Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #161
    Invité
    Invité(e)
    Pour info, il existe une nouvelle génération d'ASIC qui sont reprogrammables.

    Cisco l'utilise dans ses plateformes Catalyst 3850 et Nexus 9k, Juniper sur les 9250, cf

    https://www.ciscolive.com/c/dam/r/ci...RKARC-3467.pdf

    https://www.juniper.net/us/en/local/...2000331-en.pdf

    -VX

  2. #162
    Membre actif
    Citation Envoyé par vxlan.is.top Voir le message
    Pour info, il existe une nouvelle génération d'ASIC qui sont reprogrammables.

    Cisco l'utilise dans ses plateformes Catalyst 3850 et Nexus 9k, Juniper sur les 9250, cf

    https://www.ciscolive.com/c/dam/r/ci...RKARC-3467.pdf

    https://www.juniper.net/us/en/local/...2000331-en.pdf

    -VX
    J ai parcouru les 2 docs tres rapidement mais de ce que j en comprends ce qui est reprogrammable c est la maniere dont l information est traitee, pas l arrangement du hardware.
    Dans le monde des ASICs SoC cela n a rien d extraordinaire, ce qui l est peut etre ici c est que c est visible pour le client du produit final ;-)

  3. #163
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par vxlan.is.top Voir le message
    Pour info, il existe une nouvelle génération d'ASIC qui sont reprogrammables.
    Je suis perdu là.

    De ce que je comprends, ce n'est pas juste "réécrire" les portes logiques, comme on peut réécrire sur un tableau en l'effaçant, c'est carrément un logiciel qui tourne sur l'ASIC ?
    En gros c'est un espèce de CPU ?
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  4. #164
    Invité
    Invité(e)
    Citation Envoyé par quicky2000 Voir le message
    ce qui l est peut etre ici c est que c est visible pour le client du produit final ;-)
    Ah OK.

    Donc quand "ils" disent ASIC reprogrammables, "ils" c'est les gus du Marketing ?

    -VX

  5. #165
    Membre actif
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Je suis perdu là.

    De ce que je comprends, ce n'est pas juste "réécrire" les portes logiques, comme on peut réécrire sur un tableau en l'effaçant, c'est carrément un logiciel qui tourne sur l'ASIC ?
    En gros c'est un espèce de CPU ?
    Un ASIC c est un circuit qui a ete cree pour une tache tres specifique avec des unites hardware dediees. La maniere dont les unites logiques sont reliees a ete figee une fois pour toute au moment ou le circruit a ete fondu.

    Un FPGA c est plus comme une boite de lego avec des briques ( portes logiques, additionneurs, memoires ) et ce que tu programmes c est la maniere dont ces briques sont reliees pour implementer une fonctionnalite hardware.
    Soit ca se programme une seule fois en petant des fusibles ou en detruisant des "bidules" avec des UV soit tu peux le reprogrammer a volonte

    Ca c etait pour la partie materielle/hardware. Que tu sois dans le cas d ASIC ou d un FPGA il y a de fortes chance que le hardware implemente un ou plusieurs CPUs ( voir des GPUs ) qui eux vont executer du software.

    Au niveau software tu peux distinguer tout ce qui est tres bas niveau, generalement fourni par le fabricant de la puce ( code qui sert a booter, drivers des IPs hardware etc ), apres tu peux eventuellement avoir un ou plusieurs Systeme d exploitaiton qui tournent dessus avec des surcouches logicielles fournies par le vendeur du produit fini et encore au dessus des logiciels Utilisateurs.

    Par exemple les ASICs/SOC qui sont dans les boxes des fournisseurs de TV par cable/sat tu as plusieurs dizaines de CPU dedans, Un OS qui tourne, une surcouche du fournisseur, des applis par dessus etc

  6. #166
    Invité
    Invité(e)
    Citation Envoyé par quicky2000 Voir le message


    Au niveau software tu peux distinguer tout ce qui est tres bas niveau, generalement fourni par le fabricant de la puce ( code qui sert a booter, drivers des IPs hardware etc ), apres tu peux eventuellement avoir un ou plusieurs Systeme d exploitaiton qui tournent dessus avec des surcouches logicielles fournies par le vendeur du produit fini et encore au dessus des logiciels Utilisateurs.

    OK, c'est clair.
    Dans la doc Cisco, la partie soft, celle qui exploite les ASIC, c'est ce qu'ils appellent l'UADP (Unified Access Data Plane).

    Merci pour les clarifications !

    -VX

  7. #167
    Membre actif
    Citation Envoyé par vxlan.is.top Voir le message
    Ah OK.

    Donc quand "ils" disent ASIC reprogrammables, "ils" c'est les gus du Marketing ?

    -VX
    Non je pense qu ils expliquent qu ils ont un partionnement hardware/software suffisamment bien fait pour que ton ASIC soit pas bon a jeter a la poubelle si un nouveau protocole sort.
    On peut comparer ca aux GPUs des PCs qui sont des ASICs mais dont tu programmes le traitement via les Shaders dans le cas du Graphique ou par des threads CUDA par exemple.
    Tu peux faire tourner des jeux videos differents avec la meme carte graphique, alors que si tu prends l exemple des consoles de Jeux a Cartouche de SEGA ou Nintendo des annees 90 il y avait du hardware dedie au jeu dans la cartouche ( pour certains jeux )

  8. #168
    Membre actif
    Citation Envoyé par vxlan.is.top Voir le message
    OK, c'est clair.
    Dans la doc Cisco, la partie soft, celle qui exploite les ASIC, c'est ce qu'ils appellent l'UADP (Unified Access Data Plane).

    Merci pour les clarifications !

    -VX
    C est ce que j en comprends en ayant survole les slides...

  9. #169
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par quicky2000 Voir le message
    On peut comparer ca aux GPUs des PCs qui sont des ASICs mais dont tu programmes le traitement via les Shaders dans le cas du Graphique ou par des threads CUDA par exemple.
    D'accord, donc par exemple les ALU des CPU sont des ASIC qui sont contrôlée par l'ordonnanceur ?
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  10. #170
    Membre actif
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    D'accord, donc par exemple les ALU des CPU sont des ASIC qui sont contrôlée par l'ordonnanceur ?
    Pour un CPU genre Intel/AMD on parle moins d ASIC etant donne que c est utilise pour beaucoup d applications differentes.
    Un GPU c est un ASIC parce que ca une archi vraiment tres specifique et les puces qui sont par exemple dans les routeurs CISCO encore plus

    Pour revenir au sujet de SpaceX dans ce genre ASIC tu vas avoir des CPU embarques general purpose ( type Cortex A de ARM), des CPUs dedies pour les modems, traitement du signal, des IPs dedies a la crypto ( pour faire de l encryption hardware ), des RAMs embarquees etc etc

  11. #171
    Expert éminent sénior
    Merci pour vos réponses, je me coucherais un peu moins con ce soir.

    Citation Envoyé par quicky2000 Voir le message
    Pour revenir au sujet de SpaceX dans ce genre ASIC tu vas avoir des CPU embarques general purpose ( type Cortex A de ARM)
    Ces CPU sont directement gravés sur l'ASIC, ou est-ce qu'ils sont branché dessus comme on les brancherait sur une carte mère ?
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  12. #172
    Membre actif
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message

    Ces CPU sont directement gravés sur l'ASIC, ou est-ce qu'ils sont branché dessus comme on les brancherait sur une carte mère ?
    Dans ce genre de chip tout ce que je t ai decrit est grave dans l ASIC, c est pour ca qu on parle de System On Chip ( SoC ).
    En gros seule la DDR est est en dehors de l ASIC

  13. #173
    Chroniqueur Actualités

    SpaceX lance 60 autres satellites Starlink tout en établissant deux records de réutilisation de fusées
    SpaceX lance 60 autres satellites Starlink tout en établissant deux records de réutilisation de fusées
    l'entreprise a connu 50 lancements consécutifs réussis

    Le déploiement des satellites pour la constellation Starlink, le projet d’Elon Musk pour fournir de l’Internet à haut débit depuis l’espace partout dans le monde a débuté en mai dernier. Dans la nuit du 23 au 24 mai 2019, SpaceX a procédé au lancement en orbite terrestre basse de sa première flotte de 60 satellites. Comme l’avait annoncé Elon Musk, les 60 satellites ont été transportés dans l’espace à bord de la fusée Falcon 9 depuis la base aérienne de Cap Canaveral en Floride, aux États-Unis. Lundi dernier, SpaceX a lancé 60 autres satellites toujours depuis la base aérienne de Cap Canaveral. Dorénavant, SpaceX a connu 50 lancements consécutifs réussis. Cette mission de l'entreprise a établi deux nouveaux records pour la réutilisation de ses fusées.

    Les 60 satellites représentent la deuxième flotte d’une constellation d’environ douze mille satellites pour le projet Starlink, un projet par lequel Elon Musk entend fournir de l’Internet à haut débit depuis l’espace à toutes les régions du monde. En mai dernier, Musk et SpaceX expliquaient qu'il faudra attendre encore au moins six lancements supplémentaires (environ 400 satellites) pour espérer offrir un service Internet minimum.


    « Nous avons déployé 60 satellites Starlink de plus. Cela nous rapproche un peu plus de la possibilité d'offrir le service Internet Starlink aux clients du monde entier, y compris aux personnes vivant dans des régions rurales et difficiles d'accès qui ont du mal à accéder à Internet haute vitesse », a déclaré Lauren Lyons, ingénieur chez SpaceX. Ce deuxième lancement représente également la quatrième mission du propulseur de fusée SpaceX Falcon 9, qui a atterri et a été réutilisé après trois lancements précédents, ce qui en fait la première fois que la société a posé un propulseur à quatre reprises. Le propulseur, la grande partie inférieure de la fusée, a déjà lancé des satellites, puis a atterri avec succès pour des missions en juillet 2018, octobre 2018 et février 2019.

    De plus, SpaceX a utilisé le nez de la fusée qu'il a repêché dans l'océan Atlantique après une mission en avril - la première fois qu'une entreprise a remis à neuf et utilisé cette partie d'une fusée. Le patron de Tesla compte sur les revenus qu’il tirera de ce projet pour financer sa vision de Mars. Ces revenus lui permettront de mettre plus de moyens à disposition de SpaceX pour terminer son nouveau modèle de fusée qui est en train d’être développée et baptisée Starship, un nouvel engin spatial permettant de transporter des clients payants vers la Lune et d'essayer éventuellement de coloniser Mars.

    Autrement dit, Starship est le nouveau système de lancement entièrement réutilisable que SpaceX met actuellement au point. Starship doit transporter jusqu’à 100 personnes à la fois depuis la terre vers la Lune ou la planète Mars. « Nous voyons cela comme un moyen pour SpaceX de générer des revenus pouvant être utilisés pour développer de plus en plus de roquettes et de vaisseaux spatiaux. Nous pensons pouvoir utiliser les revenus de Starlink pour financer Starship », avait expliqué Elon Musk en mai dernier. Le PDG du constructeur automobile Tesla Inc. semble avoir visé juste, car d’après ce que rapporte Reuters, si le projet Starlink marche comme prévu, ce service Internet mondial représenterait une énorme source de revenus et de financement pour Musk et les siens.


    L'entreprise a recueilli plus de 1,3 milliard de dollars cette année pour construire Starship. La société construit plusieurs fusées Starship à la fois, car Elon Musk a fixé un calendrier ambitieux pour commencer à lancer Starship régulièrement et prouver qu'il peut être facilement réutilisé, comme un avion. En octobre dernier, Gywnne Shotwell, le président de SpaceX, a déclaré à une foule d'investisseurs à New York que SpaceX avait l'intention de « lancer 60 satellites toutes les deux semaines pour remplir la constellation » pour Starlink. « Nous avons besoin de 360 à 400 satellites pour avoir une connectivité constante. Une fois que nous aurons atteint 1 200 satellites, nous aurons une couverture du monde entier », a déclaré Shotwell.

    Shotwell a déclaré qu'en 2012, le conseil d'administration de la société s'était rendu compte que les marges bénéficiaires des satellites commerciaux qu'elle lançait pour ses clients étaient « beaucoup plus élevées » que celles de l'activité de lancement de SpaceX. Musk estime que Starlink pourrait générer plus de 30 milliards de dollars par an - au moins 10 fois ce que SpaceX pourrait tirer au mieux de ses activités de lancement. Contrairement aux satellites traditionnels, les Starlinks auront une durée de vie limitée d'environ cinq ans, a expliqué Shotwell. SpaceX va maintenir la technologie du réseau Starlink en remplaçant rapidement les satellites qui sont conçus pour brûler intentionnellement dans l'atmosphère terrestre.

    "Les satellites seront limités dans leur durée de vie parce que plus vous voulez que les satellites vivent en orbite, plus vous aurez d'argent à y investir ", a dit M. Shotwell. « Nous lancerons continuellement ces satellites pour mettre à jour la technologie, pour régler tout problème avec les satellites, pour en installant d'autres qui fonctionnent mieux à lieu et place ».

    Cependant, n’oublions pas la concurrence. Même si chaque lot de 60 satellites de la constellation Starlink d’Elon Musk apportera un térabit de capacité haut débit utilisable, soit une capacité utilisable du réseau Starlink au-dessus de tout satellite de télécommunication géostationnaire actuellement en orbite et devancera de manière significative toute autre constellation en orbite terrestre basse connue comme OneWeb et en cours de développement à l’exemple de celui de Télésat, Reuters assure quand même que SpaceX ferait face à une vive concurrence dans le secteur.

    Dans le lot des concurrents potentiels de SpaceX, on pourrait citer Télésat et LeoSat Enterprises du Canada qui envisagent également de déployer une constellation d’environ 300 satellites d’une capacité utilisable d’environ huit térabits d’ici les prochaines années et OneWeb, soutenu par Airbus SE, qui a lancé son propre réseau de satellites en février de cette année. Dans le cas de SpaceX, Elon Musk a déclaré que l’entreprise compte constituer la constellation Starlink avec un peu plus de onze mille satellites (12 000 d’après Reuters).

    Source : CNBC

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi

    Les 60 premiers satellites de Starlink, le projet d'Elon Musk pour fournir Internet depuis l'espace, sont lancés en orbite après deux tentatives

    SpaceX d'Elon Musk demande l'autorisation pour le lancement de 30 000 satellites Starlink supplémentaires, mais ses motivations ne seraient pas assez claires

    SpaceX d'Elon Musk vaut maintenant plus que Tesla, après le déploiement en orbite avec succès des 60 satellites Starlink

    SpaceX veut apporter aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n'est pas chère, Baptisé Starlink, ce projet pourrait modifier le paysage de l'industrie des télécoms
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #174
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
    [...] Contrairement aux satellites traditionnels, les Starlinks auront une durée de vie limitée d'environ cinq ans, a expliqué Shotwell. SpaceX va maintenir la technologie du réseau Starlink en remplaçant rapidement les satellites qui sont conçus pour brûler intentionnellement dans l'atmosphère terrestre.
    Ah, ça c'est de l'écologie bien maîtrisée et du développement durable de haut vol, bravo les gars !
    Et pas un seul Vert pour monter au créneau et gueuler contre ?

    Et tout ça pour quoi ? Pour échanger des vidéos de chats ?
    Lamentable…
    Il a à vivre sa vie comme ça et il est mûr sur ce mur se creusant la tête : peutêtre qu'il peut être sûr, etc.
    Oui, je milite pour l'orthographe et le respect du trait d'union à l'impératif.
    Après avoir posté, relisez-vous ! Et en cas d'erreur ou d'oubli, il existe un bouton « Modifier », à utiliser sans modération
    On a des lois pour protéger les remboursements aux faiseurs d’argent. On n’en a pas pour empêcher un être humain de mourir de misère.
    Mes 2 cts,
    --
    jp

  15. #175
    Membre à l'essai
    On peut voir le problème de plusieurs manière différentes. Le fait que l'on fasse brûler un satellite n'est pas forcément le "pire".

    Les satellites Starlink sont conçus pour brûler à 95% dans l'atmosphère pour la première itération. Les derniers envoyés sont censés brûler à 100%. Ce choix a été fait pour ne pas encombrer les orbites avec des satellites morts (ou des débris). Starlink étant en orbite basse n'importe quel débris de la constellation brûlera en quelques semaines. On évite d'encombrer l'orbite de la terre. Ça c'est le coté "pratique" de ce choix technique.

    D'un point de vue des matériaux et de la ressource, est-ce que les satellites Starlink ne sont pas moins gourmands finalement qu'un réseaux télécom en fibre optique et câbles ? Fabrication, installation et entretien avec tout le BTP que ça implique, notamment le béton, sont des activités extrêmement polluantes aussi (surtout la fabrication du béton, une des pires). Je n'ai pas la réponse à cette interrogation mais ça me semble pas évident dans un sens ou dans l'autre.

    L'utilité ensuite d'un tel réseau en plus du terrestre? Plusieurs activités sont envisageables:
    - Les vidéos de chat évidemment ;-)
    - Décongestionner une zone géographique comme un centre urbain par exemple, en faisant passer certaines communications longues distances par l'espace au lieu de transiter par tout les intermédiaires terrestres. Créer ainsi des interconnections qui n'existent pas au sol plus directes quand c'est avantageux.
    - Accès internet en zone non développée: De la zone rurale en France au désert de je ne sais quel coin du monde.
    - Accès internet pour le maritime permettant plus de débit et de nouveaux usages. Idem pour l'aviation.
    - Fourniture d'une couverture mondiale pour les scientifiques aussi (balises et télémétrie n'importe ou dans le monde pour leurs armées de capteurs environnementaux)
    - Connectivité sans apport terrestres pour l'industrie et les collectivités publiques (feux de route connectés, radars automatiques dans des zones encore plus paumées :-/ , etc...)

    Globalement fournir une connectivité la ou ce n'était pas possible ou financièrement envisageable avant.

    Alors après il est clair que cramer des trucs dans l'atmosphère c'est pas bon du tout. A notre époque on préférerai ne pas le faire. Mais est-ce mieux que la situation actuelle ou pas ? Je ne sais pas mais encore une fois la réponse me semble pas si évidente.

    EDIT:Typo

  16. #176
    Membre actif
    Vivement qu'ils cessent leur pitreries et qu'on cesse d'entendre parler de cette boîte et de son fondateur !!!

    Ils vont finir par faire faillite comme les gus du projet iridium...

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Iridiu...par_satellite)

  17. #177
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
    Ils vont finir par faire faillite
    Même si je ne suis pas fan de ce projet qui consiste à mettre 300 satellites pour avoir une connexion internet sur toute la terre, ni du projet de constellation de + de 11 000 satellites, il faut cependant reconnaître que SpaceX fait avancer la technologie, notamment au niveau des fusées. (ils ont des lanceurs qui reviennent sur leur base)
    SpaceX innove, la société fait progresser les voyages spatiaux.
    Keith Flint 1969 - 2019

  18. #178
    Membre éprouvé
    Vivement qu'ils cessent leur pitreries et qu'on cesse d'entendre parler de cette boîte et de son fondateur !!!
    Ils vont finir par faire faillite comme les gus du projet iridium...
    alors ok, je n'ai pas cherché sa situation actuelle mais la boite que tu cites, elle à plutôt bien rebondi.. https://www.iridium.com/

    Au 31 décembre 2015, le chiffre d'affaires de la société Iridium atteint 411 millions US$ pour 782 000 abonnés, en augmentation de 6 % par rapport à l'année précédente. 51 % de ces abonnements concernent des liaisons machine to machine (M2M : échanges automatiques de données entre machines distantes).
    bon, on aime ou pas Musk, tesla, ses projets ambitieux etc ok, à titre personnel, j'ai quelques doutes sur le risque de collision entre les 12000 satellites de musk et les autres mais le fait est que sa constellation est plutôt bien partie et que son projet de lanceurs réutilisables semble fiable....
    donc wait & see , ses projets ambitieux ont au moins l’intérêt de faire avancer la roue technologique... il apporte sa pierre à l'édifice et ça oblige la concurrence à se bouger également...
    Salut à tous et merci @# yoyo3d

  19. #179
    Chroniqueur Actualités

    SpaceX travaille sur la correction des satellites Starlink pour qu'ils ne perturbent pas l'astronomie
    SpaceX travaille sur la correction des satellites Starlink pour qu'ils ne perturbent pas l'astronomie,
    En appliquant un revêtement spécial sur le fond des engins

    SpaceX a déjà déployé 120 mini-satellites en orbite basse par lot de 60 – un lot en en mai dernier puis un autre en novembre – pour commencer à établir son réseau Internet haute vitesse, et prévoit en lancer des milliers d'autres dans un proche avenir. Mais le fait que, dès le premier lancement, les satellites Starlink étaient aussi brillants dans le ciel nocturne, et que le PDG de SpaceX ait l'intention d'en envoyer 12 000 en tout dans le cadre de son projet Starlink, a fait souffler un vent de panique dans la communauté des astronomes. Cependant, après plusieurs plaintes, SpaceX serait maintenant en train de travailler sur le problème de la pollution lumineuse.

    Pour le prochain lot de 60 satellites prévu pour être lancé en fin décembre, Space X mettra, sur le fond d’un des satellites, un revêtement spécial conçu pour rendre l'engin spatial moins réfléchissant et moins susceptible d'interférer avec les observations spatiales, a déclaré vendredi dernier Gwynne Shotwell, présidente et directrice générale de SpaceX, lors d'une réunion avec des journalistes au siège social de SpaceX à Hawthorne en Californie. Shotwell a déclaré que le problème de luminosité de Starlink posé à l'observation astronomique avait été inattendu, mais elle s'est engagée à le résoudre. « Nous allons y arriver », a rapporté Spacenews, une publication qui couvre l'actualité économique et politique de l'industrie spatiale et des satellites.


    Starlink est le projet d’Elon Musk pour fournir de l’Internet haut débit depuis l’espace partout dans le monde. En mai dernier, Musk et SpaceX expliquaient qu'il faudrait attendre encore au moins six lancements supplémentaires (environ 400 satellites) pour espérer atteindre l’objectif final qui est de connecter chaque recoin de la Terre à un Internet haut débit et à faible latence. La vue de premiers satellites extrêmement brillants alignés dans le ciel nocturne a suscité des inquiétudes parmi les astronomes, qui craignent que la constellation n'interfère avec les recherches scientifiques.

    Alan Duffy, astronome à l'université de Swinburne, avait estimé en mai que les satellites causent une pollution radio importante pour les radiotélescopes basés au sol et le déploiement des 12 000 microsatellites du projet Starlink pourrait signifier qu'il deviendra impossible de « balayer le ciel à la recherche d'objets radioélectriques de faible intensité ». Un autre astronome du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, Jonathan McDowell, avait estimé, d’après ses calculs, qu’on pourrait « en voir jusqu’à 100 à l’œil nu simultanément ». Selon lui, personne ne s’attendait à ce que les satellites soient aussi réfléchissants, car SpaceX avait assuré qu’il allait les orienter pour minimiser le phénomène.

    En répondant aux préoccupations en mai, SpaceX avait déclaré qu’il serait impossible de voir simultanément les 12 000 satellites, qui seront à terme dispersés sur des orbites variables allant de 550 à 1 200 km et ne croiseront pas l’horizon au même moment, ce qui devrait permettre de réduire la luminosité des satellites. Les satellites seraient dans l'obscurité lorsque les étoiles seraient visibles, avait aussi dit l’entreprise.

    Maintenant, Shotwell a admis que personne dans l'entreprise n'avait prévu le problème au moment de la conception des satellites. « Personne n'y a pensé », a-t-elle dit. « Nous n'y avons pas pensé. La communauté astronomique n'y a pas pensé ».

    Concernant la solution de revêtement appliqué sur le fond de l'un des satellites du troisième lot, Shotwell a fait remarquer qu'il ne s'agit que d'une expérience et qu'il est impossible de prédire si cela fonctionnera. « Nous faisons des essais et des erreurs pour trouver la meilleure façon d'y parvenir », a-t-elle déclaré.

    Selon la présidente et directrice générale de SpaceX, depuis l'apparition des premiers rapports faisant état de satellites Starlink perturbant les astronomes, l'entreprise a pris le problème au sérieux. « Nous voulons nous assurer que nous faisons ce qu'il faut pour que les petits enfants puissent regarder dans leur télescope », a-t-elle dit le vendredi dernier. « L'astronomie est l'une des rares choses qui excite les enfants dans l'espace ».


    Le revêtement expérimental pourrait affecter la performance des satellites

    La solution de revêtement n'est que la première étape vers une solution permanente à mesure que de nouveaux satellites seront déployés. Shotwell a indiqué aux journalistes que la société prévoyait de lancer des lots de 60 satellites toutes les deux à trois semaines au cours de l'année à venir pour construire la constellation qui sera prête à fournir une couverture mondiale d'ici la mi-2020.

    En octobre dernier, il a été annoncé que SpaceX cherchait à obtenir l'autorisation de l'Union internationale des télécommunications pour l’exploitation de 30 000 satellites supplémentaires à une fréquence, à un niveau de puissance et à une position spécifiques dans l’espace. Ce nombre s’ajoutant aux 12 000 satellites déjà approuvés par la US Federal Communications Commission. SpaceX a déclaré, à l’époque, dans un communiqué que la société prenait des mesures pour « dimensionner de manière responsable » la capacité totale du réseau et la densité de données afin de répondre à la croissance des besoins des utilisateurs. L'entreprise a également annoncé son intention de fournir des vitesses gigabit et une latence de 25 ms.

    Cependant, Laura Forczyk, propriétaire de la société de conseil en espace Astralytical, a déclaré que la raison pour laquelle SpaceX demandait des satellites supplémentaires était d’augmenter son revenu pour financer d’autres projets. « Ils ont beaucoup de projets ambitieux en cours pour lesquels ils ont besoin de financement », « plus la couverture mondiale est grande, plus leur marché est vaste », a indiqué Forczyk.

    Lorsque Shotwell a parlé de l'effet sur les enfants qui regardent les satellites parmi les étoiles, elle a dit : « C'est cool pour eux de voir un Starlink. Mais ils devraient regarder Saturne, la lune... et ne pas vouloir être interrompus ».

    Le revêtement expérimental qui rendrait le satellite moins réfléchissant pourrait affecter sa performance, et c'est quelque chose qui sera examiné, a dit Shotwell. « Ça change définitivement les performances du satellite, thermiquement. Ce sera un peu d'essais et d'erreurs, mais on va arranger ça », a-t-elle ajouté, d’après SpaceNews.

    Toutefois, selon un commentateur du sujet, le problème de pollution lumineuse par les satellites est une chose que les astronomes étaient au courant, « puisqu'ils doivent faire face à toutes sortes de problèmes semblables ». Mais, ces derniers n’ont pas haussé le ton jusqu'à ce que les gens voient la première série de satellites Starlink et à quel point ils étaient lumineux.

    « Quant à SpaceX qui ne pense pas aux implications astronomiques de Starlink, je peux le croire », a ajouté le commentateur. « Je pense que la plupart d'entre eux se préoccupaient davantage de savoir si cela était possible que des implications de faire cela ».

    Sources : SpaceNews

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Pensez-vous que la solution de revêtement appliqué sur les satellites va-t-il résoudre le problème de luminosité des satellites Starlink ?
    Quelle proposition de solution pouvez-vous faire pour que la constellation de SpaceX n’empêche pas les recherches scientifiques ?
    Le revêtement expérimental qui rendrait le satellite moins réfléchissant pourrait affecter sa performance. Quel commentaire en faites-vous ?

    Lire aussi

    La flottille de 60 satellites de SpaceX est visible dans le ciel nocturne, et cela inquiète les astronomes
    :fleche : SpaceX lance 60 autres satellites Starlink tout en établissant deux records de réutilisation de fusées, l'entreprise a connu 50 lancements consécutifs réussis
    SpaceX d'Elon Musk vaut maintenant plus que Tesla, après le déploiement en orbite avec succès des 60 satellites Starlink
    SpaceX d'Elon Musk demande l'autorisation pour le lancement de 30 000 satellites Starlink supplémentaires, mais ses motivations ne seraient pas assez claires
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  20. #180
    Modérateur

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Maintenant, Shotwell a admis que personne dans l'entreprise n'avait prévu le problème au moment de la conception des satellites. « Personne n'y a pensé », a-t-elle dit. « Nous n'y avons pas pensé. La communauté astronomique n'y a pas pensé ».
    Comment à ce niveau d'étude, un truc aussi évident a-t-il pu être omis ?
    La communauté a bon dos... Ce n'est pas la communauté astronomique qui a demandé à avoir 12 000 satellites supplémentaires autour du globe en orbite basse qui plus est...
    Sincèrement, cette boîte donne l'impression de lancer des tas de projets sans vraiment réfléchir à toutes les conséquences. C'est juste effarant. Et les régulateurs, y font quoi ? Tout le monde pionce sur ses confortables émoluments ? Y'a pas si longtemps, l'ESA a dû faire une manœuvre d'évitement à la station internationale un satellite d'observation pour éviter une collision avec un de leur engin, car en face aucune réponse ! Non mais où va t'on avec ces conneries ?
    # Dans la Création, tout est permis mais tout n'est pas utile...