Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    HealthKit : Apple interdit aux développeurs l'exploitation des données médicales
    HealthKit : Apple interdit aux développeurs l'exploitation des données médicales
    à des fins commerciales

    En amont de la conférence du 9 septembre, qui devrait voir apparaître le prochain iPhone sur iOS 8 avec la plateforme Healthkit, une fonctionnalité pour collecter et centraliser les données de santé issues de différents capteurs, Apple a mis à jour sa politique de confidentialité pour les développeurs concernant le partage des données sensibles.

    Apple est formel : « vous et votre application ne pouvez utiliser les API Healthkit, ou tout autre information obtenue via les API Healthkit, pour un autre but que fournir des services de fitness ou de santé aux utilisateurs en lien avec votre application ». Les développeurs ne doivent donc « pas vendre les informations de santé de l'utilisateur final recueillies via les API de HealthKit aux plateformes publicitaires, à des courtiers en données ou des revendeurs d'information ». Cependant, Cupertino autorise le partage de ces données à des fins de recherche médicale sous réserve de l’autorisation explicite des utilisateurs.


    « Si Apple fait vraiment ça, s’il est vraiment dit aux développeurs qu’ils ne peuvent utiliser les données récoltées que pour le but lié à son application et qu’ils ne peuvent partager les données avec personne à moins que l’utilisateur ne l’accorde, c’est la victoire des victoires » avance le docteur Deborah C. Peel. « C’est ce que nous cherchons à obtenir des 100 000 entreprises qui se lancent dans le commerce des données médicales » continue-t-elle.

    La mesure choisie par Apple semble faire écho aux travaux menés actuellement par la CNIL qui interdit déjà aux professionnels de la santé le commerce des données médicales de leurs patients : « en application de l’article L. 4113-7 du code de la santé publique, la constitution et l'utilisation à des fins de prospection ou de promotion commerciales de fichiers composés à partir de données issues directement ou indirectement des prescriptions médicales ou des données personnelles de santé, sont interdites (même rendues anonymes à l’égard des patients) dès lors que ces fichiers permettent d'identifier directement ou indirectement le professionnel prescripteur »

    Source : The Guardian, CNIL

    Et vous ?

    Que pensez-vous de ces mesures ? Un partage à titre gratuit sans consentement préalable du client serait-il condamnable ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre à l'essai
    Ah oui ! Quelle victoire !
    Heureusement que les virus sont interdits sous android ! Que ferions nous sans cela !

  3. #3
    Membre habitué
    Ils veulent garder le monopole des ventes de données médicales

    Nous serons en danger le jour où les machines seront capable de glander.

  4. #4
    Expert éminent
    Je ne sais pas pour vous, mais la simple idée de faire des données médicales une marchandise me fait froid dans le dos

    C'est encore plus flippant que les données privées Facebook et consort car là, les gens décident de ce qu'ils y mettent (même si pour beaucoup, ils n'ont pas pleinement conscience des implications)
    Cela reste déclaratif

    Dans le cas présent, se sont des prélèvements de données...

  5. #5
    Rédacteur/Modérateur

    Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
    « Si Apple fait vraiment ça, s’il est vraiment dit aux développeurs qu’ils ne peuvent utiliser les données récoltées que pour le but lié à son application et qu’ils ne peuvent partager les données avec personne à moins que l’utilisateur ne l’accorde, c’est la victoire des victoires » avance le docteur Deborah C. Peel. « C’est ce que nous cherchons à obtenir des 100 000 entreprises qui se lancent dans le commerce des données médicales » continue-t-elle.
    Ca veut dire qu'actuellement, pour toute autre appli, la collecte est autorisée pour autre but que celui lié à l'appli ? Et peuvent partager les données avec un tiers, sans l'accord de l'utilisateur ?
    Pensez à consulter la FAQ ou les cours et tutoriels de la section C++.
    Un peu de programmation réseau ?
    Aucune aide via MP ne sera dispensée. Merci d'utiliser les forums prévus à cet effet.

  6. #6
    Membre habitué
    Le consentement pour l'exploitation de nos données médicales est essentiel et incontournable. J'interdirais même les contrats génériques qui permettent de faire n'importe quoi avec ces données. Le consentement devrait un consentement spécifique à la pièce où ceux qui ont exprimé leur accords avent en tout temps ce qui sera fait avec leurs données. Pas certains que Apple aimerait cette contrainte...
    Pour ce qui est de leur application, ils peuvent bien faire ce qu'ils veulent tant qu'à moi.
    Là où je m'inquiète est la tendance d'Apple de breveter de façon générique l'exploitation de données. J'ai été confronter à ce problème dans un autre domaine récemment. Là, c'est hautement condamnable. Si moi, j'ai une application qui exploite des données médicales, je n'ai pas rien à demander à Apple. Le seul consentement est celui des personnes pour utiliser leur informations médicales.

  7. #7
    Expert éminent
    @ChristianRoberge
    Je partage ton avis
    La manière de procéder d'Apple laisse entendre qu'Apple est propriétaire de ces données et non l'utilisateur. Ce qui est une dérive très grave.
    Nous sommes détenteur de notre dossier médical. Il appartient au patient. Pas à l'hôpital, ni aux médecins, ni aux labos

  8. #8
    Modérateur

    Citation Envoyé par Saverok Voir le message
    La manière de procéder d'Apple laisse entendre qu'Apple est propriétaire de ces données et non l'utilisateur. Ce qui est une dérive très grave.
    Je ne vois pas en quoi. Certains terminaux Apple permettent d'avoir des informations de type médicales, et donc ils en interdisent la vente. Autrement dit, si tu veux les vendre, passe par un autre matériel.

    A aucun moment ils ne disent que ces données sont à eux.
    "La route est longue, mais le chemin est libre" -- https://framasoft.org/
    Les règles du forum

  9. #9
    Expert éminent
    Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
    Je ne vois pas en quoi. Certains terminaux Apple permettent d'avoir des informations de type médicales, et donc ils en interdisent la vente. Autrement dit, si tu veux les vendre, passe par un autre matériel.

    A aucun moment ils ne disent que ces données sont à eux.
    En effet, je m'emballe un peu...
    Apple souhaite être le seul à pouvoir les vendre (cf. le rapprochement d'Apple avec les sociétés d'assurance : http://iphoneaddict.fr/post/news-131485-healthkit-apple-discute-sante-compagnies-dassurance)
    En clair, ils interdisent aux développeurs qui stockeront sur healthkit de vendre les données qu'ils récoltent alors qu'Apple pourra le faire


    Justement à sujet de qui possède les données : quelqu'un en sait il plus ?
    Est-ce que la suppression des données est garantie comme réellement effective ? (et non les trucs à la FB ou à a Dropbox où c'est juste l'affichage qui est masquée)
    De même, que se passe t'il en cas de résiliation du compte ? Les données sont elles effectivement supprimée ? (par exemple, ma montre connectée est un gadget inutile avec lequel j'ai fait mumuse 3 semaines mais maintenant je la revends et je ne souhaite plus en avoir d'autre...)

  10. #10
    Membre actif
    De même, que se passe t'il en cas de résiliation du compte ? Les données sont elles effectivement supprimée ? (par exemple, ma montre connectée est un gadget inutile avec lequel j'ai fait mumuse 3 semaines mais maintenant je la revends et je ne souhaite plus en avoir d'autre...)
    Faut pas faire "mumuse" avec tout et n'importe quoi ! (et c'est bien dommage d'ailleurs)

    Nous sommes détenteur de notre dossier médical. Il appartient au patient. Pas à l'hôpital, ni aux médecins, ni aux labos
    Ah bon?
    Quid des médecins / personnel hospitalier qui n'ont qu'a avoir mon numéro de carte vitale pour connaître tous mes antécédents médicaux? Sans mon accord, bien évidemment.

    Quand Dr Tartampion (qui habite à des centaines de km, que je ne connais pas, et à qui ne n'ai jamais demandé service) peut en quelques minutes en savoir autant que mon médecin familial, j’appelle pas ça "avoir la main sur mes données médicales".

    Ces données sont utiles dans certains cas, mais dangereuses dans d'autres contextes.

###raw>template_hook.ano_emploi###