+ Répondre à la discussion Actualité déjà publiée
  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mars 2017
    Messages
    308
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Madagascar

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mars 2017
    Messages : 308
    Points : 7 645
    Points
    7 645

    Par défaut USA : Google peut désormais faire correspondre les annonces aux achats effectués hors-ligne dans des magasins

    USA : Google peut désormais faire correspondre les annonces aux achats effectués hors-ligne
    dans des magasins physiques

    Lors de sa dernière conférence I/O 2017 qui se tenait à San Francisco, la firme de Mountain View a révélé son nouvel outil de mesure store-sales (boutique-ventes). Le nouvel outil store-sales du géant d’Internet va suivre les activités des utilisateurs pour déterminer le montant des dépenses qu’ils consacrent aux achats dans les boutiques physiques après avoir cliqué sur une publicité.

    L’outil store-sales effectue ses analyses en faisant correspondre les clics sur les publicités de l’utilisateur qui a ouvert une session dans l’un des services Google avec l’ensemble de ses achats réalisés via une carte de crédit ou de débit. Les données collectées par cet outil viendront s’ajouter à l’immense base de données sur ses utilisateurs que l’entreprise a déjà rassemblée à travers ses différents produits et services (moteur de recherche, Gmail, Android, YouTube…).

    Nom : CgVMBbNWQAAKh_a.jpg
Affichages : 1159
Taille : 14,2 Ko

    Google déclare que sa société a déjà accès à environ 70 % des transactions s’effectuant par cartes de crédit ou de débit américaines grâce à ses partenariats avec différentes entreprises spécialisées dans la collecte de données. De cette façon, la firme de Mountain View affirme qu’elle est en mesure d’informer automatiquement les commerçants lorsque leurs annonces sur Internet se traduisent par des ventes dans un magasin physique.

    Pour obtenir ce résultat, les ordinateurs de Google se servent d’abord des informations de connexion de l’utilisateur lorsque celui-ci clique sur une publicité. Ensuite, les ordinateurs établissent des correspondances entre ces informations de connexion, les informations collectées par les commerçants et les transactions relevées sur les cartes de crédit ou de débit de ses partenaires pour déterminer si une publicité diffusée sur Internet a contribué à la réalisation d’un achat hors-ligne.

    Tout se passe en mode « double aveugle », a déclaré Sridhar Ramaswamy, le vice-président sénior de la division publicité et commerce chez Google. En théorie, les partenaires de Google n’ont pas accès aux informations personnelles détenues par Google. De même, Google ne peut pas accéder aux informations personnelles détenues par ses partenaires.

    Auparavant, quand un consommateur cliquait sur une publicité sans rien acheter en ligne, l’annonceur pouvait conclure que son annonce et les services qu’il payait pour sa diffusion étaient du gaspillage d’argent. Mais si le programme actuel fonctionne, l’outil store-sales pourrait aider Google à convaincre plus d’entreprises de la nécessité d’investir davantage dans le marketing numérique et de le faire chez Google.

    Google affirme que les données récoltées sont superficielles : la société ne sera pas en mesure de déterminer la nature exacte du bien ou du service acheté, et encore moins le montant exact d’une transaction. Le nouvel outil store-sales est un programme « sécurisé et respectueux de la vie privée » qui a été créé en collaboration avec des « personnes incroyablement intelligentes » pour s’assurer qu’il ne soit pas intrusif.

    Cependant, l’outil de Google ne fonctionne pas avec les paiements réalisés en cash. De même, il ne couvre pas environ 30 % des transactions par cartes bancaires américaines. Google a également prévu une option qui permet à ses utilisateurs de limiter le suivi de ses actions par la société et de garder plus ou moins le contrôle sur les différents types d’annonces qui lui seront présentés.

    Nom : the-assault-we-face-is-driven.jpg
Affichages : 1377
Taille : 41,3 Ko

    « Même des données parcellaires peuvent parfois être converties en données permettant d’identifier les individus », a déclaré Larry Ponemon, président du cabinet de recherche sur la protection de la vie privée de Ponemon Institute.

    « Même si, pour l’instant, la démarche de Google semble motivée par de bonnes intentions, rien ne garantit qu’il en sera de même avec d’autres entreprises ou les gouvernements », a ajouté Ponemon.

    « Les informations collectées par Google pourraient également devenir une cible de choix pour les pirates informatiques », a déclaré Miro Copic, professeur de marketing à l’Université de San Diego.

    « L’impact, bon ou mauvais, sur la vie privée de tout un chacun sera très important. Google doit faire très attention », a ajouté Copic.


    Source : L.A Times

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir Aussi

    Google Maps aurait permis au fisc de localiser 300 piscines non déclarées près de 100 000 euros de recettes fiscales seraient recouvrés

    Des pirates ont mené une vaste attaque de phishing visant Google Docs en s'appuyant sur l'infrastructure de Google
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Michael Guilloux
    Homme Profil pro
    Consultant
    Inscrit en
    juillet 2013
    Messages
    1 622
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 27
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2013
    Messages : 1 622
    Points : 46 904
    Points
    46 904
    Billets dans le blog
    2

    Par défaut USA : l’EPIC s’en prend au système de Google pour relier les internautes aux achats effectués hors-ligne

    USA : l’EPIC s’en prend au système de Google pour relier les internautes aux achats qu’ils effectuent hors-ligne
    la FTC saisie pour mener une enquête

    En mai dernier, Google a lancé un nouveau système qui permet au géant de la publicité en ligne de faire correspondre les activités des internautes en ligne aux achats qu’ils effectuent dans des magasins physiques. Le système appelé Store Sales Measurement permet en effet à Google de savoir par exemple si après avoir consulté une publicité en ligne, l’internaute est allé faire un achat dans un magasin physique. L’objectif est de mesurer efficacement l’impact et le résultat des campagnes publicitaires sur les ventes réalisées par les annonceurs. C’est donc une grande innovation pour les annonceurs, mais ce système inspire de nombreuses craintes aux défenseurs de la vie privée, pour différentes raisons.

    Pour alimenter son système, Google collecte en effet une quantité énorme d’informations sur les internautes, y compris des informations de cartes de crédit et autres données financières acquises auprès de certains partenaires. Google fait correspondre ces enregistrements aux activités des internautes, y compris les recherches de produits et les recherches de lieux. Selon le géant de la recherche en ligne, il peut ainsi capturer environ 70 % de toutes les transactions par cartes de crédit et de débit aux États-Unis ; ce qui a attiré l’attention de l’Electronic Privacy Information Center (EPIC), un groupe de défense de la vie privée aux États-Unis.


    L’EPIC a saisi la Federal Trade Commission (FTC) pour demander à l'agence d’ouvrir une enquête sur le système qui permet à Google de suivre les internautes dans les magasins, afin de déterminer si celui-ci protège de manière adéquate la vie privée de millions de consommateurs américains. L’EPIC veut que Google soit plus transparent sur les données sur les achats par cartes de crédit et de débit auxquelles il a accès, sur la manière dont il reçoit les informations des internautes et sur le chiffrement utilisé pour s'assurer que les données utilisateur restent anonymes.

    « Google affirme qu'il peut préserver la confidentialité des consommateurs tout en faisant correspondre les impressions publicitaires aux achats dans les magasins, mais Google refuse de révéler ou d'autoriser des tests indépendamment de la technique qui rendrait cela possible », explique l’EPIC. « La vie privée de millions de consommateurs dépend donc d'un algorithme secret et propriétaire. »

    L’EPIC explique que parce que l'algorithme que Google utilise est secret, il n'existe aucun moyen de savoir si la fonctionnalité d'anonymisation de Google (pour masquer les noms, les numéros de carte de crédit, l'emplacement et autres données potentiellement privées) fonctionne comme elle le devrait. Si Google a refusé de donner plus de détails sur la manière dont les données des internautes sont protégées, la firme de Mountain View a toutefois affirmé que son système est basé sur CryptDB, un système de base de données qui peut traiter des requêtes sur des données chiffrées.

    Mais l'EPIC n'est pas vraiment convaincue que, même avec un tel système, les consommateurs sont protégés de toute violation de données qui pourrait avoir des conséquences graves. L'EPIC fonde sa crainte sur un piratage d'une base de données CryptDB en 2015. « L'algorithme fondamental sur lequel l'algorithme de Google est basé a eu des défauts de sécurité », a déclaré le défenseur de la vie privée. « En 2015, des chercheurs ont pu pirater une base de données protégée CryptDB qui contenait des informations médicales et ont accédé à plus de 50 % (parfois 100 %) des données sensibles de chaque patient », dit-il. L’EPIC demande donc à la FTC d’examiner elle-même l’algorithme que Google utilise pour garantir la confidentialité des consommateurs.

    L’EPIC demande aussi plus de transparence sur la manière dont les données de cartes de crédit sont collectées, estimant qu’actuellement les consommateurs ne peuvent pas prendre une décision éclairée sur les cartes à utiliser et les magasins à éviter s'ils ne veulent pas que leurs achats soient tracés. Le groupe de défense de la vie privée estime également que les consommateurs ne peuvent pas facilement empêcher Google de suivre leurs comportements d’achats dans les magasins physiques. D’une part, parce que la procédure est ignorée par la plupart d’entre eux, et d’autre part, parce qu’elle est « pénible et trompeuse ».

    En somme, l’EPIC dénonce « la dépendance de Google à l'égard d'un algorithme secret et exclusif pour assurer la confidentialité des consommateurs, la collecte par Google d'un nombre massif d'enregistrements de carte de crédit par le biais de "partenariats tiers" non identifiés et l'utilisation par Google d'un mécanisme opaque et trompeur de "désactivation [de la fonctionnalité]". » D’après le groupe, tout cela témoigne de « pratiques commerciales injustes et trompeuses », raison pour laquelle il saisit la FTC qui a vocation à mener des enquêtes dans ce genre de situation et délivrer une injonction si des violations sont constatées.

    Sources : Plainte de l’EPIC, Communiqué EPIC

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Membre averti
    Femme Profil pro
    Urbaniste
    Inscrit en
    juillet 2017
    Messages
    78
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France, Calvados (Basse Normandie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Urbaniste
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2017
    Messages : 78
    Points : 307
    Points
    307

    Par défaut

    Qu’en pensez-vous ? que google est la plaie du début de ce XXIème siècle.

    Première chose que fait google quand vous avez un nouveau smartphone, voler le carnet d'adresse sans rien demander à personne.
    On achète le phone, on rentre ses contacts, un créé/rentre un identifiant pour le store et c'est foutu, tout les contacts sont envoyé chez google avant même de pouvoir lui interdire.
    Et je zap le harcèlement depuis des années pour donner volontairement son N° de téléphone, on a beau dire non ça revient toujours et encore.

    Quand une entreprise agit de la sorte, il ne peut rien en sortir de bon et agira toujours en se moquant royalement des lois et de tout le reste. C'est pas la peine d'attendre quoi que ce soit de cette boite.

    De plus, avec sa borne et les futurs objects connecté ça va être de pire en pire, vous pourrez tenter d'empêcher ces périphs de se connecter sur votre réseau, avec le projet européen de wifi partout gratuitement, ça deviendra encore plus compliqué, il faudra démonter sa télé/aspirateur/autre pour griller physiquement les composants pour se protéger... au début, pour ça aussi vont bien trouver une parade.

    Google is Evil...

  4. #4
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Consultant Ingenierie mécanique
    Inscrit en
    mars 2006
    Messages
    800
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Yvelines (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant Ingenierie mécanique
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : mars 2006
    Messages : 800
    Points : 1 730
    Points
    1 730

    Par défaut

    la vraie plaie ce sont les regis pub ou plutôt le système de financement du gratuit. il faut savoir ce que l'on veut !! tout le monde râle contre Google mais personne n'est prés a financer

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 06/02/2014, 12h17
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 03/06/2013, 09h51
  3. Réponses: 2
    Dernier message: 25/06/2010, 15h06
  4. Réponses: 2
    Dernier message: 04/08/2009, 20h53

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo