Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Expert éminent sénior
    Un groupe américain travaillant sur la confidentialité en ligne demande 1.75 million de dollars à Google
    Un groupe américain travaillant sur la confidentialité en ligne demande 1.75 million de dollars à Google, à piocher dans son Privacy Fund
    Mise à jour du 04.04.2011 par Katleen


    Alors que la semaine dernière Google est parvenu à signer un accord avec la FTC dans l'affaire Buzz qui l'engage à subir des audits pendant 20 ans, cela n'est pas assez au goût de l'Electronic Privacy Information Center.

    En effet, suite au scandale et à la protestation d'un groupe d'utilisateurs de Gmail, la firme de Mountain View avait du créer un fonds pour la confidentialité dans lequel elle avait injecté 8.5 millions de dollars. Des sommes de ce total ont été distribuées à diverses organisations oeuvrant dans ce domaine.

    "Toutes des vendues qui reçoivent le support de Google pour des services de lobbying ou de consulting", s'insurge l'EPIC qui n'est pas dans la liste des bénéficiaires, et qui se dit largement plus "indépendant" qu'eux.

    Pourtant, le groupe avait déposé la première plainte dans le dossier Buzz, auprès de la FTC.

    Aujourd'hui, il réclame 1.75 million de dollars et demande aux tribunaux de rejeter un accord "qui encourage les organisations à attendre tandis que d'autres font le travail de sauvegarde de la confidentialité sur le Net".

    Pensez-vous que l'EPIC mérite une telle somme ?




    Google devra se soumettre à des audits indépendants pendant 20 ans, suite à un accord signé avec la FTC à propos de la confidentialité

    Lancé en février 2010, Buzz, un service social crée par Google, était loin d'en avoir fait un, et avait rencontré un échec cuisant (il est aujourd'hui toujours très peu utilisé). Et la firme continue de payer aujourd'hui de cette erreur stratégique, avec un produit qui a fait l'objet d'enquêtes suite aux nombreuses plaintes des utilisateurs de Gmail qui s'étaient plaint du manque de contrôle de leurs informations personnelles (contacts fréquents dans les échanges de courriels ajoutés par défaut comme "amis" dans Buzz, par exemple, et aussi difficultés à supprimer des informations).

    Si les problèmes décriés avaient été corrigés en quelques jours, la Federal Trade Commission avait tout de même ouvert une investigation sur le sujet. Ce matin, Google et l'organisme officiel ont annoncé avoir conclu un accord à l'amiable dans ce cadre,

    Google et la Federal Trade Commission (FTC), le régulateur chargé de la protection des consommateurs, sont parvenus à un accord à l'amiable dans ce cadre. Et les conséquences de Buzz sont lourdes : la firme sera soumise à des audits indépendants des procédures de protection de la vie privée tous les deux ans, pendant vingt ans. La moindre modification des conditions de partage d'informations personnelles sera également très encadrée, puisque le consentement explicite des internautes sera nécessaire.

    La FTC veut ainsi s'assurer que de tels débordements ne se reproduisent plus jamais, et met en avant que c'est la première fois qu'elle doit imposer une politique de protection de la vie privée à une entreprise. Une "décision dure, qui assurera que Google honorera ses engagements envers les consommateurs", ajoute l'organisation.

    Google devra "établir et maintenir un programme de confidentialité compréhensif".

    Un coup dur, après l'amende déjà infligée ce mois par rapport aux données Wi-Fi collectées par les Google Cars.

    "Nous présentons à nouveau nos excuses (...) et souhaitons que l'annonce faite ce jour mette cet incident derrière nous, nous sommes à 100% focalisés sur le fait de nous assurer que nos nouvelles procédures de confidentialité protégeront efficacement les intérêts de tous nos utilisateurs", a pour sa part déclaré Mountain View.

    Source : L'accord entre Google et la FTC

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    A quand le même sur facebook

  3. #3
    Membre expert
    Citation Envoyé par Katleen Erna Voir le message
    La FTC veut ainsi s'assurer que de tels débordements ne se reproduisent plus jamais, et met en avant que c'est la première fois qu'elle doit imposer une politique de protection de la vie privée à une entreprise. Une "décision dure, qui assurera que Google honorera ses engagements envers les consommateurs", ajoute l'organisation.
    Espérons que cela serve de jurisprudence.
    "Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait." Mark Twain

    Mon client Twitter Qt cross-platform Windows et Linux. (en cours de développement).

  4. #4
    Membre chevronné
    Citation Envoyé par cuicui78 Voir le message
    A quand le même sur facebook
    Je pense aussi que la FTC aurait dû faire de même avec Facebook depuis belle lurette. Avant même que Google mette en place son réseau social qui a divulgué automatiquement des données confidentielles, il ne faut pas oublier que la charte de Facebook changeait continuellement, sans donner l'avis des utilisateurs et pas dans le bon sens. Sans oublier que toutes les données de l'utilisateur appartiennent officiellement à fb et plus au propriétaire d'origine.

    Et donc Facebook n'a pas besoin de tels audits ?

  5. #5
    Membre du Club
    protégeront efficacement les intérêts de tous nos utilisateurs
    et la vie privée, il en font quoi ?

  6. #6
    Expert éminent sénior
    Un groupe américain travaillant sur la confidentialité en ligne demande 1.75 million de dollars à Google, à piocher dans son Privacy Fund
    Mise à jour du 04.04.2011 par Katleen


    Alors que la semaine dernière Google est parvenu à signer un accord avec la FTC dans l'affaire Buzz qui l'engage à subir des audits pendant 20 ans, cela n'est pas assez au goût de l'Electronic Privacy Information Center.

    En effet, suite au scandale et à la protestation d'un groupe d'utilisateurs de Gmail, la firme de Mountain View avait du créer un fonds pour la confidentialité dans lequel elle avait injecté 8.5 millions de dollars. Des sommes de ce total ont été distribuées à diverses organisations oeuvrant dans ce domaine.

    "Toutes des vendues qui reçoivent le support de Google pour des services de lobbying ou de consulting", s'insurge l'EPIC qui n'est pas dans la liste des bénéficiaires, et qui se dit largement plus "indépendant" qu'eux.

    Pourtant, le groupe avait déposé la première plainte dans le dossier Buzz, auprès de la FTC.

    Aujourd'hui, il réclame 1.75 million de dollars et demande aux tribunaux de rejeter un accord "qui encourage les organisations à attendre tandis que d'autres font le travail de sauvegarde de la confidentialité sur le Net".

    Pensez-vous que l'EPIC mérite une telle somme ?

  7. #7
    Modérateur

    Je vois pas pourquoi ces sous leur reviendrait à eux. Google ferait mieux de les investir judicieusement pour le respect de la vie privée.
    "Historiquement, techniquement, économiquement et moralement, Internet ne peut pas être contrôlé. Autant s’y faire." Laurent Chemla

    Je soutiens Diaspora*, le réseau social libre.

    Veillez à porter une attention toute particulière à l'orthographe...

    Blog collaboratif avec des amis : http://geexxx.fr

    Mon avatar a été fait par chiqitos, merci à lui !

  8. #8
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par Flaburgan Voir le message
    Je vois pas pourquoi ces sous leur reviendrait à eux.
    Comprendre: d'autres groupes ont eu une partie des sous et pas eux. C'est évidemment une injustice flagrante
    "L'éducation, c'est le début de la richesse, et la richesse n'est pas destinée à tout le monde" (Adolphe Thiers)

  9. #9
    Membre confirmé
    Donc si je comprend bien, le Privacy Fund de Google sert à arroser les opposants à sa politique de vie privée?

###raw>template_hook.ano_emploi###