IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Affichage des résultats du sondage: Pensez-vous que Craig Wright est le père du Bitcoin ?

Votants
38. Vous ne pouvez pas participer à ce sondage.
  • Oui, ses démonstrations m'ont convaincu

    0 0%
  • Non, je reste sceptique

    25 65,79%
  • Je n'ai pas d'avis sur la question

    13 34,21%
  1. #41
    Membre éprouvé Avatar de GeoTrouvePas
    Homme Profil pro
    Contrôleur de gestion
    Inscrit en
    juin 2010
    Messages
    177
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Contrôleur de gestion
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : juin 2010
    Messages : 177
    Points : 1 081
    Points
    1 081
    Par défaut
    Ses preuves doivent être rangées avec celles de Philippe Lellouche sur Copycomic.........
    Apprends comme si tu devais vivre pour toujours et vis comme si tu devais mourir ce soir.
    Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire.

  2. #42
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    1 670
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 1 670
    Points : 39 773
    Points
    39 773
    Par défaut Craig Wright, le prétendu inventeur du Bitcoin, est accusé d'avoir volé 1 million de bitcoin
    Craig Wright, le prétendu inventeur du Bitcoin, est accusé d'avoir volé 1 million de bitcoin et falsifié des preuves,
    il est confronté à des questions difficiles devant les tribunaux US

    Craig Wright, le prétendu inventeur du Bitcoin, a, semble-t-il, des problèmes avec la justice américaine. Craig Wright a été invité devant le tribunal du district de West Palm Beach, en Floride, pour répondre d’accusations portant sur la falsification de nombreux documents et du vol d’un million de Bitcoins que lui et un de ses associés avaient extrait ensemble, soit une fortune d’une valeur avoisinant les dix milliards de dollars. L'homme qui se présente comme étant Satoshi Nakamoto a nié avoir falsifié les documents dont il est question. Cependant, l'avocat de son ancien partenaire commercial n’a pas cessé de l’accuser du sort de la fortune perdue de Bitcoin.

    Depuis trois ans, Craig Wright, un informaticien australien, n’a pas cessé d’affirmer qu’il est Satoshi Nakamoto, l’inventeur du Bitcoin. Bien évidemment, tout le monde n’est pas d’accord avec cette affirmation et la plupart des critiques traitent Wright de voleur et de menteur. Ces allégations ne sont pas passées inaperçues aux yeux de l'intéressé, car Wright a décidé le mois passé de poursuivre tous ses détracteurs en justice pour diffamation. Est-il vraiment Satoshi Nakamoto ? Pour l’instant, il continue de l’affirmer. Craig Wright affirme qu'il a inventé le Bitcoin, et Dave Kleiman, décédé en 2013, l'aurait aidé.

    Mais l'année dernière, la succession de Kleiman a affirmé que Wright avait frauduleusement transféré environ un million de Bitcoins que lui et Kleiman avaient extraits ensemble (environ 10 milliards de dollars). Le 28 juin passé, Wright a été invité à comparaître devant le tribunal du district de West Palm Beach, en Floride. En plus des accusations sur la disparition mystérieuse du million de Bitcoin, Wright devait répondre également d’accusations portant sur la falsification de documents liés à certaines transactions du Bitcoin. Selon le média britannique Decrypt, il aurait été confronté à un contre-interrogatoire difficile et se serait trompé sur certains points.

    En effet, Wright a passé une grande partie de l'année avec des avocats. Il se défend actuellement contre une plainte devant un tribunal américain, accusé d’avoir fraudé la succession de Dave Kleiman, un ancien partenaire commercial décédé en 2013. Les deux parties reconnaissent Wright comme étant le créateur du Bitcoin, mais Wright est accusé d'avoir volé des Bitcoins que lui et Kleiman ont exploités ensemble il y a environ 10 ans. Un juge fédéral avait ordonné à Wright de soumettre des documents sur ses premiers avoirs en Bitcoin (des avoirs qui avaient été scellés). Selon Decrypt, la déposition de Wright a introduit un certain nombre de détails discordants.


    Wright a été convoqué en Floride dans le cadre de l'action civile afin d'expliquer pourquoi il n'avait pas abandonné les adresses des Bitcoins perdus de Satoshi, auxquelles il dit qu'il pourrait ne jamais avoir accès. Pour se défendre, Wright a déclaré qu’il ne pouvait pas accéder aux pièces, car elles étaient détenues dans une fiducie aveugle protégée par un mécanisme de cryptage labyrinthique et empêtrée dans un réseau d'accords juridiques complexes rédigés par une succession d'avocats. Ce dernier a également déclaré qu'il ne souhaitait pas accéder aux pièces, car elles le porteraient sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto.

    Aux yeux de nombreuses autres personnes, cette affirmation de Wright est totalement ridicule si l'on tient compte du fait qu’il réclame la paternité du Bitcoin. Ceci n’est pas le seul fait qui pourrait nuire à Wright dans cette affaire. L’accusation a essayé de démontrer devant la Cour de West Palm Beach que les documents fournis par Wright à la demande du juge peu de temps avant cette séance sont tous falsifiés. L’accusation a allégué que plusieurs courriels prétendument datant de 2011 et 2012 portaient des « métadonnées » les indiquant beaucoup plus récemment. Et une police protégée par un droit d'auteur en 2015 est apparue sur un autre courrier supposé avoir été envoyé en 2011.

    Wright a bien sûr nié toutes ces allégations, témoignant que les documents qui sont dans leur grande majorité des PDF, sont logés sur un serveur qui a peut-être été compromis. Selon lui, ces documents constituent des copies légitimes. « Lorsque quelqu'un modifie un fichier sur un serveur compromis qui a été piraté et que l'on sait qu'il l'a été, toutes sortes de choses amusantes se produisent », a-t-il déclaré. Selon l’accusation, Wright aurait fait usage d’une société-écran pour transférer la fiducie sans droit de regard. « Une entreprise que vous n'avez pas achetée jusqu'en 2014 est répertoriée comme bénéficiaire d'un document de confiance que vous avez prétendument rédigé en 2012 ? », a déclaré l’avocat de l’accusation.

    La Cour a voulu avoir le cœur net sur la qualité des documents présentés par Wright comme preuve en lui demandant si ces derniers étaient de faux documents. « Euh, je ne sais pas », a répondu Wright à la question. Wright a par la suite joué la carte du regret, parlant de la création du Bitcoin. Il a exprimé ses regrets pour sa prétendue invention qui, selon lui, aurait été gâchée par le crime. Il a indiqué qu'il avait initialement voulu détruire l'énorme fortune et n'avait confié les clés à Kleiman qu'après beaucoup de convictions convaincantes. « Dave m'a dissuadé de le détruire complètement. Si je l’avais su, j'aurais mis un marteau à travers le disque dur qui contenait ceux-ci », a-t-il déclaré.

    D’après Decrypt, Wright aurait énuméré à plusieurs reprises des caractéristiques qui ne sont pas celles du Bitcoin. Il a expliqué que la principale raison pour laquelle il ne peut pas accéder aux pièces est qu'il lui manque certaines parties de la clé détenues par Kleiman. Ces parties doivent lui revenir l’année prochaine. Selon lui, si ces parties de la clé ne lui sont pas passées, il ne pourra peut-être jamais accéder aux pièces. Wright est impliqué dans plusieurs autres procès avec des personnes qui prétendent qu'il n'est pas l'inventeur de Bitcoin. Parmi eux, on retrouve le podcasteur Peter McCormack à qui il réclame 100 000 livres (129 000 $) de dommages et intérêts.

    Daniel Miessler, un expert en cybersécurité et auteur du livre « The Real Internet of Things », est l’un de ceux qui pensent que Craig Wright est un vulgaire usurpateur. Dans un billet en date du samedi dernier, il a présenté les arguments lui permettant d’affirmer que Wright n’est pas le créateur légitime du Bitcoin. Selon ces propos, il connaissait bien Craig Wright pour avoir échangé sur quelques sujets avec lui sur le Bitcoin. Miessler refuse l’idée que Craig Wright soit Satoshi, avançant cet argument : « Craig cherche à attirer l'attention, alors que Satoshi l'évitait».

    Voici décrite ci-dessous la manière dont Daniel Miessler voit les deux personnages :

    Craig Wright

    • Craig a parlé de lui constamment ;
    • Craig a constamment recherché l'attention ;
    • Craig aimait débattre publiquement avec les gens ;
    • Craig aimait se vanter de ses réalisations ;
    • on dirait qu'il a parlé de diplômes qu'il n'avait pas encore ;
    • il ferait des choses comme poster des photos de lui travaillant sur un rameur.

    Satoshi Nakamoto

    • brillant ;
    • introverti ;
    • veut faire le bien dans le monde ;
    • ne veut pas un peu du crédit ;
    • préfère rester anonyme si possible.

    Après son analyse, Miessler a indiqué qu’il pourrait bien se tromper, mais la probabilité est très mince (3 % de chance selon lui) pour que Craig et Satoshi soient le même personnage. « Je n'ai aucune preuve cryptographique que Satoshi est quelqu'un d'autre, ou que Craig ne soit pas lui. Mais tout ce que je sais sur les humains, et en particulier les egos masculins, me dit que Craig est presque le contraire du vrai Satoshi. Si Craig est vraiment en train de commettre un crime ici, j'aimerais qu'il arrête. Et s'il est vraiment Satoshi et que je me trompe, eh bien, j'espère qu'il me pardonnera cette analyse », a-t-il déclaré. Certains observateurs ont également suggéré que, si l'audience en Floride soulevait suffisamment de doutes sur ces affirmations, ce serait assez suffisant pour que les nombreuses poursuites entreprises par Wright pour diffamation à l’encontre de ces détracteurs soient rejetées.

    Sources : Decrypt, Daniel Miessler

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Craig Wright s'attribue toujours la paternité du Bitcoin et poursuit ceux qui doutent de lui pour diffamation

    Bitcoin : Elon Musk pourrait être Satoshi Nakamoto, réflexions d'un ancien stagiaire chez SpaceX

    Environ 3,8 millions de bitcoins y compris ceux de Satoshi Nakamoto, l'inventeur du bitcoin, seraient définitivement perdus, papporte Chainanalysis
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #43
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Administrateur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    208
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur systèmes et réseaux
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 208
    Points : 4 009
    Points
    4 009
    Par défaut Craig Wright : l’inventeur autoproclamé du Bitcoin, condamné à payer 5 milliards de dollars
    Craig Wright, l’inventeur autoproclamé du Bitcoin, a été condamné à payer 5 milliards de dollars
    dans l’affaire qui l’oppose à la famille du défunt Dave Kleiman

    Graig Wright, l'homme d’affaires australien qui prétend avoir inventé la monnaie virtuelle bitcoin, a été condamné par un juge américain à remettre plus de la moitié de ses avoirs en bitcoins estimés à environ 5 milliards de dollars à la famille du défunt Dave Kleiman, son présumé partenaire. En effet, Craig Wright a été poursuivi en justice par la famille de Dave Kleiman, affirmant que les deux avaient travaillé ensemble pour développer et lancer le Bitcoin en 2008 et 2009.

    Dans une décision rendue le mois dernier, le juge Bruce Reinhart a reproché à Wright d'avoir constamment induit en erreur le tribunal et fait perdre du temps à tout le monde.

    Nom : graidt456.png
Affichages : 27027
Taille : 156,4 Ko

    Pour sa défense, Wright affirme qu'après que les trafiquants de drogue et les trafiquants d'êtres humains avaient commencé à utiliser le Bitcoin, il a décidé de se dissocier de la monnaie virtuelle. Il a créé une entité juridique appelée Tulip Trust, avec lui, Dave Kleiman comme administrateurs. Ensuite, il a chiffré les clés de ses avoirs en bitcoins à l'aide d'un schéma de chiffrement nécessitant plusieurs clés pour déchiffrer les données. Kleiman étant mort, Wright affirme qu'il ne peut plus déchiffrer le fichier.

    Cette affaire découle d'un litige concernant la propriété de Bitcoin et la propriété intellectuelle liée à Bitcoin. Les plaignants allèguent dans la deuxième plainte modifiée que Dave Kleiman et M. Wright étaient associés à la création de la monnaie virtuelle bitcoin et qu'ils avaient acquis une quantité importante de cette monnaie ensemble. M. Wright nie tout partenariat avec Dave Kleiman et nie en outre que Dave Kleiman ait un droit de propriété sur le Bitcoin. M. Wright affirme également que Dave Kleiman lui aurait transféré tous les droits qu’il avait dans le Bitcoin et la propriété intellectuelle en échange d’une participation dans une société qui a finalement échoué.

    « Le comportement de M. Wright ne m'a pas rassuré qu’il disait la vérité », a déclaré le juge Reinhart. « Je rejette complètement le témoignage du Dr Wright sur la prétendue Tulip Trust, le prétendu fichier chiffré et son incapacité à identifier ses avoirs en bitcoins. » Reinhart a conclu que « le témoignage de Wright selon lequel cette confiance existe était intentionnellement faux. »

    Pour soutenir sa thèse, le juge Reinhart, prétend que non seulement l'histoire du Dr Wright n'a pas été corroborée par d'autres éléments de preuve au dossier, mais elle défie également le bon sens. De manière plus générale, Reinhart a conclu que le « non-respect des ordonnances du tribunal par Wright est volontaire et doté de mauvaise foi. » Bien que ce juge ait conclu que la conduite de M. Wright ne dépassait pas le degré d'outrage criminel au-delà de tout doute raisonnable, il y aurait eu suffisamment de preuves pour attester des faits devant le tribunal de district qui permettraient de conclure à un outrage au civil.

    Néanmoins, la cour aurait estimé que des sanctions mettant fin à l’affaire seraient suffisantes. Il convient également de noter que la cour n'a pas blâmé les avocats de Wright et a conclu qu'ils faisaient de leur mieux avec un client qui était clairement hors de leur contrôle. Le juge a invité Kleiman à présenter une demande de remboursement des frais d’avocat dans l’affaire. Et surtout, il a statué que tous les bitcoins extraits par Wright avant 2013 étaient la propriété commune de Wright et de Kleiman.

    Source : courtlistener

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Craig Wright est-il vraiment Satoshi Nakamoto selon vous ?

    Voir aussi :

    Craig Wright s'attribue toujours la paternité du Bitcoin et poursuit ceux qui doutent de lui, pour diffamation

    Craig Wright, le prétendu inventeur du Bitcoin, est accusé d'avoir volé 1 million de bitcoins, et falsifié des preuves

    Bitcoin : Elon Musk pourrait être Satoshi Nakamoto, réflexions d'un ancien stagiaire chez SpaceX
    Bien avec vous.

  4. #44
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 302
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 302
    Points : 31 253
    Points
    31 253
    Par défaut Bitcoincore.org retire le livre blanc de Satoshi du site Web après les menaces de Craig Wright
    Bitcoincore.org retire le livre blanc de Satoshi du site Web après les menaces de Craig Wright,
    Les développeurs de Bitcoin pesant le coût d’un procès pour revendication de droits d'auteur

    La personne derrière Satoshi Nakamoto, le pseudonyme utilisé par l’inventeur du Bitcoin, est restée très mystérieuse pendant un certain temps, jusqu’à ce qu’un Australien du nom de Craig Steven Wright (CSW) ait revendiqué en 2016 la paternité de la célèbre cryptomonnaie. Certains ont semblé accepter les affirmations de Wright, et d’autres qui sont restés sceptiques ont fait l’objet de poursuite pour diffamation par ce dernier. Cette semaine, Wright a menacé de poursuites judiciaires les propriétaires de deux sites Web de Bitcoin qu'il a accusés d'avoir volé son livre blanc et d'autres propriétés intellectuelles.

    Les menaces légales de l'autoproclamé Satoshi Nakamoto, Craig Wright, ont fait que l'un des sites a retiré ce qu'il prétend être "son" livre blanc Bitcoin. Mais le second refuse d'abandonner aussi facilement. Maintenant la communauté Bitcoin débat de la mesure dans laquelle les développeurs et les mainteneurs de Bitcoin Core devraient assumer la charge symbolique de l'hébergement de ce livre blanc, en particulier lorsque cela pourrait inutilement leur faire perdre du temps et de l'argent.

    Nom : c01.png
Affichages : 3899
Taille : 106,4 Ko

    En 2016, Wright, qui a fait carrière en affirmant qu'il est Satoshi Nakamoto, a déposé une cinquantaine de demandes de brevets rien qu’en Grande-Bretagne autour du Bitcoin. Des demandes de brevets ont également été également déposées pour la blockchain qui constitue un protocole décentralisé de gestion des transactions. Si certaines des demandes ont été traitées, la seule paternité du Bitcoin est ce que Wright, lui-même, s'attribue depuis des années.

    Comme annoncé le 21 janvier, Bitcoin.org ainsi qu'un autre site Web, Bitcoincore.org, avaient reçu des allégations de violation des droits d'auteur de la part des avocats de Craig Wright. Les avocats auraient affirmé que Wright, en tant qu'inventeur de Bitcoin, Satoshi Nakamoto, était le détenteur légal des droits d'auteur du livre blanc de Bitcoin, qu'il était propriétaire du nom et de la marque Bitcoin, ainsi que des deux sites Web mentionnés ci-dessus. L'annonce précisait :

    « Hier, Bitcoin.org et Bitcoincore.org ont tous deux reçu des allégations de violation des droits d'auteur du livre blanc sur Bitcoin par les avocats représentant Craig Steven Wright. Dans cette lettre, ils affirment que Craig détient les droits d'auteur du document, le nom Bitcoin, et la propriété de Bitcoin.org ». Le post sur Bitcoin.org se poursuit ainsi : « Ils affirment également qu'il s'agit de Satoshi Nakamoto, le créateur pseudonyme de Bitcoin, et le propriétaire initial de Bitcoin.org. Il a été demandé à Bitcoin.org et Bitcoincore.org de retirer le livre blanc. Nous pensons que ces demandes sont sans fondement, et nous refusons de le faire ».

    Mais alors que le propriétaire de Bitcoin.org (un développeur pseudonyme connu sous le nom de Cobra) a déclaré son refus d'être intimidé par la menace de ce qu'il a appelé des "fausses allégations", le propriétaire de Bitcoincore.org a déjà jeté l'éponge. Selon Cobra, leur co-accusé chez Bitcoincore.org a acquiescé aux demandes des avocats de Craig Wright presque immédiatement. Selon l'annonce de Cobra :

    « Malheureusement, sans nous consulter, les développeurs de Bitcoin Core se sont empressés de retirer le livre blanc de Bitcoin de Bitcoincore.org, en réponse à ces allégations de violation des droits d'auteur, donnant du crédit à ces fausses revendications », lit-on.

    Cobra a déclaré que la copie locale du livre blanc hébergée sur Bitcoincore.org a été retirée en moins de deux heures, en ajoutant un lien vers la modification Github qui montre que le changement a été effectué : « Le site Web de Bitcoin Core a été modifié pour supprimer les références au livre blanc, leur copie locale du livre blanc PDF a été supprimée, et avec moins de 2 heures d'examen public, ce changement a été fusionné ».

    Toutes les références au livre blanc de Bitcoin ont apparemment été supprimées du site Web Bitcoincore.org. Cobra a déclaré que cet acte d'autocensure ne ferait que donner du crédit à l'idée que les revendications de Craig Wright étaient légitimes : « En se rendant de cette manière, le projet Bitcoin Core a prêté des munitions aux ennemis de Bitcoin, s'est engagé dans l'autocensure et a compromis son intégrité. Cette reddition sera sans doute utilisée pour faire de nouvelles fausses déclarations, comme celle selon laquelle les développeurs de Bitcoin Core "savent" que CSW est Satoshi Nakamoto et c'est pourquoi ils ont agi de cette manière ».

    Cobra a terminé son annonce sur Bitcoin.org en réitérant le statut open source de la licence du MIT sous laquelle Bitcoin et son livre blanc ont été publiés, en déclarant : « Le livre blanc de Bitcoin a été inclus dans les fichiers du projet Bitcoin original, le projet étant clairement publié sous la licence du MIT par Satoshi Nakamoto. Nous pensons qu'il n'y a aucun doute que nous avons le droit légal d'héberger le livre blanc Bitcoin ».

    Faut-il permettre un autre procès Bitcoin de Wright ?

    Alors que Bitcoin.org, l'autre site Web visé par le procès, n'a pas encore retiré le livre blanc, la question est de savoir s'il serait préférable d'accueillir un autre procès de Wright, ou s'il a été sage de la part de Bitcoincore.org de contourner le problème en retirant le livre blanc - qui existe de toute façon dans de nombreux coins du Web. Comme toujours, la communauté open source de Bitcoin est en désaccord et certains se rangent du côté de Bitcoincore.org.

    Gregory Maxwell, contributeur prolifique à Bitcoin, par exemple, est dans le camp qui soutient que l'hébergement du livre blanc sur le site Web de Bitcoin Core comporte des risques juridiques et financiers inutiles pour les développeurs de Bitcoin Core qui maintiennent le site, a rapporté Coindesk. « Ce n'est pas nécessaire pour le moment : le livre blanc sur Bitcoin est déjà partout, il est sur des dizaines de sites, il est dans la blockchain de Bitcoin et avec la publicité sur cette absurdité, il va être publié dans 1000 autres endroits ».

    L'agitation est due au papier numérique, souligne Maxwell, et même pas au code Bitcoin lui-même. Il a ajouté qu'au lieu de distraire les ingénieurs de Bitcoin avec des années d'audiences et de procès qui coûtent des millions de dollars, il serait préférable de leur laisser la liberté de poursuivre leur important travail de maintenance de Bitcoin. Il a cité l'affaire Peter McCormack, un podcasteur, et d'autres affaires comme preuve que Wright a beaucoup d'argent à jeter lors d'audiences qui ne mènent nulle part.

    Cependant, Cobra n'est pas d'accord avec la conclusion de Maxwell selon laquelle « ce n'est pas la bonne bataille ». Là où Maxwell pense qu'il ferait preuve de faiblesse en s'engageant dans une bataille juridique contre Wright, Cobra estime que se soumettre à la demande est également une faiblesse.

    « En ce qui concerne Greg, je pense que le projet Bitcoin Core se soumettant à des demandes déraisonnables qui manquent de mérite est une mauvaise chose, et n'inspire pas confiance dans la robustesse du projet face aux attaques sociales et légales » a déclaré Cobra à CoinDesk. Pour lui, les développeurs sont prêts à aller au tribunal pour combattre les allégations "absurdes" de Wright si nécessaire.

    Un débat plus large que le retrait du livre blanc de Bitcoincore.org

    D'autres Bitcoiners, en réponse à un tweet du responsable de la maintenance de Bitcoin Core, Wladimir van der Laan (@orionwl), ont témoigné leur soutien et leur sympathie. « Vous avez tous pris la bonne décision », a répondu Pierre Rochard, cofondateur de l'Institut Nakamoto et stratège Bitcoin au Kraken. « Merci pour votre excellente gestion du projet ».

    Néanmoins, certains ont suggéré que van der Laan et d'autres développeurs de Bitcoin Core qui préféreraient éviter les conflits juridiques devraient céder le domaine Bitcoincore.org à quelqu'un qui est prêt à supporter le poids d'une éventuelle poursuite judiciaire.

    Nom : c03.png
Affichages : 2413
Taille : 69,4 Ko

    Dans un billet de blog publié jeudi, le principal responsable de Bitcoin Core a clairement indiqué que, selon lui, cela va plus loin que le débat sur le retrait du livre blanc qui, en soi, est susceptible d'être une bataille qui nécessitera un soutien plus large qu'une seule personne pourrait mener seule.

    En effet, il avait déjà commencé à envisager de "diminuer [sa] participation" au projet open source avant les événements de cette semaine, selon le billet. Les « réponses sur les médias sociaux » au retrait de Bitcoincore.org du livre blanc qu'il a écrit dans le post « m'ont fait réaliser que les gens ont des attentes étranges à mon égard, et quel est mon rôle dans le projet Bitcoin Core ».

    Van der Laan quittera la présidence des réunions hebdomadaires de Bitcoin Core. Pour le reste du poste, il propose des moyens de décentraliser davantage le développement et la distribution des logiciels de Bitcoin. « Certains arrangements qui étaient acceptables pour un projet de logiciel libre à petite échelle ne le sont plus pour un système de 600 milliards de dollars. Le plafond du marché est notoirement trompeur, mais mon propos ne porte pas sur des chiffres précis », écrit-il. « C'est un projet sérieux maintenant, et nous devons commencer à prendre la décentralisation au sérieux ».

    Sources : Bitcoin.org, Wladimir van der Laan, Tweet

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Quel est votre avis sur la décentralisation évoquée par Van der Laan ?
    Selon vous, faut-il retirer le livre blanc comme le demande Craig Wright ou attendre d’aller en procès contre lui ?

    Voir aussi :

    Craig Wright, l'inventeur autoproclamé du Bitcoin, a été condamné à payer 5 milliards de dollars, dans l'affaire qui l'oppose à la famille du défunt Dave Kleiman
    Satoshi Nakamoto, le créateur du Bitcoin, serait-il un Australien du nom de Craig Wright ? La preuve dans la signature numérique des messages
    Craig Wright s'attribue toujours la paternité du Bitcoin et poursuit ceux qui doutent de lui, pour diffamation
    Le prétendu inventeur du Bitcoin chercherait à breveter les composants fondamentaux de toute blockchain, cryptomonnaie ou base de données distribuée
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Livre blanc "Réglementation INCO 1169/2011, et après ?"
    Par NoemieR dans le forum Autres Solutions d'entreprise
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/01/2015, 11h53
  2. Livre blanc Outils et acteurs du web
    Par centreurope dans le forum Communiqués
    Réponses: 1
    Dernier message: 22/10/2014, 17h19
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 25/03/2013, 12h46

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo