Publicité
+ Répondre à la discussion Actualité déjà publiée
Page 1 sur 17 1234511 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 20 sur 329
  1. #1
    Expert Confirmé Sénior

    Inscrit en
    juillet 2009
    Messages
    3 432
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : juillet 2009
    Messages : 3 432
    Points : 136 294
    Points
    136 294

    Par défaut Le PDG de Free lance une école informatique « 2.0 et P2P »

    Le PDG de Free lance une école informatique « 2.0 et P2P »
    Lors d’une annonce remplie de trolls qui vilipende la formation française


    Xavier Niel, le PDG de Free/Iliad, a annoncé ce matin le lancement d’une nouvelle école pour les métiers du numérique (en premier lieu le développement) lors d’une conférence de presse truffée d’attaques contre, pêle-mêle, les politiques, le corporatisme et les méthodes de l’éducation nationale, les grandes écoles publiques et les écoles privées payantes.

    Sans oublier d'évoquer le déclin de la France. « Si la France, 5e puissance économique mondiale, tenait sa place dans le numérique, au lieu d’être 20e, elle aurait réglé le problème de l’emploi », a-t-il ainsi commencé sa conférence de presse.

    Cette nouvelle école, baptisée « 42 » (hommage appuyé à l’œuvre de Douglas Adams), sera gratuite, en 3 à 5 ans, et presque « ouverte à tous ». Les sélections, intégralement sur Internet, s’adressent en effet uniquement aux 18-30 ans.

    Xavier Niel a débauché plusieurs anciens du Groupe IONIS (Epita/Epitech) pour l’accompagner dans ce projet et mettra de sa poche 50 millions d’euros sur 10 ans (dont 20 déjà investis pour l'achat des locaux et du matériel).


    Nicolas Sadirac, Floriant Bucher, Kwame Yamgnane,
    trois anciens de l’Epitech débauchés par Xavier Niel

    Après une première phase de sélection, 4 000 candidats – avec ou sans diplôme - seront « plongés dans une piscine » pendant l’été. Comprendre, ils passeront une deuxième sélection pendant laquelle ils coderont 15 heures par jour. Les 1 000 meilleurs pourront alors intégrer l’école, dans le 17e arrondissement de Paris.

    L’enseignement abordera toutes les technologies numériques (sans autre précision) et se fondera sur la collaboration et la créativité ; et non pas - précisent ses nouveaux directeurs - sur une pédagogie « classique ».

    Un point qui a permis aux initiateurs du projet de se lancer dans un concours de petites phrases polémiques certainement destinées à accrocher les journalistes.

    « Dans l’école classique, travailler à deux cela s’appelle tricher, lance par exemple Nicolas Sadirac, ancien Executive Director de l'Epitech, aujourd’hui, un professeur qui fait des cours dans un amphi c’est ridicule ». Ou un très joli « les jeunes refusent d’avoir des horaires fixes et une hiérarchie, l’école n’est pas adaptée à ces aspirations, c’est l’armée ».

    Xavier Niel a lui plus taclé le système politique et économique : « La pénurie de talents informatiques en France ne peut être résolue que par l’initiative privée […] seul le privé peut sauver la France du déclin numérique, les pouvoirs publics sont tournés vers le passé. Ils ne cherchent qu’à sauver ce qui ne peut plus l’être ». Tacles appuyés également sur les écoles privées qui « ne cherchent qu’à faire du fric ».

    Sans oublier l’enseignement supérieur public « où l’on retrouve des gens qui ont été à la maternelle ensemble, à l’école ensemble, au lycée ensemble et dont les parents vont en vacances aux mêmes endroits… et à la même manif du dimanche à 14h », enfonce Kwame Yamgnane, lui aussi ancien responsable de l’Epitech.

    Bref, l’usine à croquettes pour trolls a fonctionné à plein.

    À l’opposé, cette école veut donc proposer une pédagogie alternative, « 2.0, et ouverte » où les élèves participeront à des projets, ensemble, voire en s’évaluant les uns les autres. « C’est un enseignement Peer-to-Peer » résume Xavier Niel, qui explique par ailleurs que ces capacités à échanger et à s'adapter en permanence aux évolutions sont indispensables puisqu'on ne sait pas quels métiers numériques existeront demain.

    « Ce que nous initions, c’est un changement de paradigme identique à celui qu'il y a eu entre le logiciel et le logiciel libre », enchaîne Nicolas Sadirac en se référant au « Self Organized Learning Environement », cher à Sugata Mitra.

    Finis les horaires stricts. L’école sera ouverte 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Les enseignants, eux, viendront du monde de l’entreprise. Visiblement pas dans une optique de professeurs mais plus de coordinateurs.

    Cette école visera principalement les jeunes en échec scolaire (les 200 000 exclus du « système » qui ne sont pas adaptés à sa rigidité) pour en faire chaque année « 1 000 génies » (sic) de l’informatique qui permettront, d'après Xavier Niel, de créer 10 000 emplois en France. « Même si on est un cancre et qu’on a 0, c’est potentiellement ouvert », martèle-t-il.

    Jugeant que le système des normes des grandes écoles et des formations est trop rigide – et donc contraire à la formation d’esprits créatifs – ce nouvel organisme n’a pas de certification et ne donnera pas lieu à un diplôme reconnu.

    « On ne leur propose pas un diplôme… mais un métier ! », rétorque Nicolas Sadirac. Xavier Niel le soutient, constatant que 70 % des entreprises font face à une pénurie de recrutement de développeurs : « elles n’achètent pas un diplôme mais un savoir-faire ».

    Avant de conclure (en réponse à une question - il est vrai hors sujet - d’une journaliste de France Télévisions) par une autre pique acérée : « Moi je ne m’occupe pas des politiques. Il y a ceux qui font, et il y a ceux qui parlent. Moi je fais. Eux, ils trouveront certainement quelque chose à redire. Je ne sais pas moi, par exemple que je vais créer du chômage dans les autres écoles » rigole-t-il, satisfait de son dernier troll du jour sous forme de missile contre deux de ses détracteurs, Arnaud Montebourg et Flore Pellerin.

    Source : conférence de presse, 26/03/2013

    Et vous ?

    Trouvez-vous cette annonce provocatrice et salutaire ou poujadiste et caricaturale ?

  2. #2
    Membre confirmé
    Inscrit en
    mars 2012
    Messages
    237
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : mars 2012
    Messages : 237
    Points : 287
    Points
    287

    Par défaut

    Le problème que je voit à ce genre d'école c'est qu'au final tu a aucun titre et diplome, donc quand tu change de boite par la suite et que sur un CV tu met que niveau formation&diplome tu a uniquement le BAC ben les RH de la boite mettent ton CV à la poubelle.

    Ce genre d'école n'est je trouve pas adapté au marché français qui est un adorateur du diplome et des certification. Cette école aurait sa place mais pour ca il faudrait revoir le système de recrutement des boite française.

  3. #3
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro Julien
    Chef de projet R&D
    Inscrit en
    mars 2007
    Messages
    236
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme Julien
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Chef de projet R&D

    Informations forums :
    Inscription : mars 2007
    Messages : 236
    Points : 518
    Points
    518

    Par défaut

    Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message
    [B][SIZE="4"]Comprendre, ils passeront une deuxième sélection pendant laquelle ils coderont 15 heures par jour. Les 1.000 meilleurs pourront alors intégrer l’école, dans le 17ème arrondissement de Paris.
    Qui rentrera dans cette école ? Ceux qui ont le plus de capacités ou ceux qui resistent le mieux au sommeil ?
    En tout cas, pas de doute, ceux qui sortiront de cette école seront bien formés à accepter des heures de fous sans broncher !

  4. #4
    Membre confirmé Avatar de 4sStylZ
    Homme Profil pro
    Analyste - Développeur
    Inscrit en
    novembre 2011
    Messages
    121
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste - Développeur
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2011
    Messages : 121
    Points : 236
    Points
    236

    Par défaut

    Le fait qu'il y ai de l’alternatif à l'enseignement publique a du bon.

    Pour ma part je suis très content d'avoir passé un niveau BTS en 1 an dans l'informatique qui me passionne, alors que je n'aurais pas pu continuer dans l'enseignement général parce que je n'ai pas de bac.

    Cette alternative que m'a proposé la CCI de ma région ma personnellement sauvé alors je suis content de savoir que ce monsieur propose une autre alternative.

    Cependant, je ne suis pas apte à juger les petits trolls de ce monsieur alors je laisse cela au spécialistes!

    J'ajoueterais que, mon seul et unique diplome aujourd'hui est hors parcour classique (Ce n'est qu'un niveau bts, et non pas un bts).

    Et pourtant, il ne m'a fallu que 3 CV pour choper un CDI. Ce n'est qu'une question de motivation, et de talent (sans ca évidemment, je serais surement passé derrière les mecs de supinfo ou epitech) et de ciblage de l'entreprise, savoir/pouvoir se déplacer dans une très grande ville à mes yeux, quand on à un parcour décalé est important.

  5. #5
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    mai 2011
    Messages
    8
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Nouvelle-Zélande

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mai 2011
    Messages : 8
    Points : 40
    Points
    40

    Par défaut

    Je trouve cette initiative pleines de contradictions... je m'expliquerais par la suite...
    Pour avoir deux diplômes d'ingénieur en poche je peux dire que, oui, la plupart des enseignements sont relativement à côté de la plaque et pas assez (et parfois proche du néant) en adéquation avec le monde de l'entreprise quel qu'il soit....
    Il est vrai qu'il est difficile d'adapter un cursus scolaire soumis à un diplôme (donc à des règles précises pour devoir délivrer ce dernier) quand il faut coller constamment aux nouvelles tendances du numérique...
    Des initiatives comme celle de Xavier NIEL traduisent un certains malaise vis à vis du recrutement des jeunes diplômés, pas assez opérationnel à leur entrée en entreprise... Mais voilà comment être opérationnel après un enseignement qui peine à balayer toutes les possibilités de techno, peu d'expérience (normal me direz vous mais à entendre les recruteurs on a tendance à entendre le fameux refrain du "jeune débutant avec 3 ans d'expérience") et surtout pas le bagage pour bosser réellement en entreprise (la culture, les process, ...).

    "les jeunes refusent d’avoir des horaires fixes et une hiérarchie, l’école n’est pas adaptée à ces aspirations, c’est l’armée" Au delà du magnifique troll que suscite cette phrase je pense que accueillir dans sa boite un codeur fou qui arrive à 11h et qui part à 17h (parce que c'est le gouter ) j'ai des doutes quand à sa réelle productivité... Car n'oublions pas il travaille dans une entreprise, donc il devra se plier à de nombreuses règles... Ou alors ils peuvent tous monter leur boite, ou trouver une entreprise proche de l'auberge espagnole .

    "La pénurie de talents informatiques en France ne peut être résolue que par l’initiative privée" Et bien il n'a pas tellement tort malheureusement... Je suis convaincu que les entreprises devront avoir à l'avenir un "bouchon de formation" pour les nouveaux entrants. Une formation relativement importante qui , pour les candidats sélectionnés, leur permettra de se former sur ce quoi il vont travailler, sous quel process et avec quelle techno. Autour de moi il y a pleins de projets différents avec des technos différentes et à chaque fois c'est la même galère, et ça l'a été pour moi, tu dois tout de suite être performant alors que tu ne maitrises pas la moitié des technos au niveau des performances demandées... On voit naitre ce genre d'initiative aujourd'hui mais c'est trop rare...

    Sa notion de l'enseignement "Peer-to-Peer" est intéressante, voir très intéressante. C'est presque de la philosophie de l'éducation du numérique. Enfin je vais surement trop loin...
    Pour moi la chose la plus intelligente à faire c'est que les élèves doivent être jugé (ou noté si on veut) par des pros, des gens qui bossent!!! Tout comme les enseignements qui devrait être aussi évalués. Ça existe déjà dans certains centre de formation par alternance (initiatives qui font mentir tout ceux qui penseront que seul le privée peut l'emporter sur l'éducation au numérique ). La dessus je pense que Xavier Niel rejoint cette envie. Après quid de quels sont les pros qui notent (type d'entreprise, attentes...). Pour ma part mon travail n'a été apprécié que par de la société du type Sagem, Thales, Dassault, etc... donc une vision "plutôt stricte".

    "Finis les horaires stricts. L’école sera ouverte 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Les enseignants, eux, viendront du monde de l’entreprise. Visiblement pas dans une optique de professeurs mais plus de coordinateurs." Alors à ce moment là je me suis dit une chose... et si je m'étais trompé.... Et si le but de Xavier Niel était de faire une espèce d'entreprise hyper souple au niveau horaire, que l'on s'y sente comme chez soit, que l'on puisse s'y éclater, et que chaque personnalité puisse y exercer son talent comme elle le souhaite... Tiens ça me rappelle certaines boites américaines... En tout cas une chose est sur, ses élèves ne pourront pas aller n'importe où... Et surtout ce genre d'activité n'est possible que si le contexte économique est correcte...

    Donc pour résumer j'aurais apprécié plus de fond et moins de caricature de sa part.

    ps : « On ne leur propose pas un diplôme… mais un métier ! » on est en France monsieur et dans la plupart des entreprises c'est montre moi ton diplôme et je te dirais où tu peux aller....

  6. #6
    Membre Expert Avatar de Kearz
    Homme Profil pro Rémi
    Etudiant - Dev. E-Commerce (Contrat pro)
    Inscrit en
    mai 2012
    Messages
    561
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme Rémi
    Âge : 22
    Localisation : France, Nord (Nord Pas de Calais)

    Informations professionnelles :
    Activité : Etudiant - Dev. E-Commerce (Contrat pro)
    Secteur : Distribution

    Informations forums :
    Inscription : mai 2012
    Messages : 561
    Points : 2 153
    Points
    2 153

    Par défaut

    Et pourtant, il ne m'a fallu que 3 CV pour choper un CDI. Ce n'est qu'une question de motivation, et de talent (sans ca évidemment, je serais surement passé derrière les mecs de supinfo ou epitech) et de ciblage de l'entreprise, savoir/pouvoir se déplacer dans une très grande ville à mes yeux, quand on à un parcour décalé est important.
    Motivation? Avec un CV light faut-il encore accéder au rendez-vous RH pour la montrer.
    Talent ? Là j'ai un doute de "comment montrer son talent en entretien". (RH ou non. Tu peux montrer que tu es bon en répondant à des questions, prouver que tu es talentueux à part sur le terrain c'est difficile)

    Maintenant, tant mieux pour toi. Cependant s'il suffisait d'être bon pour être embaucher facilement, y aurait moins de monde sur les bancs de l'école.

    Aujourd'hui ça tourne comme ça: Ecole>Diplome>Diplome=potentiellement bon>Entretien>Validation que tu es bon (d'après les recruteurs)>etc.


    Pour moi cette école pose pas de problème de compétence, ni d'employabilité (Si les cours sont bien fait, pourquoi pas). C'est plus au niveau du salaire, RH:"Ah c'est sur monsieur vous avez fait trois ans d'études. Par contre vous avez pas de diplôme reconnu, moi si je vous prend c'est un risque. On commence par le SMIC, on verra pour une augmentation dans 6 mois?"


    Après une première phase de sélection, 4 000 candidats – avec ou sans diplôme - seront « plongés dans une piscine » pendant l’été. Comprendre, ils passeront une deuxième sélection pendant laquelle ils coderont 15 heures par jour. Les 1 000 meilleurs pourront alors intégrer l’école, dans le 17e arrondissement de Paris.
    Le test qui dure un mois quoi. Je sais pas s'ils trouveront des talents mais des gens motivés oui. Tenir 15h/jour pendant X jours (un mois?) faut être motivé.
    Ils vont pouvoir nous faire une Télé-réalité de ce truc.

  7. #7
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2011
    Messages
    88
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2011
    Messages : 88
    Points : 166
    Points
    166

    Par défaut

    Ce genre d'école n'est je trouve pas adapté au marché français qui est un adorateur du diplome et des certification.
    +1 je salue la démarche mais malheureusement, et j'ai l'impression qu'il a bien oublié cette chose essentielle, les entreprises françaises sont aussi restées "rigide" et "obsolète" d'une certaine façon dans leur recrutement, alors une école 2.0 oui, mais avec les entreprises 2.0 qui vont avec ... ;-)

  8. #8
    Membre émérite Avatar de Shuty
    Homme Profil pro Dimitri
    Dim' Solution
    Inscrit en
    octobre 2012
    Messages
    498
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme Dimitri
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Dim' Solution
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2012
    Messages : 498
    Points : 828
    Points
    828

    Par défaut

    Le problème ici n'est pas ce type d'école mais le système scolaire et social de la France. En France on est payé en fonction de son displome et non pas pour son savoir contrairement au US.

    Tant que la France restera posté sur cette idée, rien n'avancera et celle-ci continura de voir ses stats de l'INSSE chuté de jours en jours !

  9. #9
    Membre actif
    Homme Profil pro
    Développeur Java
    Inscrit en
    avril 2007
    Messages
    66
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java

    Informations forums :
    Inscription : avril 2007
    Messages : 66
    Points : 153
    Points
    153

    Par défaut

    Et bien justement, c'est dans ce cadre là qu'ils ont créer cette nouvelle école. C'est bien beau de dénoncer les choses, je le vois continuellement sur pleins de sujets sur ce forum ces temps-ci, mais pour que ça change, il faut bien faire quelque chose. Pour moi, ça pourrait bien être le début du changement. Après, j'attends de voir, on ne sait pas encore vraiment comme ça va se passer.
    Si ça marche, les entreprises seront obligés de reconnaitre cette école. A quelle niveau, nous le saurons plus tard.

  10. #10
    Membre expérimenté
    Inscrit en
    novembre 2005
    Messages
    327
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : novembre 2005
    Messages : 327
    Points : 583
    Points
    583

    Par défaut

    Sans oublier l’enseignement supérieur public « où l’on retrouve des gens qui ont été à la maternelle ensemble, à l’école ensemble, au lycée ensemble et dont les parents vont en vacances aux mêmes endroits… et à la même manif du dimanche à 14h »
    C'est quoi le problème là ? Ils étaient à cours de vrais trolls ?

    Cdlmt

  11. #11
    Nouveau Membre du Club
    Homme Profil pro
    Ingénieur systèmes et réseaux
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    12
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur systèmes et réseaux

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 12
    Points : 34
    Points
    34

    Par défaut info-intox

    ils coderont 15 heures par jour.
    Xavier, le geek est mort. Les marchands du temple ont rasé le temple depuis longtemps et construit un centre commercial à la place...

    « Si la France, 5e puissance économique mondiale, tenait sa place dans le numérique, au lieu d’être 20e, elle aurait réglé le problème de l’emploi »
    Voyons plutôt les choses à l'envers, c'est dans ce sens que cela fonctionne :
    s'il y avait des emplois (Monsieur Niel a-t-il des pistes ?), cela attirerait des candidats de talents... Fabriquer du chômeur numérique aggravera le problème, déjà sérieux, alors que le système éducatif produit deux fois plus de diplômés dans ces domaines depuis dix ans. Et automatiquement en laisse de gros bataillons chez Paul Emploi. Avec une annonce comme celle-ci, le secteur vient probablement de perdre quelques milliers de candidats talentueux qui préfèreront cet été des études pour des métiers stables et correctement protégés par la puissance publique : vétérinaire, professeur, agents du Trésor Public... Qui leur en voudra ?

    Par ailleurs, on ne dit plus informatique ?

    s’adressent en effet uniquement aux 18-30 ans.
    Et encore de la discrimination... N'en jetez plus...

    70 % des entreprises font face à une pénurie de recrutement de développeurs
    Sans rire ? Plus c'est gros, plus ça passe. Vraie info : il n'y a plus de pénurie dans le secteur depuis 2001. Aucune.

  12. #12
    Membre habitué Avatar de codefingers
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    40
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 40
    Points : 105
    Points
    105

    Par défaut

    Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message

    Finis les horaires stricts. L’école sera ouverte 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Les enseignants, eux, viendront du monde de l’entreprise. Visiblement pas dans une optique de professeurs mais plus de coordinateurs.

    Cette école visera principalement les jeunes en échec scolaire (les 200 000 exclus du « système » qui ne sont pas adaptés à sa rigidité) pour en faire chaque année « 1 000 génies » (sic) de l’informatique qui permettront, d'après Xavier Niel, de créer 10 000 emplois en France. « Même si on est un cancre et qu’on a 0, c’est potentiellement ouvert », martèle-t-il.


    « On ne leur propose pas un diplôme… mais un métier ! », rétorque Nicolas Sadirac. Xavier Niel le soutient, constatant que 70 % des entreprises font face à une pénurie de recrutement de développeurs : « elles n’achètent pas un diplôme mais un savoir-faire ».

    Citation Envoyé par thepyg Voir le message

    Alors à ce moment là je me suis dit une chose... et si je m'étais trompé.... Et si le but de Xavier Niel était de faire une espèce d'entreprise hyper souple au niveau horaire, que l'on s'y sente comme chez soit, que l'on puisse s'y éclater, et que chaque personnalité puisse y exercer son talent comme elle le souhaite... Tiens ça me rappelle certaines boites américaines... En tout cas une chose est sur, ses élèves ne pourront pas aller n'importe où... Et surtout ce genre d'activité n'est possible que si le contexte économique est correcte...
    Je suis curieux de voir/savoir comment est le mode de recrutement chez free, le mode de travail, les horaires .... (et je dis ça sans arrières pensées)

    Citation Envoyé par Kearz Voir le message
    Pour moi cette école pose pas de problème de compétence, ni d'employabilité (Si les cours sont bien fait, pourquoi pas). C'est plus au niveau du salaire, RH:"Ah c'est sur monsieur vous avez fait trois ans d'études. Par contre vous avez pas de diplôme reconnu, moi si je vous prend c'est un risque. On commence par le SMIC, on verra pour une augmentation dans 6 mois?"
    Oui mais si justement cette école aura une forte notoriété dans quelques années et deviendra une bonne référence ?

  13. #13
    Membre habitué Avatar de codefingers
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    mars 2013
    Messages
    40
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : mars 2013
    Messages : 40
    Points : 105
    Points
    105

    Par défaut

    Citation Envoyé par Shuty Voir le message
    Le problème ici n'est pas ce type d'école mais le système scolaire et social de la France. En France on est payé en fonction de son displome et non pas pour son savoir contrairement au US.

    Tant que la France restera posté sur cette idée, rien n'avancera et celle-ci continura de voir ses stats de l'INSSE chuté de jours en jours !
    c'est bien justement, la finalité de ce genre d'écoles : faire bouger les choses et changer les mentalités !

    Citation Envoyé par bobkilla Voir le message
    Et bien justement, c'est dans ce cadre là qu'ils ont créer cette nouvelle école. C'est bien beau de dénoncer les choses, je le vois continuellement sur pleins de sujets sur ce forum ces temps-ci, mais pour que ça change, il faut bien faire quelque chose. Pour moi, ça pourrait bien être le début du changement. Après, j'attends de voir, on ne sait pas encore vraiment comme ça va se passer.
    Si ça marche, les entreprises seront obligés de reconnaitre cette école. A quelle niveau, nous le saurons plus tard.
    Voila, entièrement d'accord.

  14. #14
    Expert Confirmé Avatar de Gastiflex
    Inscrit en
    octobre 2004
    Messages
    1 309
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : octobre 2004
    Messages : 1 309
    Points : 2 860
    Points
    2 860

    Par défaut

    Finis les horaires stricts. L’école sera ouverte 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Les enseignants, eux, viendront du monde de l’entreprise. Visiblement pas dans une optique de professeurs mais plus de coordinateurs
    Et il y aura aussi des cours 7j/7, 24h/24 ?
    Des profs qui ont aussi un métier à côté vont venir donner des cours parce que les geeks se sont levés à 14h30 du matin après une nuit de code ?

    Après une première phase de sélection, 4 000 candidats – avec ou sans diplôme - seront « plongés dans une piscine » pendant l’été. Comprendre, ils passeront une deuxième sélection pendant laquelle ils coderont 15 heures par jour. Les 1 000 meilleurs pourront alors intégrer l’école, dans le 17e arrondissement de Paris.
    C'est sympa ce casting façon Nouvelle Star, il risque d'y avoir énormément de candidats. Le problème c'est que ce système risque de sélectionner des personnes qui ont déjà un excellent niveau, probablement meilleur que celui de leurs futurs professeurs. Donc des personnes qui n'ont pas absolument pas besoin de formation mais d'accéder à un emploi.
    Est-ce que cette formation non diplomante, non certifiante va améliorer ça ?

    Il faudrait plutôt que les recruteurs admettent qu'on peut être un excellent développeur avec seulement le bac.
    D'ailleurs, ce Mr Niel, il en emploie de développeurs autodidactes sans diplômes, ou il fait comme les autres, en dessous de bac+5 on prend pas ?

  15. #15
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    mai 2011
    Messages
    8
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Nouvelle-Zélande

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mai 2011
    Messages : 8
    Points : 40
    Points
    40

    Par défaut

    Je suis curieux de voir/savoir comment est le mode de recrutement chez free, le mode de travail, les horaires .... (et je dis ça sans arrières pensées)
    Oui moi aussi... ^^ Ça serait le monde à l'envers si ils devaient à l'avenir s'adapter à leurs écoles.

    Oui mais si justement cette école aura une forte notoriété dans quelques années et deviendra une bonne référence ?
    De toute façon c'est dans l'intérêt de cette école que les premières promos aillent seulement dans les entreprises partenaires de cette dernière. Ensuite quand les anciens élèves se seront dispersés cette école aura potentiellement plus d'impact si elle a réussi son coup.

    Les alternatives à l'éducation classiques sont toujours bonnes à tester, le tout est de trouver les élèves qui peuvent s'y adapter...

  16. #16
    Membre expérimenté
    Inscrit en
    novembre 2005
    Messages
    327
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : novembre 2005
    Messages : 327
    Points : 583
    Points
    583

    Par défaut

    Les enseignants, eux, viendront du monde de l’entreprise.
    Mais... Mais... Mais c'est révolutionnaire !!!
    Il faudra juste lui dire que les professeurs qui viennent du monde de l'entreprise, j'en avais en IUP... il y a de cela 10 ans.
    En fait, il recrée les instituts professionnalisés, le Xavier...
    Sauf que c'est lui qui est aux manettes et qu'il fera raquer.
    Il leur en faut toujours plus à ces mecs, c'est infernal...
    Révolutionnaire, j'vous dis !!

  17. #17
    Expert Confirmé Sénior Avatar de fregolo52
    Homme Profil pro
    Développeur C
    Inscrit en
    août 2004
    Messages
    2 311
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur C

    Informations forums :
    Inscription : août 2004
    Messages : 2 311
    Points : 4 472
    Points
    4 472

    Par défaut

    Xavier Niel le soutient, constatant que 70 % des entreprises font face à une pénurie de recrutement de développeurs : « elles n’achètent pas un diplôme mais un savoir-faire ».
    Cet homme vit en France ? Il est comme les politiques qu'il dénonce : dans une bulle.
    Depuis quand un débutant est jugé sur son savoir-faire par un recruteur ?

    Finis les horaires stricts. L’école sera ouverte 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Les enseignants, eux, viendront du monde de l’entreprise. Visiblement pas dans une optique de professeurs mais plus de coordinateurs.
    Plus besoin d'un PC chez soi pour coder, suffit l'aller à l'école.
    L'enseignement par des gens du monde de l'entreprise peut être une bonne chose. Mais attention à la pédagogie.

    Tant que cette école n'aura pas de diplôme reconnu, ça sera considéré comme une excellente formation complémentaire à la formation de base.

  18. #18
    Membre éprouvé
    Inscrit en
    février 2007
    Messages
    179
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : février 2007
    Messages : 179
    Points : 417
    Points
    417

    Par défaut

    Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message
    Le PDG de Free lance une école informatique « 2.0 et P2P »
    Lors d’une annonce remplie de trolls qui vilipende la formation française


    Xavier Niel, le PDG de Free/Iliad, a annoncé ce matin le lancement d’une nouvelle école pour les métiers du numérique (en premier lieu le développement) lors d’une conférence de presse truffée d’attaques contre, pêle-mêle, les politiques, le corporatisme et les méthodes de l’éducation nationale, les grandes écoles publiques et les écoles privées payantes.
    Je résume : tout est pourri, heureusement que j'arrive avec ma super school.

    Sans oublier d'évoquer le déclin de la France. « Si la France, 5e puissance économique mondiale, tenait sa place dans le numérique, au lieu d’être 20e, elle aurait réglé le problème de l’emploi », a-t-il ainsi commencé sa conférence de presse.
    Comme si les problèmes économiques de la France était lié à l'informatique et que tout se résolvait par les technologie et le progrès. Bon là c'est clairement du populisme, mais bon c'est du Niel, le pauvre petit milliardaire autodidacte qui ne supporte pas de ne pas être respecté à sa juste valeur. Eh ouais fallait finir ses études ! Cette école c'est un peu sa revanche.

    Cette nouvelle école, baptisée « 42 » (hommage appuyé à l’œuvre de Douglas Adams), sera gratuite, en 3 à 5 ans, et presque « ouverte à tous ». Les sélections, intégralement sur Internet, s’adressent en effet uniquement aux 18-30 ans.
    On notera la culture du jeunisme chères à nos amies les SSII et le fameux côté geek qui aujourd'hui ne veut plus rien dire.

    Xavier Niel a débauché plusieurs anciens du Groupe IONIS (Epita/Epitech) pour l’accompagner dans ce projet et mettra de sa poche 50 millions d’euros sur 10 ans (dont 20 déjà investis pour l'achat des locaux et du matériel).

    Ils recrutent des cadres d'une école privée pour fonder une école gratuite, pas très cohérent.


    Nicolas Sadirac, Floriant Bucher, Kwame Yamgnane,
    trois anciens de l’Epitech débauchés par Xavier Niel

    Après une première phase de sélection, 4 000 candidats – avec ou sans diplôme - seront « plongés dans une piscine » pendant l’été. Comprendre, ils passeront une deuxième sélection pendant laquelle ils coderont 15 heures par jour. Les 1 000 meilleurs pourront alors intégrer l’école, dans le 17e arrondissement de Paris.

    Salut, tu vas passer X mois pour à la fin te faire jeter sans prévis. Eh oui revoilà la sacro sainte flexibilité tant chère aux néo-liberaux. Et on ne prends que les meilleurs. Eh, mais c'est pas le principe des grandes écoles çà ? De ne prendre que les meilleurs ? Vous comprenez, faut commencer dès que possible à bien modeler les esprits.


    L’enseignement abordera toutes les technologies numériques (sans autre précision) et se fondera sur la collaboration et la créativité ; et non pas - précisent ses nouveaux directeurs - sur une pédagogie « classique ».
    Surtout les technos que Free et ses partenaires ont besoin, mais çà faut pas le dire.

    Un point qui a permis aux initiateurs du projet de se lancer dans un concours de petites phrases polémiques certainement destinées à accrocher les journalistes.

    « Dans l’école classique, travailler à deux cela s’appelle tricher, lance par exemple Nicolas Sadirac, ancien Executive Director de l'Epitech, aujourd’hui, un professeur qui fait des cours dans un amphi c’est ridicule ». Ou un très joli « les jeunes refusent d’avoir des horaires fixes et une hiérarchie, l’école n’est pas adaptée à ces aspirations, c’est l’armée ».
    Je traduis : vous serez préformatés au monde du travail et aux méthodes de Free et compagnies afin d'être très malléable et très dociles.

    Xavier Niel a lui plus taclé le système politique et économique : « La pénurie de talents informatiques en France ne peut être résolue que par l’initiative privée […] seul le privé peut sauver la France du déclin numérique, les pouvoirs publics sont tournés vers le passé. Ils ne cherchent qu’à sauver ce qui ne peut plus l’être ». Tacles appuyés également sur les écoles privées qui « ne cherchent qu’à faire du fric ».
    Ce que Xavie Niel n'a pas l'honnêteté de dire, c'est qu'ils forment lui même et comme ils souhaitent ces futurs besoins en ressources humaines et récupérer quelques génies atypique s'il peut. Mais bon il se cachent derrière de grand idéaux, mais tout çà c'est bullshit. Tout ce qui l'intéresse c'est son intérêt personnel. On l'a vu avec la publicité.

    Sans oublier l’enseignement supérieur public « où l’on retrouve des gens qui ont été à la maternelle ensemble, à l’école ensemble, au lycée ensemble et dont les parents vont en vacances aux mêmes endroits… et à la même manif du dimanche à 14h », enfonce Kwame Yamgnane, lui aussi ancien responsable de l’Epitech.
    Bref, l’usine à croquettes pour trolls a fonctionné à plein.
    Toujours le même complexe d'infériorité envers les grandes écoles.

    À l’opposé, cette école veut donc proposer une pédagogie alternative, « 2.0, et ouverte » où les élèves participeront à des projets, ensemble, voire en s’évaluant les uns les autres. « C’est un enseignement Peer-to-Peer » résume Xavier Niel, qui explique par ailleurs que ces capacités à échanger et à s'adapter en permanence aux évolutions sont indispensables puisqu'on ne sait pas quels métiers numériques existeront demain.
    c'est nouveau çà, l'enseignement bisounours ou tout le monde a de bonnes notes.

    « Ce que nous initions, c’est un changement de paradigme identique à celui qu'il y a eu entre le logiciel et le logiciel libre », enchaîne Nicolas Sadirac en se référant au « Self Organized Learning Environement », cher à Sugata Mitra.
    En gros, c'est démerde toi tout seul, c'est cool j'ai pas de prof à payer. Je pensais naïvement que le rôle des profs c'était de nous faire gagner du temps en nous expliquant les choses à savoir afin d'éviter de le faire tout seul et de gagner beaucoup de temps. çà marche évidement si c'est un bon prof...

    Finis les horaires stricts. L’école sera ouverte 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Les enseignants, eux, viendront du monde de l’entreprise. Visiblement pas dans une optique de professeurs mais plus de coordinateurs.
    C'est bien ce que je dis, y aucune formation, t'auras une succession de projets à faire, probablement utile pour free et compagnie. Et tu travailleras plus, toujours et encore plus. Eh ouais soit t'es libéral soit tu l'es pas.

    Cette école visera principalement les jeunes en échec scolaire (les 200 000 exclus du « système » qui ne sont pas adaptés à sa rigidité) pour en faire chaque année « 1 000 génies » (sic) de l’informatique qui permettront, d'après Xavier Niel, de créer 10 000 emplois en France. « Même si on est un cancre et qu’on a 0, c’est potentiellement ouvert », martèle-t-il.
    Logique çà coûte moins cher, çà lui fera un bon vivier de recrutement, et il pourra financer ceux qui fondent leur startups et y gagner technologiquement et/ou financièrement.

    Jugeant que le système des normes des grandes écoles et des formations est trop rigide – et donc contraire à la formation d’esprits créatifs – ce nouvel organisme n’a pas de certification et ne donnera pas lieu à un diplôme reconnu.
    En gros soit tu bosses pour Free soit t'es mal :/

    « On ne leur propose pas un diplôme… mais un métier ! », rétorque Nicolas Sadirac. Xavier Niel le soutient, constatant que 70 % des entreprises font face à une pénurie de recrutement de développeurs : « elles n’achètent pas un diplôme mais un savoir-faire ».
    Toujours la même logique néolibérale ou tu dois avoir les bonnes compétences le plus tôt possible et être le moins cher possible. La culture, l'ouverture d'esprit, l'intelligence, la connaissance, les concepts, l'abstraction, tout çà faut oublier, tout ce qui faut c'est que tu puisses être opérationnel dès ta sortie d'étude. On remarqueras au passage encore la propagande sur la fameuse pénurie des développeurs. On est au même niveau que le Syntec.

    Avant de conclure (en réponse à une question - il est vrai hors sujet - d’une journaliste de France Télévisions) par une autre pique acérée : « Moi je ne m’occupe pas des politiques. Il y a ceux qui font, et il y a ceux qui parlent. Moi je fais. Eux, ils trouveront certainement quelque chose à redire. Je ne sais pas moi, par exemple que je vais créer du chômage dans les autres écoles » rigole-t-il, satisfait de son dernier troll du jour sous forme de missile contre deux de ses détracteurs, Arnaud Montebourg et Flore Pellerin.

    Bref, y a pas pire ennemi pour les informaticiens que ce type d'école qui comme les epitha/epitech ne sont pas que pour la destruction à plus ou moins long terme du service public et de l'enseignement public dans sa globalité. Personnellement je ne veux pas du système anglo-saxon ou faut être bon et en plus riche pour pouvoir faire de bonnes études.
    Bref, vous l'aurez compris, pour moi c'est de la m...

    EDIT:
    Je rajoute quand même que Free n'a pas très bonne réputation en termes de conditions de travail.
    Avant, on nous disait que les universités surtout, mais aussi que les écoles ne formaient pas bien leurs étudiants pour le monde du travail. Depuis y a beaucoup plus de stage/ d'alternance, de partenariats avec les entreprises, des cours de professionnels. Mais çà ne suffit pas et je vous les dit les gars, çà ne suffira jamais assez. Ils veulent le beurre et l'argent du beurre. Tout ce que mérite ces gens c'est le mépris.
    Il parle de rigidité du système français et sa solution c'est de faire coder des jeunes 15h/j ? Mais de qui se moque t'on ?

  19. #19
    Modérateur
    Avatar de gangsoleil
    Profil pro
    R&D en systemes informatiques bas niveau Unix/Linux
    Inscrit en
    mai 2004
    Messages
    8 533
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 34
    Localisation : France, Isère (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : R&D en systemes informatiques bas niveau Unix/Linux

    Informations forums :
    Inscription : mai 2004
    Messages : 8 533
    Points : 21 775
    Points
    21 775

    Par défaut

    Bonjour,

    Pour le diplome, je ne suis pas d'accord avec les detracteurs : lorsqu'on sort d'une ecole qui a un nom, et qui a produit des gens competents, le fait que l'ecole delivre un diplome tamponne par la CTI ou pas importe peu. D'ailleurs, peu de recruteurs savent differencier les differents M2 pro, alors qu'il n'y a pas deux fois le meme cursus selon les universites. En France, on recrute des Bac+5, et c'est bien ce que va former cette ecole.

    Une ecole ouverte tout le temps ? C'est du simple bon sens : a Paris, les gens qui peuvent offrir a 3 ou 4 copains l'hebergement pendant plusieurs heures/jours pour finir le projet a temps ne sont pas legions, et il y a beaucoup (enormement ?) de formations qui acceuillent les etudiants en dehors des heures de cours, et c'est tres bien.
    Oui, je me suis fait livre des pizzas a la fac pour terminer un projet. Et j'en etais tres content.

    Des profs qui viennent de l'entreprise ? ENFIN ! Des profs qui ne connaissent que la theorie, j'en ai eu... Et leurs enseignements m'ont "empoisonne" pendant longtemps, alors que le meme avec une version pratique m'aurait vraiment aide.


    En gros, OUI aux alternatives d'un cadre rigide et stricte qu'est celui de l'education nationale, meme s'il est tres important que celle-ci continue d'exister.
    Modérateur "C", "Informatique Générale & Hardware" et "Unix"
    Les règles du forum

  20. #20
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    mai 2011
    Messages
    8
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Nouvelle-Zélande

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mai 2011
    Messages : 8
    Points : 40
    Points
    40

    Par défaut

    Il faudrait plutôt que les recruteurs admettent qu'on peut être un excellent développeur avec seulement le bac.
    Je connais des gens qui ont la cinquantaine qui ont ce genre de CV. Mais aujourd'hui cette phrase me fait bien marrer (et je pense que si je la faisait passer dans tout le groupe l'ensemble des chefs se fendraient bien la poire). J'ai beau être ouvert d'esprit mais là...
    Certes les enseignements sont a revoir, blablabla mais une école correcte se doit de faire apprendre ce que aucun autodidacte ne pourra réussir tout seul : l'apprentissage des process...

    Dans certains pays Anglo Saxon (ou autre) où l'embauche au "bagou" se fait quelque fois, je peux te dire que derrière le mec il est formé au taqué sur les process de la boite (et souvent les "autodidactes" ont des tests techniques spécifiques pour l'embauche).

    Après il y a peut être des boites qui ont juste besoin d'un codeur fou par ci par là.... dans ce cas il faut être souvent un petit génie

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •