Publicité
+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4
  1. #1
    Invité de passage
    Profil pro berangere kinsemi
    Inscrit en
    mars 2010
    Messages
    1
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : berangere kinsemi

    Informations forums :
    Inscription : mars 2010
    Messages : 1
    Points : 0
    Points
    0

    Par défaut note de synthese

    Bonjour,

    J'aurai besoin d'aide sur la maniere de procéder à une note de synthese sur l'as400 ainsi que de son langage RPG.

    Quelqu'un peut m'aider???

  2. #2
    Membre confirmé Avatar de mouss4rs
    Inscrit en
    janvier 2008
    Messages
    847
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : janvier 2008
    Messages : 847
    Points : 291
    Points
    291

    Par défaut

    je ne connais pas grand chose a l'as 400 mais je peux t'aider a définir le plan

  3. #3
    Membre habitué
    Inscrit en
    novembre 2008
    Messages
    149
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : novembre 2008
    Messages : 149
    Points : 118
    Points
    118

    Par défaut synthèse as400.

    Bonjour,

    je te prospose ce qui suis merci de nous indiquer si c'est ce que tu attend.

    PRESENTATION AS400

    INTRODUCTION 2
    LES PRINCIPES GENERAUX 2
    LA STRUCTURE. 2
    ESPACE DISQUE 3
    BASE DE DONNEES AS400 : DB400 4
    Bibliothèque. 4
    Fichiers physiques. 5
    Fichier logique. 6
    Notion de membres. 6
    LANGAGES. 6
    Structures des commandes CLP. 7
    Aide, aide contextuelle. 7
    AUTRES PRINCIPAUX OBJETS 8
    Menu 8
    Zone de données 8
    Périphérique. 8
    Journaux et récepteurs de journaux. 8
    File d’attente de message. 8
    NOTION DE JOBQ, OUTQ, SOUMISSION DE JOBS. 9
    JOBQ : File d’attente de soumission 9
    PROFIL. 9
    Nom et mot de passe. 9


    PRESENTATION AS400


    INTRODUCTION
    N’ayant jamais eu de cours sur AS400, ce petit document est le reflet de ma compréhension de ce système et ne doit en aucun cas être considéré comme un cours. En revanche, je pense qu’il est adapté pour une personne cherchant à appréhender cette machine et son OS.
    LES PRINCIPES GENERAUX
    La vocation initiale de l’AS400 est l’informatique de gestion. IBM a pris le parti original d’établir son cahier des charges en partant des besoins de ce type d’informatique. Ainsi la machine, son OS, les possibilités données aux développeurs sont nativement et simplement parfaitement adaptés.

    De plus, l’AS400 a été présenté à sa sortie comme un système qui pouvait fonctionner « sans informaticien ». Sans atteindre totalement cet objectif, l’AS400 est certainement un des systèmes les plus simples à appréhender grâce :
    - aux aides contextuelles particulièrement efficaces: les options de chaque commandes sont immédiatement accessibles (touche F1, F4).
    - à une intégration du système poussée: la base de données native AS400 (DB400) est intégrée au système, d’où une gestion simplifiée et automatisable.
    - à la possibilité d’obtenir des logs détaillés sur tous les évènements systèmes et de prévenir un grand nombre de problèmes techniques automatiquement.
    - à une grande simplicité de surveillance et de gestion des utilisateurs.

    Une autre originalité de l’OS400 est l’utilisation d’une couche intermédiaire (nommée SLIC) entre les instructions systèmes et le langage machine de bas niveau. L’utilisation de cette couche est garante d’une grande stabilité pour les programmes et applications. Par exemple, lorsque l’AS400 a changé de processeur de la gamme CISC vers une gamme RISC, une simple recompilation des applications a été nécessaire.

    La gestion des codes retours a également été extrêmement poussée. Lorsque le système détecte un problème durant le déroulement d’un programme, l’exécution de ce programme est suspendue et le système attend qu’une réponse soit apportée au problème. Dans un grand nombre de cas, il est ainsi possible après résolution du problème de poursuivre l’exécution normale du travail.





    LA STRUCTURE.

    La machine est structurée comme un système UNIX, on retrouve donc une arborescence avec une racine « / », des répertoires sous-jacents, différents objets (fichiers textes, exécutables …).
    Voici un exemple classique de ce que l’on peut trouver à la racine d’un AS400 :

    Directory: /
    Position to: Record: 1 of 33
    New File:
    2=Edit 4=Delete File 5=Display 6=Path Size 9=Recursive Delete

    Opt Name Size Owner Changed Used
    QOpenSys *DIR QSYS 17/05/07 13:19 28/07/07 09:41
    QDLS *FLR QDOC
    QSYS.LIB *LIB QSYS 30/07/07 17:00 30/07/07 17:00
    Dev *DIR QSYS 08/11/03 15:17 28/07/07 09:38
    Home *DIR QSYS 13/03/06 17:10 28/07/07 09:38
    Tmp *DIR QSYS 30/07/07 17:21 30/07/07 17:21
    Etc *DIR QSYS 27/01/03 13:13 28/07/07 09:38
    Usr *DIR QSYS 08/11/03 15:32 28/07/07 09:41
    QIBM *DIR QSYS 17/09/02 14:06 30/07/07 17:27
    SPOOL.TXT 32K H60538 13/08/03 15:01 28/07/07 09:26
    dsierror.log 8K S10758 28/08/03 15:42 27/04/06 10:25
    xd_espgop.tar 16K H60836 13/02/07 09:12 13/02/07 09:12


    On retrouve des objets de type “répertoire” (*DIR et *DDIR), fichiers à plat, archives ….

    2 objets spécifiques :
    • QDLS : Objet contenant les « dossiers » AS400, peu utilisé aujourd’hui.
    • QSYS.LIB : Contenant la base de données native (DB400) et tous les objets de l’environnement AS400 proprement dits.

    On appelle ce système de fichier l’IFS (integrated file system).


    ESPACE DISQUE

    La gestion de l’espace disque est extrêmement simplifiée sur un AS400. Cet espace est nommé Mémoire secondaire ou ASP (Auxiliary Storage Pool, par opposition à la mémoire principale, la mémoire vive). Pour un suivi d’exploitation simple, une seule indication est indispensable : le taux d’occupation de cet espace. La commande DSPSYSSTS donne entre autres ce taux d’occupation :

    Etat du système MMG
    01/08/07 15:27:07
    % UC utilisée . . . . . : 12,2 ASP système . . . . . . : 685,2 G
    % capacité BD . . . . . : 2,6 % ASP système utilisé. : 79,6683
    Intervalle . . . . . . . : 00:00:01 Mémoire secondaire totale: 685,2 G
    Travaux connus du syst. . : 4814 Non protégée utilisée. : 7501 M
    % adresses permanentes. : 0,044 Non protégée maximale. : 8768 M
    % adresses temporaires. : 0,842

    Pool Taille Taille Act -Pagin BD-- --Non BD--- Act-> Att-> Act->
    Sys pool réserv Max Taux Pages Taux Pages Att Inelg Inelg
    1 161,87 83,05 +++++ 0,0 0,0 8,0 10,5 0,0 0,0 0,0
    2 977,06 1,44 85 0,0 0,0 324,6 649,3 874,4 0,0 0,0
    3 15,83 0,00 6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
    4 429,30 0,00 53 5,6 22,6 13,7 29,1 242,9 0,0 0,0

    L’ASP système correspond donc à la capacité utile de la machine (l’AS400 utilise les concepts de RAID0, RAID5, …)
    A partir d’un seuil que l’on paramètre (Thresold setting), le système prévient l’opérateur.

    Pour de bonnes performances de la machine, il est préférable de ne pas dépasser 80% d’occupation disque (préconisations IBM : 70%).

    Remarque : la commande permettant de surveiller si la protection RAID est effective est WRKDSKSTS puis F11. Vérifier pour tous les disques que le contenu de la colonne « état » est ACTIVE. (Ci-dessous, les dix disques sont protégés)

    Gestion de l'état des disques

    Intervalle: 00:14:15

    --Protection--
    Unit ASP Type Etat Compression
    1 1 DPY ACTIVE
    2 1 DPY ACTIVE
    3 1 DPY ACTIVE
    4 1 DPY ACTIVE
    5 1 DPY ACTIVE
    6 1 DPY ACTIVE
    7 1 DPY ACTIVE
    8 1 DPY ACTIVE
    9 1 DPY ACTIVE
    10 1 DPY ACTIVE


    BASE DE DONNEES AS400 : DB400

    La base de données de l’AS400 est intégrée au système : les commandes de gestion de cette base sont des commandes systèmes et aucune autre installation que celle du système n’est nécessaire pour l’utiliser.

    Toutes les notions, objets cités dans ce chapitre sont contenus dans l’espace /QSYS.LIB (cf. chapitre Structure).

    Lorsque l’on se connecte en interactif (telnet) sur un AS400, on se trouve positionné dans cet environnement, de même par une connexion FTP.

    Bibliothèque.

    Une bibliothèque est une entité logique dans laquelle seront stockés des objets tels que programme, fichier, zone de données, éditeur (imprimantes …)… En revanche une bibliothèque ne peut contenir une autre bibliothèque (pas d’arborescence possible).

    Une bibliothèque est une entité ne contenant que des objets.

    Remarque : une bibliothèque est également un objet en tant que tel. Ainsi, toutes les bibliothèques (l’objet, pas le contenu) sont présentes dans la bibliothèque QSYS.
    De manière générale, toutes les bibliothèques commençant par la lettre ‘Q’ sont des bibliothèques de produits IBM, ainsi :
    - QSYS : Bibliothèque du système d’exploitation
    - QUSRSYS : Bibliothèque contenant les objets liés à la sécurité et aux profils utilisateurs.


    Physiquement, les bibliothèques peuvent contenir toutes sortes d’objets : donnés, programmes, …, mais en général on créé des bibliothèques de données et des bibliothèques de programmes.

    Commandes associées : WRKLIB, WRKOBJ WRKOBJPDM

    Fichiers physiques.

    Un fichier est un objet formaté et compilé contenant les données.
    • C’est un objet formaté : On utilise la notion de champs, d’une taille déterminée, alphanumérique, numérique… Lorsque le fichier contient des données, ces champs forment des « colonnes » au sein du fichier. Ces champs sont définis dans une description de fichier. La somme des tailles des champs donne la longueur des enregistrements.

    • C’est un objet compilé : la création d’un fichier s’effectue par la compilation de la description. On précise lors de cette compilation son nombre maximum d’enregistrements qu’il pourra contenir, sa bibliothèque… L’objet fichier est à ce moment créé à vide.

    Exemple de structure :

    Nom du format : PERSONF
    1er champ : NOM, alphanumérique sur 20 caractères
    2ème champ : Prénom, alphanumérique sur 20 caractères
    3ème champ : Date de naissance, champ de type Date, 10 caractères de long (AAAA-MM-JJ).

    Affichage du fichier avec des données (par SQL):

    ....+....1....+....2....+....3....+....4....+....5..
    NOM PRENOM DATE_N
    RIFFAULT Philippe 08/02/71
    THURAM Lilian 02/01/72
    TRESOR Marius 15/01/50

    Affichage du fichier avec des données (par la commande système DSPPFM):

    Fichier . . . . : TEST2 Bibliothèque. . : H60836
    Membre . . . . . : TEST2
    *...+....1....+....2....+....3....+....4....+....5
    RIFFAULT Philippe 1971-02-08
    THURAM Lilian 1972-01-02
    TRESOR Marius 1950-01-15


    Commandes associées : DSPPFM




    Fichier logique.

    Un fichier logique est une « combinaison » d’un ou plusieurs fichiers physiques. On peut ainsi créer un logique reprenant uniquement deux champs d’un physique et un troisième champ à partir d’un autre physique. Un fichier logique est en quelque sorte le résultat permanent d’une requête mise à jour en temps réel.

    Pour reprendre l’exemple ci-dessus, on peut créer un fichier logique contenant uniquement le nom trié par ordre alphabétique. Si on utilise ce fichier, les enregistrements seront traités dans l’ordre suivant :

    TRESOR
    THURAM
    RIFFAULT

    Remarque 1 : L’affichage d’un fichier logique par SQL ne tient pas compte des critères de tri.
    Remarque 2 : Un fichier logique occupe une place réelle sur les disques de la machine.
    Remarque 3 : On ne peut supprimer un fichier physique tant que des fichiers logiques dépendants sont présents sur le système.

    Commandes associées : DSPDBR, DSPFD.

    Notion de membres.
    Les fichiers (logiques ou physiques) contiennent des membres. Ce sont ces membres qui contiennent réellement les données. Tous les membres d’un même fichier reprennent la structure (les champs, le nombre d’enregistrements maxi, …) du fichier auxquels ils appartiennent.



    LANGAGES.

    Le langage de base sur l’AS400 est le CL (langage de contrôle). C’est le langage de gestion du système. Il est possible d’ordonner ces commandes dans un programme que l’on compilera.

    Selon les licences acquises, bien d’autres langages sont disponibles : COBOL, SQL, RPG, RPGILE …

    Le plus fréquemment rencontré sur AS400 est le langage RPG. Ce langage est le langage de manipulation des données, des éditions, des écrans.

    Structures des commandes CLP.
    La syntaxe des commandes CLP résulte en général d’association d’acronymes de quelques lettres, par exemple :

    DSP: Affiche (display) OBJ: Objet SYS: système
    WRK: Gère (work) SPL: éditions (spool) CFG: configuration
    SND : Envoi (send) CMD : commandes LOG : historique
    STR : Démarre (start) USR : utilisateur MSG : message
    END : termine (end) PRF : profil utilisateur
    ADD : ajoute STS : statut
    CPY : copie
    CHG : Modifie

    Ainsi, pour afficher l’état du système : DSPSYSSTS
    (Espace disque, entre autres) : (display system status)

    Pour gérer les utilisateurs : WRKUSRPRF (work user profile)
    Pour afficher des messages : DSPMSG (display message)

    Pour afficher l’historique système : DSPLOG

    Aide, aide contextuelle.

    Pour retrouver une commande, l’AS400 propose différentes aides :

    • En entrant en ligne de commandes A*, on obtient toutes les commandes commençant par A.
    • En entrant en ligne de commandes GO CMDYYY, on obtient un menu présentant les commandes concernant YYY. De même GO CMDA* présente la liste des menus de tous les acronymes commençant par A.
    • Le menu principal MAIN (accessible par la commande GO MAIN) permet également d’accéder par ses options à un grand nombre de tâches.
    • Presser F4 après avoir saisi une commande permet d’obtenir une première liste des options disponibles. F10 permet ensuite d’obtenir une liste complète.

    Une aide contextuelle est également disponible :

    • Presser F1 sur la première ligne d’un menu de commandes permet d’obtenir une explication complète sur la commande concernée (souvent suite à F4, F10 donne une liste plus détaillée).
    • Presser F1 sur les lignes des différents options, permet d’obtenir un descriptif de cette option ainsi que les valeurs possibles.
    • Presser F4 sur les lignes des différentes options permet d’obtenir un résumé des valeurs possibles.


    AUTRES PRINCIPAUX OBJETS
    Menu
    Ecran proposant une liste d’option.
    Nom du type d’objet : *MENU
    Accessible par la commande : GO BIBLIOTHEQUE/NOM_DU_MENU

    Zone de données
    C’est un fichier de longueur fixe et comprenant un seul enregistrement. Une zone de donnée (DTAARA) est moyen simple pour stocker des éléments de paramétrage.
    Nom du type d’objet : *DTAARA
    Concernée par les commandes: DSPDTAARA, WRKDTAARA BIBLIOTHEQUE/DTAARA

    Périphérique.
    C’est un objet représentant la description logique d’un périphérique informatique. On utilise une description de périphérique (DEVD) que l’on compile dans une bibliothèque. Ces périphériques sont donc des écrans, imprimantes, unités de bandes magnétiques …

    Pour pouvoir être utilisé, un périphérique (DEV) doit être « en fonction ». Des commandes spécifiques à chaque périphérique sont ensuite utilisées.

    Commandes associées : VRYCFG CFGOBJ(NOM_DU_PERIPH) STATUS(*ON)
    Pour mettre le périphérique « en fonction ».
    VRYCFG CFGOBJ(NOM_DU_PERIPH) STATUS(*OFF)
    Pour mettre le périphérique « hors fonction ».


    Journaux et récepteurs de journaux.
    Ce sont des objets permettant de tracer toutes actions effectuées sur des fichiers et par conséquent le cas échéant de faire retour arrière (ROLLBACK).

    File d’attente de message.
    Ces files sont des réceptacles ou sont stockés des messages. Ces files de message sont ensuite utilisées par des programmes, par des utilisateurs, des unités écran …
    Ainsi on aura par exemple un programme envoyant un message à un utilisateur, à une unité écran, un utilisateur envoyant un message à un autre utilisateur …


    NOTION DE JOBQ, OUTQ, SOUMISSION DE JOBS.
    JOBQ : File de travail en entrée
    Avant de s’exécuter réellement, un travail passe par une étape transitoire : la JOBQ (file de travail en entrée).


    PROFIL.

    Pour se connecter, un utilisateur doit disposer d’un profil sur la machine. Cet « objet » profil contient un grand nombre de critères qui définissent les possibilités et le déroulement des prochaines connexions de cet utilisateur. Ci-dessous une liste non exhaustive des principaux critères.

    Nom et mot de passe.



    Pas encore rédigés :
    Gestion des impressions, Notion d’éditeur
    File de messages, QSYSOPR.
    Différents utilitaires : PDM, SDA
    Sauvegarde, Restauration
    IPL, Valeur système QSTRUPPGM
    DIFFERENTES COMMANDES

    Droits Publics, droits privés, Liste d’autorisation, opération navigator Valeurs systèmes

    (Voir politique de sécurité as400)



    Notion d’appel système.
    Interaction avec le système
    Sans perdre ses informations, il est possible d’interrompre son travail pour effectuer des opérations et le reprendre ensuite. L’appel au système, en tapant simultanément sur les touches SHIFT et ATTN sur les claviers AS/400 (ALTGR et IMPR pour les claviers 102 touches) puis ENTREE affiche un panneau avec un menu. Voici quelques options de ce menu :
    • Sessions alternées : Cette première option permet de lancer un nouveau travail sans arrêter le premier. Pour passer de l’un à l’autre, il suffit de taper APP/SYS 1. Un seul des travaux est actif, l’autre est endormi. Cette option ne permet pas de lancer des travaux en tâche de fond. Quand l’un des travaux est arrêté (par la commande SIGNOFF par exemple), l’utilisateur retrouve l’autre travail.
    • Arrêt d’un programme : Cette seconde option arrête le programme qui était actif.
    • Gestion des travaux : Cette troisième option affiche un nouveau menu qui regroupe les fonctions de gestion des travaux.
    • Affichage des messages : Cette quatrième option affiche les messages de l’utilisateur.
    • Fin du travail : L’option 80 sauvegarde l’environnement de l’utilisateur, il sera restitué à la prochaine session. L’option 90 arrête le travail (SIGNOFF).

    La présente synthèse ne serait a elle seule donner une description complète du type de machine Iseries. (Nous sommes actuellement en V5R4.) Merci a tous les contributeurs de ce document.

  4. #4
    Membre habitué
    Inscrit en
    novembre 2008
    Messages
    149
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : novembre 2008
    Messages : 149
    Points : 118
    Points
    118

    Par défaut note de synthèse

    Bonjour a tous,

    il est vrai que notre synthèse date quelque peu et que nous n'avions pas forcemment les connaissances complètes au moment ou nous l'avons écrite et surtout nous n'avons jamais remis a jour, mea culpa......

    aussi merci a toi Fabrice.

    mais notre ami n'as pas indiqué si c'est bien ce qui est recherché.

    a plus

+ Répondre à la discussion
Cette discussion est résolue.

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •