Affichage des résultats du sondage: Est-ce que vous aussi auriez pu faire confiance à cette société en tant que client ou investisseur ?

Votants
8. Vous ne pouvez pas participer à ce sondage.
  • Oui

    1 12,50%
  • Non

    7 87,50%
+ Répondre à la discussion Actualité déjà publiée
  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Coriolan
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    mai 2016
    Messages
    436
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Maroc

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2016
    Messages : 436
    Points : 10 768
    Points
    10 768

    Par défaut La startup Lily Robotics échoue à livrer son drone après avoir levé 34 millions de dollars

    La startup Lily Robotics échoue à livrer son drone après avoir levé 34 millions de dollars
    Une poursuite judiciaire est en cours

    Lily Robotics, une startup californienne basée à San Francisco a annoncé jeudi qu’elle va fermer les portes. L’entreprise avait récolté 34 millions de dollars après avoir dévoilé en mai 2015 un quadriptère. Le projet a connu un vif succès sur le web et a reçu 60 000 précommandes. Dans un email envoyé aux clients, la startup a annoncé qu’elle est incapable de lever des fonds supplémentaires pour lancer la phase de production, pour cette raison, elle va mettre un terme au projet. Elle a néanmoins rassuré que les clients qui ont effectué la précommande seront remboursés. Une source a informé que les dirigeants de Lily Robotics ont essayé de lever 15 millions de dollars supplémentaires après avoir réussi à sécuriser 15 millions en décembre 2015.

    Nom : image08-800x320.jpg
Affichages : 6115
Taille : 17,8 Ko

    Dans un email envoyé aux clients, on peut lire : « Nous étions en course contre la montre en raison des fonds en constante diminution », ont écrit Antoine Balaresque et Henry Bradlow, fondateurs de Lily Robotics. « Durant les quelques derniers mois, nous avons essayé de sécuriser le financement afin d’entrer dans la phase de production et livrer nos premières unités, mais nous n’avons pas réussi à faire cela. En conséquence, nous sommes profondément attristés de vous informer qu’on va liquider l’entreprise et offrir des remboursements aux clients. »

    Lily a été l’un des premiers drones à caméra assistés par IA à être annoncé au public, il avait pour objectif de révolutionner l’industrie des drones personnels. Mais avant que Lily ne puisse entrer en production, d’autres drones ont réussi à lever le pari et sont entrés sur le marché. DJI avait déjà développé des modes de vol autonomes pour ses drones Phantom et Inspire (et maintenant Mavic), qui sont considérés comme les trois meilleurs drones sur le marché.

    Si l’entreprise n’a pas réussi à livrer les quantités nécessaires, elle a néanmoins été en mesure de produire des prototypes et a même lancé un programme de test pour que les clients puissent tester les drones dans la nature. Ces avancées ont été partagées par la startup dans le cadre d’un calendrier qui montrait que la production en masse devait commencer vers mi-novembre 2016 pour que les premières livraisons puissent être effectuées avant mi-décembre. Mais il apparait que l’entreprise a décidé de mettre un terme au projet, estimant qu’il n’était plus envisageable de pousser la date de production sans les fonds nécessaires pour lancer ce processus. Les cofondateurs de la start-up, Henry Bradlow et le français Antoine Balaresque, expliquent qu’ils sont tout simplement à court d’argent, les couts de recherche et développement ont eu raison de la trésorerie.

    Dans un email envoyé aux clients, la startup les a informés qu’ils recevront un remboursement automatique dans les prochains 60 jours, du moment que leurs cartes bancaires n’ont pas encore expiré. Les autres devront remplir un formulaire spécial pour recevoir le remboursement.

    Une poursuite judiciaire en cours

    Jeudi dernier, alors que Lily Robotics a annoncé qu’elle va fermer ses portes, le procureur de district à San Francisco George Gascon a accusé formellement l'entreprise d’avoir eu recours à une publicité mensongère et des pratiques trompeuses. L’entreprise de son côté a fait savoir que sa direction et l’ensemble des effectifs étaient au courant des investigations du procureur depuis plusieurs mois.


    Dans une vidéo promotionnelle publiée en mai 2015 sur YouTube, Lily Robotics a montré un drone prometteur, capable de suivre l’utilisateur à la trace pendant 20 minutes grâce à son GPS et un bracelet porté par le propriétaire. Le drone pouvait filmer en 1080p et à 60 FPS, il était également résistant à l’eau et à la poussière. Après avoir repoussé la date de livraison plusieurs fois, Lily Robotics a échoué de répondre à la précommande de 60 000 clients, selon les documents de la poursuite judiciaire lancée contre la startup ce jeudi.

    Les enjeux pour la startup sont élevés puisqu’elle pourrait encourir une amende s’élevant à plus de cent-millions de dollars, selon la décision du juge lors du procès. L’entreprise a également violé le code de commerce au niveau de deux points, ce qui l’expose à une amende de 2500 dollars par violation. Il ne faut pas oublier aussi que 60 000 clients seront surement déçus après la décision de Lily Robotics.

    La poursuite judiciaire met l’accent sur la vidéo promotionnelle publiée par l’entreprise, et assure que Lily Robotics a volontairement trompé les clients en clamant que l’enregistrement de la vidéo a été effectué par un drone prototype de Lily. « En réalité, rien de la vidéo promotionnelle n’a été filmée par une caméra de Lily », peut-on lire dans le document de la poursuite. « L’enregistrement POV utilisé dans la vidéo promotionnelle a été filmé avec une caméra professionnelle d’un drone appelé DJI Inspire ».

    Les prototypes de Lily Camera qu’on voit sur la vidéo ont été capables de filmer des scènes grâce à des caméras Go-Pro montées sur eux, a informé le procureur. En effet, il cite un email envoyé par le cofondateur de la startup Antoine Balaresque en février 2015. Il avait demandé au réalisateur de la vidéo de camoufler la source réelle de l’enregistrement qui sera attribuée au prototype de Lily Camera. « Pour les clips VFL [View from Lily], on va utiliser une Go-Pro montée sur un prototype de Lily », peut-on lire dans l’email. « Cependant on n’est pas enclins à informer les gens qu’ils ont besoin d’une Go-pro. Pouvez-vous modifier l’image en postproduction pour que les gens ne puissent pas savoir qu’elle a été prise avec une Go-Pro ?... », Balaresque aurait également exprimé des préoccupations, notamment par crainte que des “geeks de lentilles” puissent révéler la ruse.

    Les pratiques commerciales de l’entreprise suggèrent qu’elle était dans l’incapacité de répondre à ses promesses aux clients dès le début de ses opérations. Selon un témoin cité par le complaignant, le système de commande en ligne mis en place par la startup a omis de demander les adresses de livraison pour réduire toute friction. Au lieu de cela, il a enregistré seulement les adresses électroniques et les numéros des cartes bancaires.

    Lily Robotics n’est pas la première startup de drones à tomber dans l’eau, l’année dernière, un journaliste au nom de Mark Harris avait publié l’histoire de l’entreprise basée à Wales qui avait réussi à lever 3,4 millions de dollars (à ce jour, le projet européen le plus financé sur Kickstarter) pour lancer la production d’un drone nommé Zano. Néanmoins, la startup avait été contrainte d’arrêter brusquement le projet. Le journaliste avait été recruté par Kickstarter pour élucider les causes de l’échec de Torquing Group à répondre à ses promesses. Après l’enquête, il en a conclu que leur échec a été dû en grande partie à l’incompétence et non pas une faute de temps ou d’argent. Les échecs comme ceux-ci ne vont certainement pas faciliter la tâche aux futures startups qui chercheront à s’investir dans ce segment, elles auront surement plus de mal à persuader des adopteurs précoces et des bailleurs en ligne.

    Source : Forbes - plainte(document)

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre émérite
    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2010
    Messages
    786
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2010
    Messages : 786
    Points : 2 841
    Points
    2 841

    Par défaut

    Jeudi dernier, alors que Lily Robotics a annoncé qu’elle va fermer ses portes, le procureur de district à San Francisco George Gascon a accusé formellement l'entreprise d’avoir eu recours à une publicité mensongère et des pratiques trompeuses.
    Absolument toutes les startups ont recours à des "publicités mensongères", ne serait-ce que pour convaincre les financiers de mettre de l'argent dans leur affaire!!!

    Où est la limite entre l'escroquerie et le business plan plus que "optimiste"??? Perso, j'ai vu des business plans avec de belles courbes de croissance très "innovatives" qui ne pouvaient s'expliquer que par 2 possibilités: Soit les gars de la startup étaient des crétins, soit des escrocs à la mode "Madoff"!!!

    Une chose est sûre: Si les tribunaux commencent à mettre en prison les responsables des startups qui foirent, il va y avoir du monde à la salle informatique du pénitencier

  3. #3
    Membre éclairé
    Avatar de octal
    Profil pro
    Inscrit en
    septembre 2004
    Messages
    412
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2004
    Messages : 412
    Points : 791
    Points
    791

    Par défaut

    Personnellement, cela ne m'étonne guère. Quand on voit que même certains sites web d'information font la guerre et traitent les fabricants de produits de voleurs, de suceurs de sangs, .... et j'en passe juste parce qu'ils estiment qu'un produit dont les composants valent 200$ ne doit pas être vendu à plus de 250 ou 300$.
    Le problème, c'est que bon nombre de journalistes, de créateurs de startups et de lanceurs de projets sur les sites communautaires n'ont aucune formation relative à la gestion de la "vie d'un produit", de la vie d'une entreprise, et de tous les procédés d'industrialisation et leurs contraintes.
    Quand je vois plein de projets lancés sur Kickstarter, j'ai l'impression que les créateurs en sont à peine à la phase de prototypage et pensent qu'industrialiser le produit c'est juste trouver des industriels pour dupliquer leur bidule en milliers d'exemplaires. Ils n'ont aucune idée des surcoûts engendrés par:
    - la normalisation et éventuelles certifications
    - le conditionnement du produit (mise en boite)
    - la livraison internationale et ses contraintes (livraison des produits avec batteries par exemple ...)
    - le changement et le re-design complet de certaines pièces (plastiques surtout) pour qu'elles puissent être moulés/démoulés industriellement
    - le remplacement des moules qui fatiguent et se déforment à l'usage (en fonction du nombre de pièces à faire)
    - les phases de tests et surtout la création d'outils et de protocoles de tests en usine
    - la gestion du "yeald" ou le taux d'unité produites qui fonctionnent. Celle qui ne fonctionnent pas si elle ne sont pas réparable (économiquement) sont tout de même payées au fabriquant (assembleur)
    - ...
    Bref, je laisse de côté les frais de gestion, des contacts et des fournisseurs, des fournisseurs foireux, ...
    Rajouter à cela toute la R&D en amont et ses frais (prototypage, impression 3D, fabrication de cartes, ...)

    Quand vous prenez en compte tout cela, surtout pour une compagnie européenne ou américaine, il ne faut pas rêver. Si votre produit est vendu avec 10 ou 20% de marge sur le total des prix des pièces, c'est que vous êtes fou, vous prenez un risque démesuré ou alors vous ne comprenez rien au cycle de vie d'un produit industriel et d'une entreprise.

    Le problème du financement communautaire (je ne remet pas en cause son intérêt ni son utilité) c'est que l'argent tombe sans que les financiers ne fassent d'étude qui valide ou pas la viabilité (et donc le facteur de risque) de l'investissement.

    Je pense que pour que les site de crowdfunding soient sérieux, ils leur faudra une sorte de comité d'éthique, un comité qui puisse analyser un minimum les risques et qui rend transparent les éventuelles défaillances dans le business plan du prétendant au crowdfunding. Or, en mettant en place ce genre de comité d'éthique, on risque de retomber dans les travers des blocages administratifs auquels on a été habitué par les banques et circuits d'investissement classiques.
    http://www.pocketmt.com GLCD Font Creator home site.

  4. #4
    Membre à l'essai
    Femme Profil pro
    Analyste d'exploitation
    Inscrit en
    juillet 2016
    Messages
    14
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste d'exploitation

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2016
    Messages : 14
    Points : 14
    Points
    14

    Par défaut

    Citation Envoyé par octal Voir le message
    Je pense que pour que les site de crowdfunding soient sérieux, ils leur faudra une sorte de comité d'éthique
    On appel ca une ONG. Les sociétés a but lucratif ne peuvent pas avoir une éthique, sinon elles se feraient rachetée par celle qui n'en ont pas. ...

  5. #5
    Membre chevronné
    Avatar de SurferIX
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    mars 2008
    Messages
    800
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mars 2008
    Messages : 800
    Points : 1 856
    Points
    1 856

    Par défaut

    Supposons que le dirigeant ait pu mettre 3 millions de dollars de côté, de manière dissimulée, en sortant des notes faramineuses mais cohérentes, voire invérifiables, ou qu'il se soit versé un salaire colossal, il n'ira jamais en prison, il paiera sa liberté sur caution, et il aura pris quelques millions au passage. Pour les techniciens, ceux qui ont vraiment fait le boulot, qui ont mis les mains dedans, qui ont bossé jour et nuit : bah bonne chance les gars !
    "Ceci dit" n'est pas correct. Cf Wikipedia. Cela dit est du français correct.
    Je suis parfois... ⇛ ☆★ En direct ★☆

Discussions similaires

  1. Fermer son navigateur apres avoir selectionné son fichier
    Par aA189 dans le forum Général Python
    Réponses: 6
    Dernier message: 23/04/2016, 23h21
  2. Android, Livrer son projet sur GooglePlay
    Par MathiasSeguy dans le forum Android
    Réponses: 4
    Dernier message: 11/05/2012, 16h47

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo