IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Politique Discussion :

La loi Travail adoptée par l’Assemblée nationale en seconde lecture

  1. #1481
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    1 105
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Bas Rhin (Alsace)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 1 105
    Points : 2 528
    Points
    2 528
    Par défaut
    Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
    C'est bien ce que s'est passé et que notre petit groupe anar avait prophétisé dès 1974. A cette époque nous étions dans la phase A que j'appelle capitalisme fordiste/keynesien. Un peu le foutoir à cause de cette inflation mais tout se passait globalement bien car, effectivement, les salaires étaient indexés sur l'inflation (il a fallu "la gauche", en 1981, pour qu'ils ne le soient plus). Mais nous sentions la puissance monter des sociétés financières qui étaient opposées à ce processus et annoncions donc des lendemains de chômage de masse et de régressions sociales et économiques.

    A cette époque aussi (1974) nous recevions des informations comme quoi l'armée US qui sortait de la guerre du Vietnam s'entrainait pour des guerres dans des pays très secs, au contraire. L'Histoire nous montra que tout, aussi à ce niveau, avait été planifié.
    C'était au lendemain du premier pic pétrolier US, qui devenait donc un gros importateur de pétrole, de la guerre du Kippour et du premier choc pétrolier. Israël menacé par tous ses voisins, pas encore intouchable politiquement et médiatiquement en Occident, mais déjà en pleine montée en puissance diplomatique. Quelques années plus tard, à la fin de la décennies, les premiers plans de remodelage du grand moyen-orient ont commencé à filtrer. Aujourd'hui, je doute que l’État profond US (cf Peter Dale Scott, voire Ron Paul) soit capable d'autant anticiper.

    Quand à MV = PQ, cette "équation" simpliste, bidon et jamais vérifiée expérimentalement bien sûr, fait rire bruyamment et méchamment n'importe quel physicien. Comme certains disent "do you guys really believe that?"
    "If the revolution ain't gon' be televised
    Then fuck, I'll probably miss it" - Aesop Rock

  2. #1482
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    Directeur technique
    Inscrit en
    novembre 2004
    Messages
    56
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Directeur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2004
    Messages : 56
    Points : 110
    Points
    110
    Par défaut
    Citation Envoyé par Grogro Voir le message
    Quand à MV = PQ, cette "équation" simpliste, bidon et jamais vérifiée expérimentalement bien sûr, fait rire bruyamment et méchamment n'importe quel physicien. Comme certains disent "do you guys really believe that?"
    Si un physicien le dit, en anglais en plus, alors c'est que c'est vrai. Haut de dessus de ça, il n'y a que le soleil.

  3. #1483
    Expert éminent sénior

    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    7 467
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 7 467
    Points : 17 442
    Points
    17 442
    Par défaut
    Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
    Mais nous sentions la puissance monter des sociétés financières qui étaient opposées à ce processus et annoncions donc des lendemains de chômage de masse et de régressions sociales et économiques.
    Je ne vois pas comment les sociétés financières peuvent s'opposer au processus de création monétaire cela n'a pas de sens car de toute façon elles gagnent de l'argent comme même.
    Comme la BCE a injecté un certain nombre de liquidités dans l'Economie via les institutions bancaires et les fonds d'investissements résultat des courses ces sociétés financières spéculent plus qu'elles n'aident réellement l'économie productive ( par productive j'entends économie réelle classique qui produit biens et services et non financière )

  4. #1484
    Membre extrêmement actif Avatar de ddoumeche
    Homme Profil pro
    Ingénieur recherche et développement
    Inscrit en
    octobre 2007
    Messages
    1 483
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Singapour

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur recherche et développement

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2007
    Messages : 1 483
    Points : 2 405
    Points
    2 405
    Par défaut
    Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
    C'est bien ce que s'est passé et que notre petit groupe anar avait prophétisé dès 1974. A cette époque nous étions dans la phase A que j'appelle capitalisme fordiste/keynesien. Un peu le foutoir à cause de cette inflation mais tout se passait globalement bien car, effectivement, les salaires étaient indexés sur l'inflation (il a fallu "la gauche", en 1981, pour qu'ils ne le soient plus). Mais nous sentions la puissance monter des sociétés financières qui étaient opposées à ce processus et annoncions donc des lendemains de chômage de masse et de régressions sociales et économiques.

    A cette époque aussi (1974) nous recevions des informations comme quoi l'armée US qui sortait de la guerre du Vietnam s'entrainait pour des guerres dans des pays très secs, au contraire. L'Histoire nous montra que tout, aussi à ce niveau, avait été planifié.
    En 1973, les tensions ne sont pas encore très élevées au Moyen Orient mais on a peur d'une attaque de l'URSS sur l'Iran via Afghanistan...
    De plus, c'est le premier choc pétrolier et Kissinger songe du bout des lèvres mais publiquement quand même à attaquer l'Arabie Saudite pour mettre la main sur les champs pétroliers protéger la monarchie des Sauds.

    Et en 1979, c'est la révolution iranienne. On sait pas très bien si Khomeiny n'a pas été mis au pouvoir par les anglais (le Shah était une créature américaine, Khomeiny commencera par se débarrasser des communistes, ce sont eux qui soutiennent le régime aujourd'hui).
    Une opération suicidaire de libération d'otages se conclut comme elle le devait, par un désastre... ce qui confirme que l'armée US n'est pas encore prête.

    Donc rien d'étonnant à ce qu'elle se soit préparée au désert.

    Et ceci dit, on parlait bien de l’Afghanistan avant le 11 septembre.
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  5. #1485
    Membre extrêmement actif Avatar de ddoumeche
    Homme Profil pro
    Ingénieur recherche et développement
    Inscrit en
    octobre 2007
    Messages
    1 483
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Singapour

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur recherche et développement

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2007
    Messages : 1 483
    Points : 2 405
    Points
    2 405
    Par défaut
    Citation Envoyé par Grogro Voir le message
    Quand à MV = PQ, cette "équation" simpliste, bidon et jamais vérifiée expérimentalement bien sûr, fait rire bruyamment et méchamment n'importe quel physicien. Comme certains disent "do you guys really believe that?"
    C'est vrai que dans votre monde, il n'y a pas d'inflation ni de déflation ni de monnaie tout court.
    Donc ne venez pas prendre vos grands airs alors que deux messages auparavant, vous avouez benoitement ne pas savoir ce qu'est l'économie et crachez sur le travail d'un des plus grands économistes du XXeme siècle.
    Surtout quand on se donne la peine de vous répondre
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  6. #1486
    Membre expert
    Avatar de Chauve souris
    Homme Profil pro
    amateur (éclairé ?)
    Inscrit en
    novembre 2005
    Messages
    1 186
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 74
    Localisation : Paraguay

    Informations professionnelles :
    Activité : amateur (éclairé ?)

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2005
    Messages : 1 186
    Points : 3 000
    Points
    3 000
    Par défaut C'est (pas trop) dur pour tout le monde
    Pendant que les sénateurs en rajoutent une couche au dumping social de l'article 2 vous aurez ci-dessous l'évolution des revenus des patrons du CAC 40. Le tout extrait de la feuille de chou bolchevique, le couteau entre les dents, à savoir le Figaro
    http://www.lefigaro.fr/societes/2016...s-en-un-an.php
    "Toute l'histoire de l'informatique n'a été que l'histoire des systèmes d'exploitations" (Le Manifeste du PC)

  7. #1487
    Expert éminent
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    août 2007
    Messages
    2 158
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : août 2007
    Messages : 2 158
    Points : 7 878
    Points
    7 878
    Par défaut
    Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
    Pendant que les sénateurs en rajoutent une couche au dumping social de l'article 2 vous aurez ci-dessous l'évolution des revenus des patrons du CAC 40. Le tout extrait de la feuille de chou bolchevique, le couteau entre les dents, à savoir le Figaro
    http://www.lefigaro.fr/societes/2016...s-en-un-an.php
    Le CAC40, c'est combien d'entreprises ? (question rhétorique).
    Si on veut parler des choses réelles, on se base sur la moyenne des PME (plus grand employeur de France) : http://bfmbusiness.bfmtv.com/emploi/...me-449546.html
    C'est tout de suite moins choquant surtout quand on voit que les patrons de PME sont bien plus proche de 50h/semaine que des 35h, on relativise encore plus.

    Si on base tous ses argumentaires sur les cas extrêmes, on n'arrive jamais à rien.

  8. #1488
    Membre expert
    Avatar de Chauve souris
    Homme Profil pro
    amateur (éclairé ?)
    Inscrit en
    novembre 2005
    Messages
    1 186
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 74
    Localisation : Paraguay

    Informations professionnelles :
    Activité : amateur (éclairé ?)

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2005
    Messages : 1 186
    Points : 3 000
    Points
    3 000
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    Je ne vois pas comment les sociétés financières peuvent s'opposer au processus de création monétaire cela n'a pas de sens car de toute façon elles gagnent de l'argent comme même.
    Certes, mais pas de la même façon que les sociétés industrielles, lesquelles gardaient un rapport privilégié avec le prolétaire-consommateur (le capitalisme fordiste). A partir du moment où, dixit Bernard Maris, les 100 premières sociétés financières ont un CA mille fois supérieur aux 100 premières sociétés industrielles, ce sont elles qui font la loi et imposent leur méthodes. Lesquelles n'ont plus rien à voir avec les modèles précédents. Par exemple les "dégraissages" selon l'expression des adipeux du CAC 40 (à l'exception de Carlos Ghosn, lui il a plutôt la tronche de Nosferatu n'ayant pas eu sa dose de sang depuis un bout de temps) provoque une envolée des cours de bourses alors que, de toute évidence, cette saignée est mortelle et que l'entreprise ne s'en remettra pas. En tout petit avec des bretelles il y avait le protégé de Tonton, Bernard Tapis, qui était très fort à ce petit jeu.

    C'est le royaume des "traders" où tout est matière à spéculation sur le très court terme et qui n'a, en fait, plus rien à voir avec l'économie. Quant on lit qu'on achète des milliards de dollars des "réseaux sociaux" qui ne sont que de la pure virtualisation avec des clients, labiles, n'apportant rien individuellement, on se dit que si le vénérable Aristote voyait ce qu'on est capable de faire avec la "chrématistique" il en serait baba.

    Au moins quand on achetait une banque, il y avait des clients avec leurs dépôts dedans, leurs économies placées pour essayer d'échapper à l'inflation, leur emprunt pour leur maison, leur tuture, bref la vie des gens. Dans un réseau social, Facebook, LinkedIn il y a quoi ? Du vent !
    "Toute l'histoire de l'informatique n'a été que l'histoire des systèmes d'exploitations" (Le Manifeste du PC)

  9. #1489
    Membre expert
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    1 066
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 1 066
    Points : 3 300
    Points
    3 300
    Par défaut
    Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
    Au moins quand on achetait une banque, il y avait des clients avec leurs dépôts dedans, leurs économies placées pour essayer d'échapper à l'inflation, leur emprunt pour leur maison, leur tuture, bref la vie des gens. Dans un réseau social, Facebook, LinkedIn il y a quoi ? Du vent !
    Certes, les montants sont déconnectés de la réalité, mais ce n'est pas que du vent.
    D'abord d'un point de vue physique, il y a quand même une palanquée de serveurs qui ne sont quand même pas négligeable, sans parler des locaux dont les entreprises peuvent être propriétaires. On se souvient de microsoft achetant Nokia avec son usine.

    Ensuite, il y a la valeur du logiciel en lui même. Il n'est pas gratuit et surtout en achetant une boite comme ça, on achète l'exclusivité du logiciel. C'est comme si une boite achetait "Windows" en le rachetant à la somme de toutes les licences jamais vendues.

    Jusqu'ici, ce n'est pas du vent et pour moi, dans le cas de linkedin, ça vaut bien plusieurs centaines de milions voire même quelques milliards.

    Enfin, il y a la vente de l'imaginaire : " regarde tout ce que tu pourras faire avec". Et seulement à ce moment on passe dans la spéculation.

    Mais c'est un peu la mode en publicité maintenant. Les téléphones sont de plus en plus puissant, et on communique sur des stats brutes et pas sur des possibilités. "Octo core 2Ghz", "3Go de ram"... 99% des clients ne comprennent rien à ce que ça implique ni à quoi ça peut leur servir, mais imaginent que c'est mieux.

  10. #1490
    Expert éminent sénior

    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    7 467
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 7 467
    Points : 17 442
    Points
    17 442
    Par défaut
    Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
    C'est le royaume des "traders" où tout est matière à spéculation sur le très court terme et qui n'a, en fait, plus rien à voir avec l'économie. Quant on lit qu'on achète des milliards de dollars des "réseaux sociaux" qui ne sont que de la pure virtualisation avec des clients, labiles, n'apportant rien individuellement,
    je suis bien d'accord les réseaux sociaux cela tient plus de la vacuité qu'autre chose..

    Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
    on se dit que si le vénérable Aristote voyait ce qu'on est capable de faire avec la "chrématistique" il en serait baba.
    ehhh Patrick Drahi le grand boss de SFR ?

    Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
    Au moins quand on achetait une banque, il y avait des clients avec leurs dépôts dedans, leurs économies placées pour essayer d'échapper à l'inflation, leur emprunt pour leur maison, leur tuture, bref la vie des gens. Dans un réseau social, Facebook, LinkedIn il y a quoi ? Du vent !
    je suis bien d'accord mais le but d'un établissement financier c'est tout de même gagner de l'argent on n'est pas dans le monde des Bisounours non plus

    ensuite je ne te comprends pas: tu as écris vouloir créer une entreprise de pièces détachées de matériel info au Paraguay et tu affirmes être un brin anar...
    mais pour créer une entreprise il faut avoir l'âme un minimum capitaliste sinon ça risque de ne pas marcher

  11. #1491
    Expert éminent
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    août 2007
    Messages
    2 158
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : août 2007
    Messages : 2 158
    Points : 7 878
    Points
    7 878
    Par défaut
    Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
    Au moins quand on achetait une banque, il y avait des clients avec leurs dépôts dedans, leurs économies placées pour essayer d'échapper à l'inflation, leur emprunt pour leur maison, leur tuture, bref la vie des gens. Dans un réseau social, Facebook, LinkedIn il y a quoi ? Du vent !
    Ce qui fait la valeur d'une entreprise, ce n'est pas ses biens matériels mais son CA et surtout son potentiel de croissance.
    C'est pour cela que les entreprises numériques sont autant valorisées ==> c'est pour les promesses de gains futurs

    Une usine, même avec plusieurs millions d'euros de machines à l'intérieur, ce n'est qu'une capacité de production.
    Une fois qu'elle a atteint son rythme de croisière, sa croissance est faible sauf investissement supplémentaire (changement de machine, etc.).
    Bref, ce n'est pas l'usine en soit qui vaut de l'argent, mais ce qu'elle produit, surtout si cela est protégé par des brevets.
    ==> il n'est d'ailleurs pas rare de voir des usines en faillites vendues 1€ symbolique pour être ensuite démantelée (car ses machines ont une valeur)

    C'est un peu la même chose avec un commerce.
    Ce qui a le plus de valeur, ce n'est pas les murs où le fond de commerce, c'est le fichier client.

    Maintenant, imagine un commerce avec un fichier client ultra précis et fiable de plusieurs centaines de millions (ex : 300).
    Et imagine que chacun de ces clients ne rapporte qu'1 euro et qu'il soit possible d'augmenter le CA généré par chaque client à 1,5€ avec un investissement ultra faible.
    Tu obtiens alors une entreprise d'un CA de 300 millions € qui moyennent un investissement faible peut avoir une croissance de 50% et générer un CA de 450 millions d'euros en moins d'un an.
    La promesse des sociétés numériques est là. (tu peux tjrs essayer avec ton livret A )

  12. #1492
    Membre expert
    Avatar de Chauve souris
    Homme Profil pro
    amateur (éclairé ?)
    Inscrit en
    novembre 2005
    Messages
    1 186
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 74
    Localisation : Paraguay

    Informations professionnelles :
    Activité : amateur (éclairé ?)

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2005
    Messages : 1 186
    Points : 3 000
    Points
    3 000
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    ensuite je ne te comprends pas: tu as écris vouloir créer une entreprise de pièces détachées de matériel info au Paraguay et tu affirmes être un brin anar...
    mais pour créer une entreprise il faut avoir l'âme un minimum capitaliste sinon ça risque de ne pas marcher
    Tel K. Marx (oui, la modestie...) je rends hommage au capitalisme qui a permis de créer des richesses en comparaison de l'Ancien Régime. Et ce que je critique actuellement c'est que ces sociétés n'ont plus rien de capitaliste car elle ne crée pas de richesses et spéculent à court terme comme une fin en soi. Une nouvelle féodalité dont les membres sont, le plus souvent, héréditaires.

    Tout investisseur est - forcément - un capitaliste, même si le capital est modeste. Capital qui ne sert pas à spéculer mais, au contraire de la chrématistique, est investit dans des composants à vendre et à assembler. Rien de sorcier là-dedans, c'est "l'accumulation primitive" de Rosa Luxembourg. Et l'anar que je suis assumera sa schizophrénie en étant à la fois capitaliste et prolétaire. Au fond je suis le seul patron qui m'obligera à travailler tard et que j'accepterais en même temps que je serais le seul prolétaire à que j'ose exploiter de façon éhontée.
    "Toute l'histoire de l'informatique n'a été que l'histoire des systèmes d'exploitations" (Le Manifeste du PC)

  13. #1493
    Membre expert
    Avatar de Chauve souris
    Homme Profil pro
    amateur (éclairé ?)
    Inscrit en
    novembre 2005
    Messages
    1 186
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 74
    Localisation : Paraguay

    Informations professionnelles :
    Activité : amateur (éclairé ?)

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2005
    Messages : 1 186
    Points : 3 000
    Points
    3 000
    Par défaut
    Citation Envoyé par Saverok Voir le message
    Ce qui fait la valeur d'une entreprise, ce n'est pas ses biens matériels mais son CA et surtout son potentiel de croissance.
    C'est pour cela que les entreprises numériques sont autant valorisées ==> c'est pour les promesses de gains futurs

    Une usine, même avec plusieurs millions d'euros de machines à l'intérieur, ce n'est qu'une capacité de production.
    Une fois qu'elle a atteint son rythme de croisière, sa croissance est faible sauf investissement supplémentaire (changement de machine, etc.).
    Bref, ce n'est pas l'usine en soit qui vaut de l'argent, mais ce qu'elle produit, surtout si cela est protégé par des brevets.
    ==> il n'est d'ailleurs pas rare de voir des usines en faillites vendues 1€ symbolique pour être ensuite démantelée (car ses machines ont une valeur)
    C'est là où l'économie se pervertie dans le fétichisme de la "croissance". Je ne sais plus quel sage a rappelé à ce sujet que "les arbres ne grimpent pas jusqu'au ciel". ou bien que "la France était montée tellement haut que c'est parce qu'elle a le vertige qu'elle se casse la gueule maintenant" (je crois que c'était de Coluche)

    Imaginons une production où la R&D est faible car ayant atteint sa plénitude. Par exemple une usine de production de pâtes alimentaires de très bonne qualité. Certes il y aura toujours à l'intérieur des techniciens zélés cherchant à améliorer une bricole. Dans une optique "communiste" cette usine serait parfaite car elle correspondrait bien aux besoins des consommateurs. Dans une optique spéculative, comme tu le décris, elle ne vaudrait rien car elle ne serait pas pas en train de produire du delta C chrématistique. Et là on voit bien le fondement de la "critique de l'économie politique" : ce découplage entre un "jeu" spéculatif et la satisfaction des besoins humains.

    Les spéculateurs ont certainement décidé un jour que le savoir faire du textile de Nord n'était que de la ringardise (à leur yeux) et qu'il valait mieux liquider ce passif avec, quelle horreur, des ouvriers qui étaient correctement payés. Donc il n'y a plus rien dans ces zones les gens sont au chômage ou bricolent dans la précarité. Et pour ne rien arranger on leur a injecté des envahisseurs musulmans in situ. Le textile est donc produit en Chine ou en Inde, dans des conditions qu'on imagine avec une qualité déplorable et imprégné de substances qui seraient illégales en France car toxiques au niveau cutané.

    Voila donc ce qu'on a fait de la production d'un secteur de qualité qui aurait du se moderniser mais qui fut liquidé, à la façon des boîtes rachetées par Bernard Tapie, qui n'auront servies qu'à opérer un "coup de Bourse" et donner des dividendes pendant une très courte période aux actionnaires spéculateurs.

    Mais quand la Chine sera empoisonnée dans sa propre pollution et que ses habitants seront devenus complètement dégénérés à cause des perturbateurs endocriniens et autres il sera peut-être temps alors de réinventer des machines à tisser locales....
    "Toute l'histoire de l'informatique n'a été que l'histoire des systèmes d'exploitations" (Le Manifeste du PC)

  14. #1494
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    6 355
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 6 355
    Points : 154 776
    Points
    154 776
    Par défaut Loi travail : le Sénat adopte une version modifiée du projet de loi
    Loi travail : le Sénat adopte une version modifiée du projet de loi
    qui prévoit entre autres l’abrogation des 35 heures

    Le Sénat a voté ce mardi, à une courte majorité (185 voix contre 156), un texte remanié de la loi travail. Les sénateurs ont effectivement réintégré un à un les points les plus controversés du texte initial, qui avaient été abandonnés après la première manifestation du 9 mars, à l'issue de la négociation avec la CFDT.

    Ils ont confirmé par exemple le plafonnement des indemnités prud’homales qui sont obtenues en cas de licenciement « sans cause réelle et sérieuse » (plafonnement à 15 mois de salaire au maximum). La majorité sénatoriale pense qu’une telle mesure permet d’atténuer la peur d’embaucher chez de nombreuses PME.

    Le Sénat a également adopté le très controversé article 2 qui instaure la primauté des accords d'entreprises sur les accords de branches en matière de temps de travail. Une mesure dénoncée par plusieurs syndicats et par une partie de la gauche, car elle serait de nature à encourager le moins-disant social entre les sociétés d’un même secteur. Les sénateurs de droite et du centre, qui étaient favorables à l’article 2, l’ont amendé en supprimant la notion de « durée légale du travail » pour la remplacer par une « durée de référence » qui serait fixée par accord d’entreprise ; en l’absence d’accord, les salariés repasseraient aux 39 heures par semaine.

    Le Sénat a aussi relevé, contre l'avis du gouvernement, le niveau des seuils sociaux dans les entreprises, faisant passer de 11 à 20 salariés, l'obligation de faire élire des délégués du personnel, et de 50 à 100 salariés la création d'un comité d'entreprise (CE) et d'un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Le seuil minimum de 24 heures pour le temps partiel a lui été supprimé.

    Par ailleurs, les sénateurs suppriment la possibilité de mandater un représentant syndical dans les PME et TPE, autre concession faite à la CFDT, à l’Assemblée nationale, par la commission des affaires sociales.

    La durée du travail des apprentis suivra « celle de l’entreprise », y compris s’il s’agit de travailler la nuit. Sur ce sujet l’apprentissage en alternance est autorisé dès 14 ans (contre 16 aujourd’hui).

    Le « droit à la déconnexion », inscrit dans le projet de loi afin que les salariés « coupent » leur smartphone ou leur PC durant leur temps de repos et de congés, a été allégé, notamment en retirant l’obligation d’élaborer une charte de la déconnexion dans les entreprises de plus de 50 personnes.

    Les parlementaires ont également utilisé le passage du texte au Sénat pour supprimer l’extension de la garantie jeune, l’une des promesses de Manuel Valls faites à la suite de la bronca étudiante, ainsi que le contrat de génération.

    La députée PS Annick Lepetit a assuré que « nous continuons à rechercher toutes les améliorations possibles ». Laurent Baumel, l'un des chefs de file des « frondeurs » PS, a avancé « j'espère que le président de la République indiquera à son Premier ministre qu'il serait peut-être plus utile de discuter réellement. On n'est pas très loin d'un compromis possible. Il me semble que les syndicats sont disposés à un compromis ».

    À l'issue du vote, la ministre du Travail Myriam El Khomri a assuré qu'elle restait « tenace et déterminée à amener ce projet de loi jusqu'au bout ». Selon son entourage, le texte voté par les sénateurs présente « des différences assez marquées avec notre version, notamment sur le dialogue social », mais aussi que « le Sénat a arrêté des propositions plus proches de celles du patronat. On peut par ailleurs voir que ce qu’ils ont adopté fait écho aux propositions qu’on lit dans les programmes des primaires des uns et des autres ».

    Nicole Bricq a dénoncé un texte « complètement déséquilibré » par la Chambre haute. « En plein débat des primaires, il vous fallait montrer vos muscles et donc faire des prises de guerre. Mais était-il bien nécessaire de revenir sur les 35 heures ? » Toutefois, pour Alain Milon, président (LR) de la commission des Affaires sociales, le texte du Sénat « constitue une vraie réforme qui ne tombe pas dans la caricature que certains ont dénoncée ».

    Le projet de loi sera donc de nouveau examiné par l’Assemblée nationale dès jeudi, d’abord en commission des affaires sociales, puis en séance à partir du 5 juillet, séance pendant laquelle le gouvernement n'exclut pas de recourir à nouveau à l'article 49-3 pour faire adopter sa version sans vote. Dans l’intervalle, Manuel Valls reçoit, mercredi et jeudi, les organisations syndicales et patronales afin de faire le point sur le texte.

    Source : Le Monde
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #1495
    Membre expert
    Avatar de Chauve souris
    Homme Profil pro
    amateur (éclairé ?)
    Inscrit en
    novembre 2005
    Messages
    1 186
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 74
    Localisation : Paraguay

    Informations professionnelles :
    Activité : amateur (éclairé ?)

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2005
    Messages : 1 186
    Points : 3 000
    Points
    3 000
    Par défaut
    Au delà de toutes les arguties des figaronautes, je m'interroge. Bien sûr ces derniers vont se mettre à couiner au nom de "notre économie", "nos exportations". Moi j'aime bien les "nos". Ca fait croire un temps à ces larbins qu'ils sont assis sur le siège d'un PDG du CAC 40. Il y a aussi "nos" soldats (bof, à part ceux que j'ai eu quand j'étais chiard, en matière plastique, même pas en plomb, de toute façon le plomb c'est toxique, surtout quand c'est une balle propulsée, "nos" soldats en savent quelque chose), mais aussi "nos" policiers avec "nos" matraques sur "nos" gueules". Ce dernier point, dans l'appartenance, est douloureusement exact.

    Donc je m'interroge, disais-je, sur le fondement de toute cette régression sociale, au nom de l'économie politique, comme vient de le relater en détail Stéphane le calme.

    En rangeant, via Calibre, ma mégachiée de livres électroniques (je dois en avoir plus de 10.000) je tombe sur un ouvrage écrit avec un solide bon sens "Introduction à l'économie politique" de Rosa Luxemburg écrit en 1925. En particulier sur la réflexion qu'elle fait sur les inondations et le chômage, phénomènes qui furent d'actualité, à la fois en France et en Allemagne ces derniers temps.

    La comparaison même, à laquelle nous avons eu recours, entre le chômage et une
    inondation, montre que nous sommes en fait moins impuissants devant des
    événements élémentaires de la nature physique que devant nos propres affaires
    purement sociales, purement humaines ! Les inondations périodiques qui ravagent au
    printemps l'est de l'Allemagne ne sont en dernière analyse qu'une conséquence de
    notre impéritie en matière d'hydrographie. La technique, en son état actuel, donne
    déjà des moyens suffisants pour protéger l'agriculture de la puissance des eaux et
    même pour mettre à profit cette puissance ; simplement ces moyens ne peuvent être
    appliqués qu'à grande échelle, par une organisation rationnelle et cohérente qui
    devrait transformer toute la région touchée, modifier en conséquence la répartition
    des terres arables et des prés, construire des digues et des écluses, régulariser le cours
    des fleuves. Cette grande réforme ne sera évidemment pas entreprise, en partie parce
    que ni les capitalistes privés ni l'État ne veulent fournir les moyens nécessaires à une
    telle entreprise, en partie parce qu'elle se heurterait aux droits les plus variés de
    propriété privée du sol. Mais la société actuelle a déjà en main les moyens de faire
    face aux dangers des eaux et de dompter l'élément déchaîné, même si elle n'est pas en
    mesure d'appliquer ces moyens. En revanche, la société actuelle n'a pas encore
    inventé de moyens pour lutter contre le chômage. Et pourtant, ce n'est pas un élément,
    ce n'est pas un phénomène naturel ni une puissance surhumaine, c'est un produit
    purement humain des conditions économiques. Et nous voici de nouveau devant une
    énigme économique, devant un phénomène sur lequel personne ne compte, que
    personne ne cherche consciemment à provoquer et qui pourtant se répète avec la
    régularité d'un phénomène naturel, pour ainsi dire pardessus la tête des hommes.
    Cette fatalité, véhiculée par tous les médias, de la souffrance et de la régression sociale poussée aux limites de l'absurde avec l'accroissement du temps de travail alors que celui-ci fond au soleil du modernisme, me fait penser aussi au mythe des mayas qui, persuadés que le soleil allait s'éteindre, le ravivait par des sacrifices humains, comme cela était montré dans le film de Mel Gibson "Apocalypto".

    Vouloir faire "travailler plus" des gens qui n'ont pas de travail nécessitera d'inventer un travail à la fois inutile et cruel. Ca me rappelle la réflexion d'un déporté juif dans un camp, Treblinka, je crois, s'adressant, en substance, à un officier SS : "nous pouvons travailler, mais pourquoi nous faire souffrir ainsi, c'est contre-productif !", l'officier SS lui répondit : "le travail, ça n'a pas d'importance, nous voulons vous faire souffrir pour vous punir".

    Pas étonnant que Viviane Forrester n'ait pu s'empêcher de faire un parallèle sur le mépris vis à vis des chômeurs, les fameux "assistés" des figaronautes, dans son ouvrage "L'horreur économique" (expression empruntée à Arthur Rimbaud) où la misère économique est aggravée par le mépris dont sont victimes ces nouveaux intouchables.
    "Toute l'histoire de l'informatique n'a été que l'histoire des systèmes d'exploitations" (Le Manifeste du PC)

  16. #1496
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    1 105
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Bas Rhin (Alsace)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 1 105
    Points : 2 528
    Points
    2 528
    Par défaut
    Avec des parasites pareil au pouvoir en 2017, ça promet. Et les mêmes viendront pleurer quand la productivité se sera effondrée suite à leurs conneries. Ah ça fait plaisir à leur clientèle de rentiers retraités. Quand tous les jeunes productifs auront fuit le pays, il restera qui pour financer leurs rentes ?
    "If the revolution ain't gon' be televised
    Then fuck, I'll probably miss it" - Aesop Rock

  17. #1497
    Inactif  
    Homme Profil pro
    Analyste-Programmeur / Intégrateur ERP
    Inscrit en
    mai 2013
    Messages
    2 511
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste-Programmeur / Intégrateur ERP
    Secteur : Bâtiment

    Informations forums :
    Inscription : mai 2013
    Messages : 2 511
    Points : 10 180
    Points
    10 180
    Par défaut
    Les sénateurs ont effectivement réintégré un à un les points les plus controversés du texte initial, qui avaient été abandonnés après la première manifestation du 9 mars, à l'issue de la négociation avec la CFDT.
    .


    J'espère que LSMetag qui reprochait à la CGT de ne pas avoir voulu négocier, va repasser pour pouvoir commenter cette grosse enfilade...

    Tu la sens bien, la négociation du gouvernement cette fois ?

  18. #1498
    Nouveau Candidat au Club
    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2009
    Messages
    12
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2009
    Messages : 12
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut
    Pour ma part, ça me conforte encore un peu plus dans l'idée d'aller chercher du travail à l'étranger

  19. #1499
    Inactif  

    Homme Profil pro
    NR
    Inscrit en
    juin 2013
    Messages
    3 715
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : NR
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2013
    Messages : 3 715
    Points : 1 038
    Points
    1 038
    Billets dans le blog
    9
    Par défaut
    Je vois pas trop en quoi sa vas aider les PME.
    Je parle des PME (et TPE), car c'est ce qui embauchent le plus en France, donc logiquement sa devrait être la priorité de l'état de les favoriser.

    Les évolutions permanentes de la législation sociale alourdissent la gestion quotidienne des entreprises pénalisant de fait leur activité principale, seule source de revenus.
    Un exemple : y'a t'il encore des PME qui font eux même les fiches de de paie ? Elles externalisent tous car c'est devenue une véritable jungle législative.

  20. #1500
    Membre expert
    Avatar de Chauve souris
    Homme Profil pro
    amateur (éclairé ?)
    Inscrit en
    novembre 2005
    Messages
    1 186
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 74
    Localisation : Paraguay

    Informations professionnelles :
    Activité : amateur (éclairé ?)

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2005
    Messages : 1 186
    Points : 3 000
    Points
    3 000
    Par défaut
    Citation Envoyé par sazearte Voir le message
    Je vois pas trop en quoi sa vas aider les PME.
    Je parle des PME (et TPE), car c'est ce qui embauchent le plus en France, donc logiquement sa devrait être la priorité de l'état de les favoriser.

    Les évolutions permanentes de la législation sociale alourdissent la gestion quotidienne des entreprises pénalisant de fait leur activité principale, seule source de revenus.
    Un exemple : y'a t'il encore des PME qui font eux même les fiches de de paie ? Elles externalisent tous car c'est devenue une véritable jungle législative.
    Les PME c'est le pire ! On ne te passe rien ! Un tant soit peu de retard pour payer l'URSSAF et tu es en "redressement judiciaire". Je me souviens qu'à l'époque de ma SARL (et qu'est-ce que ça doit être maintenant...), je m'étais mis, en tant que gérant, hors champ URSSAF ne me réservant que des honoraires à me payer en fin d'annuité par décision de l'assemblée générale. Déclarés au prix fort dans l'IRPP, sans abattements, mais ça n'en restait pas moins inimposable. J'avais donc fait une belle lettre recommandée à l'URSSAF sur cette décision.

    Un an plus tard je reçois un avis comme quoi je suis en redressement judiciaire de la part de l'URSSAF. Furieux je vais leur brandir sous le nez ma déclaration en LR-AR. Mais ils m'informent cyniquement que j'étais en tort car je devais chaque année déclarer que je n'étais plus redevable de l'URSSAF. Imaginons que vous radiez votre assurance bagnole ou autre. Etes vous obligés d'écrire chaque année à cette assurance que, non, vous n'êtes plus chez eux ?

    Un exemple parmi d'autres de l'invivabilité des PME en France. Les salariés peuvent râler sur les impôts, mais à son compte c'est pire tu payes des impôts même si tu es en déficit (IFA, ça s'appelle) en plus des multiples taxes.

    Cela dit s'il y a des masos...
    "Toute l'histoire de l'informatique n'a été que l'histoire des systèmes d'exploitations" (Le Manifeste du PC)

Discussions similaires

  1. Réponses: 12
    Dernier message: 06/06/2016, 08h56
  2. [Hadopi] La CNIL critique le projet de loi HADOPI dans son rapport annuel
    Par Pierre Louis Chevalier dans le forum Politique
    Réponses: 4
    Dernier message: 18/05/2009, 18h01
  3. [Projet de loi] Redevance audiovisuelle
    Par pc75 dans le forum Politique
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/11/2008, 10h47

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo