Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #421
    Rédacteur/Modérateur

    Citation Envoyé par walfrat Voir le message
    "par principe" : tu as une référence de loi Américaine ou française qui va dans ce sens ? parce que un "principe" ça tient pas devant un juge s'il n'est pas dans la loi...
    Comme l'a signalé Steinvikel, le droit coutumier des pays anglo-saxons permet de faire bien des choses qui ne sont pas écrites dans la loi.
    Merci de penser au tag quand une réponse a été apportée à votre question. Aucune réponse ne sera donnée à des messages privés portant sur des questions d'ordre technique. Les forums sont là pour que vous y postiez publiquement vos problèmes.

    suivez mon blog sur Développez.

    Programming today is a race between software engineers striving to build bigger and better idiot-proof programs, and the universe trying to produce bigger and better idiots. So far, the universe is winning. ~ Rich Cook

  2. #422
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par LeBressaud Voir le message
    Et pourquoi sur le principe ça ne se vendrait pas ? Créer une API cohérente de cette taille et utilisé par autant de développeur ça demande un énorme travail. Sur le principe on peut comprendre qu'ils soient un peu frustré que google ai tous pompé et se fasse du blé avec...
    La cohérence peut en effet demander du travail, par contre le nombre d'utilisateur ne change rien a la complexité de la tache.

    Par contre , la quantité d'utilisateur rend d'autant plus importante la possibilité de faire une implémentation compatible d'une bibliothèque. Cela permet d’éviter de se retrouver piégé par une société qui bloque les possibilités d'évolution en abusant de sa position dominante.

    Citation Envoyé par walfrat Voir le message
    "par principe" : tu as une référence de loi Américaine ou française qui va dans ce sens ? parce que un "principe" ça tient pas devant un juge s'il n'est pas dans la loi...
    En Amérique il y a la notion juridique de Fair-Use qui reste cependant assez vague. Toute la question du procès est justement de savoir si la reprise de l'interface d'une bibliothèque rentre dans ce cadre. Jusqu’à présent l'ensemble du milieu informatique considérait que c'était le cas.

    Citation Envoyé par walfrat Voir le message
    Et oui si une entreprise pond un système, je ne vois pas pourquoi on devrait pouvoir y brancher un autre système qui prétend fonctionner comme celui de l’entreprise. Cela dit rien ne t'empêche de faire un nouveau système, avec tes propres APIs, qui répond au même besoin que celle d'une autre entreprise. Lorsqu'un entreprise vend et supporte un système, elle le fait en toute logique de bout en bout.
    Sauf que Google avait besoin de pouvoir s'appuyer sur une base de code existant. L'énorme majorité des bibliothèques qui constituent l'écosystème Java n'appartiennent pas a Oracle. Google n'a pas de raison de ne pas vouloir en profiter. C'est bon que Oracle ne puisse pas avoir la main mise l'écosystème Java entier.

    Le succès d'un écosystème c'est pas que sa qualité, c'est surtout arriver au bon moment. Pouvoir faire des implémentations compatible permet d'éviter qu'une entreprise profite indûment d'une position de rente.
    S'il suffisait de faire une bonne API pour qu'elle soit massivement utilisée, Google ne se serait pas gêné, ça fait longtemps que l'on sait ce qui ne va pas dans l'API Java et qui mériterait d'être revu. D'ailleurs dans l'API Java elle même, Oracle en est à sa seconde itération des API des gestion du JavaScript, du Client HTTP, du réseau, sa troisième en ce qui concerne la gestion des dates, ... Chaque fois en conservant l'API précédente car même Oracle ne peut pas se permettre de se couper de l'écosystème existant.

  3. #423
    Membre éclairé
    Je ne suis effectivement pas très au point des lois anglo-saxonnes, cependant j'ai effectivement entendu parler du Fair-Use, notamment de la part des youtubeur français qui maintenant te passe un extrait en 5s de musique en midi avec marquer dessus "ceci est un extrait libre de droit"


    La cohérence peut en effet demander du travail, par contre le nombre d'utilisateur ne change rien a la complexité de la tache.
    Au contraire la possibilité de faire une implémentation compatible d'une bibliothèque permet d’éviter de se retrouver piégé par une société qui bloque les possibilités d'évolution en abusant de sa position dominante.
    [ ... ]
    Sauf que Google avait besoin de pouvoir s'appuyer sur une base de code existant. L'énorme majorité des bibliothèques qui constituent l'écosystème Java n'appartiennent pas a Oracle. Google n'a pas de raison de ne pas vouloir en profiter. C'est bon que Oracle ne puisse pas avoir la main mise l'écosystème Java entier.

    Le succès d'un écosystème c'est pas que sa qualité, c'est surtout arriver au bon moment. Pouvoir faire des implémentation alternative permet d'éviter qu'une entreprise profite indûment d'une position de rente.
    S'il suffisait de faire une bonne API pour qu'elle soit massivement utilisée, Google ne se serait pas gêné, ça fait longtemps que l'on sait ce qui ne va pas dans l'API Java et qui mériterait d'être revu. D'ailleurs l'API Java d'Oracle lui même en est à sa seconde itération des API des gestion du JavaScript, du Client HTTP, du réseau, sa troisième en ce qui concerne la gestion des dates, ... Chaque fois en conservant l'API précédente car même Oracle ne peut pas se permettre de se couper de l'écosystème existant.
    Je suis effectivement d'accord sur ce que tu dis, cependant de l'autre côté, on peux aussi regarder ce qu'a fait google avec Androïd.

    Un juge peut avoir une vue différente, et ce avec de bonnes raisons.

  4. #424
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par forthx Voir le message
    c'est un peut comme si je développais un navigateur qui respecte la norme et qui exécute du angular nativement: google pourrait me dire que je n'ai pas le droit car l'api angular est sa propriété ...

    ou a plus bas niveau, si je fait un processeur compatible X86 car c'est intel qui a défini le jeux d'instruction. (ils on pas vendu des droits d'exploitation de l' "API" x86 d’ailleurs ?)
    Pour le libre, on a déjà pas mal d'API dispos, ca voudrait dire qu'un logiciel propriétaire n'a pas de droit de se substituer a un logiciel libre si il présente la même API
    Angular est distribué sous licence MIT qui permet la copie, la modification, la distribution, la revente, donc rien ne t'en empêche.
    De même les licences des produits open-source autorisent la copie, la modification, la revente d'où les forks sans fin. L'inverse n'est pas vrai.

    AMD dispose d'une licence pour l'utilisation du jeu d'instruction X86, et tout ce qui date du 486 et antérieur est libre. Par contre cloner un jeu d'instruction plus récent réclame de prendre une licence auprès d'Intel et d'AMD.

    Citation Envoyé par walfrat Voir le message
    a seule différence à mes yeux, c'est que à la base Java était gratuit et pas la propriété d'Oracle, de plus même après Oracle n'a pas écrit seul les spécifications de Java (cf reprise de Jodatime par exemple), et donc les APIs qui en découlent.
    Gratuit ne veut pas dire libre.

    Citation Envoyé par Uther Voir le message
    Tout a fait car les situations sont foncièrement différentes.
    Je ne parlais pas des situations mais du principe de procès. Et du fait que Sun défende sa marque.

    Citation Envoyé par Uther Voir le message
    Dans un cas on a une implémentation incompatible qui revendiquait le nom Java. Le procès concernait l'utilisation de la marque déposée Java, pas le fait de refaire une implémentation, chose que Sun encourageait a l'époque.
    Dans l'autre cas, on a une implémentation à laquelle on veut interdire d'être compatible. Le procès ne concerne pas la marque Java (que Google n'utilise pas) mais le droit de faire une implémentation compatible.
    Le conflit ne porte pas sur l'interdiction de la compatibilité de l'implémentation mais sur le fait qu'Android prenne une licence, comme l'on fait Blackberry, Nokia, et sans doute IBM a l'époque.
    En outre l'implémentation n'est pas compatible, je ne peux pas prendre une classe java et la déposer sur un système Android.

    Par contre, je peux prendre un code source Java et le recompiler pour Android, parce que Google a copié l'API Java justement.

    Citation Envoyé par Uther Voir le message
    Justement la culture d'entreprise de Microsoft a complètement changé depuis l'époque.
    Certainement. Pourquoi ne publient-ils pas Windows et Sql Server en open-source alors ?

    Citation Envoyé par Uther Voir le message
    Désolé mais je ne peux pas prendre en compte l'avis de toutes les personne qui se sont expimées sur le sujet, dont certaine sont en plus complètement parti pris. Je dis juste que le fait de pouvoir faire une implémentation compatible d'une bibliothèque est quelque chose qui a toujours été admis en informatique jusqu'a présent, et que interdire ça aurait des implications énormes.
    Les lésés n'ont pas droit d'exprimer leur avis. Par contre, un petit juge programmant en python sous Ubuntu est plus qualifié qu'un architecte système gérant des dizaines de programmeur, quand bien même son jugement a été cassé.

    Citation Envoyé par Uther Voir le message
    Les royalties de ARM reposent sur des brevets qui couvrent l'architecture complète du processeur.
    Comme il ne s'agit pas de copyright les lois ne s'appliquent pas. Cela dit si on refaisait un processeur avec un jeu d'instruction compatible mais une architecture générale différente, ça ne me choquerait pas.
    Alors cela ne me choquerait pas non plus qu'un concurrent copie votre code source sans autorisation expresse et livre une solution 100% interopérable et 10 fois moins chère.
    La joie de l'âme est dans la planification -- Louis Hubert Liautey

  5. #425
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    Je ne parlais pas des situations mais du principe de procès. Et du fait que Sun défende sa marque.
    Bien sur qu'une société va défendre tout ce qui peut lui rapporter, mais il y a le cadre de la loi pour dire jusqu’où elle peut aller. Justement dans le procès Microsoft l'objet du litige était la marque Java, là ou dans le procès actuel, l'objet du litige n'est la marque mais l'interface de la bibliothèque standard.

    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    Le conflit ne porte pas sur l'interdiction de la compatibilité de l'implémentation mais sur le fait qu'Android prenne une licence, comme l'on fait Blackberry, Nokia, et sans doute IBM a l'époque.
    Pour le moment, dans le domaine du logiciel, on ne prend pas une licence pour produire une bibliothèque avec une API compatible. Si Nokia, Blackberry, ... ont acheté une licence, c'est pour pouvoir utiliser l'intégralité du code source (pas uniquement l'API) de l'implémentation de Sun de la JVM.

    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    En outre l'implémentation n'est pas compatible, je ne peux pas prendre une classe java et la déposer sur un système Android.
    Par contre, je peux prendre un code source Java et le recompiler pour Android, parce que Google a copié l'API Java justement.
    Il y a deux niveau de compatibilité pour les bibliothèques : ABI et API. Android n'offre pas en effet une compatibilité binaire (ABI compatibility) mais une compatibilité des sources (API compatibility).

    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    Certainement. Pourquoi ne publient-ils pas Windows et Sql Server en open-source alors ?
    J'ai pas dit que Microsoft étaient devenu des philanthropes. Juste que la culture générale surtout vis à vis des technologies concurrente à bien changé.

    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    Les lésés n'ont pas droit d'exprimer leur avis.
    Les personnes qui s'estiment lésés ont le droit de donner leur avis mais il ne faut pas oublier qu'il sont parti pris, et c'est le rôle des juges de déterminer dans quelle mesure il est recevable vis a vis de la loi.

    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    Par contre, un petit juge programmant en python sous Ubuntu est plus qualifié qu'un architecte système gérant des dizaines de programmeur, quand bien même son jugement a été cassé.
    Il y a aussi énormément de gens qualifiés techniquement qui ont pris la défense de Google.

    Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
    Alors cela ne me choquerait pas non plus qu'un concurrent copie votre code source sans autorisation expresse et livre une solution 100% interopérable et 10 fois moins chère.
    Sauf que ce n'est pas ce qui ce joue dans ce procès. Il ne s'agit pas de l'intégralité du code source mais juste l'interface de la bibliothèque.