Voir le flux RSS

Glutinus

[SSII] La négociation de salaire pour un jeune diplômé

Note : 2 votes pour une moyenne de 5,00.
par , 10/08/2015 à 15h00 (2818 Affichages)
Julian a 22 ans. Il sort d'un M2 parisien et a fait son stage chez GTS, une Grosse Société de Télécommunications à Lyon. A l'issue de son stage qui s'est très bien passé, son maître de stage lui annonce qu'il ne pourra pas l'embaucher. Il décide donc de revenir sur Paris chez ses parents le temps de trouver un emploi.

Julian a lu beaucoup de livres et a parcouru internet. Il a préparé un argumentaire pour pouvoir avoir la meilleure rémunération possible. Il sait qu’il a travaillé dans une grosse société, la GST, et il connaît bien les process. Il a utilisé un outil performant. Son maître de stage est très content, il a eu une bonne note. D’autant d’arguments qui pourront lui faire gagner de 1000 à 3000 euros par an, selon lui.

Julian aura cependant une déconvenue. Il a rencontré quatre SSII, l’une d’entre elles l’embauchera sur mission, les trois autres ont fait une proposition ferme. La seconde SSII lui a fait une proposition qu'il estime assez basse, 32K€. Julian pense que c'est parce qu'il vient de Lyon et qu'on lui propose un salaire sans connaissance de cause.

Assez étonnamment, les deux offres restantes sont identiques : 34.000 euros brut. Il fait remarquer à la dernière SSII qu’on lui a déjà fait cette proposition. La réponse ? « Nous avons une grille de salaire. Les M2 débutants sur Paris commencent avec cette rémunération ». Julian tombe des nues : il a beau avoir fait un « meilleur stage » - selon lui - que ses amis de promo, il sera donc payé autant ?

Julian pense signer pour la troisième SSII finalement, elle a dit qu’elle était à échelle humaine. Il a cependant un dernier doute et son meilleur ami le pousse à passer un entretien chez ABC. Ils sont réputés pour faire des offres très rapidement. Julian passe donc un entretien un vendredi, demande 36000 euros, et précise qu’il a déjà deux offres. La SSII lui promet de le recontacter pour un entretien le mardi suivant, car le lundi elle doit délibérer.
Mardi matin à 10h, elle appelle, et fait immédiatement une proposition à Julian. Malheureusement, elle n’est pas à hauteur de ce qu’attendait Julian : 31000 euros, encore moins que la première SSII qu'il a rencontrée ! Julian commence à protester, mais la RH lui coupe la parole en annonçant que les avantages totalisent bien sa prétention.

- 31000 euros brut, payés sur 13 mois, comme ça « il aura l’impression d’être mieux payé en décembre »
- Des remboursements de frais à hauteur de 12 euros par jour. A raison de 220 jours ouvrés travaillés par an, ça fait 2640 euros brut. Ces frais couvrent le transport et le repas du midi.
- Une prime de cooptation de 1000 euros. La cooptation consiste à transférer un CV de qualité d’un ami. En général, chaque consultant amène un CV par an. Surtout que Julian, étant jeune, risque de connaître beaucoup de jeunes diplômés dans les ans qui suivent. Si le candidat n’est pas retenu, le consultant gagne quand même 250 euros. Mais c'est un fait rare. Personne ne résiste à une offre de ABC !
- A cela se rajoute une prime d’apport d’affaires de 1500 euros : si le consultant entend parler d’un poste qui se libère chez le client, ou ancien client, ou ailleurs, qu’il en parle à sa SSII qui réussit à placer, il touche cette prime. Selon la RH, cela arrive une fois tous les deux ans en moyenne, on peut donc compter 750 euros brut.
- L’intéressement et la participation, qui à l’exercice de l’année passée, était de 2000 euros au total.
- Une partie variable, de l'ordre de 1000 euros. 500 euros si Julian est facturé pendant 180 jours par an, et 500 euros si la Business Unit est facturé en moyenne 180 jours par an.
- La RH ne manque pas de mentionner l’excellent CE dont ils disposent. Il peut donc avoir des tickets de cinéma pour 7 euros, des billets de spectacle à moitié prix, des réductions sur diverses prestations… S’il fait appel régulièrement, il peut économiser environ 500 euros.

La RH estime donc qu’il peut gagner jusqu’à 39000 euros dès la première année, évidemment plus s’il fournit des CV à la pelle et qu'il place tous les intercontrats dans sa mission...

Finalement, Julian opte pour la SSII où il avait fait son choix, la troisième, bien que la dernière l'ait appelé tout le reste de la semaine pour lui demander quand viendra-t-il signer. Lorsqu'il a décliné l'offre le vendredi, la RH est tombée haut "Je ne comprends pas, on vous a fait une offre en or qu'on ne peut pas refuser... et en plus vous allez chez XXX ? Vous connaissez leur réputation ? Bon, c'est vous qui décidez, c'est votre carrière après tout pas la nôtre, mais vous raterez de nombreuses opportunités, comme celle d'Arthur qui est passé chef de projet après seulement 3 ans chez nous..."


Que retenir de cette petite histoire ?

1. Grille tarifaire

La première chose dont il faut avoir conscience, c'est que les SSII ne négocient pas comme dans les séries TV américaines orientées business. "OK l'année dernière j'ai apporté un gros business" "pas de souci, on augmente ton salaire de $10000 et t'auras un bonus de 10% sur l'affaire apportée".
Il faut retenir une chose : votre CV a une valeur sur le marché, point. Il y a une grille tarifaire, indexée sur ce que pourra en tirer la SSII. Donc globalement on vous proposera un salaire fixe.

Cependant, il est possible que les SSII jouent des coups de poker, selon qu'elle ait l'impression que vous n'êtes pas sûr de vous, pressé, aux abois etc. Donc il ne faut jamais vous montrer sur un jour négatif. C'est comme quand vous vendez votre maison chez Plazza ! Vous n'êtes pas pressé, vous êtes serein, vous avez d'autres offres (même si ce n'est pas vrai...)

Dans notre exemple, Julian a indiqué qu'il venait de Lyon. La SSII parisienne va donc essayer de lui fournir un salaire lyonnais, qui est légèrement inférieur, en espérant que Julian est pressé et qu'il acceptera sans se renseigner.

Le meilleur moyen de connaître le marché est de faire un maximum d'entretien et d'avoir un maximum de proposition. Chose plus facile à dire qu'à faire certes. Mais avec au moins deux offres vous pourrez faire un comparatif.

2. Les facteurs du marché

N'oubliez pas qu'en tant que jeune diplômé, votre tarification dans la grille dépendra de :
- Votre diplôme
- Votre zone géographique
- Vos aspirations (globalement les clients banque paient plus que les industriels... si vous optez pour des SSII orientés banques vous aurez un salaire légèrement plus élevé)
- Vos technologies, contrairement à ce que vous pensez, c'est mineur, sauf exception voir plus bas.

Si vous interrogez autour de vous des professionnels, n'oubliez pas de mentionner tout ça, c'est très important.

Une petite exception, si vous êtes sur une technologie émergente qui monte en flèche d'un coup, vous pourrez prétendre beaucoup. J'ai constaté des salaires à quasiment +15/+20% à une période de 2007 quand beaucoup d'entreprises se sont mises au .NET d'un coup !

3. Les packages

Le plus important est de vous méfier des packages !
La société ABC a voulu entourlouper Julian avec son package qui a fait croire qu'il allait atteindre ce qu'il voulait, voire plus, en cumulant des avantages qui n'en étaient pas.

- Concernant les 13 mois, il ne s’agit jamais d’un bon argument. Le treizième mois est généralement versé en deux fois (en juin et en décembre) voire en une seule fois (en décembre). Ce qui est souvent dépeint comme la règle, des fois en avantage (« Vous aurez de l’argent pour Noël », « c’est mieux pour la fin d’année quand les impôts augmentent ») est un unique avantage pour la SSII qui garde une partie de ses salaires en trésorerie.
- Argument 2 : certaines SSII ne versent aucune prime, pas même en cooptation alors que cette dernière est habituelle. Ce treizième mois est des fois défini comme une prime, même si ce n’est pas vrai : il n’y a pas d’objectif pour l’avoir, elle est versée quelque soit le résultat. Ou alors l’objectif défini en argument 3.
- Argument 3 : le treizième mois est versé au prorata temporis, c’est-à-dire si un consultant vient à quitter la SSII en juin, il touchera la moitié de la prime. A noter que certaines SSII imposent que cette prime sera à verser si le prestataire est présent le 31/12 ce qui apparemment est illégal. Cela force psychologiquement les consultants à rester l’ensemble de l’année s’ils veulent leur dû.

- Concernant le remboursement de 12 euros, il est noté que le contre-argument principal il y a quelques années est que cet argent n’est pas pris en compte lorsque l’on calcule par exemple ses revenus pour un prêt, mais ce n'est plus le cas, les banques prennent désormais en compte ces remboursements. C’est un avantage pour la SSII puisque ces 12 euros ne font pas l’objet de charge ; il est à noter cependant que cette charge peut disparaître, et que les SSII fassent machine arrière.
- Ce remboursement est versé pour chaque jour travaillé. En congé, RTT, repos de compensation, congé maladie, elle n'est pas versée. Imaginez que vous partez en vacances une semaine et êtes malade une autre semaine pendant le mois de décembre, vous perdez donc l'équivalent de 10 jours, là où vous aurez quand même eu un remboursement de la carte orange.
- A noter également : le remboursement de transport et des frais de repas ne sont pas un cadeau, c’est un dû présenté par la loi. En région parisienne, les sociétés doivent rembourser la carte orange à hauteur de la moitié du tarif, et fournissent en général entre 4 et 5 euros pour le déjeuner, ou alors 8 euros en ticket restaurant. Cette prime de 12 euros est donc légèrement plus élevée que la formule précédente, mais comme dit, la SSII ne paie pas de charge dessus.

- Concernant la prime de cooptation, la plupart des SSII la verse effectivement, même si certaines rechignent, oublie etc. et c'est assez fatigant de courir après elle. Notez que certaines SSII ne la versent même pas, elle considère que c'est normal qu'un consultant envoie un CV et qu'elle ait eu ce profil sans avoir eu à parcourir les job-boards !

- Concernant la prime d'apport d'affaires, c'est d'autant du vol que la SSII paie certes 1500 euros mais va rattraper rapidement avec toute la marge qu'elle va se dégager. Encore une fois, j'ai souvent constaté des effets d'amnésie soudaine, et des mensonges "mais non en fait on était déjà au courant avant que tu nous en parles".

- L'intéressement et la participation sont effrontément gonflées en entretien. Elles sont extrêmement basses en SSII, et jamais à hauteur de ce qui a été prétendue l'année précédente.

- Concernant la partie variable, ce n'est pas une partie variable ! Une prime de la sorte doit être distribuée de manière quantifiable, sur des objectifs réalisables et qui ne dépendent que de vous. Si vous êtes en intercontrat pendant 20 jours dans l'année, ce n'est pas de votre faute ! Cette prime est là pour vous forcer à accepter rapidement une mission, si vous tenez à vos précieux 500 euros.

- Je pense que vous êtes suffisamment futé pour trouver vos bons plans vous même pour vos places de ciné, théâtre, concerts, etc.

4. Les enchères

Vous l'aurez compris, auprès de SSII, même le meilleur argument du monde ne propulsera pas votre salaire, exception si vous êtes sur un marché de niche qui se développe à fond. A titre d'exemple, quand .NET est sorti les salaires d'entrées étaient très hauts, mais ils sont revenus à la normale quand la technologie est devenue plus standard.

Le mieux pour vous sera alors de passer dans différentes SSII et d'essayer de faire monter les enchères. Dites à la société B que vous avez une proposition de tant par la A. Elle pourra alors, si vraiment elle vous veut, faire une proposition à +1K€.


En résumé :
Gardez en tête que le salaire brut annuel, c'est la chose la plus importante. Et évitez au maximum le 13 ème, il n'y a que des inconvénients pour vous.
Estimez que l'intéressement et la participation, ainsi que la cooptation et l'apport d'affaires, sont du bonus.
Partez sur une base de frais. Par exemple sur Paris moitié de carte orange + 4€ / jour pour déjeuner.

Essayez de passer d'avoir plusieurs propositions et faites diverses enchères.

Envoyer le billet « [SSII] La négociation de salaire pour un jeune diplômé » dans le blog Viadeo Envoyer le billet « [SSII] La négociation de salaire pour un jeune diplômé » dans le blog Twitter Envoyer le billet « [SSII] La négociation de salaire pour un jeune diplômé » dans le blog Google Envoyer le billet « [SSII] La négociation de salaire pour un jeune diplômé » dans le blog Facebook Envoyer le billet « [SSII] La négociation de salaire pour un jeune diplômé » dans le blog Digg Envoyer le billet « [SSII] La négociation de salaire pour un jeune diplômé » dans le blog Delicious Envoyer le billet « [SSII] La négociation de salaire pour un jeune diplômé » dans le blog MySpace Envoyer le billet « [SSII] La négociation de salaire pour un jeune diplômé » dans le blog Yahoo

Catégories
Sans catégorie

Commentaires