Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Expert éminent sénior
    60 % des français qui quittent leur job gardent des données confidentielles
    60 % des français qui quittent leur job gardent des données confidentielles
    D’après Symantec, l’avez-vous déjà fait ?

    D’après Symantec, la politique des entreprises françaises sur la conservation des données serait à revoir en profondeur.

    L’éditeur spécialiste de la sécurité affirme en effet que 60 % des employés français qui ont quitté leur poste au cours des 12 derniers mois auraient conservé des données confidentielles appartenant à leur employeur.

    Ce résultat placerait la France bien au-dessus de la moyenne mondiale (50 %).

    Pire, la moitié d’entre eux pensent qu’ils ne commettent pas de délit « en volant des données ».

    Pour Symantec la seule solution consisterait à développer une culture qui sensibiliserait les employés, dès leur formation, au vol de propriété intellectuelle. « En France, 65 % des employés pensent qu’il est acceptable de voler des données à leur entreprise parce qu’elle ne fait rien pour que des règles soient appliquées de manière stricte », affirme un porte-parole de la société.

    L’étude mondiale, baptisée « What’s Yours is Mine », a été menée par le Ponemon Institute auprès de 3 300 personnes dans six pays (États-Unis, Brésil, Royaume-Uni, Corée, France et Chine).


    Résultat clefs de l’étude Symantec sur la Propriété Intellectuelle (IP)

    Parmi ses autres résultats notables on retiendra que 70 % des employés pensent qu’il est acceptable de transférer des documents de travail vers des ordinateurs personnels, tablettes, smartphones, ou des applications de partage de fichiers en ligne. Et que seulement 29 % d'entre eux trouvent que leur supérieur hiérarchique fait une priorité de la protection des données.

    Côté développeurs, 44 % des répondants pensent même que la propriété du code source d’un logiciel appartient à celui qui l’a créé (et pas à l’entreprise pour laquelle il travaille).

    La totalité de résultats de l’étude est disponible sur cette page.

    Et vous ?

    Avez-vous déjà gardé des données (code source ou autre) d’un employeur en quittant un poste ? Lesquelles ? Que vous est-il arrivé ?

  2. #2

  3. #3
    Modérateur

    Je me disais bien que j'avais déjà lu cette news
    N'hésitez pas à consulter la FAQ Java, lire les cours et tutoriels Java, et à poser vos questions sur les forums d'entraide Java

    Ma page Developpez | Mon profil Linkedin | Vous souhaitez me contacter ? Contacter Gokan EKINCI

  4. #4
    Expert éminent sénior
    pwned par les relations presses de Symantec... Au temps pour moi.

    Je la laisse au cas où certains ne l'auraient pas lue.

    Désolé pour les autres

  5. #5
    Membre confirmé
    N'ayant pas quitté mon entreprise depuis plusieurs années, je ne suis pas acteur de ce genre d'actions , mais je suis assez d'accord avec l'analyse exprimée (tout le monde s'en fout).
    Plutôt que d'établir des règles claires et concrètes et de les faire appliquer strictement,
    le top management fait établir par un cabinet conseil des niveaux de sécurité abstraits (et colorés) . Ce n'est évidemment pas de la sécurité (de mon point de vue).

    Alors quand on parle de sécurité informatique, personne dans la boîte ne se sent concerné. A l'heure de l'outsourcing, du télétravail, on préfère bloquer via le proxy des sites d'open source. Lamentable ...

  6. #6
    Membre habitué
    M'enfin
    Et moi qui pensait que c'était l'employeur qui volait le produit du travail de l'employé...

  7. #7
    Expert confirmé
    Honnêtement oui je l'ai fait.

    Ce sont des morceaux de code que j'ai écrit dans certaines applis, qui m'avaient appris des choses et surtout qui étaient là comme pense bête par rapport à certaines techniques que j'avais mis en place/utilisé et dont je ne me serais peut-être pas souvenu.

    Sinon, je n'ai jamais rien transmis. C'est juste pour mon usage personnel et c'était toujours mon code.

  8. #8
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par LSMetag Voir le message
    C'est juste pour mon usage personnel et c'était toujours mon code.
    Nuançons en précisant que le code que l'on produit en entreprise est bien le code de l'entreprise et non le notre.
    La question peut d'ailleurs être différente pour certains stagiaires en fonction de leur rémunération (si elle est trop basse, de mémoire ils conserve la propriété du code écrit).

  9. #9
    Membre émérite
    Salut,

    perso ça m'est déjà arrivé (et ça m'arrivera encore) de mettre du code (un projet entier, pas une simple fonction) sur clé usb perso pour aller l'apporter chez un client. le fait est que si mon employeur me fournissait une clé usb pro, je pourrais l'utiliser, mais ce n'est pas le cas.
    après je ne fais pas un nettoyage de ma clé tous les soirs en rentrant, en général ça intervient quand j'ai besoin de récupérer de la place dessus, parfois plusieurs années après la fin du projet.

    autre point: ça ne dérange pas mon employeur que je puisse mettre un projet sur une clé usb perso quand j'emmène le code chez moi pour bosser gratuitement dessus tout le week end pour tenter de rattraper un peu du retard accumulé...

    en fait ça dérange pas réellement les employeurs qu'on puisse prendre du code avec nous. mais c'est bon pour le business de Symantec de rendre la chose inquiétante.

  10. #10
    Rédacteur/Modérateur

    Comme ça a été déjà dit plus haut, ça arrange pas mal de patrons qu'on ramène du boulot le soir à la maison pour boucler le projet. Et ça va arranger les affaires de Symantec qui doit avoir un truc ou deux à vendre sous le coude.

    Mais qu'en est il des données privées des employés conservées par les sociétés ?

  11. #11
    Membre à l'essai
    oui, mais....
    imaginons un commercial qui part avec le fichier client de l'entreprise.... je pense pas que l'employeur apprecierait...

  12. #12
    Expert confirmé
    vus que toutes les sources porte mon nom niveau propriété intellectuelle je gagne mais comme au départ on la écris pour la boite ça revient à dire que l'on donne gracieusement les source à la boite en se cassant ^^
    Rien, je n'ai plus rien de pertinent à ajouter

  13. #13
    Futur Membre du Club
    Quand on développe, on passe son temps à récupérer ou s'inspirer de code existant.

    http://www.legifrance.gouv.fr/affich...XT000006069414
    La loi dit bien que les droits sur un logiciel développé par un employé appartiennent à l'entreprise.

    Après, où est la frontière entre réécrire un code qu'on a écrit soit même et le copier/coller ?
    Si je réécris exactement la même ligne de code pour 2 entreprises différentes, je reste dans le cadre de la loi.
    Où est la limite ?
    Si je reprends un logiciel entier c'est du vol, si je reprend une classe ou une fonction, est-ce que c'en est encore ?
    L'auto-plagiat littéraire est légal (reprendre une page qu'on a écrite tel quel dans un autre livre avec un éditeur différent est mal vu, mais légal ; je ne parle pas de la copie intégrale d'un livre).

  14. #14
    Membre actif
    Lol ! Moi j'ai bossé sur les missiles.
    Quand je suis parti, je ne suis pas arrivé à me formater le cerveau, et donc j'ai tout gardé en mémoire.
    Est-ce que ça compte comme emportage (oui c'est pas encore au dictionnaire) de données ?
    Savoir pour comprendre et vice versa.

  15. #15
    Membre averti
    Citation Envoyé par Jormund Voir le message
    L'auto-plagiat littéraire est légal (reprendre une page qu'on a écrite tel quel dans un autre livre avec un éditeur différent est mal vu, mais légal ; je ne parle pas de la copie intégrale d'un livre).
    Le contrat d'édition est particulier, et d'une manière générale le droit d'auteur, c'est plutôt compliqué.


    Un peu de lecture sérieuse au lieu de raconter ce qui nous sort par la tête http://www.dgdr.cnrs.fr/daj/propriet.../logiciels.htm

    Lorsque les logiciels sont développés dans l'entreprise, les droits patrimoniaux sont dévolus à l'employeur (art.L.113-9 du CPI : "sauf dispositions statutaires ou stipulations contraires, les droits patrimoniaux sur les logiciels et leur documentation créés par un ou plusieurs employés dans l'exercice de leurs fonctions ou d'après les instructions de leur employeur sont dévolus à l'employeur qui est seul habilité à les exercer"). Les droits moraux restent quant à eux acquis à l'auteur - salarié.
    Quand on voit ce que permettent les droits moraux de l'auteur, je trouve ça un peu bizarre.

###raw>template_hook.ano_emploi###