IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Actualités Discussion :

Aaron Swartz ne fera pas 30 ans de prison, il s’est suicidé à 26

  1. #201
    Expert éminent sénior

    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2007
    Messages
    10 591
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 64
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2007
    Messages : 10 591
    Points : 17 295
    Points
    17 295
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut
    Citation Envoyé par Franck Dernoncourt Voir le message
    Je pense qu'il est temps de remettre en question l'appellation "club des professionnels de l'informatique".
    Tout à fait...

    Quand on voit la floppée de points négatifs obtenus par tous ceux n'étant pas d'accord ou pondérant les élans de certains, on se demande bien comment ces soi-disants défenseurs de la Liberté sont dans le fond.... La Liberté oui, à condition que tu dises et penses comme moi..

    Etrange conception de la Liberté..


    Et, se comportant comme ça pour un débat ne touchant pas directement à l'informatique, je n'ose imaginer ce que cela peut devenir sur un plan technique... si jamais quelqu'un osait douter de leur framework/langage/technologie de prédilection... ou de leur conception/analyse/programmation d'un programme ..

    Donc je suis d'accord. Je remettrais fortement en doute l'appellation "professionel"...
    "Un homme sage ne croit que la moitié de ce qu’il lit. Plus sage encore, il sait laquelle".

    Consultant indépendant.
    Architecture systèmes complexes. Programmation grosses applications critiques. Ergonomie.
    C, Fortran, XWindow/Motif, Java

    Je ne réponds pas aux MP techniques

  2. #202
    Membre confirmé Avatar de unknow0
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2008
    Messages
    452
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2008
    Messages : 452
    Points : 603
    Points
    603
    Par défaut
    Citation Envoyé par souviron34 Voir le message
    Donc je suis d'accord. Je remettrais fortement en doute l'appellation "professionel"...
    pourquoi donc? professionel veux seulement dire que l'on est remunerer pas qu'on ai une quelqonque integriter intelectuel :p
    apres ceux qui mettent des moins ne sont pas forcement les defenceur de la liberter faudrais demander a madame irma pour sa

    *repart apres apporter sa pierre, non combien constructive, a se thread*

  3. #203
    Expert éminent sénior

    Profil pro
    Inscrit en
    janvier 2007
    Messages
    10 591
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 64
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2007
    Messages : 10 591
    Points : 17 295
    Points
    17 295
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut
    je suis d'accord, mais vu l'aspect provocateur (ou mystérieux ??) du message auquel je répondais, je me suis dit qu'on pouvait faire pareil
    "Un homme sage ne croit que la moitié de ce qu’il lit. Plus sage encore, il sait laquelle".

    Consultant indépendant.
    Architecture systèmes complexes. Programmation grosses applications critiques. Ergonomie.
    C, Fortran, XWindow/Motif, Java

    Je ne réponds pas aux MP techniques

  4. #204
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    août 2011
    Messages
    342
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations forums :
    Inscription : août 2011
    Messages : 342
    Points : 1 022
    Points
    1 022
    Par défaut
    Citation Envoyé par unknow0 Voir le message
    pourquoi donc? professionel veux seulement dire que l'on est remunerer pas qu'on ai une quelqonque integriter intelectuel :p
    apres ceux qui mettent des moins ne sont pas forcement les defenceur de la liberter faudrais demander a madame irma pour sa

    *repart apres apporter sa pierre, non combien constructive, a se thread*
    Quand ton navigateur souligne en rouge, ce n'est pas par hasard... (et non, je n'ai pas "moinsé" ton post).

  5. #205
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    -
    Inscrit en
    octobre 2011
    Messages
    344
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : -

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2011
    Messages : 344
    Points : 1 225
    Points
    1 225
    Par défaut
    Citation Envoyé par souviron34 Voir le message
    Quand on voit la floppée de points négatifs obtenus par tous ceux n'étant pas d'accord ou pondérant les élans de certains, on se demande bien comment ces soi-disants défenseurs de la Liberté sont dans le fond.... La Liberté oui, à condition que tu dises et penses comme moi..

    Etrange conception de la Liberté..
    J'ajouterais que l'infobulle des pouces rouge indinque :
    Voter contre ce message (inutile, faux, pas d'accord...)
    Même si je trouve qu'on devrait plutôt en effet « downer » seulement les messages qui ne font pas avancer le débat, tu ne peux pas accuser les gens d'utiliser les système de vote selon les conseils du système de vote lui-même…

  6. #206
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    "Dans tout homme sommeille un prophète, et quand il s'éveille y a un peu plus de mal dans le monde" (E. M. Cioran)

    Allez, tant qu'à faire, et pour éclairer la citation, deux passages qui la précèdent.

    Idolâtres par instinct, nous convertissons en inconditionné les objets de nos songes et de nos intérêts. L’histoire n’est qu’un défilé de faux Absolus, une succession de temples élevés à des prétextes, un avilissement de l’esprit devant l’Improbable. Lors même qu’il s’éloigne de la religion, l’homme y demeure assujetti ; s’épuisant à forger des simulacres de dieux, il les adopte ensuite fiévreusement : son besoin de fiction, de mythologie triomphe de l’évidence et du ridicule. Sa puissance d'adorer est responsable de tous ses crimes : celui qui aime indûment un dieu, contraint les autres à l'aimer, en attendant de les exterminer s'ils s'y refusent. Point d’intolérance, d’intransigeance idéologique ou de prosélytisme qui ne révèlent le fond bestial de l’enthousiasme. Que l’homme perde sa faculté d’indifférence : il devient un assassin virtuel ; qu’il transforme son idée en dieu : les conséquences en sont incalculables.

    et

    Toute foi exerce une forme de terreur, d'autant plus effroyable que les « purs » en sont les agents. On se méfie des finauds, des fripons, des farceurs ; pourtant on ne saurait leur imputer aucune des grandes convulsions de l'histoire ; ne croyant en rien, ils ne fouillent pas vos cœurs, ni vos arrières-pensées, ils vous abandonnent à votre nonchalance, à votre désespoir ou à votre inutilité ; l'humanité leur doit le peu de moments de prospérité qu'elle connut : ce sont eux qui sauvent les peuples que les fanatiques torturent et que les « idéalistes » ruinent.

  7. #207
    Membre actif

    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2012
    Messages
    50
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2012
    Messages : 50
    Points : 273
    Points
    273
    Par défaut
    Traduction de ce message de Franck Dernoncourt :

    (toute correction par message privé est appréciée)

    merci à fcharton pour ses corrections

    ## Armée d'Aaron

    (Remarques de Carl Malamud au mémorial d'Aaron Swartz à « Internet Archive » le 24 janvier 2013)

    Ne pensez pas un instant que le travail d'Aaron sur JSTOR était un acte hasardeux d'un hacker isolé, un gros téléchargement un peu fou, fait sur un coup de tête.

    JSTOR faisait depuis longtemps l'objet de sévères critiques sur le net. Larry Lessig a désigné JSTOR comme une offense morale dans un discours et je suppose que je dois avouer qu'il me citait. Nous n'étions pas les seuls à souffler sur ces flammes.

    Séquestrer le savoir derrière des murs payants -- rendant les journaux scientifiques disponibles seulement pour quelques gamins suffisamment chanceux pour être dans des universités huppées et faisant payer 20$ par article pour 99% d'entre nous -- était une plaie purulente. Cela a choqué beaucoup de gens.

    Beaucoup de gens ayant écrit ces articles ont été embarrassés que leur travail soit devenu une marge de profit de quelques-uns, d'un club privé du savoir.

    Beaucoup d'entre nous ont aidé à souffler sur ces flammes. Beaucoup d'entre nous se sentent coupables aujourd'hui d'avoir soufflé sur ces flammes.

    Mais JSTOR était juste une bataille parmi de nombreuses autres. Ils ont essayé de faire passer Aaron pour une sorte de hacker solitaire, un jeune terroriste qui a cédé à une folie meurtrière d'IP qui a causé 92 millions de dollars de dommages.

    Aaron n'était pas un loup solitaire, il faisait partie d'une armée, et j'ai eu l’honneur de servir avec lui pendant une décennie. Vous avez entendu beaucoup de choses à propos de sa vie remarquable, mais cette nuit je veux mettre l'accent sur une seule d'entre elles.

    Aaron faisait partie d'une armée de citoyens qui pensent que la démocratie fonctionne seulement quand les citoyens sont informés, quand nous connaissons nos droits -- et nos obligations. Une armée qui pense que nous devons rendre la justice et le savoir disponibles pour tous -- pas uniquement à ceux bien nés ou à ceux qui ont attrapé les rênes du pouvoir -- afin que nous puissions nous gouverner nous-mêmes avec plus de discernement.

    Il faisait partie d'une armée de citoyens qui rejettent les rois et les généraux et croient au consensus majoritaire et au code qui fonctionne.

    Nous avons travaillé ensemble sur une douzaine de bases de données gouvernementales. Quand nous travaillions sur quelque chose, les décisions que nous prenions étaient mûrement réfléchies. Notre travail prenait souvent des mois, quelquefois des années, quelquefois des décennies, et Aaron Swartz n'a pas eu l'occasion de faire un service sur plusieurs décennies.

    Nous nous sommes intéressés et avons tâtonné avec la base de données de Copyright des États-Unis pendant longtemps, un système si vieux qu'il fonctionnait toujours avec WAIS. Le gouvernement avait -- croyez-le ou non -- protégé par copyright la base de données de copyright. Mettre sous copyright une base de données décrite précisément dans la constitution des États-Unis est quelque chose que je n'arrive pas à concevoir, mais nous savions que nous jouions avec le feu en violant ses conditions d'utilisation, donc nous étions prudents.

    Nous nous sommes emparés de ces données et elles ont été utilisées pour approvisionner l'« Open Library » ici à l'« Internet Archive » et elles ont été utilisées pour approvisionner « Google Books ». Et, nous avons reçu une lettre de l'Office du Copyright renonçant au copyright sur cette base de données de copyright. Mais avant que nous fassions cela, nous avons dû parler à beaucoup de juristes et faire attention au gouvernement qui faisait pression sur nous pour téléchargement massif, malveillant et prémédité.

    Il n'y avait pas d'acte d'agression aléatoire. Nous travaillions sur des bases de données pour les rendre meilleures, pour améliorer le fonctionnement de notre démocratie, pour aider notre gouvernement. *Nous n'étions pas des criminels.

    Quand nous avons mis à disposition 20 millions de pages de documents provenant de la cour fédérale des États-Unis, en les extirpant du mur de paiement PACER de 8 centimes par page, nous avons trouvé que ces documents publics étaient infestés de violations de la vie privée : des noms d'enfants mineurs, des noms d'informateurs, des dossiers médicaux, des dossiers de santé mentale, des comptes financiers, des dizaines de milliers de numéros de sécurité sociale.

    Nous étions des dénonciateurs[1] et nous avons envoyé nos résultats aux Juges en Chef de 31 cours fédérales et ces juges ont été choqués et consternés et ils ont corrigé ces documents et ils ont crié sur les juristes qui les ont écrit et la Conférence Judiciaire des États-Unis changea ses règles de protection de la vie privée.

    Mais savez-vous ce que les bureaucrates travaillant dans le service administratif des tribunaux des États-Unis firent ? Pour eux, nous n'étions pas des citoyens qui ont rendu des données publiques meilleures, nous étions des voleurs qui ont pris 1,6 millions de dollars leur appartenant.

    Donc ils ont appelé de FBI, ils ont dit qu'ils avaient été hackés par des criminels, par un gang organisé qui mettait en danger leurs 120 millions de dollars de revenus annuels issu de leur vente de documents gouvernementaux publics.

    Le FBI s'est installé à l'extérieur de la maison d'Aaron. Ils l'ont appelé par téléphone[2] et ont essayé de le duper pour qu'il accepte une entrevue sans son avocat. Le FBI installa deux agents armés[3] dans une salle d’interrogatoire avec moi pour aller dans le fond de cette conspiration présumée.

    Mais nous n'étions pas des criminels, nous étions seulement des citoyens.

    Nous n'avions rien fait de mal. Ils n'ont rien trouvé d'anormal. Nous avions fait notre devoir en tant que citoyens et l'investigation du gouvernement n'a montré aucune preuve de considération pour cela à part un gaspillage de beaucoup de temps et d'argent.

    Si vous voulez obtenir un effet dissuasif, asseyez quelqu'un avec deux agents fédéraux qui ont tendance à exagérer, pendant un moment, et voyez avec quelle rapidité son sang se glace.

    Il y a des gens qui font face au danger tous les jours pour nous protéger -- les officiers de police et les pompiers et les travailleurs dans les services de secours -- et je suis reconnaissant et stupéfait du travail qu'ils accomplissent. Mais le travail que des gens comme Aaron et moi ont fait, lancer des DVD et exécuter des scripts shell sur des données publiques, ne devrait pas être une profession dangereuse.

    Nous n'étions pas des criminels, mais il y a eu des crimes qui ont été commis, des crimes à l'encontre de l'idée de ce qu'est la justice.

    Quand l'avocat des États-Unis dit à Aaron qu'il devait plaider coupable pour 13 crimes pour tentative de diffusion du savoir avant même qu'elle envisage un arrangement, c'était un abus de pouvoir, un usage abusif du système judiciaire, un crime contre la justice.

    Et l'avocat des États-Unis n'a pas agi seul. Elle fait partie d'une bande déterminée à protéger la propriété et pas les gens. Dans tous les États-Unis, ceux qui n'ont pas d'argent n'ont pas accès à la justice et font face à ces abus de pouvoir tous les jours.

    C'était un crime contre la connaissance quand une société à but non lucratif comme JSTOR, chargée de faire avancer la connaissance, a transformé un téléchargement qui n'a causé aucun mal ni aucun dégât en un procès fédéral de 92 millions de dollars.

    Et le monopole de JSTOR sur le savoir n'est pas un cas isolé. Dans tous les États-Unis, des sociétés ont dressé leurs barrières dans les domaines de l'éducation : des universités à but lucratif qui volent nos vétérans, des organismes de standardisation à but non lucratif qui rationnent les codes de sécurité public tout en payant des salaires de plusieurs millions de dollars, et des conglomérats multinationaux qui mesurent la valeur d'articles scientifiques et de données légales par les marges brutes qu'ils peuvent en tirer.

    Dans l'affaire JSTOR, la posture excessivement agressive des procureurs du ministère de l'Intérieur et des fonctionnaires de police était-elle une vengeance parce qu'ils ont été embarrassés que -- selon leur point de vue du moins -- nous sommes d'une certaine manière partis avec quelque chose dans l'incident du PACER ? La poursuite judiciaire impitoyable de JSTOR était-elle la revanche de bureaucrates embarrassés parce qu'ils ont eu l'air idiots dans le New York Times, parce que le Sénat des États-Unis les a sévèrement réprimandé ?

    Nous ne connaîtrons probablement jamais la réponse à cette question, mais il semble de manière assez certaine qu'ils aient détruit la vie d'un jeune homme en faisant un abus de pouvoir mesquin. *Cela ne relevait pas du domaine criminel, Aaron n'était pas un criminel.

    Si vous pensez posséder quelque chose et je pense que cette chose est publique, je suis plus que content de vous rencontrer dans un tribunal et -- si vous avez raison -- j'accepterai d'être puni si je vous ai causé du tort. Mais quand nous mettons des représentants de la loi armés sur le dos de citoyens qui tentent d’accroître l'accès au savoir, nous avons transgressé le principe de la loi, nous avons profané le temple de la justice.

    Aaron Swartz n'était pas un criminel, c'était un citoyen, et c'était un courageux soldat dans une guerre qui continue aujourd'hui, une guerre dans laquelle des profiteurs corrompus et vénaux essayent de voler et réserver et affamer notre domaine public pour leurs propres gains privés.

    Quand des gens essayent de restreindre l'accès à la loi, ou lorsqu'ils essayent d'accumuler les péages sur les routes du savoir, ou lorsqu'ils refusent l'éducation à ceux qui n'en n'ont pas les moyens, ces gens sont ceux qui devraient affronter le regard sévère d'un procureur public scandalisé.

    Ce que le ministère de l'Intérieur à infligé à Aaron pour avoir tenté de rendre notre monde meilleur est la même chose que ce qu'ils peuvent vous infliger. Notre armée n'est pas un loup solitaire, c'est des milliers de citoyens -- beaucoup d'entre vous dans cette salle -- qui se battent pour la justice et la connaissance.

    Je dis que nous sommes une armée, et j'utilise ce mot avec discernement parce que nous faisons face à des gens qui veulent nous emprisonner pour avoir téléchargé une base de données pour l'examiner de plus près, nous faisons face à des gens qui croient qu'ils peuvent nous dicter ce que nous pouvons lire et ce que nous pouvons dire.

    Mais quand je vois notre armée, je vois une armée qui crée plutôt qu'une armée qui détruit. *Je vois l'armée de Mahatma Gandhi marchant en paix vers la mer pour faire du sel pour les gens. Je vois l'armée de Martin Luther King marchant en paix mais avec détermination vers Washington pour réclamer leurs droits parce que le changement n'arrive pas sur les roues de l'inévitabilité, il vient grâce à une lutte permanente.

    Quand je vois notre armée, je vois une armée qui crée de nouvelles perspectives pour les pauvres, une armée qui rend notre société plus juste et plus équitable, une armée qui rend le savoir universel.

    Quand je vois notre armée, je vois des gens qui ont créé Wikipédia et l'« Internet Archive », des gens qui ont programmé GNU et Apache et BIND et LINUX. Je vois des gens qui ont créé l'EFF et Creative Commons. Je vois les gens qui ont créé notre Internet comme un cadeau à notre monde.

    Quand je vois notre armée, je vois Aaron Swartz et mon cœur est brisé. Nous avons vraiment perdu l'un de nos meilleurs anges.

    Je souhaiterais que nous puissions changer le passé, mais nous ne le pouvons pas. Mais, nous pouvons changer le future, et nous le devons.

    Nous devons le faire pour Aaron, nous devons le faire pour nous-même, nous devons le faire pour faire de notre monde un endroit meilleur, un endroit plus humain, un endroit où la justice fonctionne et où l'accès au savoir est un droit de l'homme.

    ## Notes de bas de page

    [1]: <https://public.resource.org/uscourts.gov/>
    [2]: <https://public.resource.org/aaron/pub/msg00693.html>
    [3]: <https://public.resource.org/aaron/pub/msg00707.html>

    Traduction de ce message de Franck Dernoncourt :

    Les juristes familiers avec cette affaire m'ont dit qu'il était anticipé que l'inculpation de l'État continuerait sans faire de découverte, avec Swartz dûment sermonné et ensuite rendu à la société civile pour continuer son travail de pionnier de manière moins contestable légalement. La tragédie est intervenue quand le bureau d'Ortiz s'est emparé de l'affaire pour envoyer « un message ».

    Avant, les autorités fédérales réagissaient plus comme les autorités étatiques le font toujours. Tim Wu écrit dans le The New Yorker (« Comment le Système Légal a recalé Aaron Swartz — et Nous », 14 janvier) que nous pouvons comparer Swartz « à deux autres génies excentriques, Steve Jobs et Steve Wozniak ».

    Dans les années 1970, Wu écrit que Jobs et Wozniak « ont hacké le système téléphonique d'AT&T pour passer des appels longue distance gratuitement, et ont réellement vendu le dispositif illégal (boîtes bleues) pour faire de l'argent ».

    Quand Jobs et Wozniak ont été fatigués de faire des appels téléphoniques gratuits, ils ont construit un ordinateur, et le reste appartient à l'histoire.

    « Les plus doués agissent presque toujours sur le fil du rasoir », conclut Wu.

    Mais avec le ministère de l'Intérieur incapable de différencier les vrais criminels des gamins brillants excessivement zélés, nous sommes en train d'incarcérer, peut-être même de tuer, notre avenir national. Le problème devrait être mis au grand jour en avertissant le parlement, les médias et le public que le ministère de l'Intérieur et les cours fédérales, à Boston et ailleurs, sont hors de contrôle.

  8. #208
    Rédacteur

    Avatar de ok.Idriss
    Homme Profil pro
    IS Consultant
    Inscrit en
    février 2009
    Messages
    5 219
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : IS Consultant
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : février 2009
    Messages : 5 219
    Points : 19 403
    Points
    19 403
    Par défaut
    Bonjour à tous.

    Cette news a été modérée et certains messages retirés car jugés hors sujets. Si vous souhaitez traduire certaines citations postées ici en lien avec le sujet, nous vous en remercions, c'est tout à votre honneur.

    Toutefois merci de rester sur le sujet initial de la news.

    Cordialement,
    Idriss

  9. #209
    Invité
    Invité(e)
    Par défaut
    Citation Envoyé par Julien Sanchez Voir le message
    Traduction de ce message de Franck Dernoncourt :

    (toute correction par message privé est appréciée)
    La suite à venir.
    J'ai juste relu le début. Donc, à toutes fins utiles

    "JSTOR had long come in for withering criticism from the net"
    "to come in for" ne veut pas dire mépriser, mais mériter. JSTOR faisait depuis longtemps l'objet de sévères critiques sur le net.

    "I have to confess he was quoting me"
    On confesse à Dieu Tout Puissant, mais là, lui, il avoue... Je dois avouer qu'il me citait.

    "It offended many people."
    Je crois qu'offenser ne convient pas, agacer, énerver, peut être...

    "a members-only country club of knowledge."
    country ici ne veut pas dire pays, "country club" ce sont les clubs généralement privés qu'on trouve souvent autour des terrains de golf.

    "not just the well born or those that have grabbed the reigns of power"
    well born = bien nés (comme dans les âmes), pas nés au bon endroit. Et l'anglais est probablement faux: reins of power, pas reigns.

    Comme plusieurs d'entre nous le disaient dans des posts hélas supprimés par les pouvoirs qui être, ce serait VRAIMENT bien que les citations anglaises soient traduites par ceux qui les postent (dont on suppose qu'ils ont un bon niveau d'anglais), ou qu'au minimum ils en fassent un résumé en français.

    Sinon, on aboutit soit à un forum à deux vitesses (ceux qui lisent l'anglais et les autres), soit à des traductions imprécises, faute de temps (je ne dis pas cela contre toi, Julien, la démarche est louable).

    J'avais d'ailleurs l'impression que c'était la norme, je me suis fait censurer il y a quelques années, une ligne de chinois, échangée avec un autre sinisant.


    Sur le contenu de ce texte, on est un peu dans le grotesque. Une "armée" qui n'obéit pas à un gouvernement légitime, mais sert un groupe de citoyens (quelle que soit la légitimité de leur cause) ce n'est pas une armée, mais une milice, ou un corps franc. Et ce n'est pas bien...

    Francois

  10. #210
    r0d
    r0d est déconnecté
    Expert éminent

    Homme Profil pro
    Développeur de jeux vidéo
    Inscrit en
    août 2004
    Messages
    4 261
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Ain (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur de jeux vidéo

    Informations forums :
    Inscription : août 2004
    Messages : 4 261
    Points : 6 603
    Points
    6 603
    Billets dans le blog
    2
    Par défaut
    Pour info: l'émission "place de la toile" d'il y a 2 semaines. La première partie est consacrée à Aaron Swartz et ses actions.
    Tester c'est douter, corriger c'est abdiquer.

  11. #211
    Membre émérite

    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2003
    Messages
    3 995
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2003
    Messages : 3 995
    Points : 2 388
    Points
    2 388
    Par défaut
    Citation Envoyé par grafikm_fr Voir le message
    Parce que c'est du pénal, et au pénal, le fait de retirer la plainte ne stoppe pas l'instruction contrairement au civil.
    Voila. Alors qu'une affaire d'agression sexuelle sur mineur, ce n'est pas du pénal, bien entendu...

    Citation Envoyé par souviron34 Voir le message
    Mouais......


    'fin ne brodons pas trop hein ???? Quand un procureur se laisse aller à un "deal", alors que l'accusé est milliardaire, c'est à dire que si il est déclaré coupable, non seulement l'Etat rentrera dans ses fonds, mais y gagnera, c'est qu'il na pas "tout à fait" les preuves en main, et que ces preuves ne sont pas irréfutables..

    Ne te serait-il pas venu à l'esprit qu'avoir 100 millions de dollars est un attrait suffisant pour faire jaillir des rumeurs et des procès et des mensonges ?????
    Ne te serait-il pas venu à l'esprit que les innocents n'ont aucune raison de faire le moindre deal ?

  12. #212
    Expert confirmé
    Avatar de grafikm_fr
    Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2003
    Messages
    2 470
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2003
    Messages : 2 470
    Points : 4 632
    Points
    4 632
    Par défaut
    Citation Envoyé par Franck Dernoncourt Voir le message
    Sequestering knowledge behind pay walls--making scientific journals
    only available to a few kids fortunate enough to be at fancy
    universities and charging $20 an article for the remaining 99% of
    us--was a festering wound. It offended many people.
    Ils sont marrants, mais éditer les journaux scientifiques coûte une blinde: les tirages sont très limités et les frais de fonctionnement gigantesques (parce que préparer un numéro d'un journal comme ça, c'est un peu plus complexe que le Closer avec des nanas à poil. Résultat des courses, les éditeurs des journaux sont obligés de gratter sur des accès pour au moins assurer un résultat à zéro sur les journaux, surtout ceux qui sont les moins cités.

    A coté de ça, il a l'air d'oublier que le PNAS, par exemple, est totalement gratuit car financé (in fine) par l'Etat.

    Donc à moins de faire pareil avec tous les journaux, on est coincés.

    C'est le même problème que avec les archives historiques, où on est obligé de gratter de l'argent sur les photocopies et les demandes de documents pour financer la maintenance des archives...
    "L'éducation, c'est le début de la richesse, et la richesse n'est pas destinée à tout le monde" (Adolphe Thiers)

  13. #213
    Expert confirmé
    Avatar de grafikm_fr
    Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2003
    Messages
    2 470
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2003
    Messages : 2 470
    Points : 4 632
    Points
    4 632
    Par défaut
    Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
    Voila. Alors qu'une affaire d'agression sexuelle sur mineur, ce n'est pas du pénal, bien entendu...
    Non parce que si j'ai bonne mémoire, pour Michael Jackson, la plainte était au civil - c'était une "simple" histoire de dommages et intérêts. Et la plainte au pénal n'a pas abouti faute de preuves.

    Roman Polanski, par exemple, c'était au pénal, et malgré le fait que la victime a retiré sa plainte, l'instruction publique a continué et Polanski peut toujours pas mettre les pieds sur le sol américain.
    "L'éducation, c'est le début de la richesse, et la richesse n'est pas destinée à tout le monde" (Adolphe Thiers)

  14. #214
    Membre extrêmement actif Avatar de Jon Shannow
    Homme Profil pro
    Responsable de service informatique
    Inscrit en
    avril 2011
    Messages
    3 856
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 58
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable de service informatique
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : avril 2011
    Messages : 3 856
    Points : 7 577
    Points
    7 577
    Par défaut
    Citation Envoyé par Traroth2 Voir le message
    Ne te serait-il pas venu à l'esprit que les innocents n'ont aucune raison de faire le moindre deal ?
    Dans le cas qui nous intéresse, (A. Swartz), je rappelle qu'il était coupable !
    Au nom du pèze, du fisc et du St Estephe
    Au nom du fric, on baisse son froc...

  15. #215
    Membre émérite
    Avatar de Franck Dernoncourt
    Homme Profil pro
    PhD student in AI @ MIT
    Inscrit en
    avril 2010
    Messages
    894
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : PhD student in AI @ MIT
    Secteur : Enseignement

    Informations forums :
    Inscription : avril 2010
    Messages : 894
    Points : 2 464
    Points
    2 464
    Par défaut
    Citation Envoyé par grafikm_fr Voir le message
    les frais de fonctionnement gigantesques
    Tu peux detailler ?

    Citation Envoyé par grafikm_fr Voir le message
    Donc à moins de faire pareil avec tous les journaux, on est coincés.
    Deja le cas via bibliotheques.

  16. #216
    Expert confirmé
    Avatar de grafikm_fr
    Profil pro
    Inscrit en
    juillet 2003
    Messages
    2 470
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juillet 2003
    Messages : 2 470
    Points : 4 632
    Points
    4 632
    Par défaut
    Citation Envoyé par Franck Dernoncourt Voir le message
    Tu peux detailler ?
    Les journaux scientifiques sont des milliers. Par exemple, rien que chez Elsevier, il y a ~3000 titres, dont certains sortent avec un tirage très limité. A partir de là, l'économie d'échelle ne serait-ce que sur des coûts d'impression est faible (c'est beaucoup moins cher d'imprimer un journal en 3.000.000 d'exemplaires que 3000 en 1000 exemplaires).

    Deuxièmement, qui dit journal dit rédacteur. Pour un journal scientifique sérieux, il y a pas des masses de gens dans le monde capables de faire le boulot, et pour au moins les plus gros journaux, faut les payer.

    Enfin, le cycle de vie d'un numéro est énorme. Un numéro publié maintenant a commencé à être compilé parfois 2 ans avant, ce qui n'est pas sans conséquences sur le BFR.

    Si on regarde les états fi de Elsevier, par exemple, on constate que 96% des revenus proviennent de l'électronique (i.e. abonnements en ligne + one time fees pour les consultations). En d'autres termes, sans ce mécanisme, le revenu d'Elsevier ne serait que 4% de son revenu actuel (i.e. au lieu de 2 Mds, ce serait 80 millions). Pour un CA pareil, la perte serait abyssale.

    C'est pour cela également que les abonnements sur les journaux les plus lus sont hors de prix: ils financent des centaines de petits journaux dans lesquels des chercheurs travaillant sur des sujets restreints et/ou faisant leurs armes peuvent publier.

    Et le problème c'est que si l'éditeur décide d'abandonner la publication des petits journaux, c'est tout un pan de la science qui disparaît. Et autant je m'en tamponne d'un groupe de rap qui disparaît pour cause de pas assez de vente de CD, autant ça, c'est pas possible.

    J'ajouterais pour finir que si vous voulez un article et l'auteur n'est pas totalement bouché (ça arrive hélas ), vous pouvez lui écrire et généralement il peut vous fournir une copie d'auteur gratos, ou en fournissent une sur leur page Web. Certaines institutions (p.ex. le Smithsonian) ont également un repository qui leur est propre avec tous les articles pour un usage non commercial.

    L'alternative? Un financement par l'Etat. Mais bizarrement, les volontaires ne se bousculent pas au portillon.

    Citation Envoyé par Franck Dernoncourt Voir le message
    Deja le cas via bibliotheques.
    Gné?
    "L'éducation, c'est le début de la richesse, et la richesse n'est pas destinée à tout le monde" (Adolphe Thiers)

  17. #217
    Membre éclairé
    Profil pro
    Inscrit en
    février 2010
    Messages
    412
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : février 2010
    Messages : 412
    Points : 788
    Points
    788
    Par défaut
    Citation Envoyé par grafikm_fr Voir le message
    Certaines institutions (p.ex. le Smithsonian) ont également un repository qui leur est propre avec tous les articles pour un usage non commercial.[..]

    L'alternative? Un financement par l'Etat.
    Simplement afin de préciser, le Smithsonian Institute est publique.

    Sinon Merci à Julien Sanchez pour la traduction

  18. #218
    Membre actif

    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2012
    Messages
    50
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2012
    Messages : 50
    Points : 273
    Points
    273
    Par défaut
    Citation Envoyé par grafikm_fr Voir le message
    L'alternative? Un financement par l'Etat. Mais bizarrement, les volontaires ne se bousculent pas au portillon.
    Quel est en détail l'argument en défaveur d'un financement par l'État ? Est-ce « l'État ne veux pas payer » ?

    Citation Envoyé par grafikm_fr Voir le message
    Citation Envoyé par Franck Dernoncourt Voir le message
    Deja le cas via bibliotheques.
    Gné?
    Cela signifie que, de fait, l'État finance déjà toutes les revues. Car les bibliothèques, qui sont financées par les impôts, sont abonnées aux revues. Il pourrait être intéressant de connaître la part que représente les bibliothèques dans les revenus des revues.

  19. #219
    Membre extrêmement actif Avatar de Jon Shannow
    Homme Profil pro
    Responsable de service informatique
    Inscrit en
    avril 2011
    Messages
    3 856
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 58
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable de service informatique
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : avril 2011
    Messages : 3 856
    Points : 7 577
    Points
    7 577
    Par défaut
    Citation Envoyé par Julien Sanchez Voir le message
    Quel est en détail l'argument en défaveur d'un financement par l'État ? Est-ce « l'État ne veux pas payer » ?
    1) Les États sont déjà endettés jusqu'au cou et pour des lustres.
    2) Ça voudrait dire un impôt supplémentaire. Et c'est pas très populaire.
    Toujours, la même rengaine de ceux qui si proclame pour le "partage". Derrière une façade de bons sentiments, y a surtout le discours habituel : "Je ne veux pas payer pour un truc que je veux avoir, alors, je demande à ce que ce soit tout le monde qui paie un peu, comme ça moi, j'en profite un max à peu de frais." C'est un peu le principe de la "licence globale" pour le téléchargement.

    Citation Envoyé par Julien Sanchez Voir le message
    Cela signifie que, de fait, l'État finance déjà toutes les revues. Car les bibliothèques, qui sont financées par les impôts, sont abonnées aux revues. Il pourrait être intéressant de connaître la part que représente les bibliothèques dans les revenus des revues.
    Ce n'est pas l'État dans ce cas, ce sont les collectivités locales. Nuance importante.
    Au nom du pèze, du fisc et du St Estephe
    Au nom du fric, on baisse son froc...

  20. #220
    Membre éprouvé
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    août 2011
    Messages
    342
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations forums :
    Inscription : août 2011
    Messages : 342
    Points : 1 022
    Points
    1 022
    Par défaut
    Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
    1) Les États sont déjà endettés jusqu'au cou et pour des lustres.
    2) Ça voudrait dire un impôt supplémentaire. Et c'est pas très populaire.
    Toujours, la même rengaine de ceux qui si proclame pour le "partage". Derrière une façade de bons sentiments, y a surtout le discours habituel : "Je ne veux pas payer pour un truc que je veux avoir, alors, je demande à ce que ce soit tout le monde qui paie un peu, comme ça moi, j'en profite un max à peu de frais." C'est un peu le principe de la "licence globale" pour le téléchargement.


    Ce n'est pas l'État dans ce cas, ce sont les collectivités locales. Nuance importante.
    Il parle des BUs, pas des bibliothèques municipales.

Discussions similaires

  1. Microsoft ne fera pas le support de Windows 7
    Par hayda5555 dans le forum Windows 7
    Réponses: 1
    Dernier message: 15/01/2015, 20h19
  2. L'ex vice-président d'IBM plaide coupable et risque 20 ans de prison
    Par Gordon Fowler dans le forum Actualités
    Réponses: 14
    Dernier message: 21/01/2011, 16h15
  3. Réponses: 105
    Dernier message: 01/04/2010, 17h08
  4. Contactée par une SSII à 31 ans : y aller ou pas ?
    Par lafeedesbois dans le forum SSII
    Réponses: 17
    Dernier message: 10/07/2007, 22h07

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo