Voir le flux RSS

bouye

Pokémon GOFest 2019 Chicago : Prélude

Noter ce billet
par , 10/06/2019 à 12h06 (126 Affichages)
Nom : unnamed.png
Affichages : 430
Taille : 15,4 Ko

Avertissement : je tiens à préciser que je ne suis affilié ni à Niantic, ni à The Pokémon Company, ni à Nintendo, Gamefreak ou Creatures. Tous les noms, marques et logos cités ou montrés appartiennent à leurs ayant-droits respectifs. Ah oui et si vous ne comprenez rien au vocabulaire Pokémon utilisé ici... tant pis pour vous .

Un grand merci à Mickael, le responsable de la section Java, qui a eut l'idée de cette chronique.

Pika ?
Dans l'univers de Pokémon, vers l'âge de 10 ans, les jeunes filles et garçons partent explorer le monde, seuls ou avec d'autres enfants de leur âge, pour capturer des créature sauvages et les entraîner pour les faire participer à des combats contre d'autres dresseurs dans l'espoir de devenir le meilleur Maître Pokémon.
Oui, dit comme ça c'est très étrange et c'est un concept très japonais. Pokémon est un une approche multimédia centrée autour de cet univers qui est décliné en de multiples jeux vidéo sortis sur consoles portables Nintendo (mais pas que) depuis la fin des années 90 mais aussi en un jeu de cartes et bien sûr un animé de très longue durée (euh... on en est à la 22ème saison je crois) ainsi que plusieurs films animés d'origine japonaise. Plus récemment Hollywood s'est aussi lancé dedans avec la sortie du film Détective Pikachu avec Ryan Reynolds dans le rôle titre (voix et capture faciale). Des tournois mondiaux sont régulièrement organisés autour du jeu de carte et des jeux vidéo principaux de la série. Vous avez dû bien entendre le slogan "Attrapez-les tous !" à un moment où à un autre ?

Pokémon... GO ?
Pokémon GO le jeu mobile AR (augmented reality - réalité augmentée) géo-localisé pour iOS et Android développé et maintenu par Niantic a déferlé sur le monde en juillet 2016, prenant une bonne partie des pays occidentaux par surprise devant l'ampleur de la vague et la masse de joueurs qui déambulaient dans les rues tels des zombies (dixit nos amis politiciens) les yeux rivés sur leur téléphone à la recherche de créatures numériques invisible au yeux du commun des mortels. Nos chers concitoyens et eux ont dû s'y faire : la Pokémania, cette vague d’engouement pour les jeux vidéo, le jeu de cartes à collectionner et l'animé Pokémon qui avaient bousculé les cours de récrée au début des années 2000 était de retour et cette fois-ci elles touchaient toutes les générations via l'omniprésence des Smartphones. À tel point qu'on a rapidement vu fleurir des propositions de lois visant à réguler et ou interdire toute activité de regroupement des joueurs dans certains lieux (ex : écoles mais aussi bases militaires ou lieux sensibles), voir carrément l'interdiction du jeu dans certains pays sous prétexte d'espionage potentiel car le jeu géolocalisé aurait des liens cachés avec la CIA...


Google avait initié l'idée d'un univers augmenté habité de Pokémon au 1er avril 2014 en lançant un jeu sur Google Maps doublé d'une vidéo dans laquelle la firme annonçait vouloir recruter un Maître Pokémon. Et c'est tout naturellement qu'en Septembre 2015 The Pokémon Company (TPC) et Niantic avaient dévoilé une bande annonce suggérant la sortie future du jeu mobile qui sera finalement publié en juillet de l'année suivante... dans les conditions que l'on connait... joueurs en folie... et serveurs en berne...


Niantic n'en était pourtant pas à son premier essai. L'ex-filiale née dans les incubateurs de Google, créée par John Hanke initiateur de Google Maps, Google Earth et de KML, avait déjà en effet lancé quelques années plus tôt Ingress, un jeu géo-localisé dans lequel 2 équipes s’affrontent pour le contrôle de zones triangulaire dans une sorte de mélange entre RISK et un jeu d'espionage à l'échelle mondiale mâtiné d'une ambiance cyberpunk et de science-fiction (il est question de créatures provenant d'une autre dimension qui veulent influer sur l'espèce humaine avec une faction pro-évolution et une autre anti-évolution) ; à noter que Ingress a fait récemment l'objet d'un animé diffusé sur Netflix. Cependant, étant donné qu'Ingress était resté un jeu sommes toutes confidentiel à la base de joueurs restreintes, rien n'avait probablement préparé Niantic à l'ampleur que prendrait Pokémon GO à son lancement, ni à ses serveurs à résister à la charge du nombre de joueurs connectés.

Nom : 895px-Ingress_Logo_vector.svg.png
Affichages : 30
Taille : 3,3 Ko

Et maintenant ?
Avance rapide vers 2019, la folie est certes retombée et désormais les joueurs sont bien plus discrets dans les rues car moins nombreux. L'effet de mode est passé et certains ont abandonné le jeu car après tout sortir et faire de la marche peut s'avérer chronophage et épuisant à la longue (l'humain aime les activités qui rapportent facilement et demandent des dépenses moindre en effort ou en énergie personnelle). D'autres ont abandonné suite aux problèmes initiaux de surcharge des serveurs, les bugs toujours présents dans le client du jeu ou encore le manque de fonctionnalités présentes au lancement ou tout simplement faute d'attrait face aux nouveaux Pokémon une fois leur Pokédex de 1ère génération presque complété. Cependant, et ce malgré une triche rampante, les joueurs sont toujours bien là, principalement dans les grandes villes; le jeu étant bien plus adapté aux environnements urbains qu'à ceux de la campagne.

En l'espace de 3 ans Niantic a introduit pas mal de fonctionnalités attendues qui étaient absentes lors du lancement initial, tels les raids demandant aux membres des 3 équipes de coopérer un minium ou encore les journées communautaires favorisant le regroupement des joueurs (et diminuant de fait l'animosité latente entre joueurs d'équipes différentes) ou encore les échanges et les combats directs entres joueurs. Quelques quêtes scénarisés permettant d'obtenir des Pokémon fabuleux ou encore un mode photo permettant de faire poser ses créatures sont venus compléter le tableau entre temps. Ainsi, que cela soit dans les métropoles américaines, européennes, ou japonaises, au heures de pointe ou lors des journées communautaires, il n'est pas rare de voir des bandes de joueurs allant de parents entourés de leurs enfants, d'étudiant ou encore de salary men tout frais sortis de leur bureau se réunir pour faire des raids ou chasser des Pokémon chromatique. Et c'est aussi valable pour d'autres régions du globe telles que l'Amérique Latine ou encore l'Inde qui voient des records d'affluence de joueurs. Même si des jeux concurrents sont sortis entre temps (The Walking Dead: Our World de Next Games ou encore Jurassic World Alive de Ludia, tous deux construits sur une API Google Maps fournie par Google) et même si d'autres sont annoncés (Square Enix a récemment annoncé Dragon Quest Walk) pour le moment aucun ne semble arriver à détrôner Pokémon GO auprès des joueurs.

Pendant ce temps-là Niantic a continué à rationaliser sa plateforme AR avec sa partie mobile cliente (basée sur le moteur 3D Unity en C#), sa partie serveur mais aussi sa base de donnée POI (points of interest - point d’intérêt ou encore sites remarquables) héritée d'Ingress et créée par les joueurs qui nourrit ses jeux existants ou futur. Ainsi le futur jeu mobile Harry Potter: Wizards Unite développé par Niantic pour Portkey Games et Warner Bros repose sur la même plateforme. Niantic est également en train d'abandonner LibGDX qui était utilisé pour développer la première version Ingress (désormais rebaptisée Scanner [REDACTED]) pour sortir une nouvelle version du jeu sous Unity nommée Ingress Prime (qui est elle-même sujet à controverse auprès des joueurs de ce jeu qui lui préfèrent la précédente version).

Nom : Sans titre.png
Affichages : 29
Taille : 18,5 Ko

GOFest !
Ingress le faisant déjà avec ses anomalies (événement majeur) ou ses mission day ou encore first saturday (événement moindre à l'échelle d'une ville et permettant l'initiation de nouveaux joueurs) c'est donc naturellement que Niantic a commencé à organiser, avec ses partenaires commerciaux mais aussi le support des administrations locales, des événements localisés autour de Pokémon GO ; les Safari Zone (événement mineur) mais aussi le GOFest (événement majeur, souvent payant). En effet, rien de tel pour booster le tourisme que d'avoir plusieurs milliers de joueurs qui déferlent soudainement sur une ville pour quelques jours... quoi que cela ne se passe pas forcément toujours comme prévu...

Initié le 22 juillet 2017, le premier GOFest qui se tenait au Parc Grant au cœur de Chicago (USA) n'aura pas vraiment marqué les esprits... enfin si, celui d'un flop monstrueux. Tout le monde présent aura blâmé Niantic sur le moment mais en fait le soucis était dû à la sous-évaluation des infrastructures 4G des principaux opérateurs mobiles américains qui ont largement sous-estimé le nombre de joueurs présents sur place. Bref, face à un manque chronique d'équipement et autre tours mobiles pour répéter et amplifier le signal 4G, l'événement a été un fiasco monstrueux ; à tel point que certains joueurs ont même lancé une class action contre Niantic (qui avait pourtant annoncé le remboursement intégral des frais d'inscription dès la fin de l'événement). Ce qui devait marquer dans les mémoires le 1er anniversaire du jeu et marquer l'arrivée des raids de niveau 5 permettant d'obtenir des Pokémon légendaires via les raids (les raids de niveau 1 à 4 avaient été ajouté en jeu le mois précédent) est plutôt un événement que tout le monde veut oublier...

En comparaison le GOFest 2018 qui se tenait toujours à Chicago mais cette fois-ci au Parc Lincoln du 14 au 15 juillet 2018 est passé presque comme une lettre à la poste. Tout au plus les joueurs abonnés chez l'opérateur Verizon auront expérimenté une brève coupure de 30 minutes vite corrigée par le déploiement rapide de zones sous WiFi pour pallier à la coupure de la 4G. Niantic ayant appris de ses erreurs, cette fois-ci l'événement se déroulait sur plusieurs jours (deux) et sur une plus grande surface. En effet, 2 semaines plus tôt la Safari Zone de Dortmund en Allemagne qui se tenait les 30 juin et 1er juillet 2018 au parc Westfalen avait subit les mêmes affres que le 1er GOFest : trop de joueurs concentrés en un espace trop restreint avec pas assez de répétiteur fournis par les opérateurs mobiles. Si le samedi avait fait pâle figure, le dimanche s'en était bien sortir car Niantic avait immédiatement réagi en élargissant la zone de jeu à toute la ville (avec le support de la municipalité de Dortmund). Donc, ici à Chicago, tout c'est plutôt bien passé, ce qui était de bonne augure pour la suite. Depuis, s'en est suivi tout une kyrielles de Safari Zones sur les 5 continents, qui se sont plus plutôt bien déroulées et qui ont permis à plusieurs milliers de joueurs de se rencontrer et de jouer ensemble pour chasser ou s'échanger des Pokémon.

En 2019, pour la 3ème année du jeu, Niantic et TPC ont vu les choses en grand : pas moins de 3 GOFest sont prévus durant les mois d'été de l'hémisphère nord : Chicago (USA) du 13 au 16 juin 2019, Dortmund (Allemagne; une évolution de la Safari Zone de l'an dernier) du 4 au 7 juillet 2019 et enfin Yokohama (Japon, en conjonction avec la Municipalité de la ville qui y organise chaque année l'événement Pikachu Outbreak) du 6 au 12 Août 2019. Et encore une fois un nombre impressionnant de joueurs sont attendus : le permis de Niantic déposé auprès de la municipalité pour le GOFest de Chicago table sur 15 000 visiteurs par jours tandis que celui de Dortmund planche sur 25 000 visiteur par jour (mais nous y reviendrons).

C'est donc du voyage vers le GOFest 2019 de Chicago dont nous allons parler dans les entrées suivantes
Mais il est temps pour moi d'aller me coucher, la navette passe me récupérer tôt demain ^^

Nom : GOFest Chicago.jpg
Affichages : 30
Taille : 60,7 Ko

Note : contrairement à mes voyages de 2012 où j'étais équipé d'une tablette et d'un ordinateur portable, ici je ne disposerai que d'un téléphone portable donc soyez indulgents face à divers fautes et erreurs de rédactions qui seront corrigées ultérieurement. De plus compte tenu du décalage horaire et de la fatigue, il est possible que toutes les entrées ne soient pas publiées immédiatement. Même chose pour les potentielles photos accompagnant les articles.

Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Prélude » dans le blog Viadeo Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Prélude » dans le blog Twitter Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Prélude » dans le blog Google Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Prélude » dans le blog Facebook Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Prélude » dans le blog Digg Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Prélude » dans le blog Delicious Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Prélude » dans le blog MySpace Envoyer le billet « Pokémon GOFest 2019 Chicago : Prélude » dans le blog Yahoo

Mis à jour 10/06/2019 à 13h23 par bouye

Catégories
Mobile , Voyage

Commentaires

  1. Avatar de Mickael Baron
    • |
    • permalink
    Merci @bouye pour ce retour.

    Tu veux dire que tu as écrit ce texte depuis un smartphone ? si c'est le cas respect ;-)

    En attendant la suite

    Mickael
  2. Avatar de bouye
    • |
    • permalink
    Non ce tout premier billet a été fait sur fixe. Le second est en cours de rédaction sur mobile... et je crois bien que les suivants seront rédigés sur fixe à mon retour