Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    USA : un décret de Trump sur l’immigration alerte les sociétés de l’IT
    USA : un décret de Trump sur l’immigration alerte les sociétés de l’IT
    qui craignent des conséquences négatives pour les travailleurs étrangers

    Les États-Unis sont un pays d’immigrés et où une bonne partie de l’élite intellectuelle n’est pas originaire du pays ; c’est le message qu’a laissé entendre Mark Zuckerberg suite à un décret présidentiel sur l’immigration pris par Donald Trump ce vendredi.

    Après son investiture à la Maison-Blanche, le nouveau président des États-Unis a signé un décret visant à imposer des restrictions sur l’immigration dans le pays. Entre autres points, le décret ferme pendant 90 jours les frontières des États-Unis aux ressortissants de sept pays, à savoir le Yémen, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et l’Irak. Cette liste pourrait être élargie à l’avenir sur proposition, à Donald Trump, du département de la sécurité intérieure, en accord avec le secrétaire d’État. Cette mesure signifie que si une entreprise veut embaucher un travailleur dans l'un de ces pays, elle ne sera pas en mesure d'obtenir un visa avant au moins 90 jours. Cela signifie aussi que les détenteurs de visa temporairement à l'étranger pourraient ne pas être en mesure d’entrer à nouveau aux États-Unis.

    L’entrée en vigueur de ce décret étant immédiate, certains étrangers avec un visa américain ont été immédiatement bloqués à des aéroports alors qu’ils essayaient d’entrer aux États-Unis. L’administration Trump parle d’une mesure visant à lutter contre le terrorisme, mais les entreprises qui emploient des personnes dans ces pays sont directement touchées.

    Les réactions ne se sont donc pas fait attendre dans le monde de la technologie en particulier. D’après Jack Dorsey, le PDG de Twitter, « l’impact humanitaire et économique du décret présidentiel est réel et troublant. Nous sommes bénéficiaires de ce que les réfugiés et les immigrants apportent aux États-Unis », rappelle-t-il, avant d’ajouter : « ce décret va à l'encontre de nos principes ».

    Microsoft fait partie des entreprises qui comptent sur de jeunes talents venant des pays étrangers. La firme indique avoir identifié 76 personnes parmi ses employés qui sont des citoyens de ces sept pays et qui sont touchées. Dans un email envoyé à son personnel après la mesure annoncée par Donald Trump, le géant du logiciel tente donc de les rassurer ainsi que tous les autres employés qui en seraient affectés. « En tant qu'entreprise, Microsoft croit en un système d'immigration hautement qualifiée, solide et équilibrée », a écrit Brad Smith, le directeur juridique de la société. « Nous croyons également à des possibilités d'immigration plus larges, comme les protections offertes aux jeunes talentueux et respectueux de la loi dans le cadre du programme Deferred Access for Childhood Arrivals (DACA) », a-t-il assuré.

    « En tant qu'immigré et en tant que PDG, j'ai vécu et vu l'impact positif de l'immigration sur notre entreprise, sur le pays et sur le monde », ajoute Satya Nadella dans un message sur LinkedIn. Le PDG de Microsoft promet donc de « continuer à plaider en faveur de cette question importante ».

    Rappelant ses origines et celles de sa femme, le PDG de Facebook affirme pour sa part que « les États-Unis sont une nation d'immigrés » et qu’ils devraient en être fiers. Il a donc des inquiétudes à propos des conséquences du décret de Trump. « Comme beaucoup d'entre vous, je suis préoccupé par l'impact du récent décret signé par le président Trump », dit-il. Sa préoccupation concerne surtout les « Dreamers », les personnes bénéficiaires du programme Deferred Access for Childhood Arrivals (DACA) qui leur permet de vivre et de travailler légalement aux États-Unis, et Mark Zuckerberg dit qu’il « espère que le président [Trump] et son équipe garderont leurs protections en place ». D’après le patron de Facebook, Donald Trump croirait en effet que les États-Unis devraient continuer à bénéficier des « personnes de grand talent qui entrent dans le pays ».

    Dans un communiqué publié ce weekend, l'Internet Association, qui compte parmi ses membres des sociétés de technologie Google, Amazon, Facebook et Microsoft affirme aussi que le travail des immigrés profite à l'économie et crée des emplois aux États-Unis.

    Le prochain décret sur l’immigration : la réforme du visa H-1B ?

    Ce décret a été signé alors qu'une autre réforme sur l'immigration visant le visa H-1B est en cours. Le visa H-1B est un visa de travail temporaire créé dans le but de permettre aux entreprises américaines d’embaucher des employés venant de pays étrangers, et ce, en raison de leurs qualifications ou de leurs compétences particulières. L’octroi de ce type de visa chaque année est toutefois limité afin de protéger les travailleurs américains, mais également de préserver la stabilité économique américaine.

    Le sujet des visas de travail temporaires pour les étrangers aux États-Unis est revenu sur la scène publique suite à l’indignation de deux anciens employés de la branche IT de Disney, qui ont été obligés de former leurs remplaçants avant de perdre leur poste. Ils ont donné leur témoignage lors d'un rassemblement pendant la campagne de Donald Trump. Ils ont expliqué que 200 à 300 autres employés de Disney auraient perdu leur emploi dans les mêmes conditions et que de nombreux Américains sont mis au chômage parce que d’autres entreprises seraient en train de suivre la même voie que Disney. Profitant de cette occasion, Donald Trump a donc soulevé la question de la réforme du visa H-1B pour sauvegarder les emplois des citoyens américains. Mais ce mouvement d’ensemble des entreprises américaines de l’IT montre également leur éventuelle position face à la réforme du visa H-1B annoncée par Trump.

    Sources : Mark Zuckerberg, Satya Nadella, Internet Association, New York Times, Jack Dorsey

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Les travailleurs étrangers menacent-ils les emplois IT en Occident ? Le visa de travail temporaire est très critiqué dans le débat politique aux USA
    Un nouveau décret signé par Trump menace Privacy Shield, un accord censé protéger les données personnelles des citoyens européens
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    Il ne s'agit que d'empêcher la venue sur le sol américain d'éventuels terroristes en herbe ou déjà prêt, les bénéfices net des actionnaires de la Silicon Valley et le grand projet d'avilissement de l'homme par Facebook sont secondaires et peuvent donc attendre. Protection du public oblige

    En attendant, qu'ils emploient des américains ou montent des sociétés en Lybie
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  3. #3
    Inactif  
    au pire le télé travail existe hein.

    comme le dit @ddoumeche ils n'ont qu'a embaucher des riquains, sa doit pas manquer je pense "de jeune talents". Et faudrait aussi penser à embaucher des talents senior au lieu de prendre que des jeunes de 20ans bien malléable.

  4. #4
    Expert éminent sénior
    J'aurais un autre reflexe si les USA n'en veulent pas, alors recrutons-les!!!
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  5. #5
    Membre confirmé
    On va vous envoyer RyzenOC faire du télétravail en Syrie, vous nous en donnerez des nouvelles....
    Bien d'accord par contre pour les seniors : quand on voit l'immaturité de bien des startups et les dépôts de bilan qui en découlent, la crise à parfois bon dos !

  6. #6
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    En attendant, qu'ils emploient des américains ou montent des sociétés en Lybie
    Ou qu'ils montent des centres de service en Europe. En Irlande par exemple.

    Ce qui est assez fort avec ce décret anti-immigration, c'est que Trump cible exclusivement des pays victimes du jihad international et des guerres d'agression des USA. Double peine. Les alliés des USA qui sont les financiers et les soutiens logistiques du terrorisme, à savoir l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, ne sont évidemment pas visés.

    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    J'aurais un autre reflexe si les USA n'en veulent pas, alors recrutons-les!!!
    Problème : pour les recruter, encore faut-il accepter de les rémunérer. Ce qui pose évidemment problème en France où l'on n'aime que les pipeauteurs de vent en trois pièces (a.K.a fonctions consulting et commerciaux).
    "If the revolution ain't gon' be televised
    Then fuck, I'll probably miss it" - Aesop Rock

  7. #7
    Membre averti
    Je comprends que ca gueule : il y a pas mal de boites américaine qui exploitent des immigrés car leurs visas dans le pays est lié à leur emploi. C'est une main d'œuvre de meilleur marché et plus travailleur que l'américain moyen.
    Enfin on a un peu la même en France où certains services du cac (et pas que) tournent grâce aux prestataires et stagiaires tandis que les internes "**supervisent**"

  8. #8
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Grogro Voir le message
    Ou qu'ils montent des centres de service en Europe. En Irlande par exemple.
    C'est plus sur que la Libye, en effet.

    Citation Envoyé par Grogro Voir le message
    Ce qui est assez fort avec ce décret anti-immigration, c'est que Trump cible exclusivement des pays victimes du jihad international et des guerres d'agression des USA. Double peine. Les alliés des USA qui sont les financiers et les soutiens logistiques du terrorisme, à savoir l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, ne sont évidemment pas visés.
    C'est un connard, je pense que nier ça maintenant, ça devient difficille.

    Citation Envoyé par Grogro Voir le message
    Problème : pour les recruter, encore faut-il accepter de les rémunérer. Ce qui pose évidemment problème en France où l'on n'aime que les pipeauteurs de vent en trois pièces (a.K.a fonctions consulting et commerciaux).
    Oui, il manquait un smiley "grinçant"(mais je n'en ai pas trouvé qui colle à mon état d'esprit désabusionné). Même en normalisant avec les revenus décalés(assurance chômage, retraite, assurance maladie), le marché du travail en France, spécialement hors Paris, est désespérant. La "pénurie" (i.e. les salaires ne baissent pas encore assez vite) plombe tout le monde, et ne donnent pas aux meilleurs étrangers de venir s'enterrer dans l'héxagone. D'ailleurs, si j'ai un salaire acceptable, c'est parce-que je bosse pour une entreprise américaine(et on a eu un posteur récemment qui a eu encore bien mieux que moi pour télétravailler pour les américains).
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  9. #9
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
    au pire le télé travail existe hein.

    comme le dit @ddoumeche ils n'ont qu'a embaucher des riquains, sa doit pas manquer je pense "de jeune talents". Et faudrait aussi penser à embaucher des talents senior au lieu de prendre que des jeunes de 20ans bien malléable.
    Faut se renseigner un minimum avant de raconter n'importe quoi. Google est une des sociétés IT qui paie le mieux ses salariés. Les talents étrangers qu'ils embauchent n'ont pas d'équivalents aux US. On parle de quelques centaines de personnes qui sont des pointures dans leur domaine, pas d'un dev de gestion J2EE BAC+5 lambda comme il y en existe des centaines de milliers.

    Si vous aviez raison, Google ferait massivement de l'offshore, là il s'agit de prendre des pointures, de les faire venir aux USA et de les payer au tarif local.

    Bref, vous faites dans l'idéologie nationaliste minable classique.
    Un problème avec Git ? Essayez la FAQ, sinon posez votre question sur le forum.



    "Toute personne croyant qu'une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste."
    Kenneth E. Boulding

    "Les richesses naturelles sont inépuisables, car, sans cela, nous ne les obtiendrions pas gratuitement. Ne pouvant être ni multipliées ni épuisées, elles ne sont pas l’objet des sciences économiques."
    Jean-Baptiste Say, Traité d'économie politique, 1803.

    "/home/earth is 102% full ... please delete anyone you can."
    Inconnu

  10. #10
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    Oui, il manquait un smiley "grinçant"(mais je n'en ai pas trouvé qui colle à mon état d'esprit désabusionné). Même en normalisant avec les revenus décalés(assurance chômage, retraite, assurance maladie), le marché du travail en France, spécialement hors Paris, est désespérant. La "pénurie" (i.e. les salaires ne baissent pas encore assez vite) plombe tout le monde, et ne donnent pas aux meilleurs étrangers de venir s'enterrer dans l'héxagone. D'ailleurs, si j'ai un salaire acceptable, c'est parce-que je bosse pour une entreprise américaine(et on a eu un posteur récemment qui a eu encore bien mieux que moi pour télétravailler pour les américains).
    Et d'année en année, le salaire à l'entrée est toujours plus tiré vers le bas. Alors que le coût de la vie ne cesse d'exploser dans les métropoles, et que les conditions d'accès au marché locatif ne cessent de se durcir (j'ai des potes qui, cumulant 5000 euros nets de revenus à 2, ont galéré pour trouver un appart puisqu'on leur demandait systématiquement au moins un garant).
    "If the revolution ain't gon' be televised
    Then fuck, I'll probably miss it" - Aesop Rock

  11. #11
    Membre averti
    Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
    Faut se renseigner un minimum avant de raconter n'importe quoi. Google est une des sociétés IT qui paie le mieux ses salariés. Les talents étrangers qu'ils embauchent n'ont pas d'équivalents aux US. On parle de quelques centaines de personnes qui sont des pointures dans leur domaine, pas d'un dev de gestion J2EE BAC+5 lambda comme il y en existe des centaines de milliers.

    Si vous aviez raison, Google ferait massivement de l'offshore, là il s'agit de prendre des pointures, de les faire venir aux USA et de les payer au tarif local.

    Bref, vous faites dans l'idéologie nationaliste minable classique.
    En théorie oui, mais en pratique il y a beaucoup de profils "bac +5 lambda" qui peuvent immigrés. D'ailleurs la preuve tu peux consulter les postes et salaires sur le site http://h1bdata.info

    D'ailleurs tu pourras jeter un oeil sur les salaires, google n'est pas un des compagnies qui paie le mieux ses salariés.

  12. #12
    Community Manager

    USA : l'Internet Engineering Task Force (IETF) pourrait délocaliser ses réunions hors des USA
    USA : l'Internet Engineering Task Force (IETF) pourrait délocaliser ses prochaines réunions hors des USA,
    à cause du décret de Trump sur l'immigration

    Nous vous annoncions dernièrement qu'un décret de Trump sur l'immigration a attiré l'attention des sociétés de l'IT qui craignent que cela ait des conséquences négatives pour les travailleurs étrangers, d'autant plus que les États-Unis d'Amérique sont un pays d’immigrés et que la majeure partie de l’élite intellectuelle sont d'origine étrangère. Pour rappel, c'est au lendemain de son investiture que le président nouvellement élu des États-Unis Donald Trump a signé un décret dont l'objectif est d'imposer des restrictions sur l’immigration dans le pays. En effet, ledit décret ferme pendant 90 jours les frontières des États-Unis aux ressortissants de sept pays, en l'occurrence le Yémen, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et l’Irak.

    Aujourd'hui, ce décret pris par Trump continue de faire la une des médias avec l'annonce faite par l'Internet Engineering Task Force (IETF) et relative à une probable délocalisation de ses prochaines réunions hors des USA. En effet, les responsables de l'IETF estiment que la destination États-Unis ne semble plus favorable pour l'organisation et la tenue de ses réunions sur le développement de l'Internet.

    L'Internet Engineering Task Force (IETF) est un groupe de travail informel de dimension internationale qui travaille pour le développement de standards permettant de faire évoluer les technologies de l'Internet. Il a été créé en 1986 et est essentiellement constitué de concepteurs de réseaux, d'opérateurs, d'ingénieurs, d'administrateurs système, de développeurs et de chercheurs intéressés par les évolutions du Web. L'IETF a principalement comme objectif de proposer des standards pour l'Internet et de veiller au bon fonctionnement du réseau.

    Face aux problèmes découlant du décret sur l'immigration, les responsables de l'IETF en l'occurrence Jari Arkko, le président de l’IETF, Leslie Daigle, la présidente de la commission de supervision administrative de l’IETF et Andrew Sullivan, le président de l’Internet Architecture Board (IAB) affirment que « l'IETF ne fait pas de commentaires sur les questions politiques, mais intervient et donne son point de vue sur les sujets qui affectent l'IETF et l'Internet. Plus précisément, l'action récente du gouvernement des États-Unis pour interdire à certaines personnes d'accéder aux USA soulève des préoccupations pour nous, non seulement parce que les réunions de l'IETF à venir sont prévues pour avoir lieu aux États-Unis, mais aussi parce que le décret soulève l'incertitude quant à la capacité des participants basés aux États-Unis de se rendre aux réunions qui se tiennent à l'extérieur des États-Unis et de revenir. »

    « Les lieux des réunions de l'IETF sont préalablement définis en tenant compte de la probabilité de participation des membres en provenance de pays différents. Notre prochaine réunion devrait se tenir à Chicago sur la période du 26 au 31 mars, et nous pensons qu'il est trop tard pour faire un changement de lieu. Nous reconnaissons, toutefois, que nous pourrions être amenés à revoir nos autres lieux de réunions prévues lorsque la situation devient plus claire. Nous sommes en ce moment en train de voir ce qu'il faut faire dans le cadre du prochain créneau qui se tiendra en Amérique du Nord. », ont ajouté les responsables de l'IETF.

    Le planning actuel des de l'IETF est disponible ici.

    Source : Internet Engineering Task Force (IETF)


    Et vous ?

    Que pensez-vous de ce communiqué de l'IETF ?

    Êtes-vous d'accord pour une délocalisation des réunions ?
    Vous avez envie de contribuer au sein du Club Developpez.com ? Contactez-nous maintenant !
    Vous êtes passionné, vous souhaitez partager vos connaissances en informatique, vous souhaitez faire partie de la rédaction.
    Il suffit de vous porter volontaire et de nous faire part de vos envies de contributions :
    Rédaction d'articles/cours/tutoriels, Traduction, Contribution dans la FAQ, Rédaction de news, interviews et témoignages, Organisation de défis, de débats et de sondages, Relecture technique, Modération, Correction orthographique, etc.
    Vous avez d'autres propositions de contributions à nous faire ? Vous souhaitez en savoir davantage ? N'hésitez pas à nous approcher.

  13. #13
    Membre chevronné
    Parce qu'après les révélations de Snowden sur le noyautage systématique des travaux de l'IETF par la NSA, ça continuait à se passer aux Etats-Unis ???
    J'appelle "Point Traroth" le moment dans une discussion où quelqu'un parle des Bisounours. A partir de ce moment, toute discussion sérieuse devient impossible, puisque la légitimité d'une des parties pour exposer son point de vue est mise en cause. C'est juste un anathème, un moyen de décrédibiliser les autres sans avoir à discuter.

  14. #14
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Grogro Voir le message
    Ou qu'ils montent des centres de service en Europe. En Irlande par exemple.

    Ce qui est assez fort avec ce décret anti-immigration, c'est que Trump cible exclusivement des pays victimes du jihad international et des guerres d'agression des USA. Double peine. Les alliés des USA qui sont les financiers et les soutiens logistiques du terrorisme, à savoir l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, ne sont évidemment pas visés.

    Problème : pour les recruter, encore faut-il accepter de les rémunérer. Ce qui pose évidemment problème en France où l'on n'aime que les pipeauteurs de vent en trois pièces (a.K.a fonctions consulting et commerciaux).
    Pourquoi crois-tu que ces sociétés prennent des lybiens ou irakiens, si ce n'est pour les payer 2 fois moins cher que des ingénieurs européens ?

    Non, il vise déjà les pays où officient des opérationels du jihad international. En ce qui concerne l'Arabie Saoudite, c'est prématuré sans billes et même en déclassifiant les 28 pages du rapport bidon du 11/9 ou en faisant une seconde commission (qui concluera à autre chose que la version actuelle mais sans conséquence), il ne se passera rien.
    Cela ne résoudra pas le problème du terroriste islamique domestique bien sur.

    En outre, je constate qu'une fois de plus, on fait un énorme pataquess pour une décision ne concernant qu'une centaine de personne. A un tel niveau de subversion ou d'incompétence, c'est de la faute lourde.

    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    J'aurais un autre reflexe si les USA n'en veulent pas, alors recrutons-les!!!
    Où cà, au CERN ? il n'y pas vraiment de politique industrielle dans le domaine de l'économie numérique.
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  15. #15
    Membre averti
    En fait, je suis vraiment étonné des réactions qu'il y a sur ce post.

    Nous sommes les premiers à être "sans frontière", Internet et l'IT (pour faire plus vaste) ne se seraient jamais créé sans la mixité des compétences et par conséquent la mixité des cultures.
    Vous oubliez peut-être que sans ces entreprises de la Silicon Valley (notamment) qui embauchent des génies, aujourd'hui, on aurait pas eu autant de progrès dans le numérique.

    Nous-même au sein d'un site français, nous échangeons librement des connaissances et des astuces, nous sommes issus de pays différents (France, Belgique, Suisse, Côte d'Ivoire, etc).
    Refuser l'accès à un pays de personnes compétentes est une grave erreur qui ne favorisera que l'ignorance et le déclin dans l'IT, pour le cas qui nous intéresse.


    Et puis, honnêtement, ça ne vous gène pas trop de regarder que vos nombrils ?

  16. #16
    Inactif  
    Citation Envoyé par AstOz Voir le message

    Et puis, honnêtement, ça ne vous gène pas trop de regarder que vos nombrils ?
    Non, ma conscience vas toujours dans le sens de mes intérêts.

    Je suis 100% avec Trump et j'aimerais que la France ce bouge enfin.
    Ces pays sont des danger, il est normale de les boycotter. Sa évite certaines tragédies comme des syriens qui violent des allemandes.

    Vous oubliez peut-être que sans ces entreprises de la Silicon Valley (notamment) qui embauchent des génies, aujourd'hui, on aurait pas eu autant de progrès dans le numérique.
    Non

    Refuser l'accès à un pays de personnes compétentes est une grave erreur qui ne favorisera que l'ignorance et le déclin dans l'IT, pour le cas qui nous intéresse.
    Non

  17. #17
    Inactif  
    Citation Envoyé par lulu7 Voir le message
    Non, ma conscience vas toujours dans le sens de mes intérêts.

    Je suis 100% avec Trump et j'aimerais que la France ce bouge enfin.
    Ces pays sont des danger, il est normale de les boycotter. Sa évite certaines tragédies comme des syriens qui violent des allemandes.
    Ah, ben oui, c'est sûr que si tu vises un poste de remplaçable où il s'agit de faire ce que demande le patron. Moi, je vise là où je pense pouvoir faire avancer mon projet, pas pour être à la botte d'un patron ou d'un gouverneuneument. Soit on a des objectifs en commun et on bosse ensemble (pas l'un pour l'autre), soit on n'en a pas et je vais voir ailleurs. Après, chacun ses objectifs, de là découlent les méthodes.

  18. #18
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par lulu7 Voir le message
    Non, ma conscience vas toujours dans le sens de mes intérêts.

    Je suis 100% avec Trump et j'aimerais que la France ce bouge enfin.
    Ces pays sont des danger, il est normale de les boycotter. Sa évite certaines tragédies comme des syriens qui violent des allemandes.
    En fait à Cologne, ils étaient surtout afghans et marocains, et puis les passeports syriens se vendent sous le manteau en Turquie depuis la prise de contrôle d'Alep par les forces de la résistance. Mais bon.

    Attention au canada, vous allez vous retrouver avec tous les déchets et les camés de la société américaine, genre Miley Cyrrus et Madonna. Pensez vous aussi à construire un mur
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  19. #19
    Membre averti
    Citation Envoyé par lulu7 Voir le message
    Non, ma conscience vas toujours dans le sens de mes intérêts.

    Je suis 100% avec Trump et j'aimerais que la France ce bouge enfin.
    Ces pays sont des danger, il est normale de les boycotter. Sa évite certaines tragédies comme des syriens qui violent des allemandes.
    Ta réponse est incroyable.
    Tu as peut-être oublié que tu vivais dans une société, en communauté, si c'est pour la jouer "perso" autant que tu deviennes ermite, ce genre de mentalités gangrène le monde d'aujourd'hui, on veut plus et on veut surtout pas partager.

    Par contre, pour les Emilie Louis, on fait quoi ? On vire de France tous les mecs qui ont l'air un peu chelou ? Ah bah non, on peut pas, ils sont français et il me semblait qu'il y avait un principe de "présomption d'innocence".
    Tu peux pas condamner tout un peuple pour quelques erreurs car à ce compte là, la France ne fera pas bonne figure (colonisation, esclavage, collabo, massacre de populations, corruption, la liste est longue).

  20. #20
    Chroniqueur Actualités

    USA : 97 grandes entreprises de technologie se liguent contre Donald Trump et son "MuslimBan"
    USA : 97 grandes entreprises de technologie se liguent contre Donald Trump et son "MuslimBan"
    Le décret menacerait leurs capacités à attirer des talents

    Le nombre d'entreprises de technologie à faire front contre le décret anti-immigration de Donald Trump frôle désormais la centaine. Le 27 janvier, le nouveau président américain a signé un décret qui interdit l’entrée sur le sol étasunien de ressortissants de sept pays, à savoir le Yémen, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et l’Irak. Si le camp Trump a évoqué des questions de sécurité nationale, la plupart des observateurs ne le voient pas de cette manière, mais dénoncent plutôt une mesure discriminatoire contre des pays majoritairement musulmans ; laquelle mesure a été baptisée « MuslimBan ».

    Juste après la signature du décret, un certain nombre de PDG d’entreprises de technologie - comme Satya Nadella de Microsoft, Mark Zuckerberg de Facebook et Jack Dorsey de Twitter – ont exprimé leur désaccord avec cette mesure. Pendant ce temps, le procureur général de l’État de Washington Bob Ferguson a porté plainte contre le décret de Donald Trump pour anti-constitutionnalité.

    Vendredi soir, James Robart, un juge fédéral de Seattle, à Washington, a ordonné la suspension sur l'ensemble du territoire des États-Unis du décret de Trump, en attendant un jugement plus approfondi sur la légalité de cette mesure. Attaquant James Robart, Donald Trump a promis que la décision « ridicule » de ce « soi-disant juge » serait invalidée, juste avant que le département américain de la Justice fasse appel de la décision du juge fédéral de Seattle.

    Pour les entreprises de la technologie qui ont immédiatement ressenti l’impact de ce décret anti-immigration, c’est donc le moment d’adopter une position ferme. Le 5 février, 97 d’entre elles, y compris Apple, eBay, Facebook, Google, Intel, LinkedIn, Microsoft, Mozilla, Netflix, Twitter ou encore Uber, ont donc déposé un amicus brief pour soutenir la décision du juge James Robart. Dans le langage juridique américain, un amicus brief est un document dans lequel une personnalité ou un organisme, non directement lié aux protagonistes d'une affaire judiciaire, propose au tribunal de lui présenter des informations ou des opinions pouvant l'aider à trancher l'affaire.

    Dans le document déposé par les entreprises de technologie, ces dernières affichent leur opposition au décret de Donald Trump. Elles estiment en effet qu’il est en violation de la Constitution des États-Unis, discriminatoire, sans oublier de mettre un accent particulier sur le fait qu’il perturbe leurs opérations commerciales et son effet d’entraver leur capacité à recruter des talents.

    L’amicus brief indique que les bénéficiaires de la politique d’immigration américaine dont les principes ont été définis depuis 50 ans « ne sont pas seulement les nouveaux immigrants… mais les entreprises américaines, les travailleurs et les consommateurs, qui bénéficient d'immenses avantages de l'infusion de talents des immigrants », ont déclaré les entreprises. Elles ajoutent que « l’ordre exécutif abandonne ces principes et inflige des préjudices considérables aux entreprises américaines, à l'innovation et à la croissance. Le décret rend plus difficile et coûteux pour les entreprises américaines de recruter, d'embaucher et de retenir certains des meilleurs employés du monde. Il perturbe les opérations commerciales en cours. Et cela menace la capacité des entreprises à attirer des talents, des affaires et des investissements aux États-Unis ».

    Le message laissé par les différentes entreprises de technologie est le même que celui de Mark Zuckerberg dès la signature du décret anti-immigration de Donal Trump : les États-Unis sont une nation d’immigrés, et de nombreuses entreprises, y compris elles-mêmes, comptent énormément sur des talents provenant de pays étrangers.

    Source : Amicus brief

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Trump va-t-il céder à la pression des entreprises de technologie ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

###raw>template_hook.ano_emploi###