Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #101
    Membre éprouvé
    Des fois je me demande si les fanboys de l'europe sont des crétins ou s'ils font juste semblant...

    Tu ne peux évidemment pas quitter l'OMC sans avoir quitté l'euro.

  2. #102
    Expert confirmé
    Pq?

    Moi je me demande surtout quand tu auras des arguments plutôt que des insultes...
    Ah et si les "nationalistes" venaient avec de vrais explications peut-être qu'on devrait moins jouer au con...
    Je ne suis qu'un pauvre débutant alors ne frappez pas si mes idées ne sont pas bonnes

  3. #103
    Expert éminent
    en parlant de natioanliste, j'ai entendu une belle citation :
    "Le patriotisme, c'est aimer son pays. Le nationalisme, c'est détester celui des autres."
    Mon profil linked in

    Chez Adaptive, nous cherchons un dev python / Cloud sur Toulouse sud.
    Produit fun et belle refonte du code.

  4. #104
    Inactif  
    Citation Envoyé par GPPro Voir le message
    Des fois je me demande si les fanboys de l'europe sont des crétins ou s'ils font juste semblant...

    Tu ne peux évidemment pas quitter l'OMC sans avoir quitté l'euro.

    Sauf que même le PLS n'a pas parlé de quitter l'OMC il me semble, donc si c'est effectivement l'OMC qui "impose" des droits de douanes faibles, au final, sortir de l'euro ne changera pas grand chose...

    (Oui d'ailleurs, vu que l'OMC nous impose pleins de trucs, pourquoi le PLS ne veut pas en sortir aussi ?)


    Quand les anti-ue arrêteront de se contredire en permanence, les autres arrêteront peut-être de poser des questions connes



    Mais sinon, même question que Benoit pour ma culture personnelle, pourquoi ne peut-on pas quitter l'OMC sans quitter l'euro ? Il y a pourtant de nombreux pays membres qui ne font pas partis de la zone euro, non ?
    "The world is broken. We’re the last choking embers of a fire waiting to burn out.
    Long before our grandfathers and their fathers before them, we started pulling our planet apart in the name of progress and blind ambition.
    The greed of man has devoured this earth until there was nothing left. We watch as time eats us alive.
    A generation born to witness the end of the world..."

  5. #105
    Membre éprouvé
    rofl faut revoir les relations sur les ensembles

    euro inclue dans OMC ne veut pas dire OMC => euro hein...

  6. #106
    Inactif  
    Citation Envoyé par GPPro Voir le message
    rofl faut revoir les relations sur les ensembles

    euro inclue dans OMC ne veut pas dire OMC => euro hein...

    ????


    Sinon juste comme ça :

    Mayotte fait partie de la France, donc partie de l'UE et de la zone euro (et sa monnaie officielle est l'euro), mais ne fait pas partie de l'OMC...

    Idem pour Saint-Pierre-et-Miquelon.


    Donc oui, on peut ne pas être dans l'OMC, tout en étant dans l'euro.

    Saloperie de fan boyz pro-UE !
    "The world is broken. We’re the last choking embers of a fire waiting to burn out.
    Long before our grandfathers and their fathers before them, we started pulling our planet apart in the name of progress and blind ambition.
    The greed of man has devoured this earth until there was nothing left. We watch as time eats us alive.
    A generation born to witness the end of the world..."

  7. #107
    Expert éminent
    Tu m'etonne, une partie de la france ne ferait pas partie de l'OMC ?

    Pour moi mayotte, c'est un statut de departement avec les compétences d'une région en plus. Mais ils sont autant dépendant de nos traités que les autres departements.

    Et je pense que oui, on peut quitter l'omc, mais ca se fera pas sans conséquence de la part des autres états.
    Et je pense que l'Euro impose d'être adhérent à l'OMC.

    Donc, tu peux quitter l'euro sans quaitter l'OMC, mais pas le contraire.
    Mon profil linked in

    Chez Adaptive, nous cherchons un dev python / Cloud sur Toulouse sud.
    Produit fun et belle refonte du code.

  8. #108
    Membre extrêmement actif
    « L’humour est une forme d'esprit railleuse qui s'attache à souligner le caractère comique, ridicule, absurde ou insolite de certains aspects de la réalité »

  9. #109
    Inactif  
    Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
    Tu m'etonne, une partie de la france ne ferait pas partie de l'OMC ?

    Pour moi mayotte, c'est un statut de departement avec les compétences d'une région en plus. Mais ils sont autant dépendant de nos traités que les autres departements.

    Et je pense que oui, on peut quitter l'omc, mais ca se fera pas sans conséquence de la part des autres états.
    Et je pense que l'Euro impose d'être adhérent à l'OMC.

    Donc, tu peux quitter l'euro sans quaitter l'OMC, mais pas le contraire.

    Bah ça a bien le statut que tu veux, mais non Mayotte ne fait pas parti de l'OMC, suffit d'aller lire la liste des pays membres...



    Non-membres:

    États souverains
    Les pays suivants ne sont ni candidats, ni observateurs :

    Corée du Nord
    Érythrée
    Kiribati
    Îles Marshall
    Micronésie
    Nauru
    Palaos
    Somalie
    Soudan du Sud
    Timor oriental
    Turkménistan
    Tuvalu
    Monaco : La principauté de Monaco fait partie intégrante du territoire douanier de l'Union européenne.
    Saint-Marin : La République de Saint-Marin et l'Union européenne ont ratifié un Accord de coopération et d'union douanière le 28 mars 2002. Cet accord concerne les produits relevant des chapitres 1 à 97 du tarif douanier commun, à l'exception des produits visés par le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier.


    Dépendances exclues de l'adhésion
    Les entités suivantes sont rattachées à des pays et exclues de l'adhésion :
    Pays-Bas : Aruba
    Danemark : Groenland, Îles Féroé
    France : Mayotte, Polynésie française, Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, Saint-Pierre-et-Miquelon
    Espagne : Ceuta, Melilla
    États-Unis : Îles Vierges des États-Unis, Guam, Îles Mariannes du Nord, Samoa américaines
    Royaume-Uni : Gibraltar, Jersey, Guernesey, Île de Man ainsi que l'intégralité des îles et archipels d'outre-mer
    Nouvelle-Zélande : Îles Cook, Tokelau, Niue
    Australie : Île Christmas, Îles Cocos


    États non-reconnus internationalement
    Les entités suivantes sont contestées et n'ont pas soumis leur candidature :
    Abkhazie
    Chypre du Nord
    Haut-Karabagh
    Kosovo
    Ossétie du Sud
    Palestine
    République arabe sahraouie démocratique
    Somaliland
    Transnistrie

    On peut tromper mille fois mille personnes mais on ne peut pas tromper mille fois mille personnes. Émile Gravier - 1994
    "The world is broken. We’re the last choking embers of a fire waiting to burn out.
    Long before our grandfathers and their fathers before them, we started pulling our planet apart in the name of progress and blind ambition.
    The greed of man has devoured this earth until there was nothing left. We watch as time eats us alive.
    A generation born to witness the end of the world..."

  10. #110
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par GrandFather Voir le message
    La vraie connerie, ce n'est pas l'euro en soi, c'est de l'avoir lancé sans qu'il y ait eu un minimum de convergence sociale, fiscale et politique entre les états membres. Un peu comme l'élargissement, d'ailleurs.
    Je pense que c'est ça le point d'achoppement fondamental...

    Au lieu de vouloir aller trop vite, il aurait mieux fallu consolider ce qu'il y a avait à 12, en arriver à une vraie EU politique : tout d'abord coopération pleine et entière de tous les services "régaliens" inter-dépendants : police, douanes, justice, armée, monnaie, et sociaux liés à l'économie. De là, faire (ce qui aurait été plus simple car niveaux équivalents) l'EU politique au sens de la structure (la vraie fédération, avec partis transnationaux et, pour exprimer positivement, regroupement au sein de ministères fédéraux des services évoqués plus haut, système réel d'élection et de gouvernement)...

    Ensuite seulement on aurait pu procéder à l'élargissement, car il y aurait eu des règles et des modifications déjà fondamentales (les points ci-dessus pourraient être vus comme "abandon de la souveraineté")..
    "Un homme sage ne croit que la moitié de ce qu’il lit. Plus sage encore, il sait laquelle".

    Consultant indépendant.
    Architecture systèmes complexes. Programmation grosses applications critiques. Ergonomie.
    C, Fortran, XWindow/Motif, Java

    Je ne réponds pas aux MP techniques

  11. #111
    Invité
    Invité(e)
    Citation Envoyé par souviron34
    Je pense que c'est ça le point d'achoppement fondamental...
    Au lieu de vouloir aller trop vite, il aurait mieux fallu consolider ce qu'il y a avait à 12, en arriver à une vraie EU politique
    Il ne faut pas croire que c'est un "accident". Ceux qui font l'Europe ne veulent pas d'une Europe politique. Le dumping social, l'inégalité fiscale... tout ça n'est pas un problème pour eux. Pour beaucoup de monde c'est un avantage d'avoir de la main d'oeuvre bon marché ou un paradis fiscal au sein d'une zone de libre-échange.

    Citation Envoyé par souviron34
    tout d'abord coopération pleine et entière de tous les services "régaliens" inter-dépendants : police, douanes, justice, armée, monnaie, et sociaux liés à l'économie.
    Oui mais ce serait aller vers le fédéralisme, et ça non plus ils n'en veulent pas. Tu vois nos politiques construire un truc qui va faire qu'ils auront moins de pouvoir en France ?

  12. #112
    Chroniqueur Actualités

    Brexit : quelles conséquences sur le secteur de l’IT ?
    Brexit : quelles conséquences sur le secteur de l’IT ?
    Cas de la confidentialité et les échanges de données, la réglementation des technologies et l’emploi

    Après avoir longuement nourri le projet, les Britanniques ont finalement voté pour la sortie de l’Union européenne, un choix qui a été décrié par les entreprises de la technologie basées au Royaume-Uni. Il faut en effet noter qu’un sondage réalisé par Tech London Advocates a révélé que près de 90 % de ces entreprises étaient contre Brexit. Tech London Advocates est une coalition de leaders, experts et investisseurs du secteur de la technologie qui forment le groupe indépendant du secteur privé le plus influent de Londres. Les firmes internationales ayant des bureaux au Royaume-Uni - telles que Microsoft – ont également fait campagne contre ce mouvement. Quelles pourraient donc être les répercussions de Brexit sur le secteur de la technologie au Royaume-Uni et à l’étranger ?

    Il faut de prime abord s’attendre à ce que la sortie du Royaume-Uni laisse une incertitude sur l’évolution des règlements au sein de l’Union européenne. Dans le secteur de la technologie, il s’agit notamment des accords sur les échanges transfrontaliers des données, la réglementation des technologies au sein de l’UE, mais également les questions telles que la surveillance et la confidentialité.

    Étant plutôt souple vis-à-vis de la confidentialité des données, le Royaume-Uni fait partie des pays qui ont appelé à ne pas durcir la réglementation des technologies au sein de l’UE. Si la France et l’Allemagne ont quant à elles décidé de lancer des répressions contre les entreprises de technologie américaines comme Google pour leurs transgressions, leurs positions seraient encore plus fortes en l’absence du Royaume-Uni. Cela pourrait donc annoncer une réglementation plus durcie contre les entreprises de technologie. Mais cette réglementation durcie sera-t-elle bénéfique pour l’industrie de l’IT ? Là s’ouvre encore un autre débat.

    Un autre point, mais qui serait surtout préjudiciable au Royaume-Uni s’il quitte l’Union européenne, serait sans doute les échanges transfrontaliers des données. De Safe Habor au Privacy Shield, les États-Unis et l’UE essaient surtout de trouver un terrain d’entente sur le traitement des informations personnelles des Européens détenues par des sociétés américaines. En sortant de l’Union, le Royaume-Uni sera dans le même bateau que les États-Unis. En effet, si les entreprises britanniques veulent traiter les données personnelles des employés et des clients sur le continent européen, le pays aura besoin de trouver un accord avec l’UE. Cela pourrait créer des barrières aux échanges de données entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

    Il faut également noter que si le Royaume-Uni quitte l’Europe, ses programmes de surveillance de masse rendront plus difficile de trouver un accord sur les échanges de données avec l’Union européenne. On peut aussi se demander ce qu’il en sera des flux de données entre le Royaume-Uni et les États-Unis.

    De manière générale, on assistera donc à une réglementation fragmentée qui ne serait probablement pas favorable au développement des entreprises de technologie au Royaume-Uni. Des conséquences désastreuses peuvent toutefois être évitées si le pays s’aligne sur les règlements de l’Union européenne. Ce qui ne peut pas être affirmé avec certitude. Le commissaire de l’information, le gardien de la vie privée du Royaume-Uni a en effet annoncé qu’avec la sortie du pays, les réformes de l’UE sur la vie privée ne s’appliquent pas directement au Royaume-Uni.

    Côté emplois IT, les entreprises britanniques de la technologie et les entreprises technologiques étrangères avec des bureaux au Royaume-Uni émettent une inquiétude selon laquelle Brexit va fondamentalement nuire à la capacité de l'industrie de la technologie de recruter des travailleurs hautement qualifiés. Une bonne partie de ces derniers venant des autres pays de l’Europe. Sans l'approbation de l'UE pour laisser les travailleurs se déplacer librement entre les pays, les entreprises britanniques craignent une pénurie de travailleurs qualifiés. Il faudrait donc signer un accord pour résoudre ce problème.

    Brexit pourrait encore rendre plus difficile pour les startups britanniques de trouver des financements. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles l’industrie britannique de la technologie a exprimé son désaccord avec ce mouvement. Le mois dernier, Microsoft a d’ailleurs averti que Brexit allait décourager les investissements au Royaume-Uni.

    Le Royaume-Uni aura probablement jusqu’en 2018 pour quitter officiellement l’Union européenne, le temps de définir avec l’UE les termes de sa sortie. Cela nous laisse donc deux ans pour mieux être situés sur les impacts de Brexit.

    Sources : Fortune, The Washington Post

    Et vous ?

    Que pensez-vous de Brexit et de son impact sur le secteur de la technologie ?
    Le Royaume-Uni pourra-t-il aller jusqu'au bout de sa décision ?

    Voir aussi :

    Le bitcoin s'envole après le Brexit, la monnaie virtuelle prend de la valeur alors que les Britanniques décident de quitter l'Union européenne
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #113
    Membre actif
    ...recruter des travailleurs hautement qualifiés. Une bonne partie de ces derniers venant des autres pays de l’Europe. Sans l'approbation de l'UE pour laisser les travailleurs se déplacer librement entre les pays, les entreprises britanniques craignent une pénurie de travailleurs qualifiés. Il faudrait donc signer un accord pour résoudre ce problème.
    Ce qui ne sera pas bien compliqué, ce genre d'accords existaient bien avant l'UE !

  14. #114
    Rédacteur

    Que pensez-vous de Brexit et de son impact sur le secteur de la technologie ?
    C'est une tres bonne chose cette sortie, il faudrait que tous les autres pays y compris la france le fassent.
    Ca va doper le secteur IT sans aucun doute, le protectionisme a toujours fait remonter les entreprise nationales.

    Le Royaume-Uni pourra-t-il aller jusqu'au bout de sa décision ?
    Il faut espérer.
    Systèmes d'Informations Géographiques
    - Projets : Unlicense.science - Apache.SIS

    Pour un monde sans BigBrother IxQuick ni censure RSF et Les moutons

  15. #115
    Expert confirmé
    http://www.jdubuzz.com/2016/06/29/br...ndres-pornhub/

    C'est lié de loin à la conversation, mais ça m'a beaucoup fait rigoler (c'est SFW, vous pouvez y aller).
    http://www.traducteur-sms.com/ On ne sait jamais quand il va servir, donc il faut toujours le garder sous la main

  16. #116
    Rédacteur/Modérateur

    Citation Envoyé par squizer Voir le message
    Ce qui ne sera pas bien compliqué, ce genre d'accords existaient bien avant l'UE !
    Ce sera toujours plus compliqué qu'actuellement. Y'a qu'à voir la galère (annuelle il me semble, renouvellement de visa) pour mes collègues russes ou asiatiques alors que moi j'arrive avec juste ma carte nationale d'identité et hop
    Pensez à consulter la FAQ ou les cours et tutoriels de la section C++.
    Un peu de programmation réseau ?
    Aucune aide via MP ne sera dispensée. Merci d'utiliser les forums prévus à cet effet.

  17. #117
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par Zirak Voir le message
    ????


    Sinon juste comme ça :

    Mayotte fait partie de la France, donc partie de l'UE et de la zone euro (et sa monnaie officielle est l'euro), mais ne fait pas partie de l'OMC...

    Idem pour Saint-Pierre-et-Miquelon.


    Donc oui, on peut ne pas être dans l'OMC, tout en étant dans l'euro.

    Saloperie de fan boyz pro-UE !
    Super les exemples à 10 habitants... Et si on parlait de de qui compte vraiment, les PAYS ???

  18. #118
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
    Tu m'etonne, une partie de la france ne ferait pas partie de l'OMC ?

    Pour moi mayotte, c'est un statut de departement avec les compétences d'une région en plus. Mais ils sont autant dépendant de nos traités que les autres departements.

    Et je pense que oui, on peut quitter l'omc, mais ca se fera pas sans conséquence de la part des autres états.
    Et je pense que l'Euro impose d'être adhérent à l'OMC.

    Donc, tu peux quitter l'euro sans quaitter l'OMC, mais pas le contraire.
    C'est pour cela que je ne suis pas trop partisan des mesures de protectionnisme "grossière" mais plutôt de mesures ciblées, ou carrément d'un dévaluation.
    Dans tous les cas, vous comprendrez aisément que ces mesures ne peuvent être mise en application au sein d'une union économique ET monétaire.

    Citation Envoyé par Bousk Voir le message
    Ce sera toujours plus compliqué qu'actuellement. Y'a qu'à voir la galère (annuelle il me semble, renouvellement de visa) pour mes collègues russes ou asiatiques alors que moi j'arrive avec juste ma carte nationale d'identité et hop
    Tes collègues ne peuvent pas demander une dérogation, voir la nationalité britannique ?
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  19. #119
    Inactif  
    Citation Envoyé par GPPro Voir le message
    Super les exemples à 10 habitants... Et si on parlait de de qui compte vraiment, les PAYS ???
    Osef du nombre d'habitants, je te montre qu'une partie de la France, qui fait donc partie de l'UE et de la zone euro, n'appartient pas à l'OMC.


    A la base, l'affirmation c'est qu'on ne pouvait pas quitter l'OMC sans quitter l'euro, donc à moins que vous produisiez le texte de loi en question, je ne sais pas si on ne peut pas quitter l'OMC sans quitter l'euro, mais il y a tout de même ces exemples qui montrent qu'on peut ne pas être dans l'OMC tout en étant dans la zone euro.


    Donc si on peut ne pas être dans un, tout en étant dans l'autre, pourquoi faudrait-il donc absolument et systématiquement quitter le 2ème si on veut quitter le premier ?


    Bref, si tu es certain de tes affirmations, merci de produire un lien vers la loi en question, car pour l'instant, je n'ai rien trouvé à ce sujet.


    Edit :

    @pmithrandir: dans les conditions d'adhésions à l'UE, il n'est fait nul part mention de l'OMC.

    http://www.touteleurope.eu/les-polit...r-adherer.html


    Donc officiellement en tous cas, ce n'est pas obligatoire, après bien sûr que cela peut, peut-être influencer l'acception des autres pays de façons plus officieuse, mais on ne peut pas le savoir.
    "The world is broken. We’re the last choking embers of a fire waiting to burn out.
    Long before our grandfathers and their fathers before them, we started pulling our planet apart in the name of progress and blind ambition.
    The greed of man has devoured this earth until there was nothing left. We watch as time eats us alive.
    A generation born to witness the end of the world..."

  20. #120
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    C'est pour cela que je ne suis pas trop partisan des mesures de protectionnisme "grossière" mais plutôt de mesures ciblées, ou carrément d'un dévaluation.
    Dans tous les cas, vous comprendrez aisément que ces mesures ne peuvent être mise en application au sein d'une union économique ET monétaire.
    J'ai toujours pensé que le protectionnisme et le libre-échangisme devraient être non pas des idéologies sectaires mais des outils à utiliser au cas par cas, à bon escient, après études d'impact. Même chose pour le libéralisme et le socialisme. Le marché et l’État sont complémentaires.
    "If the revolution ain't gon' be televised
    Then fuck, I'll probably miss it" - Aesop Rock