Publicité
+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Modèle vs approche

  1. #1
    Futur Membre du Club
    Femme Profil pro joujou bella
    Étudiant
    Inscrit en
    octobre 2011
    Messages
    101
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Femme joujou bella
    Localisation : Italie

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2011
    Messages : 101
    Points : 15
    Points
    15

    Par défaut Modèle vs approche

    Bonjour,

    Quelle est la différence entre un modèle et une approche?

    Merci.

  2. #2
    Expert Confirmé Sénior
    Avatar de fsmrel
    Homme Profil pro François de Sainte Marie
    Spécialiste en bases de données
    Inscrit en
    septembre 2006
    Messages
    4 634
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme François de Sainte Marie
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Spécialiste en bases de données
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2006
    Messages : 4 634
    Points : 12 293
    Points
    12 293

    Par défaut

    Bonjour jowelle,

    Un modèle représente en général une abstraction :

    Un modèle conceptuel de données (MCD) au sens Merise est la représentation abstraite du « quoi », de l’univers du discours (l’objet de l’étude), la description des données, sous une forme convenue, en suivant un symbolisme régi par un formalisme donné.
    Un modèle conceptuel des traitements (MCT) au sens Merise est la représentation abstraite du « comment », de la façon d’enchaîner les processus dans lesquels sont impliquées les données décrites par le MCD.

    Le Modèle Relationnel de Données (Relational Model of Data) inventé par Ted Codd en 1969 est plutôt une théorie fondée sur la théorie des ensembles et la logique du 1er ordre, théorie permettant non seulement de structurer les données de l’univers du discours, mais aussi de les manipuler sous forme de relations, à l’aide de l’algèbre relationnelle et aussi d’en garantir l’intégrité.

    Bref, le mot « modèle » recouvre pas mal de choses.

    Il en va de même pour le mot « approche », qui sous-entend la stratégie selon laquelle on va par exemple modéliser : approche synthétique (descendante), on part des grands concepts, par opposition à une approche analytique (ascendante), avec laquelle on pose tout par terre et on reconstitue les concepts par assemblage des éléments.

    Mais là encore, le mot « approche » recouvre énormément de choses.

    Je vous conseille la lecture du grand œuvre de Jean-Louis Lemoigne Théorie du système général - Théorie de la modélisation mis gracieusement aujourd'hui à notre disposition par l'auteur.
    Faites simple, mais pas plus simple ! (A. Einstein)
    E=mc², mais si on discute un peu, on peut l’avoir pour beaucoup moins cher... (G. Lacroix, « Les Euphorismes de Grégoire »)
    => La relativité n'existerait donc que relativement aux relativistes (Jean Eisenstaedt, « Einstein et la relativité générale »)


    De grâce, pas de questions techniques par MP, ma boîte de réception explose !
    __________________________________
    Bases de données relationnelles et normalisation : de la première à la sixième forme normale (Bonne lecture !)

  3. #3
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Développeur .NET
    Inscrit en
    février 2012
    Messages
    30
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur .NET
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : février 2012
    Messages : 30
    Points : 67
    Points
    67

    Par défaut

    Bonjour,

    Une bonne approche pour étudier la reproduction des grenouilles géantes en basse amazonie est de considérer qu'un ou plusieurs modèles devraient pouvoir a priori s'appliquer :

    1°) ces grenouilles sont des grenouilles comme les autres (modèle de reconnaissance des formes )
    2°) ces grenouilles ont un cycle de vie (modèle mathématique de survie, d'accroissement des populations , etc)
    3°) il a été démontré (avec des modèles) que l'accroissement des organismes est fonction du carré de leurs dimensions ( par exemple la surface des poumons est proportionnelle à la taille) mais que l'energie dépensée par un organisme est fonction du cube de sa taille ( l'energie est fonction de la taille des muscles ou du volume du corps à chauffer) est que fatalement il y a quelque part une asymptote et que ces grenouilles ne devraient pas pouvoir grossir indéfiniment.

    Si l'approche adoptée pour répondre à ta question peut servir de modèle de réponse ...

    Cordialement


    .

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •