IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Affichage des résultats du sondage: Êtes-vous d'accord avec la décision de la CNIL ?

Votants
17. Vous ne pouvez pas participer à ce sondage.
  • Oui, je suis d'accord avec cette décision

    10 58,82%
  • Non, les arguments avancés ne suffisent pas

    5 29,41%
  • Je n'ai pas d'avis sur le sujet

    2 11,76%
Actualités Discussion :

Droit à l'oubli : la CNIL rejette le recours gracieux formé par Google

  1. #1
    Community Manager

    Avatar de Malick
    Homme Profil pro
    Community Manager
    Inscrit en
    Juillet 2012
    Messages
    9 146
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Sénégal

    Informations professionnelles :
    Activité : Community Manager
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2012
    Messages : 9 146
    Points : 84 799
    Points
    84 799
    Billets dans le blog
    15
    Par défaut Droit à l'oubli : la CNIL rejette le recours gracieux formé par Google
    Droit à l'oubli : la CNIL rejette le recours gracieux formé par Google
    et reste campée sur ses positions

    Nom : 796154-logo-du-cnil-devant-son-siege-a-paris.jpg
Affichages : 4247
Taille : 55,4 Ko

    Par sa Présidente, la Commission nationale informatique et liberté (CNIL) vient d'annoncer son rejet du recours gracieux qui avait été déposé en fin juillet 2015 par Google suite à la mise en demeure dont il avait été l'objet. Il lui était exigé en mai 2015 de procéder au déréférencement sur tous les noms de domaine de son moteur de recherche, y compris les extensions non européennes dans le cadre du « droit à l’oubli ».

    Depuis la reconnaissance du droit au déréférencement par l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 13 mai 2014, toute personne peut demander à un moteur de recherche d’effacer les résultats apparaissant en cas de recherche à partir de son nom. A ce titre, Google a reçu plusieurs dizaines de milliers de demandes de citoyens français. L'entreprise a alors procédé au déréférencement de certains résultats sur les extensions européennes du moteur de recherches (.fr ; .es ; .co.uk ; etc.) sans pour autant faire la même chose pour les autres terminaisons géographiques ou sur google.com. Raison qui a motivé sa mise en demeure.

    Google, qui estime que la mise en demeure envoyée par la CNIL est une entrave au droit à l’information du public et représente donc une forme de censure, a vu sa lettre de demande de recours gracieux rejetée par la Présidente du CNIL pour les raisons suivantes :

    • les extensions géographiques ne sont qu’un chemin d’accès au traitement. Dès lors que le déréférencement est accepté par le moteur de recherche, il doit s’opérer sur toutes les extensions conformément à l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne ;
    • Si le droit au déréférencement était limité à certaines extensions, il pourrait être facilement contourné : il suffirait de changer d’extension (ex : de faire une recherche en France sur google.com), c’est-à-dire de mode d’accès au traitement, pour retrouver le résultat du déréférencement. Cela reviendrait donc à priver d’effectivité ce droit, et à faire varier les droits reconnus aux personnes en fonction de l’internaute qui interroge le moteur et non en fonction de la personne concernée ;
    • en tout état de cause, le droit au déréférencement n’entraîne jamais la suppression de l’information d’internet, mais empêche uniquement l’affichage de certains résultats sur le moteur en cas de recherche effectuée sur la seule base du nom de la personne. L’information reste donc accessible directement sur le site source ou par la recherche d’autres termes ;
    • ce droit n’est pas absolu : il doit être concilié avec le droit à l’information du public, notamment lorsque la personne concernée est une personne publique, sous le double contrôle de la CNIL et du juge ;
    • enfin, contrairement à ce qui a pu être indiqué par Google, cette décision ne traduit pas une volonté d’application extraterritoriale du droit français par la CNIL. Elle se borne à demander le plein respect du droit européen par des acteurs non européens offrant leurs services en Europe.


    Etant donné que le recours gracieux a été rejeté, Google n'a plus d'autres choix que de se conformer à la mise en demeure, faute de quoi la Présidente de la CNIL pourra désigner un rapporteur qui pourra saisir la formation restreinte de la CNIL afin qu’elle se prononce sur ce dossier.

    Source : CNIL

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la décision du CNIL ?
    Vous avez envie de contribuer au sein du Club Developpez.com ? Contactez-nous maintenant !
    Vous êtes passionné, vous souhaitez partager vos connaissances en informatique, vous souhaitez faire partie de la rédaction.
    Il suffit de vous porter volontaire et de nous faire part de vos envies de contributions :
    Rédaction d'articles/cours/tutoriels, Traduction, Contribution dans la FAQ, Rédaction de news, interviews et témoignages, Organisation de défis, de débats et de sondages, Relecture technique, Modération, Correction orthographique, etc.
    Vous avez d'autres propositions de contributions à nous faire ? Vous souhaitez en savoir davantage ? N'hésitez pas à nous approcher.

  2. #2
    Membre averti
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    Avril 2009
    Messages
    98
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2009
    Messages : 98
    Points : 311
    Points
    311
    Par défaut
    Je vais être franc sur ce point. Je vis au Canada et je vois pas pourquoi les décisions d'une cour européenne devrait avoir d'impact sur ma navigation et mes résultats de recherche ici au Canada. Ce droit n'est pas reconnu ici, et je tends à me ranger du côté de Google. Je trouve qu'une demande de déréférencement est une chose qui devrait se faire sous des conditions bien spécifiques et que chaque cas devrait passer devant la justice.

  3. #3
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Ingénieur de recherche
    Inscrit en
    Janvier 2012
    Messages
    325
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur de recherche
    Secteur : Agroalimentaire - Agriculture

    Informations forums :
    Inscription : Janvier 2012
    Messages : 325
    Points : 888
    Points
    888
    Par défaut
    Je suis plutôt pour le droit à l'oubli pour le principe, même si j’aurai trouvé plus logique qu'une personne qui veux être "désindéxée" fasse sa demande à un juge plutôt qu'au bon vouloir de Google.

    Cependant je suis quand même d'accords avec Google sur le fait qu'un pays ou un groupe de pays n'a pas a imposer ses lois aux monde entier, surtout quand il s'agit d'une forme de censure. Si Google avait cédé à l'Europe aujourd'hui, ça aurait ouvert la voie à ce qu'il cède à un État autoritaire demain, sur des sujets bien moins "nobles".

    Du coup le fait de ne désindexée que sur les versions européenne du moteur de recherche me semble la seule solution possible, même si elle est loin d'être idéale.

  4. #4
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Consultant en technologies
    Inscrit en
    Juin 2013
    Messages
    277
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en technologies
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2013
    Messages : 277
    Points : 1 011
    Points
    1 011
    Par défaut
    Un truc que j'ai du mal à comprendre dans cette histoire, c'est qu'est-ce que risque google à ne pas appliquer les directives de la CNIL ?

  5. #5
    Inactif  


    Homme Profil pro
    Doctorant sécurité informatique — Diplômé master Droit/Économie/Gestion
    Inscrit en
    Décembre 2011
    Messages
    9 012
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Loire (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Doctorant sécurité informatique — Diplômé master Droit/Économie/Gestion
    Secteur : Enseignement

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2011
    Messages : 9 012
    Points : 23 145
    Points
    23 145
    Par défaut
    Citation Envoyé par gretro Voir le message
    Je vais être franc sur ce point. Je vis au Canada et je vois pas pourquoi les décisions d'une cour européenne devrait avoir d'impact sur ma navigation et mes résultats de recherche ici au Canada.
    Citation Envoyé par google.fr
    En réponse à plusieurs plaintes reçues dans le cadre de l'US Digital Millennium Copyright Act (loi de protection des droits d'auteur), nous avons retiré 4 résultats de cette page. Si vous le souhaitez, vous pouvez prendre connaissance des plaintes DMCA qui ont entraîné le retrait de ces résultats à l'adresse ChillingEffects.org
    L'US Digital Millenium Copyright Act est une loi américaine datant de 1998. Donc une décision d'une institution américaine à un impact sur la navigation française.


    Et objectivement, pourquoi est-ce que cette décision devrait avoir un impact sur les résultats des internautes "étrangers" ?
    Google sait parfaitement retrouver le pays d'où provient la demande qui lui est envoyé, à partir de là, il peut très bien donner des résultats différents en fonction du pays. L'internaute et l'activité exercée par Google se situant dans un autre pays, la loi française ne peut s'appliquer.

    En revanche, si l'hébergeur ou le serveur se situe en France, c'est normal de pouvoir influencer les résultats des autres pays, c'est en fait contrôler "l'exportation" d'une ressource française.
    Google ayant une activité en France pour son travail d'indexation.
    C'est comme un numéro de téléphone, si on veut être sur liste rouge, notre fournisseur n'a pas à donner notre numéro à ses centres d'appels en Algérie ou où sais-je encore.


    Après c'est un peu compliqué, car en consultant une page hébergée en France, on effectue une action sur le sol français, mais ce n'est pas facile de sévir si l'attaquant est à l'étranger.
    Je prend les attaques DDOS, l'auteur de l'attaque peut être attaqué en Justice, mais si son pays de résidence refuse de coopérer, on ne peut pas faire grand chose. Mais du côté français, il y a bien eu délit.

    Et aussi que dans les faits, les sites sont souvent répliqué à travers le globe pour permettre un accès rapide au site.

  6. #6
    Inactif  
    Homme Profil pro
    Analyste-Programmeur / Intégrateur ERP
    Inscrit en
    Mai 2013
    Messages
    2 511
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste-Programmeur / Intégrateur ERP
    Secteur : Bâtiment

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2013
    Messages : 2 511
    Points : 10 335
    Points
    10 335
    Par défaut
    Citation Envoyé par gretro Voir le message
    Je vais être franc sur ce point. Je vis au Canada et je vois pas pourquoi les décisions d'une cour européenne devrait avoir d'impact sur ma navigation et mes résultats de recherche ici au Canada. Ce droit n'est pas reconnu ici, et je tends à me ranger du côté de Google. Je trouve qu'une demande de déréférencement est une chose qui devrait se faire sous des conditions bien spécifiques et que chaque cas devrait passer devant la justice.
    Citation Envoyé par Theta Voir le message
    Cependant je suis quand même d'accords avec Google sur le fait qu'un pays ou un groupe de pays n'a pas a imposer ses lois aux monde entier, surtout quand il s'agit d'une forme de censure. Si Google avait cédé à l'Europe aujourd'hui, ça aurait ouvert la voie à ce qu'il cède à un État autoritaire demain, sur des sujets bien moins "nobles".
    A contrario, moi je trouve hallucinant qu'une entreprise puisse imposer sa volonté au monde entier, théoriquement, les Etats sont sensés avoir plus de pouvoir qu'une société non ?

    De plus vous oubliez que toutes les demandes ne sont pas accordées, et seul Google est juge, et non pas la justice (ce que je trouve hallucinant aussi, de quel droit une société peut décider de ce qui est "juste" ou non ?).

    Et puis honnêtement, à part sur des personnes "connues", vous faites souvent des recherches sur Google sur des gens lambda que vous ne connaissez pas (sachant que si vous ne les connaissez pas, j'aimerais bien savoir comment vous avez eu leur nom) ? Moi cela ne m'arrive jamais, même en étant en plein cœur de la France, et donc encore plus soumis à cette décision que quelqu'un vivant à l'étranger, je doute fortement que cela perturbe ma navigation.


    Pour moi on devrait avoir une demande de déréférencement faites à la justice et si celle-ci est validée, le déréférencement devrait être effectif dans tous les pays. Mais bon, vu les délais pour traiter de vrais crimes, je doute que la justice puisse se permettre de traiter toutes les demandes de mr et mme Michu qui ne sont pas forcément justifiées.

  7. #7
    Membre régulier
    Profil pro
    Inscrit en
    Juillet 2007
    Messages
    21
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : Belgique

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2007
    Messages : 21
    Points : 74
    Points
    74
    Par défaut
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    L'US Digital Millenium Copyright Act est une loi américaine datant de 1998. Donc une décision d'une institution américaine à un impact sur la navigation française.
    Le siège social de la société Google est 1600 Amphitheatre Parkway, Mountain View, California, USA.

    Je rejoins totalement l'avis de Gretro, si l'Europe veut filtrer des données provenant d'une zone externe à l'Europe, qu'elle mette en place le fitrage au niveau des backbones (oui, je sais que c'est impossible, ça n'empêche que ça reste ridicule à mes yeux).

  8. #8
    Membre averti
    Avatar de mrqs2crbs
    Profil pro
    LEAD DEV
    Inscrit en
    Juin 2013
    Messages
    105
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : LEAD DEV

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2013
    Messages : 105
    Points : 398
    Points
    398
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut
    Citation Envoyé par milkoseck Voir le message
    Etant donné que le recours gracieux a été rejeté, Google n'a plus d'autres choix que de se conformer à la mise en demeure, faute de quoi la Présidente de la CNIL pourra désigner un rapporteur qui pourra saisir la formation restreinte de la CNIL afin qu’elle se prononce sur ce dossier.
    Dites donc, ça doit vachement moins faire les malins à Mountain View!!!

  9. #9
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Étudiant-chercheur, et ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Avril 2012
    Messages
    39
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loire Atlantique (Pays de la Loire)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant-chercheur, et ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2012
    Messages : 39
    Points : 208
    Points
    208
    Par défaut
    Citation Envoyé par gretro
    Je vais être franc sur ce point. Je vis au Canada et je vois pas pourquoi les décisions d'une cour européenne devrait avoir d'impact sur ma navigation et mes résultats de recherche ici au Canada. Ce droit n'est pas reconnu ici, et je tends à me ranger du côté de Google. Je trouve qu'une demande de déréférencement est une chose qui devrait se faire sous des conditions bien spécifiques et que chaque cas devrait passer devant la justice.
    Alors, d'après ce que j'ai compris de l'explication d'un professeur de droit, il ne s'agirait pas d'appliquer au niveau mondial cette décision, juste à l'ensemble des domaines de Google (et autre moteurs de recherche, soit dit en passant) dont l'accès se fait depuis le sol européen. Autrement dit : pas de changements pour les internautes non-européens.

    Citation Envoyé par earhater
    Un truc que j'ai du mal à comprendre dans cette histoire, c'est qu'est-ce que risque google à ne pas appliquer les directives de la CNIL ?
    Citation Envoyé par milkoseck
    Etant donné que le recours gracieux a été rejeté, Google n'a plus d'autres choix que de se conformer à la mise en demeure, faute de quoi la Présidente de la CNIL pourra désigner un rapporteur qui pourra saisir la formation restreinte de la CNIL afin qu’elle se prononce sur ce dossier.
    Formation restreinte, qui pourra décider, au choix*:
    • Sanction pécuniaire (ok, ça ils n'en ont rien à faire) ;
    • le verrouillage des données pour trois mois ;
    • injonction de cesser tout traitement des données (qui peut se solder par une intervention des forces de l'ordre pour y mettre « techniquement » fin si nécessaire –enfin je pense qu'un blocage DNS chez les FAI européens leur suffira ).

    http://www.cnil.fr/linstitution/miss...ions-de-a-a-z/

  10. #10
    Expert éminent
    Avatar de pmithrandir
    Homme Profil pro
    Responsable d'équipe développement
    Inscrit en
    Mai 2004
    Messages
    2 418
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 40
    Localisation : France, Haute Garonne (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable d'équipe développement
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2004
    Messages : 2 418
    Points : 7 295
    Points
    7 295
    Par défaut
    Citation Envoyé par earhater Voir le message
    Un truc que j'ai du mal à comprendre dans cette histoire, c'est qu'est-ce que risque google à ne pas appliquer les directives de la CNIL ?
    Pas grand chose techniquement parlant...
    Par contre, ils sont en pleine négo avec l'Europe sur pas mal de sujet, et ils ont peu intéret a partir en guerre contre un des 2 plus grands pays...

    Si par exemple l'Europe leur interdisait de stoker des données utilisateurs en dehors du sol européen, ou de les supprimer après 2 mois... google verrait une grosse part de son chiffre d'affaire et revenu fondre.

    Et perdre la chine, marché émergeant trafiqué par le parti et notoirement une dictature, c'était pas un problème.
    Perdre l'Europe qui est une des organisations de référence en terme de démocratie... moins sympa.
    (et oui, je sais que c'est pas parfait, on parle d'image à l'international ici).
    Citation Envoyé par gretro Voir le message
    Je vais être franc sur ce point. Je vis au Canada et je vois pas pourquoi les décisions d'une cour européenne devrait avoir d'impact sur ma navigation et mes résultats de recherche ici au Canada. Ce droit n'est pas reconnu ici, et je tends à me ranger du côté de Google. Je trouve qu'une demande de déréférencement est une chose qui devrait se faire sous des conditions bien spécifiques et que chaque cas devrait passer devant la justice.
    Pour ma part, je trouve qu'il est anormal que google collecte les données d'un français pour les exposer à un canadien sans son consentement... consentement donné aujourd'hui selon les règles européennes avec les limitations propre à ces règles.

    Donc google n'a selon moi pas le droit de collecter, encore moins d'afficher, des données collectées en contrevenant a ces règles.


    Après je me pose aussi la question de la portée de cette décision pour une dictature...
    Si par exemple la chine demandait, pour respecter le droit à l'oubli bien sur, de supprimer toutes les informations / référencement vers les contenus de l'homme au char, ou de l'aveugle bloggeur qui leur a échappé...

    On fait quoi ?

  11. #11
    Inactif  


    Homme Profil pro
    Doctorant sécurité informatique — Diplômé master Droit/Économie/Gestion
    Inscrit en
    Décembre 2011
    Messages
    9 012
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Loire (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Doctorant sécurité informatique — Diplômé master Droit/Économie/Gestion
    Secteur : Enseignement

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2011
    Messages : 9 012
    Points : 23 145
    Points
    23 145
    Par défaut
    Citation Envoyé par edoms Voir le message
    Le siège social de la société Google est 1600 Amphitheatre Parkway, Mountain View, California, USA.
    Mais les serveurs de Google ne sont pas tous en Amérique. Google a aussi des filiales non-américaines, filiales qui sont théoriquement soumises au droit du pays dans lesquelles elles sont implantées.

    C'est un peu comme les McDo, McDo France respecte les lois françaises, mais à priori, pas les lois américaines.

  12. #12
    Membre éprouvé Avatar de fenkys
    Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Octobre 2007
    Messages
    376
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 57
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2007
    Messages : 376
    Points : 1 054
    Points
    1 054
    Par défaut
    A propos, on sait comment ça a évolué cette histoire du juge américain qui cherchait à obtenir des informations sur un serveur irlandais au mépris de toute souveraineté nationale ?
    (comment ça aucun rapport ?)

  13. #13
    Membre expert Avatar de jopopmk
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Mars 2011
    Messages
    1 856
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2011
    Messages : 1 856
    Points : 3 570
    Points
    3 570
    Par défaut
    Citation Envoyé par fenkys Voir le message
    A propos, on sait comment ça a évolué cette histoire du juge américain qui cherchait à obtenir des informations sur un serveur irlandais au mépris de toute souveraineté nationale ?
    (comment ça aucun rapport ?)
    Ça c'est Microsoft, et pas de nouvelle récente depuis la semaine passée (où les nouvelles n'étaient déjà pas bien fraiches).
    Plus je connais de langages, plus j'aime le C.

  14. #14
    Membre émérite
    Avatar de ymoreau
    Homme Profil pro
    Ingénieur étude et développement
    Inscrit en
    Septembre 2005
    Messages
    1 154
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 38
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur étude et développement
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2005
    Messages : 1 154
    Points : 2 834
    Points
    2 834
    Par défaut
    Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
    Pour ma part, je trouve qu'il est anormal que google collecte les données d'un français pour les exposer à un canadien sans son consentement... consentement donné aujourd'hui selon les règles européennes avec les limitations propre à ces règles.
    Donc google n'a selon moi pas le droit de collecter, encore moins d'afficher, des données collectées en contrevenant a ces règles.
    Je suis tout à fait d'accord.


    Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
    Après je me pose aussi la question de la portée de cette décision pour une dictature...
    Si par exemple la chine demandait, pour respecter le droit à l'oubli bien sur, de supprimer toutes les informations / référencement vers les contenus de l'homme au char, ou de l'aveugle bloggeur qui leur a échappé...

    On fait quoi ?
    Pour moi la nuance entre censure et droit à l'oubli se situe sur le demandeur. Une personne peut vouloir effacer des données personnelles à son sujet, mais pas effacer des données à propos d'autres personnes.Exemple : si un manifestant souhaite se faire oublier parce qu'il risque de se faire casser la gueule par ses voisins s'ils le reconnaissent ça me semble légitime, qu'une autre personne/institution/entreprise souhaite effacer sa présence en manifestation par contre c'est une censure de ce qu'il a voulu exprimer.

    Un cas qui me semble plus délicat c'est quand une personne célèbre/importante voudrait effacer une bourde qu'elle a pu dire ou faire, a-t-elle ce droit ou pas ? Mais bon en l'occurrence on parle de droit à l'oubli sur Google, pas de disparaitre du net totalement (ce qui est impossible techniquement).

  15. #15
    Membre averti Avatar de RPGamer
    Homme Profil pro
    Ingénieur en systèmes embarqués
    Inscrit en
    Mars 2010
    Messages
    168
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur en systèmes embarqués

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2010
    Messages : 168
    Points : 395
    Points
    395
    Par défaut
    Je vois pas ce que Google a à faire avec le droit à l'oubli. Google Search n'héberge pas de contenu. Si du contenu compromettant est hébergé sur une plate-forme X ou Y, c'est à cette plate-forme que la demande de suppression doit être envoyée. Le contenu supprimé sera alors naturellement désindexé par les moteurs de recherche (dont Google). Si le contenu est hébergé sur un service appartenant à Google (Blogger, YouTube, etc.), alors dans ce cas la demande peut être faite à Google, comme à n'importe quelle service d'hébergement.

  16. #16
    Membre chevronné
    Profil pro
    Inscrit en
    Décembre 2007
    Messages
    763
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2007
    Messages : 763
    Points : 2 106
    Points
    2 106
    Par défaut
    Par contre le CNIL l'ouvre pas des masse sur les pratiques de microsoft et de apple qui récupère les données utilisateurs comme des porcs. Il est ou le droit a l'oubli la dedans?

  17. #17
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 529
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 529
    Points : 199 209
    Points
    199 209
    Par défaut Google a décidé d'élargir la portée du droit à l'oubli à toutes les déclinaisons de son moteur de recherche
    Google a décidé d'élargir la portée du droit à l'oubli à toutes les déclinaisons de son moteur de recherche,
    à condition que l'utilisateur réside en Europe

    Mise à jour du 07 / 03 / 2016 : Google étend le droit à l'oubli à l'ensemble de ses sites

    Cette semaine, Google a décidé d'implémenter les nouvelles mesures de son droit à l'oubli conformément aux exigences de la CNIL qui a avancé que le droit à l’oubli ne devait pas se limiter aux domaines de l’UE.

    « Nous allons également utiliser des signaux de géolocalisation comme les adresses IP afin de restreindre l'accès aux URL délistées sur tous les domaines de recherche Google incluant Google.com, lorsque que l'on y accède depuis le pays de la personne demandant son retrait », a expliqué Peter Fleischer, conseiller sur les questions relatives à la vie privée chez Google. « Nous allons appliquer ce changement rétroactivement à tous les déréférencements déjà effectués depuis la décision [remontant à mai 2014, NDLR] de la Cour européenne ».

    « Nous pensons que cette mesure additionnelle de déréférencement nous permet d'améliorer la protection réclamée par les régulateurs européens tout en préservant les droits des gens dans d'autres pays d'accéder légalement aux informations publiées  », a estimé l'entreprise.

    Source : Google
    Au printemps 2014, suite à une décision de la Cour de justice de l'Union européenne, les moteurs de recherche en Europe se sont vus contraints de publier un formulaire permettant à une personne physique ou morale de demander la suppression des liens pointant vers des pages contenant des informations obsolètes ou susceptibles de ternir son image, voire porter atteinte à sa vie privée.

    Dans l'application de cette décision de justice, le numéro un de la recherche s'est cantonné aux versions européennes (.fr, .es, .de, etc.), ce qui était loin de satisfaire les gendarmes européens de la vie privée qui ont exigé de Google qu'il procède au déférencement sur tous les noms de domaine de son moteur de recherche, y compris les extensions non européennes dans le cadre du « droit à l’oubli ».

    En réponse à la demande des gardiens de la vie privée, Google et un comité consultatif commandité par ses soins ont, l’un après l’autre, convenu que le droit à l’oubli devrait se limiter à l’Europe puisqu’il s’agit d’un concept européen.

    C’est suite à de nombreux rejets de demandes de suppressions de données que la CNIL a été saisie pour des centaines de requêtes faites à Google par des utilisateurs français. L’autorité française de protection des données a estimé que, pour être conforme à la décision de justice de la CJUE, le droit à l’oubli ne devait pas se limiter aux domaines de l’UE, ce qui a entraîné la mise en demeure de Google.

    Pour Google, la mise en demeure de la CNIL était une entrave au droit à l’information du public et, par conséquent, représentait donc une forme de censure. Raison pour laquelle le moteur de recherche a adressé à la CNIL un recours gracieux qui s'est vu rejeté entre autres parce que :

    • les extensions géographiques ne sont qu’un chemin d’accès au traitement. Dès lors que le déréférencement est accepté par le moteur de recherche, il doit s’opérer sur toutes les extensions conformément à l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne ;
    • si le droit au déréférencement était limité à certaines extensions, il pourrait être facilement contourné ;
    • en tout état de cause, le droit au déréférencement n’entraîne jamais la suppression de l’information d’internet, mais empêche uniquement l’affichage de certains résultats sur le moteur en cas de recherche effectuée sur la seule base du nom de la personne ;
    • ce droit n’est pas absolu ;
    • contrairement à ce qui a pu être indiqué par Google, cette décision ne traduit pas une volonté d’application extraterritoriale du droit français par la CNIL. Elle se borne à demander le plein respect du droit européen par des acteurs non européens offrant leurs services en Europe.


    Sous la pression, Google aurait un peu lâché du lest selon Reuters qui s'en réfère à une source proche du dossier ; le numéro un de la recherche aurait décidé d'appliquer le déférencement à toutes les déclinaisons du moteur à condition que la recherche soit effectuée sur le territoire européen. En clair, si un lien est désindexé, un internaute français ne pourra pas le voir dans les résultats de recherche quelle que soit la déclinaison de Google dont il se sert. En revanche, si la requête est lancée à l'extérieur des frontières européennes, l'internaute y aura accès. Google va se baser sur l'adresse IP de l'utilisateur pour déterminer si l'internaute est bien localisé en Europe.

    D'après les dernières statistiques de son rapport de transparence, Google a reçu 386 038 demandes de déréférencement depuis la mise en place du « droit à l’oubli », dont 42,5 % ont été jugées légitimes. Cela représente 1 357 986 URL désindexées de son moteur de recherche. La France, à elle seule, a généré 82 076 requêtes, dont 48,5 % ont abouti (271 723 URL supprimées).


    Source : Reuters, Google (rapport de transparence)

    Voir aussi :

    Google publie les statistiques relatives au « droit à l'oubli », la France reste en tête des pays les plus demandeurs

    Droit à l'oubli : droit à la vie privée ou censure de la liberté d'expression ?

    Google révèle accidentellement plus d'informations relatives au droit à l'oubli, dans une version archivée de son rapport de transparence
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #18
    Membre éclairé

    Femme Profil pro
    Experte JS / Conseillère en best practices / Chercheuse en programmation
    Inscrit en
    Octobre 2007
    Messages
    741
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 43
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Experte JS / Conseillère en best practices / Chercheuse en programmation
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2007
    Messages : 741
    Points : 808
    Points
    808
    Par défaut
    Sérieusement, peut-on vraiment parler de protection? Un proxy et on a tout de même accès à l'info...

    Ils vont encore jouer aux cons pendant longtemps, avant de faire ce qu'on en attend vraiment (une désindexation pure et simple) ?
    Afin d'obtenir plus facilement de l'aide, n'hésitez pas à poster votre code de carte bancaire

    Mon GitHub

    Une alternative à jQuery, Angular, Vue.js, React, ... ? Testez anticore, en quelques secondes à peine !
    (Contributions bienvenues)

  19. #19
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Juin 2004
    Messages
    374
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : Enseignement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2004
    Messages : 374
    Points : 1 402
    Points
    1 402
    Par défaut
    Citation Envoyé par Lcf.vs Voir le message
    Sérieusement, peut-on vraiment parler de protection? Un proxy et on a tout de même accès à l'info...

    Ils vont encore jouer aux cons pendant longtemps, avant de faire ce qu'on en attend vraiment (une désindexation pure et simple) ?
    À mon avis ce n'est pas si simple ... Supprimer l'entrée dans l'index, OK, mais dans les 5 secondes le lien sera de nouveau rajouté par crawling.

    Donc il faut supprimer le lien ET le mettre dans une blacklist. Ce qui n'est pas anodin du tout vu que la blacklist doit être répliquée sur tous les crawlers, et que chaque entrée dans cette liste ralentit le processus de Google dans son ensemble, et consomme de l'énergie.

    Je comprends que Google cherche à garder cette liste aussi restreinte que possible.

    La vraie solution est de supprimer le contenu, pas l'index, comme soulevé dans un commentaire précédent.

  20. #20
    Inactif  
    Homme Profil pro
    Analyste-Programmeur / Intégrateur ERP
    Inscrit en
    Mai 2013
    Messages
    2 511
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste-Programmeur / Intégrateur ERP
    Secteur : Bâtiment

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2013
    Messages : 2 511
    Points : 10 335
    Points
    10 335
    Par défaut
    Citation Envoyé par Shepard Voir le message
    Donc il faut supprimer le lien ET le mettre dans une blacklist. Ce qui n'est pas anodin du tout vu que la blacklist doit être répliquée sur tous les crawlers, et que chaque entrée dans cette liste ralentit le processus de Google dans son ensemble, et consomme de l'énergie.
    Si Google ne le fait pas, cela n'a rien à voir avec les performances, c'est simplement que les lois qui s'appliquent en France ou en UE, ne s'applique pas à la planète entière. Et qu'ils n'ont aucune raison de supprimer des informations auxquelles le reste de la planète peut avoir envie d'accéder. Si en UE on ne veut plus que cela apparaisse, ils le masque pour les Européens, mais la loi en question ne s'appliquant pas aux USA par exemple, il n'y a aucune raison pour supprimer l'information en question aux Américains.

    Alors oui, on peut passer par un proxy, encore faut-il le savoir, encore faut-il savoir s'en servir, et encore faut-il absolument rechercher cette information. Et une majorité de la population ne saura pas le faire. Ce qui peut nous paraître "simple" pour nous qui sommes du métier et qui savons comment contourner cela, ne l'est pas forcément pour quelqu'un qui n'y connait rien en informatique / internet.

    Surtout que là, on fait tout un pataquès avec Google, mais si l'information en question apparait en top résultat sur les autres moteurs de recherche, à quoi ça sert ?

Discussions similaires

  1. [HTML 4.0] geolocalisation/google maps - a droite des recherches google
    Par artenis dans le forum Balisage (X)HTML et validation W3C
    Réponses: 0
    Dernier message: 06/02/2012, 21h12
  2. Réponses: 37
    Dernier message: 19/10/2010, 08h51
  3. Google contre Microsoft : la guerre sur tous les fronts. Qui va gagner ?
    Par Pierre Louis Chevalier dans le forum Actualités
    Réponses: 6
    Dernier message: 22/07/2009, 14h06
  4. Réponses: 7
    Dernier message: 19/12/2005, 12h27
  5. [Tomcat]Droit d'accès aux fichiers créés par une servlet
    Par loulouleboss dans le forum Tomcat et TomEE
    Réponses: 7
    Dernier message: 15/07/2004, 14h32

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo