Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mars 2017
    Messages
    940
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Madagascar

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mars 2017
    Messages : 940
    Points : 26 365
    Points
    26 365

    Par défaut Trump a-t-il le droit de bloquer des personnes sur ses comptes Twitter publics ou c'est anticonstitutionnel ?

    USA : Donald Trump a-t-il le droit de bloquer des personnes sur ses comptes Twitter publics
    Ou serait-ce anticonstitutionnel ?

    Le Knight First Amendment Institute de l’Université de Columbia a adressé une lettre au président américain Donald Trump pour lui faire remarquer que le comportement qu’il affiche sur l'un de ses comptes Twitter officiels (sans exclure les autres comptes) viole les libertés fondamentales de nombreux citoyens américains.

    Le contenu de cette lettre ne manque pas d'audace. Il semble que plusieurs personnes ont été bloquées sur le compte Twitter public officiel, @realDonaldTrump, du président américain pour des raisons injustes. C’est pour réparer cette injustice que le Knight First Amendment Institute de l’Université de Columbia a fait parvenir à la Maison-Blanche une lettre adressée au Président Trump :

    « Vos comptes Twitter sont des espaces d’expression privilégiés au sein desquels vous communiquez vos idées et vos décisions en tant que président, mais ils représentent aussi des forums rassemblant des millions d’individus qui répondent, posent des questions ou donnent leur point de vue. »

    Et l’institut de poursuivre en disant : « nous écrivons au nom de toutes les personnes qui ont été bloquées sur votre compte Twitter le plus suivi, @realDonaldTrump, soit parce qu’elles étaient en désaccord avec vous ou vos actions en tant que Président, soit parce qu’elles critiquaient ou se moquaient de vous ou de vos actions en tant que Président. Le fait d’interdire à quelqu’un l’accès à ce genre de forum, même si c'est le vôtre, à cause de ses opinions est anticonstitutionnel. » (Premier Amendement)

    Nom : 0.jpg
Affichages : 1234
Taille : 31,4 KoNom : 1.jpg
Affichages : 1313
Taille : 26,5 Ko

    Le Premier Amendement de la Constitution des États-Unis d’Amérique ratifié en 1791 fait partie de la Déclaration des Droits. Il interdit au Congrès des États-Unis (par extension au gouvernement et à tous ses membres) de voter des lois ou d'entreprendre des actions qui d'une façon ou d'une autre, pourraient limiter la liberté de religion et d’expression.

    D’après le Knight First Amendment Institute de l’Université de Columbia, ce compte Twitter du Président Trump fonctionne comme un « forum public désigné », qui d'après la Cour suprême des États-Unis, représente un forum établi par les autorités (gouvernement) pour échanger librement avec ses citoyens. Et comme sur n'importe quel autre forum, les restrictions de publication en rapport avec le contenu présenté à l'intérieur du « forum public désigné » suivent des règles bien précises. Le Knight First Amendment considère donc le blocage de n’importe quel participant à cause des critères susmentionnés est considéré comme une violation de ses droits fondamentaux et est, de ce fait, anticonstitutionnel. L'institut demande alors au Président américain de débloquer les différents comptes concernés.

    Loin de vouloir susciter une éventuelle polémique, l’Institut Knight a insisté sur le fait qu’il souhaite seulement s’assurer que tous les utilisateurs américains de Twitter ont la possibilité de partager leurs pensées avec le président. Cependant, ils ont averti le Président Tump qu'ils iraient même devant les tribunaux s'il le faut si les comptes des personnes injustement bloqués ne sont pas débloqués.


    Source : The Intercept, Courrier adressé à Trump

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Donald Trump se servirait de son téléphone personnel Android pour faire des Tweets et le secrétaire de presse de la Maison-Blanche a tweeté son MdP
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mars 2017
    Messages
    940
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Madagascar

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mars 2017
    Messages : 940
    Points : 26 365
    Points
    26 365

    Par défaut Donald Trump n’a pas le droit de bloquer des critiques ou leurs auteurs sur son compte Twitter

    Donald Trump n’a pas le droit de bloquer des critiques ou leurs auteurs sur son compte Twitter
    C'est anticonstitutionnel, selon un tribunal américain

    En juin 2017, le Knight First Amendment Institute de l’Université de Columbia a adressé une lettre au président Trump afin de lui signifier que le comportement qu’il affiche sur certains de ses comptes Twitter publics officiels violait les libertés fondamentales de nombreux citoyens américains. En effet, plusieurs personnes se plaignaient d’avoir été bloquées sur le compte Twitter @realDonaldTrump du locataire de la Maison-Blanche au regard de son statut soit parce qu’elles étaient en désaccord avec lui ou ses actions, soit parce qu’elles critiquaient ou se moquaient de lui ou de ses actions.

    L’Institut Knight avait rappelé au président américain que « le fait d’interdire à quelqu’un l’accès à ce genre de forum à cause de ses opinions est anticonstitutionnel », même si c’est le sien, en invoquant le Premier Amendement qui interdit au Congrès US (et par extension au gouvernement) de voter des lois ou d’entreprendre des actions pouvant limiter la liberté de religion et d’expression des citoyens. L’institut Knight avait ajouté : « vos comptes Twitter sont des espaces d’expression privilégiés au sein desquels vous communiquez vos idées et vos décisions en tant que président, mais ils représentent également des forums rassemblant des millions d’individus qui répondent, posent des questions ou donnent leur point de vue ». Donald Trump a-t-il le droit de bloquer des personnes sur ses comptes Twitter publics ou serait-ce anticonstitutionnel ?

    Nom : 0.jpg
Affichages : 1501
Taille : 31,4 Ko

    Récemment, un tribunal fédéral américain a finalement statué sur cette question en confirmant que Donald Trump n’a pas le droit de bloquer les commentaires négatifs ou leurs auteurs sur l’un de ses comptes Twitter publics, car il s’agit de canaux officiels pour l’échange d’informations entre le gouvernement et les citoyens et personne ne peut empêcher un Américain d’accéder ou de donner son point de vue sur ce type d’informations. Puisque Trump agissait clairement à titre de représentant du gouvernement lorsqu'il a utilisé Twitter, il ne peut pas empêcher un citoyen américain de lire ses tweets et d’engager des conversations dans le fil de discussion juste parce qu’il n’apprécie pas son point de vue, ont estimé à l’unanimité les juges de la Cour new-yorkaise. D'après ces dernier, « une fois que le président a choisi une plate-forme et ouvert son espace interactif à des millions d'utilisateurs et de participants, il ne peut exclure sélectivement ceux dont il n'approuve pas les vues ».

    « Ce débat, aussi inconfortable et désagréable soit-il, est malgré tout une bonne chose », a écrit le juge, car « en réglant cet appel, nous rappelons aux différentes parties et au public que si le Premier amendement signifie quelque chose, c’est que la meilleure réponse à une critique sur des questions d’intérêt public est davantage de discussions, pas moins ».

    Le président Trump a donc violé la Constitution en excluant des citoyens américains d’un « dialogue en ligne normalement ouvert » parce qu’ils le critiquent ou se moquent de lui. La décision pourrait avoir des implications plus larges sur la manière dont le premier amendement s’applique à l’ère des médias sociaux, une ère où l’expression politique se fait de plus en plus en ligne.

    Nom : 1.jpg
Affichages : 1566
Taille : 26,5 Ko

    Les rapports du Président américain Donald Trump avec les réseaux sociaux, en particulier Facebook, Twitter et Google, ont toujours été assez mouvementés depuis son accession à la Maison-Blanche. En 2018, par exemple, il a accusé Google de truquer les résultats de recherche pour supprimer les news positives sur sa personne et de donner la priorité aux « Fake News ». Peu de temps avant, il s’en était pris à Facebook et Twitter, assurant que ces entreprises essayent de manipuler l’opinion publique en réduisant au silence des comptes sur leur plateforme respective, un dangereux précédent d’après lui. En avril dernier, il a même convoqué Jack Dorsey, le DG de Twitter, suite au blocage par le groupe de 5000 bots pro-Trump qui retweetaient des invectives contre le rapport Mueller sur la plateforme afin de comprendre pourquoi il perdait des abonnés sur sa page Twitter, @realDonaldTrump, au point de paraitre moins populaire que son prédécesseur l’ancien Président Obama. Le mois suivant, alléguant que « trop d’Américains ont vu leurs comptes suspendus, interdits ou frauduleusement signalés en raison de “violations” indéterminées des politiques des utilisateurs », l’administration Trump a lancé un outil dont les utilisateurs de plateformes telles que Instagram ou YouTube peuvent se servir s’ils se sentent censurés, bannis ou suspendus à tort sur des réseaux sociaux.

    Le Département américain de la Justice a exprimé sa déception face à cette décision et n’exclut pas la possibilité de contester ce jugement en appel. « Nous sommes déçus de la décision du tribunal et nous explorons les prochaines étapes possibles », a déclaré à ce propos Kelly Laco, porte-parole du ministère, avant d’ajouter : « Comme nous l’avons soutenu, la décision du Président Trump de bloquer les utilisateurs de son compte Twitter personnel ne viole pas le Premier amendement ».

    Pour sa part, Jameel Jaffer - le directeur de l’Institut Knight, l’entité à l’origine de l’action en justice - a salué un verdict qui « contribuera à assurer l’intégrité et la vitalité des espaces numériques qui sont de plus en plus importants pour notre démocratie ».

    Source : New York Times

    Et vous ?

    Que pensez-vous de ce verdict ? Partagez-vous le point de vue du directeur de l’institut Knight ?
    Pensez-vous qu'en France il devrait en être de même, c'est à dire permettre aux français de répondre en direct aux Tweet du président Emmanuel Macron ?

    Voir aussi

    Trump accuse Google de truquer les résultats de recherche pour supprimer les news positives sur le président et donner la priorité aux "Fake News"
    USA : Twitter attaque le gouvernement fédéral en justice, pour s'opposer à une injonction visant à révéler l'identité réelle d'un compte anti-Trump
    La Maison-Blanche lance un outil permettant de dénoncer la « censure » sur Facebook, YouTube, Instagram et Twitter
    Trump accuse Google de ne pas avoir fait la promotion de son discours annuel comme il l'a fait pour Obama une accusation aussitôt rejetée par Google
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 12
    Dernier message: 28/12/2014, 20h41
  2. Bloquer des sites sur un poste windows
    Par cyreel dans le forum Sécurité
    Réponses: 7
    Dernier message: 30/04/2013, 17h09
  3. Bloquer des parametres sur les postes clients
    Par Saintseya dans le forum Windows Serveur
    Réponses: 3
    Dernier message: 30/05/2009, 09h47
  4. [Debutant]droits des utilisateurs sur sql serveur
    Par christophebmx dans le forum MS SQL Server
    Réponses: 2
    Dernier message: 04/01/2005, 16h50

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo