Mais il faut savoir que le code des finances considère que le bitcoin a un objectif spéculatif. En réalité, les revenus tirés des transactions en bitcoins étaient déjà imposables en France (obligation de déclarer les plus-values). Le stock de bitcoins étant fixé à l’avance à 21 millions, cette monnaie présente une caractéristique inédite : c’est une monnaie intrinsèquement déflationniste.

    « L'émission du nombre de bitcoins étant limitée et déterminée, leur acquisition en vue de leur revente procède d'une intention spéculative. Les produits tirés de cette activité, lorsqu'elle est exercée à titre occasionnel, sont des revenus relevant des prévisions de l'article 92 du CGI. Il est précisé que les gains sont imposables, quelle que soit la nature des biens ou valeurs contre lesquels les bitcoins sont échangés (échange des bitcoins contre des euros, mais aussi achats de biens de toute nature réglés par des bitcoins : dans ce cas, le gain doit être déterminé par référence à la valeur en euros du bien acquis). » Explique le code des Finances publiques.

    Le ministère de l’Économie préconise que le bitcoin étant considéré comme un moyen payement alternatif, il doit être traité aussi prudemment que des transferts d’argent classiques. Il conseille aussi de consulter à cet égard les recommandations de la Banque de France et le réseau Bitcoin.

    Source : Le portail des ministères économiques et financiers

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    La Russie revoit sa position vis-à-vis des monnaies cryptographiques et milite en faveur d'une devise électronique nationale
    Des organismes bancaires internationaux vont créer une monnaie électronique, un Bitcoin version institutions financières
    Les Japonais vont bientôt pouvoir payer leurs factures d'électricité en bitcoins, que pensez-vous de cette initiative ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Invité
    Invité(e)

    Par défaut

    Qu'en pensez-vous ?
    Que la france est la pays de la taxe donc m'étonne pas qu'elle reconnaisse le bitcoin, temps qu'il y a du pognon à se faire
    Que je comprend J.P. Morgan, c'est un banquier et ça doit le mettre hors de lui de ne pas encore avoir de contrôle sur cette monnaie. Le jour ou les banquiers y toucheront ça sera le début de la fin, créer des bulles spéculative et mettre tout un tas de gens dans le caca dans le but de se faire du pognon ne les a jamais dérangé et ne les dérangeront jamais...
    Ne pas oublier que suite à la dernière crise, en europe, les banques ont poussé les élus à voter une loi, le 11 décembre 2013, pour les autoriser à se servir sur les comptes des épargnants pour renflouer leurs caisses en cas de crise. (crise créé par des banquiers qui a permis à quelques financiers de toucher le jackpot en toute impunité)

    C'est entrée en vigueur le 1 janvier 2016: http://www.europarl.europa.eu/news/f...ne-des-banques

    Les monnaies virtuelles ont la réputations de servir, entre autre, de compte pour des mafieux et escrocs mais paradoxalement c'est peut-être ce qui peut les rendre plus stable. Le banquier n'hésite pas à faire des montages financier, créer des bulles spéculative pour se faire un max de pognon au détriment des populations, les mafieux ont besoin d'un système fiable/stable pour ne pas perdre leur argent.

  3. #3
    Membre émérite
    Avatar de Chauve souris
    Homme Profil pro
    amateur (éclairé ?)
    Inscrit en
    novembre 2005
    Messages
    1 188
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 70
    Localisation : Paraguay

    Informations professionnelles :
    Activité : amateur (éclairé ?)

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2005
    Messages : 1 188
    Points : 2 961
    Points
    2 961

    Par défaut

    Citation Envoyé par Old Geek Voir le message
    Les monnaies virtuelles ont la réputations de servir, entre autre, de compte pour des mafieux et escrocs mais paradoxalement c'est peut-être ce qui peut les rendre plus stable. Le banquier n'hésite pas à faire des montages financier, créer des bulles spéculative pour se faire un max de pognon au détriment des populations, les mafieux ont besoin d'un système fiable/stable pour ne pas perdre leur argent.
    Exact ! Les mafieux en question veulent une monnaie dans son fondement qui est l'échange. La spéculation chrématistique de l'argent qui est une fin en soit ne les intéresse pas. Et cette flambée, comme toute flambée, va atteindre sa limite et retomber dans les cendres.
    "Toute l'histoire de l'informatique n'a été que l'histoire des systèmes d'exploitations" (Le Manifeste du PC)

  4. #4
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2014
    Messages
    363
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2014
    Messages : 363
    Points : 1 998
    Points
    1 998

    Par défaut

    Bientôt les impôts payables en bitcoin , tu payes en bitoin et c'est direct contrôle fiscal

  5. #5
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mars 2017
    Messages
    415
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Madagascar

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mars 2017
    Messages : 415
    Points : 10 582
    Points
    10 582

    Par défaut Bruno Le Maire lance une mission sur les cryptomonnaies pour évaluer les risques liés à ces devises

    Bruno Le Maire lance une mission sur les cryptomonnaies pour évaluer les risques liés à ces devises
    Et prône une économie durable

    La Chine et la Corée du Sud sont considérées comme deux des plus grands marchés d’échange de monnaies cryptographiques au monde et la plupart des décisions prises à l’égard de ces monnaies dans ces pays sont susceptibles d’impacter sérieusement sur la dynamique des cours mondiaux de ces monnaies.

    Les autorités de régulation de la Chine ont récemment adopté de nouvelles mesures contraignantes visant notamment à circonscrire les activités de minage des monnaies cryptographiques et réduire la marge de manœuvre et le nombre de plateformes d’échange qui les exploitent. L’introduction de ces mesures non incitatives devrait également permettre à Pékin de lutter contre le blanchiment d’argent sur les plateformes d’échange adossées à ces monnaies, d’enrayer les fuites de capitaux hors du pays et d’éviter que le phénomène des monnaies virtuelles ne prenne de l’ampleur sur le marché financier local.

    De son côté, la Corée du Sud a récemment introduit de nouvelles lois qui ont conduit, dans un premier temps, au bannissement des levées de fonds en monnaies cryptographiques (ICO) et qui pourraient à l’avenir déboucher sur l’interdiction pure et simple du trading des monnaies virtuelles dans le pays.

    Nom : 0.jpg
Affichages : 1154
Taille : 44,8 Ko

    C’est dans ce contexte que le ministre de l’économie et des finances français, Bruno Le Maire, a fait part officiellement de sa volonté de mettre sur pied une mission sur les monnaies cryptographiques. Cette annonce a été effectuée par le ministre devant la presse lors de la cérémonie pendant laquelle il présentait ses vœux pour 2018. Durant son allocution, Bruno Le Maire a précisé que cette mission sera menée par un ancien sous-gouverneur de la Banque de France du nom de Jean-Pierre Landau.

    La Banque de France est une institution connue pour ses critiques acerbes et renouvelées contre les monnaies virtuelles d’une manière générale et le bitcoin en particulier, via notamment l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution. En outre, Jean-Pierre Landau a publié en 2016 une tribune dans le Financial Times afin de prévenir contre les dangers de « la folie du bitcoin » qu’il comparait à un phénomène apparu au 17e siècle plus connu sous le nom de tulipomanie, d’où sa référence à « la tulipe du 21e siècle ».

    Les propos de cet ancien sous-gouverneur de la Banque de France ne sont pas sans rappeler ceux du PDG de JP Morgan qui, il n’y a pas si longtemps, affirmait que les cryptomonnaies c’est du vent et une fraude, avant de déclarer qu’il regrette ses propos : « Cette monnaie ne va pas marcher. On ne peut pas avoir un système où des gens créent une monnaie avec du vent et penser que les gens qui l’achètent sont vraiment malins. »

    Matignon, comme la plupart des autres gouvernements à l’échelle mondiale, ne semble pas, pour le moment du moins, favorable à l’adoption des devises électroniques qui sont créées à partir de la technologie des « blockchains » et qui s’échangent en ligne sans être régulées par une juridiction clairement définie.

    « Nous voulons une économie stable : nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au bitcoin », a lancé Bruno Le Maire pendant son discours avant d’ajouter :

    « Cette mission me proposera des orientations sur l’évolution de la réglementation pour mieux en maîtriser le développement et empêcher leur utilisation à des fins d’évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d’activités criminelles ou de terrorisme. »

    En attendant le rapport final de Jean-Pierre Landau, le chargé de mission désigné pour les questions ayant trait aux devises cryptographiques, Bruno Le Maire envisagerait de porter le sujet devant le G20 à l'occasion du prochain sommet d'avril 2018 pour des concertations élargies autour de la régulation du bitcoin.

    Le ministre de l’Économie et des Finances français a également rappelé que « la France a relancé le projet de taxation des géants du numérique » en affirmant que « nous ne lâcherons rien dans ce domaine. La définition des nouvelles règles fiscales internationales est décisive pour la justice et pour l’efficacité de l’économie mondiale. »

    « Nous voulons une économie durable : développer les énergies renouvelables, promouvoir une consommation plus sobre en énergie, financer la recherche sur le stockage des énergies renouvelables, ce ne sont pas des contraintes, ce sont des opportunités », a conclu Bruno Le Maire.

    Source : Discours de Bruno Le Maire (PDF)

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Voir aussi

    La levée de fonds en cryptomonnaies désormais le moyen le plus simple de financer sa start-up ? Quels sont les avantages et les risques ?
    IOTA : la cryptomonnaie sans blockchains qui se veut une alternative au bitcoin et qui fait l'impasse sur les mineurs de cryptomonnaies
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #6
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Assistant aux utilisateurs
    Inscrit en
    mars 2017
    Messages
    42
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Assistant aux utilisateurs

    Informations forums :
    Inscription : mars 2017
    Messages : 42
    Points : 433
    Points
    433

    Par défaut

    Les gouvernants (et pas seulement eux) se retrouvent face à quelque chose qu'ils ne comprennent pas, et comme, pour chaque chose qu'il ne comprend pas, l'être humain laisse exprimer sa peur (spéculation, ponzi, tulipe, inutilité, folie, fraude ... tous les poncifs y passent), pour ne pas dire sa haine de ce qu'il ne peut contrôler. Aujourd'hui, nous sommes face à un tournant : soit on jette le bébé avec l'eau du bain au nom de périls factices, qui existaient avant les cryptomonnaies et existeront toujours après; soit on saisit une opportunité, celle de miser sur l'avenir (avec un minimum de régulation, pour imposer des gardes-fous), sur une technologie qui a un potentiel énorme, un écosystème foisonnant d'idées (non, la blockchain ce n'est pas uniquement le bitcoin).

  7. #7
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    février 2016
    Messages
    118
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Seine Saint Denis (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : février 2016
    Messages : 118
    Points : 249
    Points
    249

    Par défaut

    Pour ce qui est de l'économie durable, des réglementations et autres contrôle anti blanchiment, des opportunités d'une économie durable,
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_...nanci%C3%A8res
    http://www.paradisfiscaux20.com/
    https://blogs.mediapart.fr/corinne-n...ors-un-suicide

    Pour ce qui est du commentaire de John Bournet avec la FUD et la FOMO entre les lignes, je rigole.

  8. #8
    Membre expérimenté
    Profil pro
    undef
    Inscrit en
    février 2013
    Messages
    430
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Lot (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : undef

    Informations forums :
    Inscription : février 2013
    Messages : 430
    Points : 1 304
    Points
    1 304

    Par défaut

    Parmi les points faibles techniques des cryptomonnaies il y a la fainéantise des utilisateurs qui se dispensent de télécharger puis de stocker la blockchain et, la cupidité des mineurs qui appliquent des frais de transactions disproportionnés. Par ailleurs, sans un mécanisme de vidange, la technologie blockchain va finir par s'effondrer sous son propre poids en devenant de fait un système centralisé contrôlé par une poignée de spécialistes en stockage de données. En l'état actuel, pour aspirer à la pérennité, le concept de cryptomonnaie devrait intégrer un turnover afin qu'une cryptomonnaie associée à une blockchain devenue trop grosse puisse faciliter la migration de ses utilisateurs vers une autre cryptomonnaie ayant encore une blockchain de taille raisonnable. Il devrait par ailleurs être obligatoire pour les utilisateurs d'une cryptomonnaie d'avoir leur propre copie de la blockchain associée et de ne pas pouvoir déléguer cet aspect technique à des tiers. Il faudrait enfin mettre en place un mécanisme de randomization des récompenses de minage afin de rendre vain la constitution de fermes à minage et autres piscines. Cela fait quelques fokon-yaka, mais avant d'être un business, les cryptomonnaies en sont encore au stade d'expérience de faisabilité.

  9. #9
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    février 2010
    Messages
    789
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Seine Maritime (Haute Normandie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : Enseignement

    Informations forums :
    Inscription : février 2010
    Messages : 789
    Points : 1 076
    Points
    1 076

    Par défaut

    Tout à fait d'accord avec 23JFK et Bruno Lemaire
    Je rajouterai que la plupart des crypto-monnaies, à part servir d'objet de spéculation, ne servent pas l'économie et sont un désastre écologique. C'est pourquoi le logiciel Duniter basé sur la Théorie Relative de la Monnaie est, selon moi, une solution viable. D'ailleurs Le Media, nouveau journal indépendant, créé par Bruno Gaccio et la France Insoumise, risque d'en parler très prochainement. Puisque Duniter est le premier logiciel distribué de création monétaire par Dividende Universel et non par minage. Ce dividende suit l'augmentation de la masse monétaire permettant l'égalité spatio-temporelle entre les utilisateurs dans la création de la monnaie. Ainsi chaque génération peut faire ses politiques et économiques indépendamment des choix des générations précédentes et des ressources à disposition.
    L'informatique fait gagner beaucoup de temps. A condition d'en avoir beaucoup devant soi !!!

Discussions similaires

  1. Réponses: 29
    Dernier message: 24/06/2016, 17h03
  2. Ajouter le DVD comme source pour RHEL5
    Par SnakemaN dans le forum Contribuez
    Réponses: 1
    Dernier message: 21/07/2008, 17h32
  3. Ajouter un DLL comme parametre dans une method
    Par charaf dans le forum VB.NET
    Réponses: 2
    Dernier message: 17/09/2007, 10h36
  4. ajouter un utilisateur comme administrateur d'une BDD Interbase
    Par passion_info dans le forum Bases de données
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/11/2006, 09h42
  5. Ajouter un programme comme thread (?)
    Par sloshy dans le forum Windows
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/02/2006, 11h07

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo