USA : Google peut désormais faire correspondre les annonces aux achats effectués hors-ligne
dans des magasins physiques

Lors de sa dernière conférence I/O 2017 qui se tenait à San Francisco, la firme de Mountain View a révélé son nouvel outil de mesure store-sales (boutique-ventes). Le nouvel outil store-sales du géant d’Internet va suivre les activités des utilisateurs pour déterminer le montant des dépenses qu’ils consacrent aux achats dans les boutiques physiques après avoir cliqué sur une publicité.

L’outil store-sales effectue ses analyses en faisant correspondre les clics sur les publicités de l’utilisateur qui a ouvert une session dans l’un des services Google avec l’ensemble de ses achats réalisés via une carte de crédit ou de débit. Les données collectées par cet outil viendront s’ajouter à l’immense base de données sur ses utilisateurs que l’entreprise a déjà rassemblée à travers ses différents produits et services (moteur de recherche, Gmail, Android, YouTube…).

Nom : CgVMBbNWQAAKh_a.jpg
Affichages : 966
Taille : 14,2 Ko

Google déclare que sa société a déjà accès à environ 70 % des transactions s’effectuant par cartes de crédit ou de débit américaines grâce à ses partenariats avec différentes entreprises spécialisées dans la collecte de données. De cette façon, la firme de Mountain View affirme qu’elle est en mesure d’informer automatiquement les commerçants lorsque leurs annonces sur Internet se traduisent par des ventes dans un magasin physique.

Pour obtenir ce résultat, les ordinateurs de Google se servent d’abord des informations de connexion de l’utilisateur lorsque celui-ci clique sur une publicité. Ensuite, les ordinateurs établissent des correspondances entre ces informations de connexion, les informations collectées par les commerçants et les transactions relevées sur les cartes de crédit ou de débit de ses partenaires pour déterminer si une publicité diffusée sur Internet a contribué à la réalisation d’un achat hors-ligne.

Tout se passe en mode « double aveugle », a déclaré Sridhar Ramaswamy, le vice-président sénior de la division publicité et commerce chez Google. En théorie, les partenaires de Google n’ont pas accès aux informations personnelles détenues par Google. De même, Google ne peut pas accéder aux informations personnelles détenues par ses partenaires.

Auparavant, quand un consommateur cliquait sur une publicité sans rien acheter en ligne, l’annonceur pouvait conclure que son annonce et les services qu’il payait pour sa diffusion étaient du gaspillage d’argent. Mais si le programme actuel fonctionne, l’outil store-sales pourrait aider Google à convaincre plus d’entreprises de la nécessité d’investir davantage dans le marketing numérique et de le faire chez Google.

Google affirme que les données récoltées sont superficielles : la société ne sera pas en mesure de déterminer la nature exacte du bien ou du service acheté, et encore moins le montant exact d’une transaction. Le nouvel outil store-sales est un programme « sécurisé et respectueux de la vie privée » qui a été créé en collaboration avec des « personnes incroyablement intelligentes » pour s’assurer qu’il ne soit pas intrusif.

Cependant, l’outil de Google ne fonctionne pas avec les paiements réalisés en cash. De même, il ne couvre pas environ 30 % des transactions par cartes bancaires américaines. Google a également prévu une option qui permet à ses utilisateurs de limiter le suivi de ses actions par la société et de garder plus ou moins le contrôle sur les différents types d’annonces qui lui seront présentés.

Nom : the-assault-we-face-is-driven.jpg
Affichages : 1066
Taille : 41,3 Ko

« Même des données parcellaires peuvent parfois être converties en données permettant d’identifier les individus », a déclaré Larry Ponemon, président du cabinet de recherche sur la protection de la vie privée de Ponemon Institute.

« Même si, pour l’instant, la démarche de Google semble motivée par de bonnes intentions, rien ne garantit qu’il en sera de même avec d’autres entreprises ou les gouvernements », a ajouté Ponemon.

« Les informations collectées par Google pourraient également devenir une cible de choix pour les pirates informatiques », a déclaré Miro Copic, professeur de marketing à l’Université de San Diego.

« L’impact, bon ou mauvais, sur la vie privée de tout un chacun sera très important. Google doit faire très attention », a ajouté Copic.


Source : L.A Times

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir Aussi

Google Maps aurait permis au fisc de localiser 300 piscines non déclarées près de 100 000 euros de recettes fiscales seraient recouvrés

Des pirates ont mené une vaste attaque de phishing visant Google Docs en s'appuyant sur l'infrastructure de Google