Soutenez-nous
Publicité
+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 21 à 27 sur 27
  1. #21
    Invité
    Invité(e)

    Par défaut

    Il est clair que dans certains domaines, les logiciels libres sont en avance (Apache, Samba...) et dans d'autres ils sont en retard.

    Prenons l'exemple des ERP open source. Pour commencer, il faut regarder l'historique des ERP open source: pas un ERP open source à plus de 6 ans, face à des monstres comme SAP/Microsoft/Sage qui ont plusieurs décennies d'existence, il est tout à fait normal que certaines fonctionnalités manquent à l'appel.
    Ensuite, il faut regarder le fonctionnement de ces ERP. Tout comme la plupart des logiciels libres, ils sont maintenus par des sociétés privées. Prenons le cas d'OpenERP où l'éditeur garantit le coeur du système et la communauté à en charge de développer des modules qui seront ensuite validés et intégrés au système.
    De plus, il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas de licence, il faut donc accepter de payer pour développer les parties manquantes (et c'est ainsi que le système deviendra de plus en plus fonctionnel). L'argent que l'entreprise ne déboursera pas pour payer la licence de SAP ou de Microsoft (et toutes les autres qui vont avec : SQL Server, Windows Server...) pourra servir à créer les maillons manquants ainsi qu'à personnaliser au mieux l'outil. Il ne faut pas vouloir le beurre, l'argent du beurre et la cremière.

    N'oublions pas que l'open source n'est pas un système soutenu par des fonds infinis. Les fonds d'investissement s'y intéressent de plus en plus, cela veut donc dire qu'il y a de l'argent à faire avec l'open source.

    Et dernier point, pour en revenir sur Office 2010 couplé avec Sharepoint, j'aimerais savoir si dans 10 ou 20 ans, nous serons toujours capable de relire les fichiers ainsi créé.

  2. #22
    Membre confirmé

    Inscrit en
    décembre 2012
    Messages
    50
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : décembre 2012
    Messages : 50
    Points : 261
    Points
    261

    Par défaut

    Voici une évidence : un programmeur est libre de ne communiquer son programme à personne tant qu'il n'a pas obtenu l'argent qu'il voulait en échange de son travail.

    Les logiciels libres n'échappent pas à la règle.

    La spécificité des logiciels libres, c'est qu'une fois qu'un utilisateur dispose d'un exemplaire du programme, il peut le mettre en téléchargement gratuit sur internet. Mais cela n'empêche pas le programmeur d'être rémunéré la première fois qu'il permet à quelqu'un d'utiliser son programme. Il pourra obtenir de l'argent à chaque fois qu'il aura écrit du code nouveau, que ce soit un programme construit à partir de zéro, ou une amélioration d'un programme libre existant.

    Cela implique que le prix de vente soit assez élevé, au moins assez pour payer les salaires des programmeurs qui travaillent sur le projet.

    Prenons un exemple. Imaginons un logiciel de traitement de texte dont les coûts de développement s'élèvent à 8000€, en prenant en compte les salaires des développeurs ainsi que les frais annexes. On désire obtenir un bénéfice de 2000€ avec. Il faut donc le vendre 10000€. Évidemment, un particulier ne va pas acheter un logiciel de traitement de texte à 10000€. La seule solution envisageable dans ce cas, c'est que plusieurs particuliers s'associent pour acheter le logiciel afin que le coût individuel soit raisonnable. Si on considère que 10€ est un coût individuel raisonnable, il faut une association de 1000 particuliers.

    Ainsi, avec le logiciel libre, on ne peut vendre le code qu'une seule fois. Si on veut gagner de l'argent à nouveau, il faut écrire du code à nouveau.

  3. #23
    Inactif
    Homme Profil pro François
    Chef de projet NTIC
    Inscrit en
    janvier 2007
    Messages
    6 608
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme François
    Âge : 52
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Chef de projet NTIC

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2007
    Messages : 6 608
    Points : 12 689
    Points
    12 689

    Par défaut

    Drôle de débat : seulement 23 messages, mais 9 ans entre le premier et le dernier.

    Pourtant il avait tous les éléments pour dégénérer en bon gros troll bien velu comme on les aime tant.

  4. #24
    Inactif
    Homme Profil pro François
    Chef de projet NTIC
    Inscrit en
    janvier 2007
    Messages
    6 608
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme François
    Âge : 52
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Chef de projet NTIC

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2007
    Messages : 6 608
    Points : 12 689
    Points
    12 689

    Par défaut

    Citation Envoyé par Julien Sanchez Voir le message
    Voici une évidence : un programmeur est libre de ne communiquer son programme à personne tant qu'il n'a pas obtenu l'argent qu'il voulait en échange de son travail.
    Ca, c'est évident.

    Les logiciels libres n'échappent pas à la règle.

    La spécificité des logiciels libres, c'est qu'une fois qu'un utilisateur dispose d'un exemplaire du programme, il peut le mettre en téléchargement gratuit sur internet. Mais cela n'empêche pas le programmeur d'être rémunéré la première fois qu'il permet à quelqu'un d'utiliser son programme. Il pourra obtenir de l'argent à chaque fois qu'il aura écrit du code nouveau, que ce soit un programme construit à partir de zéro, ou une amélioration d'un programme libre existant.

    Cela implique que le prix de vente soit assez élevé, au moins assez pour payer les salaires des programmeurs qui travaillent sur le projet.

    Prenons un exemple. Imaginons un logiciel de traitement de texte dont les coûts de développement s'élèvent à 8000€, en prenant en compte les salaires des développeurs ainsi que les frais annexes. On désire obtenir un bénéfice de 2000€ avec. Il faut donc le vendre 10000€. Évidemment, un particulier ne va pas acheter un logiciel de traitement de texte à 10000€. La seule solution envisageable dans ce cas, c'est que plusieurs particuliers s'associent pour acheter le logiciel afin que le coût individuel soit raisonnable. Si on considère que 10€ est un coût individuel raisonnable, il faut une association de 1000 particuliers.

    Ainsi, avec le logiciel libre, on ne peut vendre le code qu'une seule fois. Si on veut gagner de l'argent à nouveau, il faut écrire du code à nouveau.
    Là, tu sembles mélanger alégrement l'open source et le gratuit; et la notion de de licence semble te passer au dessus de la tête.

  5. #25
    Membre confirmé

    Inscrit en
    décembre 2012
    Messages
    50
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : décembre 2012
    Messages : 50
    Points : 261
    Points
    261

    Par défaut

    Je ne parle ni de logiciel open source, ni de logiciel gratuit. Je parle uniquement de logiciel libre. Un logiciel est libre s'il est distribué (contre rémunération ou non) selon les termes d'une licence qui autorise l'utilisateur à :
    1. Exécuter le programme sans restriction.
    2. Étudier le code source et faire des modifications pour un usage personnel.
    3. Redistribuer le code source sans modification, contre rémunération ou non.
    4. Redistribuer le code source modifié, contre rémunération ou non.


    Il est possible que le premier acquéreur d'un logiciel libre mette sur son serveur FTP le code source du logiciel, et autorise tout le monde à le télécharger sans payer. Ceci est autorisé par la licence du logiciel.

    Il est donc prudent de faire payer au premier acquéreur du logiciel l'intégralité des salaires, des frais, et du bénéfice.

  6. #26
    Candidat au titre de Membre du Club
    Homme Profil pro serge muscat
    Inscrit en
    juin 2011
    Messages
    4
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme serge muscat
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Secteur : Enseignement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2011
    Messages : 4
    Points : 10
    Points
    10

    Par défaut

    De plus, il ne faut pas oublier une chose. Dans le libre il y a le système de dons (souvent par Paypal). Lorsqu'une personne ou une entreprise est satisfaite d'un logiciel libre, elle fait des dons pour que le logiciel continue à être développé. C'est le cas de KDE ou GNOME par exemple. Beaucoup de gens font des dons à KDE et à Gnome, qui sont des fondations. Cela fait partie aussi du système de rémunération du libre.

  7. #27
    Membre actif
    Inscrit en
    novembre 2007
    Messages
    125
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : novembre 2007
    Messages : 125
    Points : 172
    Points
    172

    Par défaut

    Ca serait intéressant d'enlever de la liste des dons, ceux fait par des grosses boites qui veulent tuer dans l'œuf tout nouveau concurrent payant potentiel (ensuite restant seuls face au "libre", ils trouveront bien des arguments commerciaux pour vendre leur daubasse à des grands comptes moyennant quelques voyages et caisse de champagnes).
    Au final il ne resterait pas grand chose comme dons de "soutien spontané et enthousiaste"

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •