Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Débats sur le développement - Le Best Of Discussion :

Les développeurs sont-ils des destructeurs d’emploi ?


Sujet :

Débats sur le développement - Le Best Of

  1. #141
    Nouveau membre du Club
    Citation Envoyé par xelab Voir le message
    Le problème en soit n'est pas la mécanisation: de fait le boulot est fait et ça demande beaucoup moins d'heures de travail. Donc il y a objectivement "progrès". Là où il n'y a pas progrès, c'est dans le système social toujours basé sur le seul travail humain. Ce système reste figé, toujours pour le plus grand bonheur des propriétaires des moyens de production. En fait Marx n'a jamais été autant d'actualité, relisez le!
    En effet, Marx avait bien identifié cette contradiction du capitalisme entre recherche des gains de productivité (automatisation, augmentation du chômage et baisse du pouvoir d'achat) et nécessité d'avoir un marché (donc des clients avec du pouvoir d'achat).

    Selon Marx, la contradiction se résout par la crise de surproduction qui remet les choses à plat pour un temps seulement car la contradiction demeure, et la crise de revenir.
    La survenue des crises s'accélère car après chaque crise le taux de profit des entreprises diminue et les inégalités augmentent. A terme, le processus conduit à la fameuse révolution du prolétariat quand les inégalités deviennent insoutenables.

    Si dans la réalité on n'a pas observé ce fameux abaissement tendanciel du taux de profit c'est que de nouveaux biens marchands ont été introduits avec un glissement du salariat vers la production de ces biens (tertiarisation de l'économie notamment). Ce phénomène qu'on nomme en économie destruction créatrice a été théorisé en premier lieu par l'économiste Joseph Schumpeter. De la crise, émergent de nouveaux marchés par l'innovation.
    A noter, que l'innovation peut-être marketing en créant de nouveaux besoins (c'est un peu ce qu'on observe dans l'informatique il faut le dire).

    Peut-être que ce processus arrive à son terme avec la crise actuelle je ne sais pas.

    Ma présentation est schématique évidemment. Tout cela n'a pas été aussi linéaire mais dans les grandes lignes l'idée est là.

    Par ailleurs et pour élargir la perspective, dans l'histoire le travail n'a pas toujours eu la valeur qu'on lui confère aujourd'hui. Dans l'antiquité et en régime féodal, le travail était la tâche ingrate celle des serfs et des esclaves. Est-ce que dans l'avenir le travail redeviendra tâche ingrate dévolue aux machines ? Rien n'est moins sûr mais si c'est le cas les informaticiens y contribuent sûrement^^

  2. #142
    Membre régulier
    Bonsoir à tous,

    Il y a un plus de 20 ans, j'ai eu une discution très simpa avec un expert comptable. A l'époque je vendais des logiciels de comptabilité Saari (pour ceux qui ont connu).
    Et cet expert comptable m'a expliqué que je détruisais des emplois dans son cabinet quand je réalisais une vente du logiciel. La raison est simple, dans son cabinet des personnes faisait la saisie des écritures comptables que les entreprises tenait dans des cahiers. Avec mes logiciels plus besoin de resaisie (sauf la balance) et donc plus de travail pour ces personnes.

    C'est le même discours qui est tenu. Mais les emplois se sont déplacés, vers d'autre fonction, les personnes ont suivit des formations et ont pu évoluer vers des postes plus attrayant.

    Dans ma famille certains ont débuter avec un certificat d'étude et ont créer des entreprises avec ce niveau ou un simple CAP. Cela n'est presque plus possible aujourd'hui, le niveau d'étude a fortement augmenté afin que plus de personnes réalisent un travail de plus haut niveau.

    Enfin, l'automatisation a toujours été la recherche de la performance. Mais il ne faut pas oublié que l'environnement c'est énormément complexifié. Pour exemple il y a 25 une simple calculatrice a ruban (sans registre) permettait de faire des fiches de payes. Aujourd'hui sans tableur cela devient difficile.

    Alors peu être que ruby peu remplacer une secrétaire, mais il ne remplacera pas la Nouvelle secrétaire qui répond au téléphone, rédige des appels d'offre, fait le suivi des achats et vérifie le SEO du site web ...

  3. #143
    Membre émérite
    Bonjour.

    Un informaticien qui se prend pour un économiste, intéressant C'est commme un économiste qui pense que l'économie est une science exacte, aussi intéressant.

    Mais écoutons ce qu'il a à dire : les développeurs sont des destructeurs d'emplois.

    J'aurai bien aimé qu'il nous donne quelques chiffres à l'appui. Un économiste, ça fait quand même l'effort de produire des graphes et des courbes, même si le résultat ressemble à de l'astrologie.

    Ben je vais faire comme ce monsieur, je vais asséner un truc :

    Les développeurs permettent le bien-être des travailleurs.

    Je n'ai pas de chiffre à l'appui, mais visiblement c'est pas utile pour un développeur.

    Donc, une secrétaire qui bosse 8 heures par jour au lieu de 7 heures, parfois plus. Qui bosse aussi le week-end, des fois (elle aime son travail, et ne veut pas le perdre non plus). Cette secrétaire trouve son travail exigeant.

    Je lui concocte deux trois logiciels. dès lors, elle n'a besoin ni de bosser le week-end, ni de bosser 8 heures par jour.

    Elle n'a pas perdu son emploi, elle est moins stressée dans son travail et elle est plus efficace.

    En tant que développeur, j'ai amélioré son cadre de travail.
    Bref, j'attends qu'on me délivre un diplôme d'économiste...

    PS: je ne nie pas que la robotisation a détruit des emplois. Vous pensez peut-être que l'informatique détruit aussi des emplois, j'attends les chiffres à l'appui, sachant que l'informatique génére aussi des emplois : quel est le ratio actuel ? Pour le ratio futur, consultez madame Soleil.

    PS2: l'article vise seulement l'économie américaine. Il aurait été intéressant de le préciser...

  4. #144
    Rédacteur

    Bof, à mon avis, c'est une illusion vieille comme le monde cette histoire de destruction d'emplois.
    L'outil informatique réalise certaines tâches qui n'ont plus besoin d'être effectuées par des êtres humains, c'est vrai. Mais il génère la création d'emplois pour inventer, fabriquer, vendre, maintenir, dépanner, faire évoluer le matériel et les logiciels informatique.

    Le chemin de fer et l'automobile ont sans doute mis à mal l'emploi de bien des cochers, maréchaux-ferrants, éleveurs de chevaux, cowboys et autres… mais ils ont créés combien d'emplois pour poser des rails, construire des gares, des routes, des tunnels, fabriquer les véhicules, les vendre, les entretenir ?

    L'évolution des techniques, de l'industrie et des technologies provoque depuis toujours des glissements de certaines activités vers d'autres. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Les activités humaines aussi.

    Si ça fait tellement mal au coeur à ce monsieur de faire un programme qui fait le taff de quelqu'un d'autre, il ferait bien de changer d'activité en codant des jeux vidéos par exemple au lieu de faire des logiciels de compta chiants. Un jeu ça ne fait le taff de personne et ça fait sourire les clients ! Essayes de faire ça avec ton logiciel de gestion haha !
    Cette signature n'a pas pu être affichée car elle comporte des erreurs.

  5. #145
    Invité
    Invité(e)
    Citation Envoyé par chiv Voir le message
    L'évolution des techniques, de l'industrie et des technologies provoque depuis toujours des glissements de certaines activités vers d'autres. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Les activités humaines aussi.
    Si c'était le cas, personne n'en parlerait, et ce fil n'existerait pas...

    Dans la réalité, on a un chomage de masse, qui touche une part de plus en plus grande de la population, qui n'a le choix qu'entre le chomage et des emplois précaires (de moins en moins payés car la demande excède l'offre).

    Et ca ne se limite pas aux maréchaux ferrant, aux cochers, où à leurs équivalents modernes, on commence à délocaliser les administratifs, les maitrîses, les informaticiens, voire les cadres. Le problème, c'est qu'on détruit (ou délocalise) beaucoup plus d'emplois qu'on en crée.

    Et comme le chômage à un coût, qu'il faut financer sur les actifs, ceci pèse sur le coût du travail des pays où ce chômage de masse s'accroit (la France, par exemple), qu'ils rendent moins compétitif, ce qui rend les destructions d'emploi et les délocalisations plus rentables.

    Et comme le financement du social coute de plus en plus cher, dans une économie mondialisée, les grands groupes s'organisent pour ne plus y participer, ce qui met les Etats à fort chomage de masse dans une situation impossible.

    C'est effectivement une transformation, mais on peu se demander si elle est souhaitable. Et quand on nous dit que c'est le "progrès", j'avoue ne pas très bien comprendre.

    Francois

  6. #146
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par fcharton Voir le message

    C'est effectivement une transformation, mais on peu se demander si elle est souhaitable. Et quand on nous dit que c'est le "progrès", j'avoue ne pas très bien comprendre.
    C'est un progrès technique indéniable, ce qui ne signifie pas automatiquement progrès social. La question n'est pas de savoir si cette transformation est souhaitable, elle est là, quoiqu'on en pense (à moins d'interdire robots et logiciels, je ne vois pas comment arrêter ce processus d'automatisation). Donc il faut que les mentalités changent par rapport au travail (mais il faut aussi changer les rapports sociaux et notamment le fait que des gens possèdent des machines (en clair: le capital) et s'en approprient quasi exclusivement les fruits).

  7. #147
    Invité
    Invité(e)
    Citation Envoyé par xelab Voir le message
    La question n'est pas de savoir si cette transformation est souhaitable, elle est là, quoiqu'on en pense (à moins d'interdire robots et logiciels, je ne vois pas comment arrêter ce processus d'automatisation).
    Je ne crois pas que ce soit tout ou rien. Personne ne contestera l'utilité des robots, ou des logiciels, dans certains domaines, où ils rendent le travail moins pénible, ou plus fiables. Mais on est en droit de s'interroger sur le bénéfice, social comme technique, d'une partie de l'informatisation, qui remplace des salariés par des machines qui ne font pas mieux le travail, mais le font pour moins cher.

    Le fond du problème, c'est que le mode de financement de l'Etat et du système social, qui ne repose presque que sur les salaires, crée un avantage économique au bénéfice de la machine. En fait, il est plus rentable de produire automatiquement un produit de moins bonne qualité, parce que les charges sociales pénalisent le travail humain.

    Je pense qu'en rééquilibrant cet aspect du système, on arrive à une mécanisation plus raisonnable. C'était d'ailleurs l'esprit originel de la TVA sociale (à l'époque où c'était une idée de gauche, défendue notamment par la CGT, il s'agissait de taxer la valeur ajoutée, plutôt que le travail, de façon à faire payer les machines et les importations)

    Citation Envoyé par xelab Voir le message
    (mais il faut aussi changer les rapports sociaux et notamment le fait que des gens possèdent des machines (en clair: le capital) et s'en approprient quasi exclusivement les fruits).
    Ca c'était la situation au 19eme siècle, quand l'économie était essentiellement industrielle avec des ouvriers, des contremaitres, des patrons et des usines. Aujourdh'ui, une large partie de l'économie est tertiaire, et il n'y a plus de machines.

    Même dans l'industrie, les principaux bénéficiaires du système actuel sont les financiers (qui avancent l'argent pour acheter, ou louer, les machines), et les gestionnaires (qui reduisent les couts en automatisant et délocalisant).

    C'est la limite de l'analyse marxienne, à mon avis.

    Francois

  8. #148
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par fcharton Voir le message
    on commence à délocaliser les administratifs, les maitrîses, les informaticiens, voire les cadres. Le problème, c'est qu'on détruit (ou délocalise) beaucoup plus d'emplois qu'on en crée.
    Et quel rapport avec l'informatique ?

    Si tu délocalise une hotline c'est grace aux développeurs ? Ils ont fait un logiciel qui permet aux téléphones fixes d'être plus performants ?

    Si tu délocalises des développeurs/administratifs/cadres c'est parce que des logiciels le permettent ?

    Autant il existe pas mal d'arguments/exemples pour dire que l'informatique est destructeur d'emploi, autant citer la délocalisation c'est être complètement à côté de la plaque.

  9. #149
    Expert éminent
    Citation Envoyé par fcharton Voir le message
    qui remplace des salariés par des machines qui ne font pas mieux le travail, mais le font pour moins cher.
    Voir même parfois qui sont plus cher, mais qui sont moins chiant.

    On a jamais vu une machine se plaindre d'une TMA ou autre maladie professionnelle, tomber en dépression, arrêter de travailler parce que son gosse est malade ou que sa copine l'a largué, etc...
    Avec un bon entretien, ta machine fera les même 3000 opération tous les jours.
    Mon profil linked in

    Chez Adaptive, nous cherchons un dev senior python / Cloud sur Toulouse sud.
    Nous diffusons de la presse digitale à bord des avions avec les plus beaux partenaires !

    Envoyez moi un mp

  10. #150
    Membre expérimenté
    Citation Envoyé par fcharton Voir le message

    Ca c'était la situation au 19eme siècle, quand l'économie était essentiellement industrielle avec des ouvriers, des contremaitres, des patrons et des usines. Aujourdh'ui, une large partie de l'économie est tertiaire, et il n'y a plus de machines.
    Certes mais le tertiaire c'est en grande partie du "vent". La plupart des services (y compris l'informatique) tournent autour de la production du secteur secondaire (même si cette production peut être délocalisée) et primaire. Ce sont les deux premiers secteurs de l'économie qui sont la base de notre richesse, pas l'inverse. Un supermarché réalise de superbes profits alors que tout ce qu'il fait c'est vendre des produits fabriqués dans des usines ou dans les champs (ou les serres plutôt). L'informatique et tous les services qui en découlent n'existeraient pas si aucune usine ne fabriquait des ordinateurs (et il faut voir les conditions de travail dans ces usines d'ailleurs...).

    Citation Envoyé par Loceka Voir le message

    Et quel rapport avec l'informatique ?

    Si tu délocalise une hotline c'est grace aux développeurs ? Ils ont fait un logiciel qui permet aux téléphones fixes d'être plus performants ?

    Si tu délocalises des développeurs/administratifs/cadres c'est parce que des logiciels le permettent ?

    Autant il existe pas mal d'arguments/exemples pour dire que l'informatique est destructeur d'emploi, autant citer la délocalisation c'est être complètement à côté de la plaque.
    Certes les développeurs n'y sont pour rien en ce qui concerne la délocalisation. Mais le logiciel de gestion (et de BI) qui permet de gérer une entreprise (et ses salariés) à distance, la base de données utilisée pour cela, la gestion des tickets de la hotline, le système de visioconférence, tout cela est informatisé, les développeurs et autres informaticiens sont au coeur de ce système (c'est pour cela qu'il y a toujours plus ou moins du boulot pour nous malgré tout, même si les frameworks de développement de plus en plus complets et simple sont un peu les nouvelles machines-outils de notre métier).

  11. #151
    Invité
    Invité(e)
    Citation Envoyé par Loceka Voir le message
    Autant il existe pas mal d'arguments/exemples pour dire que l'informatique est destructeur d'emploi, autant citer la délocalisation c'est être complètement à côté de la plaque.
    Ben tiens... tu peux délocaliser ta hotline parce que les couts de la téléphonie se sont effondrés avec l'apparition de la voix sur IP, et tu ne peux le faire que parce que tes hotlines locales ont accès en temps réel à ta base client central, grâce à la virtualisation, etc... Ce n'est pas de l'informatique?

    Tu peux délocaliser ton administration parce que tu disposes des outils de gestion (informatique) permettant de travailler à distance, et de consolider les éléments provenant de toutes les unités délocalisées. Ce n'est pas de l'informatique?

    Tu peux délocaliser tes usines parce que le fait d'être près des ventes, du bureau d'étude, n'a plus d'importance dans des systèmes d'information "groupe". Du coup, il devient rentable de déplacer l'usine dans des zones de faible cout de main d'oeuvre, ou de les rapprocher des approvisionnements. Ce n'est pas de l'informatique?

    L'informatique n'est pas la seule cause des délocalisations, mais sans l'internet, les réseaux, la virtualisation du poste de travail et toutes les bases de données accessibles à distance, la délocalisation n'aurait certainement pas eu lieu dans la plupart des domaines.

    Francois

  12. #152
    Nouveau Candidat au Club
    Moi je dis que cette crise dont on nous parle tant, cette crise qui date de 2007-2008 a dégradé encore beaucoup plusss les choses quoi qu'on en dise....

    L'origine de cette crise, c'est wall street, faut pas chercher plus loin, 1929, 2007 c'est la meme chose, spéculation , subprime etc....
    et avec les banques ça a créé un effet domino au niveau mondiale, exactement comme une épidemie, cela part d'un pays , puis l'europe etc....
    Il faut faire payer les responsable et très chere, il faut enqueter.

    Alors maintenant on peut retourner le problème dans tous les sens, le systeme capitaliste telle que l'on connait arrive a ses limites.
    C'est une guerre oui, une guerre financière entre état pouvant ruiné un état, et quand un état est ruiné même militairement il est atteint....

    Chaque jours, en Italie, en Espagne, en Grêce, il a de plus en plus de personnes qui se jettent par la fenetre, des femmes, des hommes, des parents, des familles entières meme....parce qu'ils sont pris à la gorge par les endettement, parce qu'ils sont expulsé par huissier, parce qu'ils ont tout tenté mais en vains...

    Il y a un seul et gros gagnant la ......Chine. La chine bénéfice de cette crise mondiale, ça va lui permettre de creer un réajustement entre état en tenant compte de la chine...
    La chine sera le Japon de demain voire plusss.....
    Quand en Europe....je me marre(tant que c'est encore possible)...
    Les technologies sont régies par la finance....plus d'ouvriers, plus de techniciens, des ingénieurs , des cadres de haut niveau, des societes ecran au luxembourg, des fuites de cerveau et de capitaux.....

    Bref, bonne chance à tous....au moins c'est le retour du beau temps

  13. #153
    Nouveau Candidat au Club
    Son constat est tardif et ses prévisions d'actualité.
    Constat facile à faire.
    L'informatique a fait ses véritables débuts dans l'industrie de l'armement et la première arme est la maîtrise et la distribution de la nourriture; aucun pays dit développé ne manque de calories, le cerveau en est le plus gros consommateur. Ont par conséquent été créés des logiciels pour gérer les cours mondiaux des céréales, le prix du quintal de blé peut sans complexe s'aligner sur les cours des métaux ou des "hautes technologies" mais aussi celui des conséquences de la consommation massive de coke.
    La même coke à l'origine de la "crise" actuelle partie essentiellement d'Espagne.
    L'informatisation a remplacé l'arme des Transmissions qui était l'arme du commandement dans les Armées. C'est il y a environ une vingtaine d'années et l'apparition des portables dans le domaine civil, ouverture de fréquences...
    Les menaces n'avaient pas changé, les "stratèges" parlaient cependant toujours de conflit Est-Ouest puis de religions tandis que presque tout n'est que conflit Nord-Sud ou estomac vide contre estomac plein.
    Les chasseurs cueilleurs n'avaient-ils pas compris les pressions exercées par l'homme sur le milieu naturel ?
    Arme de commandement avec en prime la possibilité de se séparer des secrétaires soit le dictat autonome et la manipulation simplifiée sans témoins; que d'avancées qui ont été comprises par les "dirigeants" qui ont même pu profiter de la rapidité de calcul pour balancer des tonnes de chiffres et de prévisions et endetter sur des estimations et des projections.
    L'ère informatique ne correspond-t-elle pas à celle de l'endettement massif ?
    Fallait-il être bien pensant pour remettre entre les mains de la finance les moyens de jouer avec les récoltes avant même que les semis ne soit fait ?
    La population a couru dans les villes et les banlieues immenses mais lorsqu'il s'agit de prendre les vacances on voit le monde de ceux qui ont joué venir vers la campagne. Imaginez ce que donnera le cas chinois vu le constat que l'on peut faire en France.
    Qu'est-ce qui a pu motiver les gouvernances françaises à toujours se détourner de l'enseignement de la programmation informatique aux jeunes français ? Constat que vous pouvez faire même si vous ne comprenez pas les motivations de vos dirigeants !
    La programmation informatique est en langage dit international, en tout cas pour tout l'apprentissage; cela fait un tri dans les pays sud dont francophones, non ?
    Pourquoi pas de voix française officielle dans Windows 7 ?
    Pourquoi voit-on certains groupes puissants se jeter sur Linux après avoir balancé pour ne pas dire imposé un Windows 8 fait pour les analphabètes, les chimpanzés, et tous ceux qu'on déracine à souhait sans trop de mal ?
    Son utilisation pas le troisième âge n'est pas concluante, du moins pour ceux qui ont connu la liberté des versions précédentes.
    Il est drôle le gars qui avoue qu'il est destructeur d'emploi, on ne l'a pas attendu pour faire non pas le constat mais l'ensemble des constats. C'est encore pire que ce qu'on estimait il y a environ vingt ans mais je n'ai jamais entendu un seul politique parler de politique étrangère dans son programme électoral et pas remarqué une volonté de la population de connaître sa véritable place dans le monde actuel, de place de puissante vantée à la réalité il y a un gouffre.
    La programmation informatique oriente l'utilisation de l'informatique qui doit être un outil et rendre service, donc éviter de remplacer la pensé humaine; il n'y a pas beaucoup de programmeurs qui ont une véritable connaissance du monde culturel et spirituel quant au domaine du patriotisme n'en parlons pas.
    Un jour les "grands penseurs" affirmeront sans doute que l'Europe subit les conséquences d'une informatisation extérieure...
    Le nombre d'emplois détruits du fait de la mauvaise orientation de l'informatisation est colossal.
    La plupart des programmeurs et autres professionnels du domaine ne voient en l'affirmation de ce personnage que la menace planant au-dessus de leur fonction, ils ne sont pas indispensables, en effet.
    Une salade peut pousser sans l'informatique mais pas sans eau. Qui dans les "élites" se soucie de l'eau ?
    D'où viennent les "terroristes" du moment ?
    Que peut représenter pour certains la fin de l'ère du pétrole roi ?
    Sur quoi peut-on aligner le cours du blé si on considère la fin possible du pétrole ?
    Et bien des programmeurs se penchent sans soucis sur ce genre de fait à venir sans regarder qui ils vont tuer dans le cadre de leur fonction, le principal c'est qu'ils gardent leur place et la meilleure possible.
    Je dis ouvertement que les centaines de millions d'emplois détruits par le laxisme mental des programmateurs informatiques associé à celui des politiciens et des avares conduisant des troupeaux de citoyens conduit à des conflits qui feront regretter cette ère de pseudo terrorisme correspondant à une farouche volonté de résister à une perspective d'avenir n'encourageant que des actes de déprime et de destruction personnelle.
    Si vous êtes programmeur et que vous ne vous en rendez pas compte c'est peut-être mieux pour vous.
    Les faits et les constatations sont là.
    Quel logiciel remplace les restos du Cœur par exemple ?
    Vous trouverez bien quelqu'un qui vous tendra un morceau de pain si vous finissez dans la rue.
    Cela n'a rien de politique, je trouve la remarque de ce personnage très médiocre et relevant d'un mépris dont l'évaluation se fait au regard de ce que je viens d'écrire.

  14. #154
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par pydévelop Voir le message

    ...
    T'as pensé à écrire un roman ?

  15. #155
    Membre chevronné
    Je pense que le problème de la question (la répartition des richesses, "Comment s'organiser au mieu pour produire ce dont on a besoin ?") tourne plus autour des investisseurs de l'automatisation.

    Le problème que je vois, et que les taxes sur les suppressions d'emplois inutiles pourrait résoudre, c'est que nous, les travailleurs, ceux qui avont besoin d'un travail, nous n'investissons pas dans l'automatisation.

    Quand un emploi est supprimé, parcequ'une machine a été financée, la personne remplacée va pouvoir chercher un autre travail ou arrêter de travailler. Mais ce n'est pas ce qu'il veut, il veut arrêter de travailler en gardant les bénéfices du poste, qui sera remplit maintenant par la machine.

    Quand on pense au future où la machine fera tout à notre place, on ne pense pas au fait que ces machines auront été financées par quelques personnes, et que dans notre système actuel ce ne sont que ces quelques personnes qui bénéficiront de l'automatisation. Les autres devant trouver une autre source de revenu. MÊME si TOUT est réalisé par les machines.



    Parce que les salaires ne suffisent pas pour acheter toute la production existante (les salaires ne forment qu'une partie des coûts de production de n'importe quel article), l'Office National de Crédit distribuerait à chaque citoyen un dividende mensuel, une somme d'argent pour combler le pouvoir d'achat, et pour assurer à chacun une part des biens du pays.
    http://www.michaeljournal.org/sign42.htm

    Ce que j'aime dans ce paragraphe c'est de parler des biens du pays. Et derrière cela, j'entends "un travailleur gagne un salaire, mais investit également dans son entreprise, dans son pays".

    Tout le développement d'un pays, ses fermes, ses églises, ses écoles, ponts, ... C'est la population du pays qui l'a fait. Mais c'est ce même peuple qui s'endette avec la dette publique.

    https://www.youtube.com/watch?v=MWGWmRONV9M
    (Une vidéo de Louis Even à propos de la dette publique)


    Dette publique et automatisation, ça n'a probablement rien a voir. Mais je le redis, ce qui me semble important c'est dans quelle mesure est-ce qu'on ne devrait pas, pour "répartir les richesses", assimiler le travail effectué à un investissement, mettant les travailleurs et les "décideurs" sur un quasi pied d'égalité ?

    Ah, c'est ce qu'on appel les retraites, qui diminuent de jour en jour et qui n'ont aucun lien avec les bénéfices réalisés par l'entreprise où on a investit notre temps ?
    "If you can't teach it then you don't know it."

  16. #156
    Membre chevronné
    Citation Envoyé par Loceka Voir le message
    Et quel rapport avec l'informatique ?

    [...]

    Autant il existe pas mal d'arguments/exemples pour dire que l'informatique est destructeur d'emploi, autant citer la délocalisation c'est être complètement à côté de la plaque.
    Peut-être que ce qui est important dans cette disucussion dépasse le simple fait de savoir si oui ou non l'informaticien (qui ne prend souvent pas ses décisions lui même...) est responsable de la destruction des emplois ?


    Pouvoir rester dans le sujet est une qualité intéressante. Mais cela dépend du sujet
    "If you can't teach it then you don't know it."

  17. #157
    Nouveau Candidat au Club
    Roman de la honte.
    Citation Envoyé par GPPro Voir le message
    T'as pensé à écrire un roman ?
    Tombé à point de l'Isère pour la critique.
    On se croirait revenu à la grande époque sauf qu'il n'y a jamais eu de bon temps.
    De la citation ?

    Liberté, Égalité, Fraternité.
    Le chant des partisans .

    Il est tout à fait justifié de citer cela, c'est tout à fait dans le cadre de ce qui précédait.
    Il est vrai que ces choses dérangent dans la "nouvelle société" et que dire ce qui est n'est jamais très apprécié.
    Il y a aussi cela:

    Aucune loi ne peut obliger une personne à accomplir un ordre contraire à la Morale.

    Il est vrai qu'il est plus simple de dire "c'est le patron qui a dit", "c'est l'état qui demande..."
    Le "laxisme moral" peut très bien devenir un mode de vie, vous savez.

    Mieux lire avant de s'autoriser la critique, qu'elle soit positive ou non.
    Ce que dit le personnage qui suscite ma réaction première est tout à fait condamnable, c'est en effet à force de balancer des petits bouts d'évidences que les gens croient que c'est un sujet pris en compte de manière sérieuse, ce qui n'est pas le cas.
    Je pourrais argumenter mais cela ferai du mal à pas mal de gens n'ayant jamais un seul instant su ni même envisagé les faits et surtout l'orientation de leur travail distribué par leurs patrons.
    Votre contribution m'a flatté car je n'ai jamais tourné le dos à ce qui me semblait juste ni me suis voilé la face.
    En plus la France "importe" des informaticiens indiens pour palier sa faiblesse en ce domine plutôt que de tenter de résister.
    Je salue ouvertement la création de cette école privée gratuite vouée à l'informatique, je pense que vous comprenez cela.

    Il est plus facile d'être dérangé par des gens qui savent que par des ignorants, cela ne signifie cependant pas que le lecteur ait compris quoique ce soit.
    J'apprends la programmation informatique mais je sais aussi pour quel genre de gens ne pas travailler, on a le droit de résister où et quand on peut.
    Une contribution n'a de valeur que si son argumentation est justifiée.
    Vous parlez de roman mais là je stoppe net parce que sinon on va avoir la DCRI sur le dos. A votre remarque vide vous ne risquez pas de déranger un système idéologique enfin malingre, par conséquent vous ne risquez pas non plus de l'empêcher de supprimer ne serait-ce qu'un emploi, le vôtre.
    Faut un peu de caractère pour évaluer le pesant de silence de ceux qui parlent derrière tous les murs de la honte et du laxisme qui en protègent tant.
    Travailler sans contexte idéologique n'est pas être un homme mais un robot, une machine, une mécanique entre les mains de quiconque a besoin de matériel.

  18. #158
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par pydévelop Voir le message
    ...
    Etant donné que tu as eu le temps de lire mes infos, je te suggère de lire également mes posts pour voir quel "défenseur du système" je fais... Perdre du temps à argumenter sur ton message ne me semble pas particulièrement pertinent, par contre sur la prolixité et la forme j'étais plus sérieux.

  19. #159
    Nouveau Candidat au Club
    Votre venue était certaine, Roman est bien en Isère...
    Je n'ai pas cité la DCRI par modestie, faudrait oublier tous les autres qui ne sont pas des moins intéressés.
    C'est pas très amical de voir les choses comme ça. Je vous signale que Biya signifie Le Khalife...
    Ceux qui en disent le moins possible sont aussi très souvent ceux qui ne savent rien ou si peu ! Ils ont des cohortes d'exécutants.
    Pas d'arrangements de ma part, il a les pompes très propres depuis quelques jours; un peu trop propres dit-on sans doute.
    C'est pas moi qui ai commencé, j'ai juste commenté les propos d'un Lewis qui m'a pris pour quoi ?
    Vos propos sont tombés dans le gouffre de mes rires.
    Désolé mais la personne qui s'est exprimé ne voit pas ce qu'elle a dit et fait, rien de mal, c'était attendu, évident, difficilement visible cependant.
    Je ne pense pas que vous ayez compris certaines utilisations de l'informatique.
    Si il y en a qui ne sont pas contents dites-vous que c'est à cause de Pôle-Emploi que je suis venu ici, en plus ils vont se faire du mal, je préviens.
    Ce n'est pas politique mais stratégique à l'origine; j'ai changé depuis, je fais d'autres choses, faudrait voir à me lâcher lorsque je dis tout haut ce qui fait ramper les autres parce que je peux me le permettre vu ce que je leur ai mis.
    Je n'ai rien oublié.
    Fallait me parler il y a une vingtaine d'années, ce n'est pas lorsque les armes ont tant parlé qu'il faut relancer.
    Tout cela a un sens, c'est pas très glorieux finalement.

  20. #160
    Membre éprouvé
    Citation Envoyé par pydévelop Voir le message
    Votre venue était certaine, Roman est bien en Isère...
    Je n'ai pas cité la DCRI par modestie, faudrait oublier tous les autres qui ne sont pas des moins intéressés.
    C'est pas très amical de voir les choses comme ça. Je vous signale que Biya signifie Le Khalife...
    Ceux qui en disent le moins possible sont aussi très souvent ceux qui ne savent rien ou si peu ! Ils ont des cohortes d'exécutants.
    Pas d'arrangements de ma part, il a les pompes très propres depuis quelques jours; un peu trop propres dit-on sans doute.
    C'est pas moi qui ai commencé, j'ai juste commenté les propos d'un Lewis qui m'a pris pour quoi ?
    Vos propos sont tombés dans le gouffre de mes rires.
    Désolé mais la personne qui s'est exprimé ne voit pas ce qu'elle a dit et fait, rien de mal, c'était attendu, évident, difficilement visible cependant.
    Je ne pense pas que vous ayez compris certaines utilisations de l'informatique.
    Si il y en a qui ne sont pas contents dites-vous que c'est à cause de Pôle-Emploi que je suis venu ici, en plus ils vont se faire du mal, je préviens.
    Ce n'est pas politique mais stratégique à l'origine; j'ai changé depuis, je fais d'autres choses, faudrait voir à me lâcher lorsque je dis tout haut ce qui fait ramper les autres parce que je peux me le permettre vu ce que je leur ai mis.
    Je n'ai rien oublié.
    Fallait me parler il y a une vingtaine d'années, ce n'est pas lorsque les armes ont tant parlé qu'il faut relancer.
    Tout cela a un sens, c'est pas très glorieux finalement.
    C'est Romans-sur-Isère alors...

###raw>template_hook.ano_emploi###