IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

Geoffrey Hinton : « Si l'IA prend des emplois, nous aurons besoin d'un revenu de base universel »


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #181
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Développeur Java
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    482
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Moselle (Lorraine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 482
    Points : 1 376
    Points
    1 376
    Par défaut
    Citation Envoyé par petitours Voir le message
    oui apprécier ne rien faire est un beau fantasme sauf que au delà de ça il y a le sens même de la vie qui est sur la balance.

    Perso je n'ai absolument pas envie d'un revenu universel ou plus personne ne fait et sert à rien, le tout dans une immonde société toute lisse.
    C'est bien triste de penser qu'on à besoin d'un travail pour faire quelque-chose.

    Au contraire, c'est les jobs vide de sens qui épuisent les gens qui ensuite ne font rien en rentrant.

  2. #182
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 824
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 824
    Points : 5 858
    Points
    5 858
    Par défaut
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    C'est bien triste de penser qu'on à besoin d'un travail pour faire quelque-chose.

    Au contraire, c'est les jobs vide de sens qui épuisent les gens qui ensuite ne font rien en rentrant.
    La réalité est surtout que la populace a besoin d'un travail pour être occupée sinon c'est les drogues artificielles, l'alcool, la violence!

    Les utopies du genre "un revenu universel pour que les gens puissent développer leur capacités artistiques" ne correspondent à rien au monde réel: La majorité des gens ne sont pas des artistes qui n'ont pas le temps de développer leur art mais simplement des ploucs bas de plafond qui veulent pouvoir baiser à la chaîne et surtout ne rien foutre de leur journée!!!

  3. #183
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 44
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 946
    Points : 2 057
    Points
    2 057
    Par défaut
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    C'est bien triste de penser qu'on à besoin d'un travail pour faire quelque-chose.

    Au contraire, c'est les jobs vide de sens qui épuisent les gens qui ensuite ne font rien en rentrant.
    On a besoin d'un travail pour justifier d’un revenu.
    Mais le fruit de son travail peut et doit servir la société ou à minima nous permettre de nous surpasser. Je vois bien l'idée ou on serait libre de servir la société ou de se dépasser librement grâce à de l'argent qui tombe du ciel sauf que non, notre cerveau et nos sociétés ne peuvent pas fonctionner comme ça.

    Des pays ont essayé le revenu universel, regardez ce que ça a donné... ça n'a fait que démontrer que quand on paie les gens à ne rien faire il font rien. Les branleurs seront toujours des branleurs, ce n'est pas la faute de leur métier mais du sens qu'il donnent à leur vie, trop souvent résumée à avoir plus que le voisin. Idem pour ceux qui ne sont pas des branleurs mais n'ont pas eu la chance d'être aidés à se surpasser et se font écraser, ils ne sortiront pas du trou avec un argent sans valeur.
    Les gens très impliqués dans l'associatif, très souvent, trop souvent à titre bénévole méritent d'être reconnus et rémunérés comme des travailleurs au service de la collectivité. Mais c'est une utopie d'imaginer que les gens qui aujourd'hui trainent les pieds seront heureux demain parce qu'on leur donne de l'argent sorti du chapeau alors qu'il ont strictement rien fait pour l'avoir. Je suis totalement convaincu par l'expérience en milieu associatif social que ces gens là sombreraient.

    Et après l'utopie du revenu universel se heurte à l'injustice. Pourquoi le branleur qui ne fait rien pour personne gagnerait autant que celui qui fait pleins de trucs pour les autres ? Faudrait il rendre tout le monde incompétent en tout, que personne n'ait plus la moindre capacité à faire pour pouvoir justifier de verser la même chose à tout le monde ? Ou alors vous voulez continuer à permettre à qui le veut de bosser et là c'est ce que je décrivais plus haut : vous faites sombrer tous ceux qui n'ont pas la chance d'avoir quelqu'un pour les encourager à se bouger, pour réussir des choses ou pour aider autrui. Ce serait les inégalités d'aujourd'hui à un niveau ++++
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  4. #184
    Responsable Systèmes


    Homme Profil pro
    Gestion de parcs informatique
    Inscrit en
    Août 2011
    Messages
    17 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Gestion de parcs informatique
    Secteur : High Tech - Matériel informatique

    Informations forums :
    Inscription : Août 2011
    Messages : 17 540
    Points : 43 416
    Points
    43 416
    Par défaut
    Quand la moitié d'un peuple croit qu'il ne sert à rien de faire des efforts car l'autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu'il ne sert à rien d'en faire car ils bénéficieront à d'autres, cela mes amis, s'appelle le déclin et la fin d'une nation.
    Adrian Rogers
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur le P2V, mon article sur le cloud
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  5. #185
    Expert éminent
    Avatar de Matthieu Vergne
    Homme Profil pro
    Consultant IT, chercheur IA indépendant
    Inscrit en
    Novembre 2011
    Messages
    2 267
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant IT, chercheur IA indépendant
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2011
    Messages : 2 267
    Points : 7 782
    Points
    7 782
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Citation Envoyé par petitours Voir le message
    Des pays ont essayé le revenu universel, regardez ce que ça a donné... ça n'a fait que démontrer que quand on paie les gens à ne rien faire il font rien.
    Source ?
    Je connaîs le sujet depuis 2011, et les expérimentations dont j'ai entendu parler depuis ont fourni des résultats qui vont systématiquement dans le sens inverse. Est-ce l'apotéose ? Bien sûr que non, mais cela engendre une vrai adaptation sociétale.
    Site perso
    Recommandations pour débattre sainement

    Références récurrentes :
    The Cambridge Handbook of Expertise and Expert Performance
    L’Art d’avoir toujours raison (ou ce qu'il faut éviter pour pas que je vous saute à la gorge {^_^})

  6. #186
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 456
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 456
    Points : 5 716
    Points
    5 716
    Par défaut
    Citation Envoyé par petitours Voir le message
    On a besoin d'un travail pour justifier d’un revenu.
    Mais le fruit de son travail peut et doit servir la société ou à minima nous permettre de nous surpasser. Je vois bien l'idée ou on serait libre de servir la société ou de se dépasser librement grâce à de l'argent qui tombe du ciel sauf que non, notre cerveau et nos sociétés ne peuvent pas fonctionner comme ça.

    Des pays ont essayé le revenu universel, regardez ce que ça a donné... ça n'a fait que démontrer que quand on paie les gens à ne rien faire il font rien. Les branleurs seront toujours des branleurs, ce n'est pas la faute de leur métier mais du sens qu'il donnent à leur vie, trop souvent résumée à avoir plus que le voisin. Idem pour ceux qui ne sont pas des branleurs mais n'ont pas eu la chance d'être aidés à se surpasser et se font écraser, ils ne sortiront pas du trou avec un argent sans valeur.
    Les gens très impliqués dans l'associatif, très souvent, trop souvent à titre bénévole méritent d'être reconnus et rémunérés comme des travailleurs au service de la collectivité. Mais c'est une utopie d'imaginer que les gens qui aujourd'hui trainent les pieds seront heureux demain parce qu'on leur donne de l'argent sorti du chapeau alors qu'il ont strictement rien fait pour l'avoir. Je suis totalement convaincu par l'expérience en milieu associatif social que ces gens là sombreraient.

    Et après l'utopie du revenu universel se heurte à l'injustice. Pourquoi le branleur qui ne fait rien pour personne gagnerait autant que celui qui fait pleins de trucs pour les autres ? Faudrait il rendre tout le monde incompétent en tout, que personne n'ait plus la moindre capacité à faire pour pouvoir justifier de verser la même chose à tout le monde ? Ou alors vous voulez continuer à permettre à qui le veut de bosser et là c'est ce que je décrivais plus haut : vous faites sombrer tous ceux qui n'ont pas la chance d'avoir quelqu'un pour les encourager à se bouger, pour réussir des choses ou pour aider autrui. Ce serait les inégalités d'aujourd'hui à un niveau ++++
    si je caricature, il me semble que le rsa en france c'est prendre de l’argent à toi qui travail et à le malheur de gagner plus que le smic pour le donner a des branleurs qui bossent pas.

    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    La réalité est surtout que la populace a besoin d'un travail pour être occupée sinon c'est les drogues artificielles, l'alcool, la violence!

    Les utopies du genre "un revenu universel pour que les gens puissent développer leur capacités artistiques" ne correspondent à rien au monde réel: La majorité des gens ne sont pas des artistes qui n'ont pas le temps de développer leur art mais simplement des ploucs bas de plafond qui veulent pouvoir baiser à la chaîne et surtout ne rien foutre de leur journée!!!
    ca tombe bien car le RSA en france est upgradable, plus tu baise à la chaine, plus tu te reproduis plus tu toucheras du fric et des aides.

  7. #187
    Responsable Systèmes


    Homme Profil pro
    Gestion de parcs informatique
    Inscrit en
    Août 2011
    Messages
    17 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Gestion de parcs informatique
    Secteur : High Tech - Matériel informatique

    Informations forums :
    Inscription : Août 2011
    Messages : 17 540
    Points : 43 416
    Points
    43 416
    Par défaut
    si je caricature, il me semble que le rsa en france c'est prendre de l’argent à toi qui travail et à le malheur de gagner plus que le smic pour le donner a des branleurs qui bossent pas.
    Pas que, ça aide aussi des gens qui ont des accidents de la vie.Après je trouve pas idiot l'idée que se soit soumis à des heures de travaux généraux. Ca permettrait aux gens qui sont vraiment dans le besoin de ne pas pouvoir être traité de profiteur. Par contre, ce sera des heures de travail qui ont actuellement faite par d'autres personnes, qui du coup risque d'être au chômage.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur le P2V, mon article sur le cloud
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  8. #188
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 456
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 456
    Points : 5 716
    Points
    5 716
    Par défaut
    Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
    Pas que, ça aide aussi des gens qui ont des accidents de la vie.Après je trouve pas idiot l'idée que se soit soumis à des heures de travaux généraux. Ca permettrait aux gens qui sont vraiment dans le besoin de ne pas pouvoir être traité de profiteur. Par contre, ce sera des heures de travail qui ont actuellement faite par d'autres personnes, qui du coup risque d'être au chômage.
    Je connais une famille au rsa, ils le sont depuis au moins 7ans.
    Ce qui me gene c'est qu'ils vivent mieux que moi quand j'ai commencé ma carriere...

    ils ont un logement social neuf, grand, bien isolé et pas cher dans un quartier sympa, le rsa+les allocations familiale + autres aides ca leurs donne un revenue supérieur à 1 smic avec un loyer à 400€ pour 70m2.
    ils ont des aides partout ailleurs, transports commun gratuit, vacance quasi gratuite donner par des associations, les primes de rentré scolaire, la cantine scolaire gratuite...etc...
    tout cumulé ils vivent bien mieux que si 1 des 2 allait bosser, donc forcéments ils vont pas bosser car les gens comme moi paient pleins d'impots pour qu'ils ait une meilleur vie que ceux qui bossent...

    Quand j'ai commencé je vivais en célibataire (etre célibataire en france c'est un gouffre financier) dans un petit studio miteux et avec toute les charges que je payait pleins pots (loyer, nourriture, transport...etc) j'épargnais pas beaucoup mais l'état lui me prenait le maximum de fric car j'avais le malheur de gagner plus que le smic.
    je trouve juste insolent de vivre mieux que ceux qui bossent +40h par semaines et sont juste à bon a payer des impôts.

    tient d'ailleurs moi j'ai une vielle voiture diesel vignette 4, je peux pas me permettre de débourser 30000€ dans une voiture électrique, mais grâce au leasing social ces gens la vont pouvoir avoir une voiture électrique à 100€/mois que je vais leurs payer avec mes impots... eux pourront aller dans les zfe mais pas moi...
    c'est juste que ca m'agace de me faire matraquer par les impôts pour financer ca...

    et j'en ai déjà parlé pas loin de chez moi j'ai les réfugiés ukrainiens qui roule en Ferrari et a qui l'état leurs donne des aides payé avec mes impôts...


    je suis pour le système social, mais la classe moyenne dans ce pays ce fait bien niquer. Trop riche pour avoir des aides, mais trop pauvres pour que les impôts soit indolore comme les riches.

  9. #189
    Responsable Systèmes


    Homme Profil pro
    Gestion de parcs informatique
    Inscrit en
    Août 2011
    Messages
    17 540
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Gestion de parcs informatique
    Secteur : High Tech - Matériel informatique

    Informations forums :
    Inscription : Août 2011
    Messages : 17 540
    Points : 43 416
    Points
    43 416
    Par défaut
    J'en connais aussi, mais le problème n'est pas qu'ils touchent le rsa, mais qu'avec un petit salaire,que tu as en début de carrière ou avec un travail peu qualifié tu ne puisses pas vivre décemment. surtout que l'inflation rapproche beaucoup de gens vers le SMIC, vu que les salaires n'évoluent pas au même niveau.

    Et l'idée de base du RMI, ancêtre du RSA c'est que ça devait être payé par l'ISF.

    Un vrai revenu universel serait un sacré changement de paradigme. Le boulots durs ou "dégradants" comme un éboueur confronté à quelqu'un qui jette un papier par terre devant lui ne trouverait preneur que payé à la hauteur de ses contraintes. Le cout de la main d’œuvre exploserait, cout répercuté sur les produits/services vendus, sans compter que ce sont les impôts qui financerait ce revenu universel.

    Les gens au revenu universel ne serait pas forcément oisif, il pourrait s'impliquer dans la vie associative par exemple, ce qui permettrait peut-être de récupérer une partie des subventions.

    C'est peut-être techniquement faisable, mais vu les dirigeants qu'on se tape, je pense qu'il faut attendre la faillite du pays.
    Ma page sur developpez.com : http://chrtophe.developpez.com/ (avec mes articles)
    Mon article sur le P2V, mon article sur le cloud
    Consultez nos FAQ : Windows, Linux, Virtualisation

  10. #190
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Urbaniste
    Inscrit en
    Août 2023
    Messages
    386
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Urbaniste

    Informations forums :
    Inscription : Août 2023
    Messages : 386
    Points : 792
    Points
    792
    Par défaut
    On pourrait aussi s'interroger à la qualité bénéfique du travail.

    est ce que c'est du travail bénéfique d'être commentateur au café de la télé ?
    est ce que c'est du travail bénéfique de formuler des pesticides ?
    est ce que c'est du travail bénéfique de vendre du pétrole ?
    est ce que c'est du travail bénéfique de développer des algos d'embrigadement cognitif ?
    est ce que c'est du travail bénéfique de monter un parti en sachant que de toute manière c'est pour le pire ?
    est ce que c'est du travail bénéfique de taper dans un ballon pour quelques millions ?
    est ce que c'est du travail bénéfique de vendre des voitures et autre systèmes de transport en sachant les impacts que cela aura sur la société ? (là faut que j'explique, on est passé d'une société dont le travail était organisé autour de la ressource vivrière, à une société dont la ressource vivrière est organisée autour du travail, donc système de transport et tout ce qui s'en suit)
    est ce que c'est du travail bénéfique de produire des systèmes de surveillance de masse ?
    est ce que c'est du travail bénéfique de produire des systèmes informatique trop intelligent ? suffisamment pour remplacer des pans d'emplois en cascade alors qu'on est bloqué dans l'idéologie monétaire comme condition d'existence.
    est ce que c'est du travail bénéfique de vendre son corps pour une publicité qui n'a d'autres prétentions que de vendre mensonges et déchets ?
    est ce que c'est du travail bénéfique de produire des propagandes que les gens passeront leur vie à écouter au prétexte de quelques exemples, qui ne peuvent faire une généralité, dans l'espoir de se sauver ?
    est ce que c'est du travail bénéfique de construire des barres d'immeubles dégueulasse qui rendent les gens malheureux ?
    est ce que c'est du travail bénéfique de produire des sachets plastique par milliards ? Que de toutes façons les gens jettent allègrement, même quand on leurs filent des sacs réutilisable.

    Et à tout cela, je reconnais, sans problèmes, que, par ailleurs, ça résout aussi d'autre problèmes.
    Mais reste tout de même que quand on regarde au global, et là où ça nous mène, normalement,
    c'est à minima très gênant, c'est malaisant,
    quand on est pas tout simplement révulsé.

    C'est bien le problème, je suis bien d'accord avec les plaintes de calvaire, pour autant,
    le comportement qu'il incarne, infusé par les idéologies qui s'égrainent, n'aura d'autre
    conséquences que l'échec de ses espoirs (de vivre dans un pays du tiers monde pour pas cher).

    Et "en même temps", est ce une bonne idée que de filer un tas de pognon à une bande d'ignare jmefoutiste
    qui vont s'en servir pour polluer plus que de nécessité. Pas sûr.

    Et "en même temps", est ce qu'il est possible de retourner à la terre pour faire du bio et toutes ces histoires qu'on se raconte,
    réponse, non.

    Il y au moins un point sur lequel je m'accorde avec musk, si on pouvait coloniser l'espace,
    on aurait, vu d'ici à l'instant T, une possibilité infinie d'expansion,
    et on ne se poserait pas tant de questions.
    Reste alors la folie schumpéterrienne, qui semble résoudre des trucs, mais qui amha ne fait qu'occuper les corps et les esprits (sans même évoquer l'indignité et la déchéance).

    Finalement, je précise tout de même qu'il ne s'agit pas tant de dénoncer la fable des abeilles et ce que cela à produit, l'enfumage de tous par tous, la société elle est pourrie etc, que de montrer que le problème est complexifié à hauteur du manque de colonne vertébrale des uns et des autres qui se laissent aller à un concours àquimieuxmieux enfumera les autres et que dans cette démarche, les bonnes intentions sont perverties, et à 100% des cas on perd tous. Le truc intéressant c'est que le paradigme et les paramètres du problème mute plus vite qu'on ne parvient à s'y adapter.
    Hors, pour parvenir à coloniser l'espace, il faudrait qu'on ai beaucoup de temps devant nous, pour beaucoup pratiquer la science et la recherche, sauf que pratiquer la science et la recherche démontre que cela participe plus rapidement de la boursouflure du problème, que du développement de notre expansion vers "l'au delà et l'infini". Bref, pas de colonne vertébrale, des poulets sans tête qui produisent un nuage de poussière. On pourrait aussi que dire nécessité fait loi, que nous ne faisons jamais que chuter dans le vide pour toujours et l'éternité, et que seul l'instant présent importe, une branche par ci, une branche par là, mais alors comment décemment expliquer l'endettement rémunérateur ?

    Pour reprendre une signature d'un intervenant,
    ne prenez pas la vie trop au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant (quelque chose de ce goût là).

  11. #191
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 888
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 888
    Points : 36 940
    Points
    36 940
    Par défaut L'IA est à l'origine de plus de licenciements que les entreprises ne veulent l'admettre
    L'IA est à l'origine de plus de licenciements que les entreprises ne veulent l'admettre,
    probablement par crainte des conséquences négatives sur leur réputation

    La révolution de l'intelligence artificielle (IA) s'opère rapidement, entraînant une transformation profonde dans nos lieux de travail et nos vies. Nous sommes à l'aube d'une ère nouvelle, riche en opportunités passionnantes mais aussi en défis majeurs. Ce n'est pas simplement une tendance à observer de loin, mais plutôt un domaine où les règles sont encore en cours d'élaboration. Les entreprises ont fait part de milliers de suppressions d'emplois liées à l'IA, suscitant des préoccupations quant à son impact sur l'emploi. La PDG de United Parcel Service a reconnu que les licenciements massifs étaient en partie attribuables à l'IA, tandis que d'autres sociétés, comme BlackRock, ont annoncé des réductions d'effectifs sans établir explicitement de lien avec l'IA. Les experts estiment que le nombre réel de suppressions d'emplois liées à l'IA est probablement plus élevé que les chiffres officiels.

    Nom : LayOff.jpg
Affichages : 6595
Taille : 41,8 Ko

    Certaines entreprises, telles qu'IBM, ont déclaré publiquement qu'elles limiteraient les embauches susceptibles d'être remplacées par l'IA. Cependant, de nombreuses sociétés opèrent discrètement en ralentissant leurs embauches, et des observateurs avertissent qu'un nombre croissant d'emplois pourraient être éliminés à mesure que l'IA progresse. Bien que certains responsables des ressources humaines voient l'IA comme une opportunité d'amélioration de l'efficacité, d'autres reconnaissent que des emplois seront perdus, tout en soulignant des améliorations possibles. La tension persiste entre les avantages de l'IA pour la productivité et les préoccupations croissantes quant à son impact sur l'emploi.

    Les décisions que nous prenons aujourd'hui ne façonnent pas seulement les bénéfices du prochain trimestre, mais établissent également les fondations d'un avenir guidé par l'IA qui redéfinit notre manière de travailler. Elon Musk, PDG de Tesla, soutient que l'IA conduira les humains à un stade où « aucun travail ne sera nécessaire ». Des indicateurs suggèrent-ils que cette prédiction est déjà en train de se concrétiser ? Les données médiatisées pourraient laisser penser que c'est le cas.

    « L'IA nous a obligés à le faire » : c'est la nouvelle raison invoquée par les Big Tech pour justifier leurs récents licenciements, lesquels sont désormais présentés comme nécessaires pour rediriger les ressources vers des projets liés à l'intelligence artificielle. Au cours des deux dernières années, les géants de la tech ont licencié des centaines de milliers d'employés dans le but d'économiser des coûts et de réallouer les fonds financiers vers le développement d'outils d'IA destinés à occuper les postes vacants. Les perspectives d'emploi pour la nouvelle année demeurent incertaines, et les analystes redoutent une poursuite de la tendance à la hausse des licenciements. L'IA a impacté négativement les opportunités d'emploi dans divers secteurs de l'industrie technologique, notamment pour les ingénieurs logiciels, bien que les compétences en IA restent fortement demandées.

    Alors que les investissements dans l'IA sont en pleine expansion, le secteur technologique a débuté la nouvelle année par une série de licenciements, Google en tête. La société a récemment licencié plusieurs centaines de travailleurs, justifiant cette décision par une volonté de se concentrer davantage sur l'IA. Certains de ces employés appartenaient aux équipes dédiées à la publicité, au matériel, et travaillaient sur le développement de Google Assistant, l'un des premiers outils d'IA de la société. Des rumeurs suggèrent que Google envisage progressivement de remplacer Google Assistant par une version plus intelligente basée sur l'IA.

    De plus, un mémo interne divulgué indique que Google envisage d'autres suppressions d'emplois, touchant potentiellement environ 100 employés au sein du personnel de YouTube. Courtenay Mencini, porte-parole de Google, a déclaré que ces ajustements visent à accroître l'efficacité et à se concentrer sur les priorités principales de l'entreprise. Google a récemment lancé Gemini, présenté comme son modèle de langage (LLM) le plus puissant à ce jour. Certains analystes estiment qu'il est probable que l'entreprise cherche à rationaliser ses ressources grâce à de nouveaux licenciements afin de les rediriger vers ses initiatives en matière d'IA.

    1 entreprise sur 3 remplacera ses employés par l'IA en 2024

    Selon un récent rapport de ResumeBuilder portant sur 750 chefs d'entreprise utilisant l'IA, 37 % d'entre eux affirment que la technologie remplacera les travailleurs en 2023. Par ailleurs, 44 % d'entre eux déclarent qu'il y aura des licenciements en 2024 en raison de l'efficacité de l'IA. Toutefois, même si des rapports font état de licenciements inspirés par l'IA, de nombreux experts ne sont pas d'accord avec le point de vue de Musk. Julia Toothacre, spécialiste des CV et des stratégies de carrière chez ResumeBuilder, reconnaît que les chiffres de son étude ne reflètent peut-être pas fidèlement le paysage commercial dans son ensemble. « Il y a encore beaucoup d'organisations traditionnelles et de petites entreprises qui n'adoptent pas la technologie de la même manière que certaines grandes entreprises », a déclaré Toothacre.

    Alex Hood, chef de produit chez l'éditeur de logiciels de gestion de projet et de collaboration Asana, estime que la moitié du temps que nous passons au travail est consacrée à ce qu'il appelle le « travail sur le travail ». Il fait ici référence aux mises à jour de statut, à la communication interdépartementale et à toutes les autres parties du travail qui ne sont pas au cœur de la raison pour laquelle nous sommes là.

    « Si l'IA permet de réduire ces aspects, cela peut être une grande avancée », a déclaré Hood. Selon lui, sans la nuance derrière les chiffres, les statistiques marquant et prédisant les licenciements induits par l'IA reflètent davantage la peur que la réalité. Selon Marc Cenedella, fondateur de Leet Resumes and Ladders, le fait que l'IA s'attaque au travail à la tâche donne aux humains la possibilité de progresser dans la chaîne de valeur. « Pour l'ensemble de l'économie, les travailleurs pourront se concentrer sur « l'intégration, la structuration ou la définition du travail basé sur les tâches ». Il compare cette évolution à la culture de bureau du milieu du siècle dernier, lorsque des étages entiers étaient occupés par des dactylographes - une situation que l'efficacité des traitements de texte a éliminée.

    Selon le rapport State of AI at Work 2023 d'Asana, les employés déclarent qu'en moyenne, près d'un tiers (29 %) de leurs tâches sont remplaçables par l'IA. Pour les deux autres tiers, les dirigeants doivent positionner les employés comme des « humains dans la boucle » essentiels et exploiter l'IA pour aider les employés à accroître la productivité, la créativité et l'innovation dans leurs rôles. Cependant, Asana est un partisan de ce qu'elle appelle « l'IA centrée sur l'humain », qui cherche à améliorer les capacités humaines et la collaboration, et non à remplacer purement et simplement les personnes. Plus les gens comprennent l'IA centrée sur l'humain, plus ils pensent qu'elle aura un impact positif sur leur travail, indique le rapport.

    Selon les Nations unies, les cols blancs et les employés de bureau représentent entre 19,6 % et 30,4 % de l'ensemble des personnes employées dans le monde. Les outils d'analyse et de communication ont réorienté le travail de connaissance au fil des ans, et « l'IA générative doit être considérée comme un autre développement dans ce long continuum de changement ».

    Appel à la transparence et à la responsabilité sociale

    L'observation selon laquelle l'intelligence artificielle entraîne des licenciements massifs suscite des inquiétudes et pose des questions cruciales sur l'impact de cette technologie sur le monde du travail. Apparemment, les entreprises hésitent à reconnaître ouvertement l'ampleur réelle des suppressions d'emplois liées à l'IA, probablement par crainte des conséquences négatives sur leur réputation.

    Cette possible dissimulation soulève des préoccupations quant à la transparence des entreprises et met en évidence la nécessité d'une communication franche et éthique sur les changements induits par l'IA. Les licenciements massifs associés à l'automatisation suggèrent un déséquilibre entre les gains de productivité et les répercussions sur les travailleurs, soulevant ainsi des questions éthiques sur la responsabilité sociale des entreprises et leur engagement envers leurs employés.

    De plus, la critique implicite portant sur la focalisation des bénéfices à court terme au détriment d'une vision à long terme et socialement responsable est justifiée. Si les entreprises privilégient les économies immédiates sans tenir compte des implications à long terme sur l'emploi et la stabilité sociale, cela pourrait accentuer les inégalités et contribuer à une détérioration du tissu social.


    Les analystes expriment des inquiétudes profondes quant à l'impact potentiel de l'intelligence artificielle sur l'emploi. Certains soulignent la possibilité que les entreprises minimisent les licenciements liés à l'IA pour éviter des réactions négatives du public, suggérant ainsi une dissimulation de la réalité. D'autres commentaires mettent en lumière le risque d'une accélération des licenciements à mesure que l'automatisation devient accessible à un plus large éventail d'entreprises.

    L'idée de l'émergence d'une classe supérieure prospère qui possède des robots au lieu d'esclaves, tandis que le reste de la population lutte pour sa survie, suscite également des inquiétudes quant à l'accroissement des disparités sociales. Certains commentaires soulignent la préoccupation des entreprises pour les bénéfices à court terme au détriment d'objectifs plus durables ou socialement responsables.

    Dans l'ensemble, un sentiment de méfiance émerge quant à la façon dont les entreprises gèrent l'impact de l'IA sur l'emploi.

    Sources : Asana, Resume Builder

    Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Quel est votre sentiment quant à la façon dont les entreprises gèrent l'impact de l'IA sur l'emploi ?

    Voir aussi :

    « L'IA nous a obligés à le faire » : c'est la nouvelle raison invoquée par les Big Tech pour justifier les licenciements, ces derniers sont utilisés pour réaffecter les ressources aux projets d'IA

    25 % des chefs d'entreprise prévoient de remplacer les travailleurs humains par l'IA cette année, 60 % des chefs d'entreprise considèrent l'IAG comme ayant le potentiel d'améliorer l'efficacité

    L'IA perturbera d'innombrables emplois dans l'animation au cours des trois prochaines années, selon un rapport, soulignant à quel point l'impact de l'IA générative sera dévastateur pour les artistes
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #192
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 556
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 556
    Points : 199 701
    Points
    199 701
    Par défaut Les entreprises Tech ont déjà supprimé 34 000 emplois depuis le début de l'année pour se tourner vers l'IA
    Les entreprises technologiques ont déjà supprimé 34 000 emplois depuis le début de l'année pour se tourner vers l'IA,
    afin d'alimenter leur prochaine phase de croissance

    Les entreprises technologiques telles que Microsoft, eBay et PayPal ont collectivement éliminé 34 000 emplois depuis le début de l’année, reflétant un virage vers l’investissement dans des technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle générative (IA). Cette restructuration, observée dans 141 entreprises technologiques, marque un mouvement stratégique visant à rationaliser les opérations et à privilégier la discipline des coûts tout en réorientant les ressources vers l’innovation.

    Les entreprises technologiques ont supprimé 34 000 emplois cette année, car elles réorganisent leurs effectifs pour investir dans de nouveaux domaines tels que l'intelligence artificielle générative afin d'alimenter leur prochaine phase de croissance.

    Microsoft, Snap, eBay et PayPal ont chacun supprimé des centaines ou des milliers de postes depuis le début du mois de janvier, selon le site web Layoffs.fyi, qui suit l'attrition dans l'industrie. Au total, 141 entreprises technologiques ont licencié du personnel cette année.

    Nom : licencies.png
Affichages : 6307
Taille : 6,3 Ko

    Les pertes sont moins importantes qu'au début de l'année 2023, lorsque de grands groupes technologiques tels que Meta, Amazon et Microsoft ont supprimé des postes à la suite d'une période exubérante de surinvestissement pendant la pandémie. Dans l'ensemble, 263 000 emplois ont été supprimés dans le secteur technologique en 2023, selon les données de Layoffs.fyi.

    Les analystes suggèrent que si les licenciements de l’année dernière découlaient de la réalisation que la poussée numérique induite par la pandémie n’était pas durable, les actions de cette année semblent plus délibérées, avec des entreprises embauchant activement tout en réduisant de manière ciblée leurs effectifs pour s’aligner sur les évolutions du marché. Notamment, des entreprises telles que Meta et SAP se concentrent sur les investissements dans l’IA tout en entreprenant des transformations de la main-d’œuvre, indiquant un passage vers la requalification plutôt qu’une perte nette d’emplois, dans un contexte de réalignement plus large de l’industrie.

    Ces dernières suppressions d’emplois montrent que les entreprises réorganisent leurs ressources afin d’investir dans de nouveaux domaines tels que l’IA générative, tout en montrant aux actionnaires qu’elles continuent de se concentrer sur la discipline des coûts.

    Par exemple, les dépenses d'Alphabet en matière d'investissements ont augmenté en 2023 et devraient croître davantage en 2024. « En ce qui concerne les dépenses d'investissement, nos dépenses d'investissement déclarées au quatrième trimestre se sont élevées à plus de 11 milliards de dollars, principalement en raison d'investissements dans notre infrastructure technique, la composante la plus importante étant les serveurs suivis des centres de données », a déclaré Ruth Porat, directrice financière d'Alphabet, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes de Wall Street. Elle a également ajouté :

    « L'augmentation des investissements au quatrième trimestre reflète nos perspectives d'applications extraordinaires de l'IA pour les utilisateurs, les annonceurs, les développeurs, les entreprises en nuage et les gouvernements dans le monde entier, ainsi que les opportunités de croissance à long terme qui en découlent ». Les géants de la technologie augmentent leurs dépenses en IA, à la fois pour vendre à d'autres entreprises et pour gérer et simplifier leur propre travail interne. Pour cela, ils ralentissent au mieux les embauches dans les domaines autres que l'IA et, au pire, suppriment des emplois dans ces divisions.

    Nom : off.png
Affichages : 1440
Taille : 17,9 Ko

    Entre avantages et préoccupations liés à l'IA

    Certaines entreprises, telles qu'IBM, ont déclaré publiquement qu'elles limiteraient les embauches susceptibles d'être remplacées par l'IA. Cependant, de nombreuses sociétés opèrent discrètement en ralentissant leurs embauches, et des observateurs avertissent qu'un nombre croissant d'emplois pourraient être éliminés à mesure que l'IA progresse. Bien que certains responsables des ressources humaines voient l'IA comme une opportunité d'amélioration de l'efficacité, d'autres reconnaissent que des emplois seront perdus, tout en soulignant des améliorations possibles. La tension persiste entre les avantages de l'IA pour la productivité et les préoccupations croissantes quant à son impact sur l'emploi.

    Les décisions que nous prenons aujourd'hui ne façonnent pas seulement les bénéfices du prochain trimestre, mais établissent également les fondations d'un avenir guidé par l'IA qui redéfinit notre manière de travailler. Elon Musk, PDG de Tesla, soutient que l'IA conduira les humains à un stade où « aucun travail ne sera nécessaire ». Des indicateurs suggèrent-ils que cette prédiction est déjà en train de se concrétiser ? Les données médiatisées pourraient laisser penser que c'est le cas.

    « L'IA nous a obligés à le faire » : c'est la nouvelle raison invoquée par les Big Tech pour justifier leurs récents licenciements, lesquels sont désormais présentés comme nécessaires pour rediriger les ressources vers des projets liés à l'intelligence artificielle. Au cours des deux dernières années, les géants de la tech ont licencié des centaines de milliers d'employés dans le but d'économiser des coûts et de réallouer les fonds financiers vers le développement d'outils d'IA destinés à occuper les postes vacants. Les perspectives d'emploi pour la nouvelle année demeurent incertaines, et les analystes redoutent une poursuite de la tendance à la hausse des licenciements. L'IA a impacté négativement les opportunités d'emploi dans divers secteurs de l'industrie technologique, notamment pour les ingénieurs logiciels, bien que les compétences en IA restent fortement demandées.

    Nom : biggest.png
Affichages : 1362
Taille : 26,9 Ko

    1 entreprise sur 3 remplacera ses employés par l'IA en 2024

    Selon un récent rapport de ResumeBuilder portant sur 750 chefs d'entreprise utilisant l'IA, 37 % d'entre eux affirment que la technologie remplacera les travailleurs en 2023. Par ailleurs, 44 % d'entre eux déclarent qu'il y aura des licenciements en 2024 en raison de l'efficacité de l'IA. Toutefois, même si des rapports font état de licenciements inspirés par l'IA, de nombreux experts ne sont pas d'accord avec le point de vue de Musk. Julia Toothacre, spécialiste des CV et des stratégies de carrière chez ResumeBuilder, reconnaît que les chiffres de son étude ne reflètent peut-être pas fidèlement le paysage commercial dans son ensemble. « Il y a encore beaucoup d'organisations traditionnelles et de petites entreprises qui n'adoptent pas la technologie de la même manière que certaines grandes entreprises », a déclaré Toothacre.

    Alex Hood, chef de produit chez l'éditeur de logiciels de gestion de projet et de collaboration Asana, estime que la moitié du temps que nous passons au travail est consacrée à ce qu'il appelle le « travail sur le travail ». Il fait ici référence aux mises à jour de statut, à la communication interdépartementale et à toutes les autres parties du travail qui ne sont pas au cœur de la raison pour laquelle nous sommes là.

    « Si l'IA permet de réduire ces aspects, cela peut être une grande avancée », a déclaré Hood. Selon lui, sans la nuance derrière les chiffres, les statistiques marquant et prédisant les licenciements induits par l'IA reflètent davantage la peur que la réalité. Selon Marc Cenedella, fondateur de Leet Resumes and Ladders, le fait que l'IA s'attaque au travail à la tâche donne aux humains la possibilité de progresser dans la chaîne de valeur. « Pour l'ensemble de l'économie, les travailleurs pourront se concentrer sur « l'intégration, la structuration ou la définition du travail basé sur les tâches ». Il compare cette évolution à la culture de bureau du milieu du siècle dernier, lorsque des étages entiers étaient occupés par des dactylographes - une situation que l'efficacité des traitements de texte a éliminée.

    Selon le rapport State of AI at Work 2023 d'Asana, les employés déclarent qu'en moyenne, près d'un tiers (29 %) de leurs tâches sont remplaçables par l'IA. Pour les deux autres tiers, les dirigeants doivent positionner les employés comme des « humains dans la boucle » essentiels et exploiter l'IA pour aider les employés à accroître la productivité, la créativité et l'innovation dans leurs rôles. Cependant, Asana est un partisan de ce qu'elle appelle « l'IA centrée sur l'humain », qui cherche à améliorer les capacités humaines et la collaboration, et non à remplacer purement et simplement les personnes. Plus les gens comprennent l'IA centrée sur l'humain, plus ils pensent qu'elle aura un impact positif sur leur travail, indique le rapport.

    Selon les Nations unies, les cols blancs et les employés de bureau représentent entre 19,6 % et 30,4 % de l'ensemble des personnes employées dans le monde. Les outils d'analyse et de communication ont réorienté le travail de connaissance au fil des ans, et « l'IA générative doit être considérée comme un autre développement dans ce long continuum de changement ».

    Conclusion

    Les entreprises évaluent leurs effectifs et en concluent que « nous avons un tas de bois mort. Et si nous avions une organisation plus efficace, nous pourrions faire davantage », a déclaré l’analyste de Jefferies, Brent Thill. « Les licenciements vont se poursuivre et cela pourrait empirer. C’est devenu contagieux. » Les entreprises réévaluent les domaines prioritaires pour l’investissement et suppriment des postes dans des divisions coûteuses mais non essentielles, comme la plateforme de streaming vidéo Twitch d’Amazon, qui a supprimé des centaines d’emplois cette année. Amazon, Microsoft, Meta, Alphabet (la société mère de Google) et le service de streaming musical Spotify font partie des entreprises qui ont signalé leur intention de trouver un tel équilibre cette année

    En somme, les entreprises technologiques adaptent leurs effectifs pour investir dans de nouveaux domaines tels que l’IA générative, tout en cherchant à maintenir une discipline des coûts et à répondre aux demandes changeantes du marché. Le paysage de l’emploi dans le secteur de la technologie continue d’évoluer, et il est essentiel que les entreprises s’adaptent pour rester compétitives dans ce domaine en constante mutation.

    Plus de 20 000 offres d'emploi pour les professionnels de l'informatique

    Sources : Layoff, Resume Builder, rapport State of AI at Work 2023 d'Asana

    Et vous ?

    L’automatisation et l’IA sont-elles inévitables dans le monde du travail ou existe-t-il des alternatives pour préserver les emplois humains ?
    Quelles sont les implications sociales et économiques de ces licenciements ? Comment cela affecte-t-il les familles, les communautés et l’économie dans son ensemble ?
    Comment les entreprises peuvent-elles équilibrer l’innovation et la responsabilité sociale ? Partagez vos idées sur la manière dont les entreprises peuvent investir dans l’IA tout en veillant à ne pas laisser de côté leurs employés.
    Quelles compétences devraient être développées pour s’adapter à ces changements, dans un monde où l’IA joue un rôle de plus en plus important ?
    Quelles sont les opportunités cachées dans cette transition vers l’IA ? Quels aspects positifs de cette évolution, tels que de nouvelles opportunités d’emploi, de nouveaux domaines de recherche et d’innovation, et la façon dont l’IA peut améliorer nos vies voyez-vous ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #193
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Développeur Java
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    482
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Moselle (Lorraine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 482
    Points : 1 376
    Points
    1 376
    Par défaut
    Citation Envoyé par petitours Voir le message
    On a besoin d'un travail pour justifier d’un revenu.
    Mais le fruit de son travail peut et doit servir la société ou à minima nous permettre de nous surpasser. Je vois bien l'idée ou on serait libre de servir la société ou de se dépasser librement grâce à de l'argent qui tombe du ciel sauf que non, notre cerveau et nos sociétés ne peuvent pas fonctionner comme ça.

    Des pays ont essayé le revenu universel, regardez ce que ça a donné... ça n'a fait que démontrer que quand on paie les gens à ne rien faire il font rien. Les branleurs seront toujours des branleurs, ce n'est pas la faute de leur métier mais du sens qu'il donnent à leur vie, trop souvent résumée à avoir plus que le voisin. Idem pour ceux qui ne sont pas des branleurs mais n'ont pas eu la chance d'être aidés à se surpasser et se font écraser, ils ne sortiront pas du trou avec un argent sans valeur.
    Les gens très impliqués dans l'associatif, très souvent, trop souvent à titre bénévole méritent d'être reconnus et rémunérés comme des travailleurs au service de la collectivité. Mais c'est une utopie d'imaginer que les gens qui aujourd'hui trainent les pieds seront heureux demain parce qu'on leur donne de l'argent sorti du chapeau alors qu'il ont strictement rien fait pour l'avoir. Je suis totalement convaincu par l'expérience en milieu associatif social que ces gens là sombreraient.

    Et après l'utopie du revenu universel se heurte à l'injustice. Pourquoi le branleur qui ne fait rien pour personne gagnerait autant que celui qui fait pleins de trucs pour les autres ? Faudrait il rendre tout le monde incompétent en tout, que personne n'ait plus la moindre capacité à faire pour pouvoir justifier de verser la même chose à tout le monde ? Ou alors vous voulez continuer à permettre à qui le veut de bosser et là c'est ce que je décrivais plus haut : vous faites sombrer tous ceux qui n'ont pas la chance d'avoir quelqu'un pour les encourager à se bouger, pour réussir des choses ou pour aider autrui. Ce serait les inégalités d'aujourd'hui à un niveau ++++
    M'enfin c'est quand même plus sympa de croire à une utopie qu'à un monde factuellement voué à l'échec comme l'actuel, on se rends bien compte que ce système n'est plus viable mais quitte à toujours couler autant essayer d'aller dans le navire d'à côté, on va perdre quoi ? Une vie de boulot métro dodo qui va se transformer en guerre dans les 10 ans à venir quand on va commencer à se battre pour les ressources sur le continent européen ? Je rappel que jusqu'à maintenant on à pu laisser ces guerres là ou ça ne nous impactait pas trop, c'est en train de changer.

  14. #194
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 44
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 946
    Points : 2 057
    Points
    2 057
    Par défaut
    Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
    Source ?
    Je connaîs le sujet depuis 2011, et les expérimentations dont j'ai entendu parler depuis ont fourni des résultats qui vont systématiquement dans le sens inverse. Est-ce l'apotéose ? Bien sûr que non, mais cela engendre une vrai adaptation sociétale.
    Vous n'arrivez pas à trouver de source sur les expérimentations en Finlande ?
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  15. #195
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 44
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 946
    Points : 2 057
    Points
    2 057
    Par défaut
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    M'enfin c'est quand même plus sympa de croire à une utopie qu'à un monde factuellement voué à l'échec comme l'actuel, on se rends bien compte que ce système n'est plus viable mais quitte à toujours couler autant essayer d'aller dans le navire d'à côté, on va perdre quoi ? Une vie de boulot métro dodo qui va se transformer en guerre dans les 10 ans à venir quand on va commencer à se battre pour les ressources sur le continent européen ? Je rappel que jusqu'à maintenant on à pu laisser ces guerres là ou ça ne nous impactait pas trop, c'est en train de changer.
    Non parce que l'utopisme n'agit pas ; c'est ce qu'on appelle faire l'autruche ou dans le domaine politique c'est la démagogie.
    Dans le monde associatif, là où un tas de gens se décarcassent pour aider les autres l'utopisme n'est pas très présent. Les gens qui sont au fond du trou et qui arrivent à en sortir y arrivent le plus souvent parce qu'une aide bienveillante les a aidé à retrouver une dynamique positive, à bosser ou re bosser pour voir après demain (sortir de la spirale qui les met dans le trou). Les aides financières ou matérielles sont évidement utiles mais à court terme, pour gérer le trou. Ceux qui bénéficient des aides sur le long terme, qui abusent en vrai, ne sont pas du tout dans le trou, c'est leur métier de frauder, ça ne peut être un modèle de société et heureusement ce sont une minorité.

    Quand a la ressource et les guerres, je ne vois pas bien en quoi un modèle de société où on serait "payé" à ne faire que des loisirs et à consommer changerait quelquechose au problème.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  16. #196
    Expert éminent
    Avatar de Matthieu Vergne
    Homme Profil pro
    Consultant IT, chercheur IA indépendant
    Inscrit en
    Novembre 2011
    Messages
    2 267
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant IT, chercheur IA indépendant
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2011
    Messages : 2 267
    Points : 7 782
    Points
    7 782
    Billets dans le blog
    3
    Par défaut
    Citation Envoyé par petitours Voir le message
    Vous n'arrivez pas à trouver de source sur les expérimentations en Finlande ?
    https://www.economie.gouv.fr/igpde-e...inlande-2020-5
    Il n'a du revenu de base que le nom. Le tirage au sort loupe complètement le côté social : toi tu y a droit mais pas tous les autres autour de toi, du coup il n'y a pas de dynamique générale, juste un élu plus chanceux que les autres. Le limiter aux chomeurs renforce encore cette disparité. Des expérimentations dans une ville par exemple serait plus représentatif. La source ci-dessus souligne d'ailleurs le côté trop limité de cette expérimentation pour en tirer une quelconque conclusion :
    Comme le note le rapport, l’expérimentation a, en effet, consisté à fournir un revenu de base à un échantillon de demandeurs d’emploi de taille modeste dont le montant correspond, en réalité, à la fusion des diverses indemnisations chômage existantes. Il ne s’agit donc pas d’un revenu universel, défini par Guillaume Allègre, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) comme un revenu « d’un montant égal pour tous, sans contrôle des ressources ou des besoins, sur une base individuelle, de façon inconditionnelle, sans exigence de contrepartie » . Si l’expérimentation du revenu de base dans les conditions finlandaises n’a pas permis de diminuer le chômage, il semble hasardeux de conclure de manière définitive sur la validité du test à une échelle plus importante.
    Qui plus est, l'expérimentation a montré des effets bénéfiques, mais elle a été arrêtée avant même la rédaction du rapport. Visiblement à cause du seul critère du retour à l'emploi. Pour rappel, le revenu de base favorise l'activité, y compris non rémunérée, pas l'emploi particulièrement.

    Et une analyse plus détaillée ici :
    https://www.ofce.sciences-po.fr/blog...enu-universel/

    Bref, une expérimentation trop biaisée pour répondre à la question, donc je ne vais clairement pas m'appuyer dessus.
    Site perso
    Recommandations pour débattre sainement

    Références récurrentes :
    The Cambridge Handbook of Expertise and Expert Performance
    L’Art d’avoir toujours raison (ou ce qu'il faut éviter pour pas que je vous saute à la gorge {^_^})

  17. #197
    Membre chevronné Avatar de petitours
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement matériel électronique
    Inscrit en
    Février 2003
    Messages
    1 946
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 44
    Localisation : France, Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement matériel électronique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : Février 2003
    Messages : 1 946
    Points : 2 057
    Points
    2 057
    Par défaut
    Il y en a qui ont été lancé récemment en Allemagne et en Angleterre il me semble, on verra si ça dit autre chose.
    Je recherchais les autres endroits où il y a eu des expérimentations, ce truc a au moins celles que j'avais en tête https://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_de_base

    Sachant qu'il y a dans le domaine beaucoup de confusion entre revenu universel, revenu de base et aide sociale, notamment dans les pays qui n'en ont pas déjà comme chez nous.
    Les petites bases qui ne permettent pas de vivre ne sont de mon point de vue pas du tout des revenus universels, ça ne se différencie pas de tous les autres biens publiques dont nous disposons sauf à utiliser l'argent publique à des fins individualistes plutôt que collectives ce qui dans le fond n'est pas un progrés.

    En tous cas mon expérience à aider des gens dans la misère c'est que ceux qui sont dans la merde sans aide sont écrabouillés, ceux qui sont dans le trou et aidés tiennent bon et que ceux qui sortent du trou sont ceux qui aspirent qu'à ne plus être. aidés.
    Il y a 10 sortes de personnes dans le monde : ceux qui comprennent le binaire et les autres

  18. #198
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 456
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 456
    Points : 5 716
    Points
    5 716
    Par défaut
    on est gouverné par des débiles, l'économie en Europe s'effondre et donc... les pays européens nous préparent tous à la guerre.

    Il est plus probable qu'on ai une guerre qu'un revenu universelle, pour bien booster l'économie.
    le chancelier allemand a appeler à remplacer son industrie manufacturière par de l’armement, la Pologne et la Roumanie levers une armée, l'Angleterre de créer une armée citoyenne...
    je vous rassure, au contraire de Napoleon ou de Jeanne D'Arc aucun élite ou fils d'élite ne sera en 1ere ligne cette fois.

  19. #199
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Architecte réseau
    Inscrit en
    Février 2024
    Messages
    42
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : Allemagne

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte réseau

    Informations forums :
    Inscription : Février 2024
    Messages : 42
    Points : 136
    Points
    136
    Par défaut
    L'IA est surtout une bonne excuse pour licencier sans avouer que l'entreprise connait des difficultés, très vrai actuellement dans la tech américaine.

  20. #200
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 651
    Points : 18 596
    Points
    18 596
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    on est gouverné par des débiles, l'économie en Europe s'effondre et donc... les pays européens nous préparent tous à la guerre.
    Ou alors on se remet pote avec la Russie, on lui rachète de l'énergie pas cher et il y a des pays membres de l'UE qui redeviennent compétitif.
    Comme on n'achète plus d'énergie Russe, nous n'avons plus d'énergie bon marcher, par conséquent les industries vont mal. (en France on n'a pas d'industrie alors on souffre moins, mais l'Allemagne prend cher, des grosses entreprises allemandes vont déménager aux USA).

    Le truc louche c'est qu'en France il y a des centrales nucléaires donc on devrait avoir de l'électricité pas cher normalement.

    Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
    l'entreprise connait des difficultés
    Il y a des grosses entreprises qui font des bénéfices records et qui licencient massivement en parallèle.

    Vous pensez que Google, Meta, Microsoft, Amazon se portent mal ?
    À la limite on peut dire que Twitter n'est pas au top puisque des gros annonceurs boycottent la plateforme. (mais Twitter perdait déjà de l'argent avant le rachat)
    Keith Flint 1969 - 2019

Discussions similaires

  1. Trigger pour mettre des droits sur des procedures et des vues
    Par briino dans le forum Développement
    Réponses: 3
    Dernier message: 23/09/2009, 09h44
  2. Réponses: 1
    Dernier message: 27/11/2008, 18h00
  3. Réponses: 4
    Dernier message: 02/04/2008, 17h51
  4. Réponses: 3
    Dernier message: 13/09/2007, 18h11
  5. Réponses: 3
    Dernier message: 23/01/2007, 08h14

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo