Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #2021
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par BenoitM Voir le message
    Vu que les anglais avaient décider de rentrer dans l'UE il ne fallait pas faire de referendum pour la quitter
    Non mais c'est sur 1 action.
    Si vous avez du mal, dessiné un automate fini déterministe ou quelque chose.

    Le Royaume Uni était dans l'état "pas dans l'UE" ils ont choisi de rejoindre l'UE (là à ce moment là ils étaient lancé) une fois dans l'état "dans l'UE" ils peuvent la quitter ou pas.
    Ils ont essayé de 1973 à 2018 ils ont vu que ça leur convenait pas (malgré un traitement de faveur).
    En politique on ne fais pas un référendum, puis un référendum sur le référendum, sinon ya plus de limite et après on fait un référendum, sur le référendum du référendum.
    1. Oui ou Non
    2. Est-ce qu'on valide le choix qu'on a fait en 1 ?
    3. Est-ce qu'on valide le choix qu'on a fait en 2 ?
    Vous avez choisi en 1, c'est en 1 et c'est tout.
    Vous voulez quitter l'UE, vous allez quitter l'UE ! (de toute façon ils n'ont jamais vraiment été dedans)

    Est-ce qu'on nous a demandé si on étais certains qu'on voulait bien de Macron en 2017 ?
    Non ! Et ben pourquoi eux devraient valider le Brexit ?

    Le cheval de Troie britannique hors les murs de l’UE
    C’est à cette aune qu’il faut interpréter les deux célèbres citations de Churchill sur l’Europe. La première est une mise en garde au général de Gaulle juste avant le débarquement en Normandie : « Chaque fois qu’il nous faudra choisir entre l’Europe et le grand large, nous choisirons le grand large. » La seconde est l’appel, lancé à Zurich en 1946, à « ériger quelque chose comme les Etats-Unis d’Europe ». Comprendre continentale. Le message est clair : l’Europe doit se faire. Sous le contrôle des Anglais, mais sans les Anglais.
    Brexit: quand de Gaulle disait non à l'Angleterre dans l'Europe
    L'Angleterre, en effet elle, est insulaire. Elle est maritime. Elle est liée par ses échanges, ses marchés, ses ravitaillements aux pays les plus divers, et souvent les plus lointains. Elle exerce une activité essentiellement industrielle et commerciale, et très peu agricole. Elle a dans tout son travail des habitudes et des traditions très marquées, très originales. Bref, la nature, la structure qui sont propres à l'Angleterre diffèrent profondément de celle des continentaux.
    Le Royaume Uni n'a rien à faire dans l'UE, c'était une anomalie.
    Mais d'un côté qu'ils partent ou qu'ils restent, il y a toujours une probabilité forte que l'UE s’effondre dans un avenir relativement proche...
    Keith Flint 1969 - 2019

  2. #2022
    Expert éminent sénior
    En fait c'est très simple.


    Prenons un exemple, tu es en voiture et tu as une intersection :

    • soit tu tournes à droite pour aller à la ville A;
    • soit tu tournes à gauche pour aller à la ville B;


    Si tu choisis d'aller à la ville A, tu ne change pas d'avis en cours de route, tu attends d'être arrivé à la ville A pour ensuite faire demi-tour et aller à la ville B.

    Donc si sur le chemin, tu vois que la route est fermée, tu continues tout droit, tu ne vas tout de même pas changer d'avis en cours de route !
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  3. #2023
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Si tu choisis d'aller à la ville A, tu ne change pas d'avis en cours de route
    Exactement ! Les britanniques ont choisi d'aller dans la ville A, ils y sont resté 45 ans et après ils se sont demandé si ils voulaient rester ou partir et ils ont choisi de quitter la ville A et ils sont actuellement en route, à moins d'une grosse surprise il ne devrait pas y avoir de demi tour.

    L'UE ce n'est qu'une étape, ce n'est qu'un petit chapitre dans l'histoire de grandes nations.
    Y'aura forcément un après UE, rien n'est éternel.
    Il y a des nations qui veulent aller de l'avant.
    Keith Flint 1969 - 2019

  4. #2024
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    L'UE ce n'est qu'une étape, ce n'est qu'un petit chapitre dans l'histoire de grandes nations.
    Y'aura forcément un après UE, rien n'est éternel.
    Il y a des nations qui veulent aller de l'avant.
    La vie ce n'est qu'une étape, ce n'est qu'un petit chapitre dans l'histoire de la Terre.
    Y'aura forcément un après vie, rien n'est éternel.
    Il y a des personnes qui veulent aller de l'avant.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  5. #2025
    Expert éminent
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

    En politique on ne fais pas un référendum, puis un référendum sur le référendum, sinon ya plus de limite et après on fait un référendum, sur le référendum du référendum.
    Va dire ca aux suisses...

    POur ma part, j'y serai très favorable.
    Le premier sert de sondage vivant (et élimine les cas loufoques)
    Le second permet de valider ou d'infirmer le choix initial.

    Si 1 et 2 sont pareil, on valide.(première impression confirmée en connaissance de cause)
    Si 1 et 2 sont différent, on défini une nouvelle étape :
    - soit on demande une majorité importante pour changer l'état actuel(min60%)
    - Soit au contraire on descend a un minimum pour favoriser le changement.

    Je pense pour ma part que si on a blanc puis noir, on devrait exiger au minium 60% sur la 3 eme iteration pour etre bien sur du changement.

    Ca prend un peu de temps, mais la tu as un vrai signal de la population derrière. Tes manipulations d'opinions ont plus difficile à tenir sur 3 campagnes qu'une seule, et il y a des temps "hors election" entre les deux ou les gens peuvent réfléchir à tête reposée, ou convaincre avec des arguments et moins des bons mots.
    Mon profil linked in

    Chez Adaptive, nous cherchons un dev python / Cloud sur Toulouse sud.
    Produit fun et belle refonte du code.

  6. #2026
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
    Je ne dis pas le contraire. Je dis que les gens qui ont voté pour lui n'ont pas d'excuses, comparés à ceux qui se sont fait avoir par Hollande. De plus Hollande à plus été élu pour contrer Sarko que pour lui-même.
    Macron était une imposture dés le départ, et donc ceux qui l'ont élu ne peuvent pas se plaindre de s'être fait avoir.
    Les gens qui ont voté pour lui, y compris dès le premier tour, l'ont fait pour deux raisons :

    1/ Éviter l'élection d'une candidature populiste désastreuse (Mélenchon ou Le Pen), ou d'un candidat thatchérien revanchard et haineux, au programme violemment déflationniste, promettant de saigner à blancs les actifs au profit des retraités et des rentiers de l'immo ayant voté pour lui (Fillon).
    2/ Envoyer à la retraite forcée la caste de baby-boomers ayant monopolisé les plus hautes fonctions pendant 40 ans, et responsables de 40 années de crise.

    Tout le reste, le "ni droite ni gauche", le "en même temps" *, les promesses de réforme de l’État et de nettoyage des écuries d'Augias au karcher, de refondation de l'école républicaine, de grand soir écolo, de réconciliation entre l'administration étatique et ses administrés, de baisse de la dépense publique sans cure d'austérité, de lendemains qui chantent et de licornes roses invisibles célébrant le vivre-ensemble écoresponsable coconstruit : seul une poignée d'électeurs y ont cru. Les 6% de l'électorat de Bayrou et qui constituent un plafond de verre pour le centrisme qui n'a été pulvérisé que 4 fois depuis des décennies (1974, 1993, 2007, 2017). La droite aurait proposé un candidat sérieux avec un programme éco un peu moins délirant, Macron n'aurait eu aucune chance.

    Quant à la kyrielle de corps intermédiaires et de corporatisme qui ont cru en Macron, que ce soit le MEDEF, les syndicats réformistes comme la CFDT, la franc-maçonnerie mainstream, la haute fonction publique, les grands corps d'état, la médiacratie, s'ils sont tombés de haut c'est qu'ils avaient tous mal évalué la personnalité de Jupiter : point de place pour les corps intermédiaires entre le Roi Soleil et ses sujets.

    * Le "en même temps", en réalité typique de la seconde gauche (Rocard) dont Macron est directement issu, n'a jamais été compris par un pays obsédé par le clivage gauche-droite du XXème : ça n'a jamais été "gauche" et "droite", ou "libéralisme" et "socialisme", mais le "en même temps" a toujours été "étatisme" et "marché". Un président élu sur un malentendu, c'est une constante dans la Vème république depuis la démission du général. Je n'aime pas beaucoup Larcher, mais son mot résume tout : "Le mirage du nouveau monde est évanoui".
    "If the revolution ain't gon' be televised
    Then fuck, I'll probably miss it" - Aesop Rock

  7. #2027
    Membre extrêmement actif
    Autre chose avant de partir en week-end, un très mauvais points macroéconomique pour le Royaume-Uni : http://www.slate.fr/story/165038/tau...garet-thatcher

    A voir quel est la responsabilité du Brexit dans ces chiffres inquiétants.
    "If the revolution ain't gon' be televised
    Then fuck, I'll probably miss it" - Aesop Rock

  8. #2028
    Expert éminent
    Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
    Autant pour Hollande, je veux bien, mais pour Macron, c'est un peu plus difficile à gober. Le mec était conseiller économique de Hollande, d'abord, puis ministre de l'économie de Hollande ensuite. Et a été escroc banquier d'affaires chez Rothschild. Pour rappel le dernier président de chez Rothschild qu'on avait eu a créer la dette, c'est quand même pas un gage de confiance !
    Tu as tout à fait raison, il ne fallait pas être grand voyant pour savoir que la prise en considération de l'intérêt général n'entre pas dans la formation d'un banquier, encore moins dans son expérience.

    C'est bien évidemment tout le contraire, et c'est ce que fait macron avec application en ponctionnant le budget de l'état pour favoriser les ultra riches et en tapant sur tous les autres, avec le même mépris et la même arrogance qu'un banquier, sur le fond et sur la forme comme le montre l'affaire Benalla.

  9. #2029
    Membre extrêmement actif
    Brexit : Londres ne paiera pas s'il n'y a pas d'accord
    Un accord préliminaire prévoit le paiement par Londres d'une ardoise de 44 milliards d'euros.

    "NI UNE MENACE, NI UN ULTIMATUM"

    Certes le Royaume-Uni "reconnaîtra ses obligations strictement légales" vis-à-vis de l'Union européenne, a-t-il développé. Mais le montant final qui sera payé sera "significativement plus bas" que celui fixé en décembre. "Ce n'est ni une menace, ni un ultimatum, c'est un constat", a-t-il ajouté. "Je ne dis rien que je n'ai pas dit dans la salle de négociation, et que je ne dirais pas directement à nos amis et partenaires de l'UE, et je pense que cela est bien compris des deux côtés".

    Dominic Raab a toutefois estimé qu'une absence d'accord était "peu probable", mais que si c'était le cas, l'UE n'aurait pas la possibilité de choisir "à la carte" les éléments de la négociation qui lui conviennent, en l'occurrence le règlement de cette facture. Cette formule rappelle celle employée par les Européens, qui insistent régulièrement sur le fait que les Britanniques ne peuvent choisir "à la carte" dans les règles de l'UE pour élaborer un accord de sortie.
    Normalement le Brexit aura lieu dans un peu plus de 6 mois, ça s'approche lentement.
    Keith Flint 1969 - 2019

  10. #2030
    Membre extrêmement actif
    Je réagis bien après la tempête, parce que ton intervention était symptomatique et j'y songeais en coupant du bois comme tout bon gallo-romain réfractataire, mais :

    Citation Envoyé par Grogro Voir le message
    Les gens qui ont voté pour lui, y compris dès le premier tour, l'ont fait pour deux raisons :

    1/ Éviter l'élection d'une candidature populiste désastreuse (Mélenchon ou Le Pen), ou d'un candidat thatchérien revanchard et haineux, au programme violemment déflationniste, promettant de saigner à blancs les actifs au profit des retraités et des rentiers de l'immo ayant voté pour lui (Fillon).
    Toute blague mise à part, je ne vois pas en quoi Fillon était haineux. Lui n'a pas traité les français d'alcooliques, d'analphabètes et j'en passe, ce n'est pas dans son génome.
    Et son programme économique n'avait rien de déflationniste: fin des 35 heures, 25 milliards d'allègement de charges sur les salaires, baisse de l'impôt sur les sociétés à 25%, suppression de l’ISF... Programme de droite certes oui, avec des mesures clientélistes certes (ISF), mais le plus à même de réattirer l'emploi industriel dans le pays tout en augmentant le pouvoir d'achat.

    J'y vois là comme un certain radicalisme, ou alors expliques moi.

    Citation Envoyé par Grogro Voir le message
    2/ Envoyer à la retraite forcée la caste de baby-boomers ayant monopolisé les plus hautes fonctions pendant 40 ans, et responsables de 40 années de crise.
    C'est peut-être à nuancer, on leur a bien pavé la voie.

    Citation Envoyé par Grogro Voir le message

    Quant à la kyrielle de corps intermédiaires et de corporatisme qui ont cru en Macron, que ce soit le MEDEF, les syndicats réformistes comme la CFDT, la franc-maçonnerie mainstream, la haute fonction publique, les grands corps d'état, la médiacratie, s'ils sont tombés de haut c'est qu'ils avaient tous mal évalué la personnalité de Jupiter : point de place pour les corps intermédiaires entre le Roi Soleil et ses sujets.
    Pourtant tous ces jaunes vivants du système n'ont rien à craindre, les louis d'or pleuvent toujours et le petit prince rince le bon peuple comme un bon socialiste.
    Et Larcher est un élu qui devrait savoir que les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

    Avez-vous vu que l'on peut commander en ligne un polo "Macron Champion du Monde" sur le site de l'élysée, des mugs macrons et même des livres à colorier ? J'avoue être tenté par le polo "Croquignolesque", mais pour me foutre de la gueule des gens.

    Citation Envoyé par Grogro Voir le message

    Autre chose avant de partir en week-end, un très mauvais points macroéconomique pour le Royaume-Uni : http://www.slate.fr/story/165038/tau...garet-thatcher
    J'en pense que ces chiffres sont fantaisistes, que le seuil de pauvreté de la Roumanie est à 25%. Avez-vous l'impression que le Royaume-Uni soit devenu aussi pauvre que la Roumanie ? Aller passer un weekend à Bucarest et on reparle.
    Alors que le seuil de pauvreté est à 876€ outre manche contre 900€ ici bas, que le PPA par habitant est passé devant celui la France depuis 4 ans ?

    Si vous voulez lutter efficacement contre la pauvreté, cotisez à cette cagnotte en échange des précieux conseils que je vous prodigue à longueur d'année : https://www.leetchi.com/c/aide-vol
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  11. #2031
    Expert éminent
    Petite précision, le seuil de pauvreté, de part son calcul, ne peut se comparer d'un pays a l'autre qu'en terme de pourcentage, et non de valeur.

    Il rend surtout compte de l'existence ou non d'inégalité forte dans le pays.

    Après, la Roumanie est aussi un pays ou les inégalités sont assez fortes entre les diplomés (droit, science, informatique) et les autres qui galèrent plus.
    Mais les prix y sont ridiculeusement bas et l'apport en denrée alimentaire venant des campagnes abondant.
    Mon profil linked in

    Chez Adaptive, nous cherchons un dev python / Cloud sur Toulouse sud.
    Produit fun et belle refonte du code.

  12. #2032
    Membre extrêmement actif
    Marc Roche : « Le Brexit va permettre au Royaume-Uni de décupler ses atouts »
    Dans un essai intitulé « Le Brexit va réussir », Marc Roche, ex-correspondant du Point (1985-97) puis du Monde (1997-2014) à Londres, prend à rebours les discours catastrophistes qui prédisent le pire pour le Royaume-Uni.
    Ça c'est une bonne stratégie, ça doit être le seul gars qui croit au Brexit et qui a accès aux médias.
    Si il se plante tout le monde l'aura oublié, donc il ne risque rien...
    Mais si il a raison il peut revenir et dire "Ah ! Vous voyez j'avais raison ! Tous les autres journalistes avaient tord ". (en plus il dit que ça va prendre 10 ans avant que le Royaume Uni arrête de souffrir du Brexit et commence à en profiter, donc il est super safe)

    ===
    Ça me rappelle André Bercoff, c'est le seul journaliste français qui est allé rencontrer Trump, parce que tout le monde croyait en sa défaite.
    Trump ? "Ce n'est pas un idéologue, c'est un businessman"
    Trump, une caricature ? André Bercoff n'est pas de cet avis. Il est le seul journaliste français à avoir rencontré Donald Trump depuis que l'on parle de lui comme un futur président des États-Unis. "Ce type est beaucoup plus complexe", confie-t-il jeudi sur Europe 1. "Ce n'est pas idéologue, ce n'est pas un dogmatique, c'est un businessman et un négociateur." Jusque dans sa coupe de cheveux ! "C'est sa marque", affirme l'auteur du livre Donald Trump, les raisons de la colère.
    Keith Flint 1969 - 2019

  13. #2033
    Membre extrêmement actif
    Ce n'est pas un secret, les prolétaires ont massivement votés pour le Brexit pour mettre fin à la concurrence des salariés Polonais low-costs. Après le vote, de nombreuses aggressions anti-Polonaises ont eu lieu, les Britanniques ne souhaitant pas attendre la sortie de l'UE pour renvoyer les Européens de l'Est chez eux.

    Et pourtant, le gouvernement prépare un système de visas destinés à assurer aux employeurs l'accès à leur main d'oeuvre low-cost. Après le Brexit, ces nouveaux visas ne permettront pas qu'aux Polonais de venir concurrencer les Britanniques, mais comme il n'y aura "aucun traitement de faveur pour les citoyens de l'UE", des travailleurs issus de pays au niveau de vie encore plus bas, comme les Bangladais et les Vietnamiens, pourront venir se vendre encore moins cher au Royaume-Uni.

    Voter pour le Brexit, c'était comme épouser une prostituée: l'assurance d'être cocu.

  14. #2034
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
    Ce n'est pas un secret, les prolétaires ont massivement votés pour le Brexit pour mettre fin à la concurrence des salariés Polonais low-costs. Après le vote, de nombreuses aggressions anti-Polonaises ont eu lieu, les Britanniques ne souhaitant pas attendre la sortie de l'UE pour renvoyer les Européens de l'Est chez eux.

    Et pourtant, le gouvernement prépare un système de visas destinés à assurer aux employeurs l'accès à leur main d'oeuvre low-cost. Après le Brexit, ces nouveaux visas ne permettront pas qu'aux Polonais de venir concurrencer les Britanniques, mais comme il n'y aura "aucun traitement de faveur pour les citoyens de l'UE", des travailleurs issus de pays au niveau de vie encore plus bas, comme les Bangladais et les Vietnamiens, pourront venir se vendre encore moins cher au Royaume-Uni.

    Voter pour le Brexit, c'était comme épouser une prostituée: l'assurance d'être cocu.
    On a là une conséquence d'un phénomène mondial : le blanc occidental est en train de perdre ses privilèges. Et pour les blancs occidentaux pauvres, c'était quasiment le seul privilège par rapport aux plus démunis de la planète. Pas étonnant qu'ils s'y accrochent désespérément et violemment. Mais de toutes façons, ils étaient baisés : si l'immigration stoppait comme ils le rêvaient, l'économie du Royaume s'effondrait, et ils tombaient dans la misère quand même. La seule différence aurait été le sort de la classe moyenne(les riches s'en sortent toujours).
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  15. #2035
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
    On a là une conséquence d'un phénomène mondial : le blanc occidental est en train de perdre ses privilèges. Et pour les blancs occidentaux pauvres, c'était quasiment le seul privilège par rapport aux plus démunis de la planète. Pas étonnant qu'ils s'y accrochent désespérément et violemment. Mais de toutes façons, ils étaient baisés : si l'immigration stoppait comme ils le rêvaient, l'économie du Royaume s'effondrait, et ils tombaient dans la misère quand même. La seule différence aurait été le sort de la classe moyenne(les riches s'en sortent toujours).
    Pourquoi parler de blancs Occidentaux ou de privilèges? Surtout que par certaines des mesures, comme la réussite universitaire à classe sociale égale, les blancs sont les moins priviligiés des Occidentaux. Les negro-britanniques, negro-américains ou les Antillais sont tout autant touchés.

    C'est un problème de classes et de pays: la mondialisation libérale nivelle les pauvres de tous les pays par le bas et les riches par le haut. Que ce soit des Polonais qui viennent travailler en UK ou que l'activité Britannique se délocalise en Pologne, le résultat est le même pour les travailleurs mis au chômage. Et les Polonais eux-mêmes pleurent de devoir concurrencer le Bangladesh. À l'autre extrêmité de l'échelle, les riches du tiers monde, et pas seulement les émirs du golfe, viennent acheter clubs de foot et autres possessions de prestige en Occident, faisant de plus en plus jeu égal avec les élites Occidentales.

    Les politiques néoliberales, que ce soit dedans ou dehors de l'UE, font tout pour accèlerer ce nivellement mondial: libre circulation des personnes, des biens, des capitaux, mais aussi la casse des protections sociales et de la couverture de santé des pays riches (tandi que le privé développe le tourisme médical en Inde ou ailleurs pour ceux qui ont les moyens) et même l'imposition du servage pour les chômeurs (les ein-euro-jobs Allemands en sont le symptome le plus clair, mais même en France on voit des personnalités de droite proposer un retour de la corvée que les chômeurs devront effectuer pour le compte des seigneurs-entrepreneurs), les États handicappés par des règles de deficit arbitraires pour les empêcher d'investir et de concurrencer la classe capitaliste, les banques centrales réduites au rôle de simples machines à sous obligées de seulement combattre l'inflation (pour preserver la valeur de l'argent de ceux qui en ont déjà), etc.

  16. #2036
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
    Ce n'est pas un secret, les prolétaires ont massivement votés pour le Brexit pour mettre fin à la concurrence des salariés Polonais low-costs. Après le vote, de nombreuses aggressions anti-Polonaises ont eu lieu, les Britanniques ne souhaitant pas attendre la sortie de l'UE pour renvoyer les Européens de l'Est chez eux.
    Cette histoire d'agressions contre les plombiers m'intrigue, d'autant que si Londres est devenu un coupe gorge depuis les années 60, les victimes ne semblent pas être celle là .
    Mais le Royaume-Uni ne pouvant plus accepter de ressortissants de ses anciennes colonies d'Australie, de nouvelles Zélande voir de Jamaïque comme à l'accoutumée, car les places étaient prises par les européens de l'est, cette question a effectivement été posée.

    Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
    Et pourtant, le gouvernement prépare un système de visas destinés à assurer aux employeurs l'accès à leur main d'oeuvre low-cost. Après le Brexit, ces nouveaux visas ne permettront pas qu'aux Polonais de venir concurrencer les Britanniques, mais comme il n'y aura "aucun traitement de faveur pour les citoyens de l'UE", des travailleurs issus de pays au niveau de vie encore plus bas, comme les Bangladais et les Vietnamiens, pourront venir se vendre encore moins cher au Royaume-Uni.

    Voter pour le Brexit, c'était comme épouser une prostituée: l'assurance d'être cocu.
    Cela ne change pas grand chose, il y a 1.5 millions "d'asiatiques" à Londres (intra et extra muros). Ce sont surtout les français qui risquent d'être cocus, ce qui ne change pas depuis 1791.

    Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
    Pourquoi parler de blancs Occidentaux ou de privilèges? Surtout que par certaines des mesures, comme la réussite universitaire à classe sociale égale, les blancs sont les moins priviligiés des Occidentaux. Les negro-britanniques, negro-américains ou les Antillais sont tout autant touchés.
    Arrêtons de parler du privilège du blanc, parlons du fardeau de l'homme blanc.
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  17. #2037
    Membre extrêmement actif
    "If the revolution ain't gon' be televised
    Then fuck, I'll probably miss it" - Aesop Rock

  18. #2038
    Membre extrêmement actif
    Invocation de Stiglitz: les troubles sociaux ont un coût. On l'a d'ailleurs vu avec le vote du Brexit. Et si la City peut effectivement suivre le modèle de Hong Kong, dans un pays 10 fois plus peuplé et sans l'appui d'une grande puissance conventionelle, ça ressemblerait plus à une guerre civile qu'à une réussite.

  19. #2039
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
    Invocation de Stiglitz: les troubles sociaux ont un coût. On l'a d'ailleurs vu avec le vote du Brexit. Et si la City peut effectivement suivre le modèle de Hong Kong, dans un pays 10 fois plus peuplé et sans l'appui d'une grande puissance conventionelle, ça ressemblerait plus à une guerre civile qu'à une réussite.
    La City, seconde plus grosse place financière du monde, qui gère 80% des dérivés de gré à gré en Europe, est indépendante de Londres. Ledits troubles ne la concerneront pas sauf si l'IRA reprend les armes.
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  20. #2040
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    La City, seconde plus grosse place financière du monde, qui gère 80% des dérivés de gré à gré en Europe, est indépendante de Londres. Ledits troubles ne la concerneront pas sauf si l'IRA reprend les armes.
    L'IRA ne reprendra pas les armes car dans le scénario qu'évoque Marc Roche, l'Irelande du Nord obtiendra le référendum prévu par l'Accord du Vendredi Saint et se réunira pacifiquement avec la république—la politique inique qu'il prévoit dégoûtera les unionistes modérés de rester dans le Royaume-Uni. Outre que c'est prévu par traité, l'Irelande du Nord coute plus qu'elle ne rapporte à l'Échiquier, donc pour des hors-sols sans patriotisme comme Marc Roche et ses amis "Britanniques", ce sera même un bon débarras. De même l'Écosses deviendra indépendante sans violences car le pétrole de la Mer du Nord s'épuisant, les financiers la verront comme un centre de coûts sans intérêt (et en plus, les Écossais sont mal-votants, le Parti Conservateur, le parti de nos banquiers de la City, y est presque inexistant).

    Par contre ce sera plus difficile pour la City de se débarasser des pauvres Anglais et même Gallois. Contrairement à ce que tu dis, une émeute à Londres ou une grève générale affecteront forcément la City. La City dépend en grande partie de l'économie réelle, ne serait-ce que pour avoir l'électricité dont sont si friands les algorithmes de trading modernes (puis la nourriture, le ménage, le logement—presque personne n'habite la City même—le transport, etc, autant de biens et de services nécessaires au bon fonctionnement de ce microcosme).

    P.S. l'article d'Atlantico montre que Marc Roche a une ignorance flagrante du Britannique moyen. Il ne doit vivre que dans le microcosme de la City, entouré d'hors-sols mondialisés comme lui, prédateurs financiers et parasites sociaux. Les Britanniques n'ont pas de patriotisme économique? Pourquoi les Conservateurs chargent-ils alors Sadiq Khan d'avoir acheté des bus étrangers? Ce Mr Roche ne doit même pas suivre l'actualité car les prolétaires restent sensibles à ce genre d'argument.