Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Community Manager

    Avatar de Malick
    Homme Profil pro
    Auditeur
    Inscrit en
    juillet 2012
    Messages
    6 536
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Sénégal

    Informations professionnelles :
    Activité : Auditeur
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2012
    Messages : 6 536
    Points : 69 499
    Points
    69 499
    Billets dans le blog
    15

    Par défaut Google dévoile la preview d'Android Things, sa plateforme de développement d'objets connectés

    Google dévoile la preview d'Android Things
    une plateforme pour accélérer et faciliter le développement IoT avec les outils Android

    Avec la montée en puissance de l'internet des objets et l'effervescence que ce dernier a créée ces derniers temps, Google qui veut se faire une place dans le domaine vient d'annoncer la sortie de la version preview de sa plateforme de développement spécialement dédiée à l'internet des objets et baptisée Android Things. Cette dernière, selon le communiqué, va permettre aux développeurs d'optimiser leurs travaux relatifs à la création d'objets connectés. Cela s'explique par le fait que l'objectif principal d'Android Things c'est d'accélérer et de faciliter le développement IoT sous Android.

    En d'autres mots, Google définit Android Things comme un système d'exploitation que les utilisateurs n'utiliseront pas réellement. L'OS fonctionne en arrière-plan et favorise la gestion des tâches complexes par les objets ou périphériques intelligents.

    Selon Wayne Perkaski, Developer Advocate pour l'IoT chez Google, avec la nouvelle plateforme, « maintenant, tous les développeurs Android sont en mesure de créer rapidement un périphérique connecté et intelligent à l’aide des API d’Android et des services Google. Les objets ainsi créés seront hautement sécurisés grâce aux mises à jour qui vont être directement assurées par Google. » Android Things intègre aussi plusieurs outils auxquels les développeurs sont déjà familiers, il s'agit notamment d'Android Studio, du SDK Android, des services Google Play, ou encore de la plateforme cloud de Google. Ainsi, les développeurs qui ont eu à utiliser ces outils et services de Google n'auront pas de difficulté à se familiariser avec Android Things.

    Le géant de l'internet précise que la plateforme Android Things existait déjà, bien que le nom qui lui est associé soit nouveau. Dans son annonce, il soutient qu'Android Things n'est que le rebranding (renommage) de Brillo, son ancienne plateforme dédiée aux développements d'objets connectés. Brillo n'a pas connu un vrai succès auprès des utilisateurs et a alors été délaissée, c'est la raison pour laquelle Google y a apporté d'importantes mises à jour tenant compte des problèmes qui ont été rapportés par les utilisateurs. Suite à ces mises à jour, la firme de Mountain View a changé le nom de Brillo pour le rebaptiser Android Things.

    Google affirme que plusieurs infrastructures matérielles sont aujourd'hui prêtes à accueillir Android Things, il s'agit entre autres des pico-ordinateurs Intel Edisson, du NXP Pico et de la Raspberry Pi 3.

    La plateforme Weave a également été mise à jour par Google afin de favoriser une meilleure communication entre les objets. Pour rappel, Weave est un protocole qui permettra de faire communiquer simplement votre smartphone avec vos différents objets connectés et le Cloud, entre différents dispositifs issus de constructeurs différents. Sa mise à jour permettra également aux services de Google de communiquer efficacement à travers le cloud. Google souligne que Weave dispose désormais d'un SDK pour les microcontrôleurs ainsi que d'une console de gestion. Par ailleurs, d'autres nouveaux supports seront également intégrés à la plateforme Weave dans les prochains mois : l'intégration d'une API pour les applications mobiles Android et iOS serait programmée.

    Dans son billet, Google affirme « qu'une fusion entre Weave et Nest Weave est en train d'être étudiée afin d'autoriser tous les types de classes de terminaux à s’interconnecter de manière fiable et sécurisée. Les développeurs de Nest retrouveront donc leurs travaux dans une seule et même offre. »

    Les développeurs intéressés par ces mises à jour sont invités à rejoindre la communauté des développeurs IdO de Google sur Google+. Ils pourront également partager et échanger des idées avec les autres développeurs de la communauté.

    Source : blog Google Android

    Et vous ?

    Pensez-vous qu'Android Things connaîtra le succès que Brillo n'a pu avoir ?

    Allez-vous tester Android Things ?
    Vous avez envie de contribuer au sein du Club Developpez.com ? Contactez-nous maintenant !
    Vous êtes passionné, vous souhaitez partager vos connaissances en informatique, vous souhaitez faire partie de la rédaction.
    Il suffit de vous porter volontaire et de nous faire part de vos envies de contributions :
    Rédaction d'articles/cours/tutoriels, Traduction, Contribution dans la FAQ, Rédaction de news, interviews et témoignages, Organisation de défis, de débats et de sondages, Relecture technique, Modération, Correction orthographique, etc.
    Vous avez d'autres propositions de contributions à nous faire ? Vous souhaitez en savoir davantage ? N'hésitez pas à nous approcher.

  2. #2
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    février 2017
    Messages
    622
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : février 2017
    Messages : 622
    Points : 21 429
    Points
    21 429

    Par défaut

    Android Things 1.0 est disponible
    La plateforme de développement IoT s’ouvre à d’autres ordinateurs monocarte que le Raspberry Pi

    La conférence annuelle Google I/O 2018 commence ce jour. Les présentations relatives à Android Things – le système d’exploitation de la firme de Mountain View dédié au développement de dispositifs connectés – feront très certainement partie de la carte proposée par le géant de la Tech. L’occasion est propice pour revenir de long en large sur l’OS dédié IoT qui sort d’une longue période de preview qui a débuté en 2016.

    Google a procédé à la publication de la huitième preview de cet OS le mois dernier. Dans un billet de blog paru il y a peu, la firme de Mountain View annonce que le système d’exploitation passe en production ; Android Things 1.0, première version stable de l’OS, est disponible en téléchargement.

    À ceux qui prennent le train de ces développements au passage, il faut dire qu’Android Things supporte les protocoles de communication Bluetooth à basse consommation (Bluetooth Low Energy en anglais), Wi-Fi et Weave. La plateforme Weave est prévue pour permettre la communication entre des dispositifs issus de constructeurs différents au travers du cloud. Par exemple, Weave peut servir à mettre un smartphone Android et des appareils connectés fabriqués par des entreprises tierces en communication. L’annonce de la disponibilité d’Android Things 1.0 tourne en quelque sorte autour de cette plateforme puisqu’elle est associée à deux composantes essentielles : le kit de développement qui concourt à la prise en charge des plateformes matérielles et une console de gestion des dispositifs.

    À propos de support matériel justement, Android Things prend les ordinateurs monocarte Raspberry Pi et NXP i.MX7D en charge. Cet écosystème est connu depuis le lancement de la première preview en 2016, mais avec la sortie de la version stable il y a des extensions. La firme de Mountain View annonce que des systèmes sur module par Qualcomm (SDA212, SDA624), MediaTek (MT8516) et NXP (i.MX8M) rentrent dans la danse. Par contre, Google a décidé d’abandonner le support des NXP i.MX6UL.

    Nom : platforms.png
Affichages : 2028
Taille : 281,1 Ko

    Google promet un support sur 3 ans pour les plateformes concernées. La firme de Mountain View annonce que ces dernières recevront des mises à jour OTA et des patchs de sécurité de façon automatique pendant cette période. Toutefois, attention, car les mises à jour sont limitées à 100 dispositifs dans le cadre d’un usage non commercial. Au-delà, il faudra passer par un accord avec le géant technologique.

    À date, LG, iHome, Lenovo et JBL se sont lancés dans la mouvance. On devrait voir leurs produits à la sauce Android Things atterrir sur les étals d’ici à la fin de l’été au plus tard.

    Source : googleblog

    Et vous ?

    Que pensez-vous d’Android Things ?

    L’avez-vous déjà essayé pour vos projets de développement IoT ? Si oui, quel retour pouvez-vous faire ?

    Quel autre système d’exploitation utilisez-vous pour le développement IoT ? Quels sont ses plus par rapport à Android Things ?

    Voir aussi :

    Windows 10 IoT Core disponible en téléchargement gratuit avec une prise en charge de Raspberry Pi 2

    Microsoft lance IoT Central, un SaaS qui s'appuie sur Azure pour réduire la complexité de la construction et du déploiement des solutions IdO
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 7
    Dernier message: 09/06/2015, 07h27
  2. Google dévoile Android Device Manager
    Par Hinault Romaric dans le forum Android
    Réponses: 21
    Dernier message: 20/03/2015, 15h25
  3. Réponses: 3
    Dernier message: 03/02/2011, 16h16
  4. Quel est l'intéret de Google Chrome OS par rapport à Android ?
    Par Annaelle32 dans le forum Actualités
    Réponses: 16
    Dernier message: 13/07/2009, 18h38

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo