Publicité
+ Répondre à la discussion Actualité déjà publiée
Affichage des résultats 1 à 14 sur 14
  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Inscrit en
    juillet 2009
    Messages
    3 432
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : juillet 2009
    Messages : 3 432
    Points : 34 255
    Points
    34 255

    Par défaut Infinite Flight : dans les coulisses du meilleur simulateur de vol sur Smartphone et tablettes

    Infinite Flight : dans les coulisses du meilleur simulateur de vol sur smartphones et tablettes
    Une « success story » française en terres américaines

    Microsoft faisait travailler plus de cent employés sur les désormais feux « Flight Simulators ». « X-Plane » est conçu par une petite dizaine de personnes. « Infinite Flight » lui, n’a été créé que par deux développeurs. Des passionnés. De code et d’aviation. Et comme souvent avec les personnages de talents, ces deux professionnels - humbles et modestes - ne vous diront jamais que ce qu’ils ont fait, très peu en sont capables.


    Commençons par le commencement. En 2006, Matthieu LABAN est un jeune lyonnais de 23 ans. BTS et diplôme de l’Epitech en poche, il prend la direction des États-Unis pour un stage de fin d’études dans une compagnie dans le domaine des semi-conducteurs. Arrivé pour quelques semaines, il ne quittera Santa Clara que six ans plus tard, après avoir monté sa propre entreprise Flying Development Studio avec un collègue.

    C’est ce collègue, Philippe ROLLIN, diplômé l’année précédente de l’Epitech Paris, qui le recommande pour le seconder sur la conception d'un logiciel de création de shaders graphiques.

    À son atterrissage en Californie, Matthieu LABAN a déjà fourbi ses armes avec la réalisation d’un premier simulateur, entièrement en .NET. « Je voulais participer au développement de Flight Gear (N.D.L.R. : LE simulateur de vol open-source, en C) mais le compiler sur Windows était l’horreur ». Refroidi, ce passionné d’avion se lance donc dans un projet de… voiture.

    C'est l'histoire de deux gars et d'un « pauvre Quad » qui devient un avion


    Développée avec Open Dynamics Engine, le moteur physique et de collisions, et Managed DirectX, le moteur 3D abandonné depuis par Microsoft, cette voiture s’est vite enrichie d’une particularité un peu spéciale. « À chaque fois qu’elle était retournée, il fallait relancer l’application. J’ai trouvé un truc pour éviter cela, se souvient Matthieu. Il suffisait de lui appliquer une force latérale pour la remettre à l’endroit. Ensuite je me suis dit qu’il serait possible de lui en appliquer d’autres ». Et voilà comment, en faisant varier avec quelques lignes de code les vitesses des modules et les angles d’attaque des forces, on transforme « un pauvre Quad » en avion rudimentaire. Une idée qui coule de source pour un développeur qui a sa licence de pilote privé depuis 2001.


    Une fois dans la Silicon Valley, Matthieu LABAN revoit ses ambitions à la hausse. Il veut faire « son propre Flight Simulator ». Inévitablement, les galères se succèdent. Assez utopique, l’idée gagne en pertinence d’un point de vue économique lorsque Microsoft annonce l’abandon de son simulateur n°1 du marché en 2009.

    Philippe ROLLIN – avec qui Matthieu LABAN travaille alors toujours - y voit lui aussi une opportunité à saisir. Dont acte. Le développement de ce simulateur prend un nouvel envol en 2010 et se fait à partir de cette date à quatre mains.

    Matthieu LABAN reprend tout de zéro sur son temps libre (inputs, command, UI, etc.). Cette fois-ci, il choisit PhysX, le moteur physique de NVIDIA. Philippe ROLLIN, lui, se penche sur le développement d’un moteur 3D plus poussé.

    L'arrivée de Windows Phone change l'horizon du projet


    Courant 2010, une bonne nouvelle va transformer cette tâche titanesque en projet beaucoup plus réalisable. En juillet, Microsoft annonce un nouvel OS mobile. Une plateforme vierge de toute concurrence où .NET règnera en maître. « Sur PC, les attentes étaient énormes. Les gens comparent tout de suite avec Flight Simulator ou X-Plane ». Des pointures installées depuis des années dont les marques sont presque indétrônables. « Il y avait aussi déjà un X-Plane sur iOS », mais comme il est de notoriété publique qu’Austin Meyer - son créateur - déteste le .NET, les probabilités de portage étaient nulles. Philippe ROLLIN et Matthieu LABAN se disent que l’occasion est trop belle de faire plus simple et plus monétisable sur Windows Phone 7.


    Matthieu LABAN et Philippe ROLLIN, les Daft Punk du .NET

    Problème, il n’existe pas de moteur physique entièrement en .NET. À part BEPU, une solution assez confidentielle. « C’est vachement bien fait. C’est pas de la 2D, c’est vraiment de la 3D et c’est super optimisé », se réjouit encore le lyonnais qui l’utilise encore aujourd'hui dans Infinite Flight. L’outil est idéal pour le projet mais il n’est pas gratuit. Et surtout, « sa première licence était assez compliquée, elle proposait un genre de tarif dégressif en fonction des ventes ».

    Là encore, les évènements vont tourner en faveur de nos deux aviateurs. BEPU change de licence puis devient finalement open-source. « C’était parfait pour nous ! D’ailleurs on va lui faire une donation vu le temps que ça nous a fait gagner. Moi, j’avais vraiment pas envie d’implémenter ça ».

    En revanche, Matthieu LABAN va mettre les mains dans le cambouis mathématique.


    Formule du coefficient de portance


    Alors ? Comment… ça… marche ?

    « Le calcul des forces, c’est notre partie à nous. BEPU, lui, a une forme d’avion primitive avec des boites et des roues. C’est au sol, et c’est tout.

    Nous, on donne à BEPU toutes les forces, là où il faut, au moment où il faut, en fonction de l‘angle d’attaque. Typiquement, il y a une force à l’avant pour faire avancer l’avion (N.D.L.R. : la poussée). Plus il y a de puissance, plus ça tire. Au bout d’un moment, il y a de l’air qui arrive sur les ailes. On calcule la vitesse horizontale au niveau de l’aile (en fait on demande au moteur physique quelle est la vitesse à tel endroit). Moi, ce que j’ai, c’est donc la vitesse, un angle d’attaque que je détermine, je regarde les autres paramètres comme la courbe de lift des ailerons et avec tout ça je sors une portance (N.D.L.R. : une force verticale donc) que je remets dans le moteur physique.


    Toute cette partie de calcul des forces c’est nous qui la gérons. Ça parait compliqué mais franchement ça ne l’est pas. Moi je suis nul en math, et pourtant c’est ma partie, donc bon… Il suffit de prendre les formules de physique toutes bêtes (sur Wikipédia par exemple) qui te disent comment calculer la portance en fonction de l'angle d'attaque et des paramètres des ailes »
    .

    En fait, c’est un aller et retour permanent entre le moteur physique et les formules qui fait voler l’avion. BEPU simule et exporte les vitesses, la partie développée par les deux français lui renvoie des forces. Le moteur physique extrapole et exporte à nouveau, le simulateur lui redonne les forces actualisées, etc. « C’est marrant, mais ça marche pas trop mal… », rigole Matthieu LABAN.

    Avec un moteur physique et une méthode de calcul des forces solides, le ciel se dégage pour le projet qui prend un virage serré pour, du jour au lendemain, quitter les tours des PC pour viser les smartphones. À partir d’octobre 2010, les deux compères codent toujours le soir, en plus de leurs journées de travail et de leurs vies de famille.

    V 1, Rotate !


    Six petits mois plus tard, Infinite Fight décolle pour la première fois sur Windows Phone.


    Le pari d’un « vrai » simulateur sur téléphone restait tout de même risqué. La concurrence était faible, certes, mais les téléphones se prêtaient a priori plus aux jeux d’arcade, sans prétention de réalisme, comme en témoigne la multitude de titres de ce type sur les galeries d’applications. « Nous on s’est dit, en lisant une interview d’Austin Meyer qui parlait du succès de son X-Plane sur iPhone, que s’il y arrivait, c’est qu’il y avait un marché. Il devait y avoir des gens intéressés. Alors autant être les premiers sur Windows Phone et voir ce que ça pouvait donner ».

    Deux ans plus tard, force est de constater que le pari est gagné. Aussi bien par la qualité du jeu que par les revenus qu’il génère pour les deux français.

    « Je gagne plus que le salaire américain que je touchais avant »


    À peine un an après le décollage, Matthieu LABAN quitte son emploi salarié en janvier 2012 pour se consacrer à temps plein à l’usine à gaz qu’est le portage sur iOS. Un grand saut dans l’entrepreneuriat dont il peut se féliciter aujourd’hui. Sa société Flying Development Studio est particulièrement rentable. « Je gagne plus que le salaire américain que je touchais avant », avoue-t-il timidement.

    Un jackpot qu’il doit à des taxes sur les sociétés moins élevées aux États-Unis qu’en France et beaucoup à… Apple.

    Mais tout n’est pas tombé tout cuit du ciel et si le projet a été initié grâce à Windows Phone, c’est bien iOS qui nourrit les deux développeurs.


    Une approche de A10 sur un iPad Retina (les feux de la piste sont visibles dans le fond de l'image)

    Retour en août 2011. Les ventes sur Windows Phone ne décollent pas. La nécessité d’une version sur un autre appareil commence à se faire sentir. L’idée première des deux lyonnais était de faire voler le simulateur vers la Xbox 360. Matthieu commence alors le travail sur les commandes (plus question d’utiliser le tactile ou l’accéléromètre) et sur le scalling (pour réadapter les images à la résolution d’une télévision). Concrètement, « on a réalisé l'interface dans Expression Blend, et on a ajouté le code XAML en ressource du jeu. Au runtime, on parse le fichier, et on crée une structure interne de contrôles (grids, buttons, lists, sliders, etc.) qu'on positionne en fonction de la résolution de l'écran et qu'on rend avec un code propre a chaque contrôle, explique Matthieu LABAN. En gros, c'est comme recoder des bouts de WPF ou Silverlight en XNA/OpenGL ».

    Une correspondance chaotique vers iOS et des ajouts à MonoGame


    À une semaine de la sortie, tout fonctionne bien. Mais comme son associé était en vacances en France, Matthieu LABAN se dit qu’en attendant son retour, il pourrait essayer Mono et MonoGame, deux projets qui l’intéressaient mais auxquels il n’avait pas pu consacrer de temps. « J’ai acheté MonoTouch pour voir ce que la compilation pouvait donner. J’ai ouvert le projet Visual Studio avec MonoDevelop (N.D.L.R. : l’EDI qui utilise l’add-on MonoTouch) et j’ai procédé par élimination pour voir ce qui empêchait de bien compiler ».

    Au bout de quelques jours, les menus fonctionnent sur iOS. Mais les parties 3D, elles, posent problème. Pour le résoudre, Matthieu ne fait alors pas dans la demi-mesure. Il prend MonoGame et le complète. Tout simplement. Ses implémentations ont depuis été reversées dans le tronc commun du projet open-source et sont en cours de validation. « J'ai fait le portage en OpenGL ES1 et Philippe a tout repris pour faire la transition a OpenGL ES 2.0, précise Matthieu LABAN. Ça a été un boulot énorme, avec les shaders, tout ça… ».


    Un atterrissage réussi, vu du cockpit

    Le portage vers iOS commence en octobre 2011 et est achevé vers la mi-février. Après un mois de certification ubuesque du côté de chez Apple, la Release pour iPhone, iPad et iPod sort pour la première fois en mars.

    Curieusement, alors que la présence de X-Plane sur iOS avait poussé les deux français à se lancer sur Windows Phone, en mars 2012, ce concurrent ne leur fait plus peur. « Parce que je ne le trouve pas terrible. Et visiblement je ne suis pas le seul quand on voit les commentaires ». Matthieu a la dent dure sur un simulateur qui, même sur PC, est loin d’être son préféré. « Face à Flight Simulator ça aurait été très différent. Mais là, avec les contrôles de X-Plane pour iOS qui ne sont pas intuitifs et le rendu graphique qui n’est pas mis à jour, il y avait de la place ».

    Un autre élément joue en la faveur d’un nouvel entrant sur l’App Store : la collectionnite des amateurs du genre. « Quand on est fan de simulations, on a presque la collection entière. Il y a des titres qu’on préfère, mais on les a tous ». Les plateformes mobiles n’ont pas fait exception. Nombreux sont les passionnés qui ont aujourd’hui à la fois X-Plane et Infinite Flight sur leurs appareils Apple.

    « Une journée sur l’App Store gagne plus qu’un mois sur le Windows Phone Marketplace »


    Beaucoup plus lucratif, ce portage sur iOS assure donc le succès financier de l’entreprise. Car si sur les deux plateformes confondues, l’application a été téléchargée plusieurs dizaines de milliers de fois, ce succès n’est pas nécessairement signe de réussite économique. « Sur Windows Phone, on a beaucoup de Trial (N.D.L.R. : version gratuite limitée), mais quand on regarde bien, on n’a que 10 % de conversion ».

    À l’inverse, la version pour iOS a transformé Infinite Flight en jackpot. « En une journée sur l’App Store, on gagne plus qu’un mois sur le Windows Phone Marketplace », constate un Matthieu LABAN qui avoue pourtant avoir au départ une certaine défiance vis-à-vis d’Apple. Pourtant, l’application ne figure pas dans le Top 400 de l’App Store (pour une raison étrange, Apple ne la met pas en avant alors que d’autres, beaucoup moins téléchargées, le sont régulièrement et atteignent des sommets. « Je n’ose même pas imaginer ce que gagnent ces développeurs-là », souffle Matthieu).


    Le bureau de développeur de Matthieu LABAN

    Du côté des salons, la version Xbox – à laquelle il ne manque qu’une semaine pour être finalisée - est purement et simplement abandonnée. « Comme on n’est pas Xbox Arcade ou je ne sais quoi, on aurait été caché derrière les gros titres Xbox Live ». Et les revenus auraient été faibles.

    Ces rentrées complémentaires auraient cependant pu justifier une dernière petite semaine de travail. Mais la perspective de passer du temps à assurer un support et à répondre aux mails des joueurs en échanges des peu de retombées escomptées a eu raison du projet.

    Pour autant, Matthieu reste un défenseur – non partisan - de Microsoft. Notamment de sa plateforme mobile. « C’est beaucoup plus simple. Pour enregistrer un « developeur device » par exemple, c’est tout bête. Alors qu’avec Apple, c’est une catastrophe. On ne comprend rien, retient-il de son expériences. Après, c’est vrai aussi que je suis fan de l’EDI de Microsoft. Je le trouve génial ».

    Pour la petite histoire, c’est pourtant en développant pour Apple que la version Windows Phone s’est améliorée de manière significative. « Quand on a fait la version iOS, il a fallu prendre en compte l’iPod Touch. C’est l’appareil sur lequel Infinite Flight devait tourner qui a le processeur le plus faible. Ça nous a poussés à pas mal optimiser le code et par ricochet, les performances sur Windows Phone ont augmenté ».

    MonoGame étant l'implémentation a interface identique de XNA, le passage par la case Apple et l’implémentation du contenu de MonoGame a même permis à Matthieu LABAN de mieux comprendre comment l'intérieur d'XNA pouvait fonctionner.


    De nouveaux aéronefs pour allonger la durée de vol du simulateur


    Pour continuer à développer leur société, Matthieu LABAN et Philippe ROLLIN se concentrent aujourd’hui sur de nouveaux appareils à ajouter au simulateur. « On s’est dit dès le départ, les avions on verra plus tard. Sinon on sortira jamais le jeu ». Une manière également de rentabiliser l’application dans le temps avec des aéronefs supplémentaires à 2.99 $ l’unité.

    Au départ ces appareils ont été modélisés par Matthieu lui-même (et un de ses amis) en s’appuyant sur les trois vues - haut, côté, face - rentrées dans un éditeur de modèles 3D. « On trouve ces vues sur le Web, et on compare ensuite avec des photos pour affiner le résultat ». Le SR 22 et le Super Decathlon ont été réalisés avec cette méthode.

    Depuis, les modèles sont commandés à des prestataires sur un site marchand spécialisé. Mais « le problème d’acheter tout fait, c’est qu’il peut y avoir 15 000 textures sur un avion - avec une texture par chaque boulon en 2048 par 2048 - et là ton téléphone, il meurt », rigole Matthieu. Il a donc fallu trouver un prestataire de confiance qui travaille à la commande.

    Cette perle rare, les deux développeurs français l’ont trouvée dans la personne d’un alter-ego inversé : un ingénieur de maintenance de KLM passionné d’informatique qui, sur son temps libre, « fait des modèles de super qualité, sur mesure, avec une ou deux grosses textures par avion ».


    L'A380 dans Infinite Flight

    Mais, ces avions à 2.99 $ posent problème du côté de Windows Phone 7 et 7.5. L’OS ne permet pas le « In App Purchase ». Résultat, c’est la version iOS qui est la plus fournie avec 16 appareils contre seulement 13 pour la boutique de Microsoft. Cette dernière devrait cependant rattraper son retard puisque Windows Phone permet l’achat directement depuis une application.

    Côté Apple, si le « IAP » existe, c’est un autre type de complication qui a posé problème. Et qui a nécessité plus d’un mois de validation entre le gel du code mi-février 2012 et la sortie officielle fin mars.

    Un mois de validation ubuesque sur l'AppStore


    La première version devait en effet arriver avec les IAP. Tout le système de vérification des achats – qui s’appuie sur Windows Azure - fonctionnait à merveille. « Malheureusement, mon code plantait chez Apple. Ça a bloqué un mois à la validation à cause d’un bug qu’aucun des 30 bêta testeurs n’avaient connu, se rappelle Matthieu. Dès l’écran de départ, ça crashait. Ce n’était tout simplement pas possible. Les boutons ne faisaient pas grand chose d'autre que de changer des booléens ! ».

    Une semaine plus tard, Apple le recontacte. Mauvaise nouvelle. À présent, l’application plante toute seule. Sans rien faire. « En fait c’était la connexion à leur réseau qui créait le problème. Le truc impossible à diagnostiquer ! Même un ami qui bosse chez Apple à qui j’avais envoyé l’appli n’a pas pu le reproduire. À la fin on s’est dit qu’on mettrait les avions plus tard ».


    Un plan de vol dans Infinite Flight

    Pour continuer le développement en parallèle, Matthieu LABAN pense à faire une version « light » qui lui a permis de faire plusieurs validations du système d'IAP sans pour autant bloquer les certifications de la version principale. « Comme ça j’avais deux streams de validations », sourit-il.

    Infinite Flight sur iOS sort donc avec 5 aéronefs en natif. Depuis, tout est rentré – miraculeusement – dans l’ordre. Sans que l’on sache vraiment où était l’erreur.

    Sur ce business model complémentaire qui s’appuie sur la vente d’avions, les deux développeurs ont essuyé quelques critiques. « On nous avait prévenus. Il y a toujours des gens qui veulent que tout soit gratuit, regrette Matthieu. On essaye le plus possible de répondre aux remarques. On explique qu’un avion c’est en moyenne 50 heures de vols supplémentaires, qu’intégrer de nouveaux appareils c’est beaucoup de travail. L’A 340, par exemple, nous a pris deux mois entre la commande et l’intégration dans le jeu ». Finalement, la plupart des joueurs comprendraient. « Surtout quand ils se rendent compte que Flying Development Studio c’est deux personnes et pas une grosse structure comme ils le pensent souvent au départ ».

    L’achat de modélisations sur mesure ne dispense en effet pas d’un travail conséquent pour les rendre exploitables par le moteur physique.


    « Nous en gros on sépare l’avion en surfaces volantes (les ailes), détaille Matthieu. Ces surfaces sont ensuite divisées en grosses sections (les volets, les flaps, etc.) puis on ajoute des coupes de portance au début et à la fin de la section. Ensuite on interpole le tout dans le moteur physique ».

    « Augmenter les prix fait fuir les râleurs… »


    Il reste bien sûr des mécontents. « Mais c’est un petit pourcentage, relativise le développeur à qui un ami a donné un conseil : ‘‘Ne regarde pas les râleurs, regarde tes chiffres’’ ».

    Un conseil qui, visiblement, fonctionne bien. « Nous, on ne veut pas arnaquer nos clients. La vraie valeur d’un avion c’est au minimum 3 $. Mais au début, on a eu peur que ce soit trop cher. Alors on l’a mis à 1 $… Et on s’est fait allumer », regrette-t-il.

    Suite au conseil de leur ami, les deux développeurs prennent la décision de passer les avions à 2.99 $. Et le taux de critiques a chuté. « Certains nous envoient même des mails pour payer plus ou nous proposer de l’argent pour intégrer de futurs modèles ! ».

    Et maintenant Android ? Peut-être… mais plus d'avions, le multiplayer et les nuages d'abord


    La suite logique de l’aventure Infinite Flight devrait – pensait-on - être l’arrivée d’une version pour Android.

    Pas si sûr. Le potentiel de monétisation ne convainc en effet pas encore totalement le chef d’entreprise.

    « Déjà, aujourd’hui, on n’a pas besoin d’Android pour vivre, constate-t-il. Et puis certes, chaque jour 900 000 terminaux sont activés (N.D.L.R. : en fait 1,3 million), mais dans le tas, combien y en a-t-il qui n’ont pas un hardware trop faiblard qui peut supporter le jeu et que je peux cibler ? ».


    Sa priorité actuelle reste d’ajouter des avions et d’améliorer le rendu global. Chose que la version 8 de Windows Phone va permettre de faire rapidement avec l’arrivée des shaders. « Sans les shaders, des fois, on doit se plonger dans des tutoriels de 1999 ou 2000, s’étonne encore Matthieu LABAN, avec, on va vraiment pouvoir améliorer les rendus du ciel, du terrain et des brouillards ».

    Autre priorité en tête de sa liste, l’ajout d’un vrai mode multiplayer via Internet « pas comme celui de X-plane qui permet de voler à plusieurs que si les joueurs sont dans la même pièce à portée de Wi-Fi ».

    Pour autant, Matthieu LABAN ne ferme pas totalement la porte à la plateforme de Google.

    « J’ai un Galaxy Nexus avec Ice Cream Sandwich. Alors, oui. J’aimerais bien. Peut-être. Mais on a passé tellement de temps sur le portage vers iOS. C’est un peu une session de déboguage qui n’en finit jamais. On a pas trop envie de repartir là-dedans, avoue-t-il sans détour. En fait, la décision sera très liée à ce que MonoGame fera avec notre code. S’ils le réintègrent et que ça fonctionne bien, on pourra y aller en se disant que ce sera plus simple ».

    Depuis, Matthieu LABAN et Philippe ROLLIN ont commencé ce portage. Mais ils rencontrent déjà de nombreux plantages inexpliqués. « Il va falloir qu'on voit avec Xamarin… ».

    Un possible successeur de Flight Simulateur sur PC de bureau


    Finalement, c’est une autre version qui pourrait faire du bruit. Optimisé, léger, complet - et surtout prêt - « le jeu marche sur Windows, avec des joysticks (N.D.L.R. : le Saitek AV8R et le Logitech Extreme 3D Pro). Je l’ai sur mon ordi à la maison », révèle Matthieu LABAN.

    Pour l’instant, les deux français n’ont pas l’intention de sortir cette version Windows.

    Mais l’arrivée de Windows 8 pourrait changer la donne. « Si XNA fonctionne sur Windows 8 (N.D.L.R. : ce qui ne semble pas être le cas), on verra. Sinon il faudra repasser par MonoGame pour WinRT… ». Une perspective qui n’enchante pas particulièrement le développeur. Mais comme il n’est pas plus emballé par Microsoft Flight - annulé par ailleurs depuis fin juillet - que par X-Plane, Windows 8 et son Marketplace pourraient devenir la prochaine piste d’atterrissage d’Infinite Flight.


    Mais que les passionnés ne s’enflamment pas.

    Le passage sur Windows 8 pourrait viser d’abord – voire uniquement - les tablettes et Windows RT (nouveau Windows pour les architectures ARM). Pour des raisons simples. « Avec Windows RT, il y aura une ou deux résolutions, le support sera assez aisé vu la proximité avec Windows Phone, et le hardware sera standardisé ».

    À l’opposé, gérer le simulateur sur Windows 8 Pro ne sera pas tâche facile vu « la diversité des drivers et des cartes graphiques, les tailles d’écran, la présence d’un joystick ou pas ». Une diversité qui met également des freins à une version Mac. « Les Mac Book Air c’est du Intel. Les Mac Book Pro c’était du ATI, aujourd’hui c’est du NVIDIA », explique Matthieu LABAN.

    Mais cette version pour bureau, même si elle n’est pas en phase d’approche imminente, reste visiblement dans un coin de l’esprit du développeur. « On va regarder de près comment commence Windows 8… et on verra », conclut-il. Ne serait-ce pas la plus belle manière de boucler la boucle – avec un looping parfait - pour un projet dont l’inspiration initiale était d’être le nouveau Flight Simulator ?

    Liens de téléchargements

    Infinite Flight sur iOS

    Infinite Flight sur Windows Phone


    Propos recueillis à Paris, le 22 juin 2012


    NB : un autre petit jeu, Final Approach, est également au catalogue de Flight Development Studio. Très basique, il s’agit en fait d’un essai réalisé avant le simulateur pour prendre en main la plateforme. Il n’a strictement rien à voir avec la qualité ou la maturité d’Infinite Flight.

    Petit extra :


    Un A380 dans un A380 entre LAX et CDG

  2. #2
    Membre actif
    Homme Profil pro Stéphane Gillet
    Développeur informatique
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    61
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme Stéphane Gillet
    Âge : 41
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 61
    Points : 151
    Points
    151

    Par défaut Bravo

    Beau travail, une bien belle aventure avec un succès mérité.

    Bravo

  3. #3
    Membre Expert

    Homme Profil pro Gilles Vino
    Software Developer
    Inscrit en
    mars 2008
    Messages
    1 477
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme Gilles Vino
    Localisation : Royaume-Uni

    Informations professionnelles :
    Activité : Software Developer

    Informations forums :
    Inscription : mars 2008
    Messages : 1 477
    Points : 2 270
    Points
    2 270

    Par défaut

    Excellent article.

    Bravo a eux et bon courage pour la suite.

  4. #4
    Membre Expert
    Avatar de MarieKisSlaJoue
    Homme Profil pro
    Architecte de système d'information
    Inscrit en
    mai 2012
    Messages
    480
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Eure et Loir (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte de système d'information
    Secteur : Industrie Pharmaceutique

    Informations forums :
    Inscription : mai 2012
    Messages : 480
    Points : 1 185
    Points
    1 185

    Par défaut

    C'est en effet une bien belle histoire, comme quoi quand on garde une idée en tête. ça peut payer.
    Ce post à été écrit par un panda

  5. #5
    Membre confirmé Avatar de 4sStylZ
    Homme Profil pro
    Analyste - Développeur
    Inscrit en
    novembre 2011
    Messages
    107
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Analyste - Développeur
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2011
    Messages : 107
    Points : 209
    Points
    209

    Par défaut

    Bravo. Très heureux de savoir que deux mecs vont déboîter 'crosoft!

    Bonne continuation .

  6. #6
    Membre habitué
    Homme Profil pro IBrahim KOLA
    Inscrit en
    novembre 2010
    Messages
    74
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme IBrahim KOLA
    Localisation : France, Haute Vienne (Limousin)

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2010
    Messages : 74
    Points : 132
    Points
    132

    Par défaut

    très bon travail!

  7. #7
    Rédacteur/Modérateur
    Avatar de Laurent.B
    Homme Profil pro Laurent Barbareau
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    novembre 2004
    Messages
    3 228
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme Laurent Barbareau
    Âge : 41
    Localisation : France, Bouches du Rhône (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2004
    Messages : 3 228
    Points : 14 709
    Points
    14 709

    Par défaut

    Bravo les gars
    Bon après faudra s'attaquer aux simulateurs d'hélico, ok ?
    Responsable FAQ Eclipse | Maintiens et développe un des logiciels destinés aux rédacteurs sur developpez.com
    Pensez à cliquer sur le bouton une fois votre problème solutionné, merci.

  8. #8
    Membre Expert
    Avatar de Pelote2012
    Homme Profil pro Yannick Leborgne
    Développeur informatique
    Inscrit en
    mars 2008
    Messages
    802
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme Yannick Leborgne
    Âge : 33
    Localisation : France, Haute Vienne (Limousin)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mars 2008
    Messages : 802
    Points : 1 457
    Points
    1 457

    Par défaut

    La vache... ils sont balaises et tenaces c'est 2 là...
    Un exemple pour qui veut réussir...
    De la patience, du courrage ... un objectif

    Bravo et mes respects
    Si débugger est l'art d'enlever les bugs ... alors programmer est l'art de les créer

  9. #9
    Expert Confirmé Sénior
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    4 842
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 4 842
    Points : 6 241
    Points
    6 241

    Par défaut

    Merci Gordon Fowler très bonne rédaction.

  10. #10
    Membre Expert
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    mars 2011
    Messages
    542
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : mars 2011
    Messages : 542
    Points : 1 040
    Points
    1 040

    Par défaut

    Microsoft faisait travailler plus de cent employés sur les désormais feux « Flight Simulators ». « X-Plane » est conçu par une petite dizaine de personnes. « Infinite Flight » lui, n’a été créé que par deux développeurs.
    Juste pour moduler un peu cette phrase très accrocheuse, l'essentiel le l'équipe de Flight Simulator était plus des "modeleurs" que des développeurs. FS2004 (je ne connais pas les plus récents mais c'est à peu près le même ordre de grandeur) contenait dans sa versions boite à peu près 30.000 aéroports, plusieurs millions de balise radio un peu partout dans le monde et la plupart des lieux notables de cette planète. FS n'a jamais vraiment misé sur la communauté pour créer du contenu (c'est justement ce qui l'a tué), mais plus sur une versions boite "tout en un".

    XPlane au contraire est beaucoup plus ouvert et reçoit en plus de sa très grande communauté le soutient (plus ou moins officiel) d'industriels comme Thales, Dassault, la DGA, Boeing, ... pour créer scène, plugin, ...

    Mais sinon bravo à ces 2 développeurs qui montrent qu'on peut faire autre chose que du angry bird sur IPhone
    La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer. - Antoine de Saint-Exupéry

  11. #11
    Expert Confirmé Sénior
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    4 842
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 4 842
    Points : 6 241
    Points
    6 241

    Par défaut

    Bonjour,
    Citation Envoyé par pyros Voir le message
    Juste pour moduler un peu cette phrase très accrocheuse, l'essentiel le l'équipe de Flight Simulator était plus des "modeleurs" que des développeurs. FS2004 (je ne connais pas les plus récents mais c'est à peu près le même ordre de grandeur) contenait dans sa versions boite à peu près 30.000 aéroports, plusieurs millions de balise radio un peu partout dans le monde et la plupart des lieux notables de cette planète.
    ce n'est pas tout à fait exact à mon avis ; il suffit de voir les crédits dans Fs2004 il y a pas mal de consultants externes.
    Si j'ai un instant j'en ferais une copie d'écran.

    Quant aux balises à condition d'avoir longitude,latitude , fréquence,portée et altitude une personne douée un minimum en programmation peut programmer une moulinette qui lit des données de bases de données ( Jeppesen et autres ) et en faire un fichier .BGL ( pour Flight Simulator 2004)

    Citation Envoyé par pyros Voir le message
    FS n'a jamais vraiment misé sur la communauté pour créer du contenu (c'est justement ce qui l'a tué), mais plus sur une versions boite "tout en un".
    je suis plus ou moins d'accord sur ce qui est écrit ou j'ai mal compris...il suffit de regarder tous les fichiers sur flightsim.com ou avsim.com il y a des tonnes de scènes,avions et un bon paquet commerciaux.
    Donc je ne comprends pas pourquoi tu écris que c'est ce qui l'a tué..
    Citation Envoyé par pyros Voir le message
    XPlane au contraire est beaucoup plus ouvert et reçoit en plus de sa très grande communauté le soutient (plus ou moins officiel) d'industriels comme Thales, Dassault, la DGA, Boeing, ... pour créer scène, plugin, ...
    Fs2004 et FSX ne sont peut-être pas autant ouverts que XPlane mais il existe les SDK ( terrain,objets...) téléchargeables sur le site de Microsoft

  12. #12
    Membre Expert
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    mars 2011
    Messages
    542
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : mars 2011
    Messages : 542
    Points : 1 040
    Points
    1 040

    Par défaut

    Consultant ne veux pas dire développeur. Je parlais de modeleurs au sens très large, c'est à dire personnes chargé de générer le contenue plus que de coder le moteur.

    De même pour récupérer les balises. Comme tu l'as dis, n'importe quel développeur est capable de gérer un fichier dans le bon format à partir d'une BDD. Le problème étant de récupérer la base donnée initial. Ce qui est en général plus un problème politique (licence et autre).

    Pour le contenu communautaire, je ne dis pas qu'il n'y en a pas (y'as qu'a voir à la fnac le nombre d'addon dispo pour FS), mais que ce n'était pas la politique première de FS. Outils et documentation officiel inexistante et quasiment aucun framework pour créer ses plugin.

    XPlane au contraire dispose d'une API C++ assez complète pouvant sortir toute la télémétrie de l'avion, avec même possibilité d'intégrer du code OpenGL dans la render loop

    XPlane se présente plus comme un moteur facilement extensible et FS une solution ready to use. Et lorsque je dis que c'est ce qu'il l'a tué, c'est que la politique de microsoft semble s'inverser avec MS Flight. Proposer une version de base légère extensible par l'ajout (l'achat plus précisément...) de contenu.
    Après pour ce qui est de plugin, je ne sais pas si MS Flight est plus ouvert ou pas que son prédécesseur...
    La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer. - Antoine de Saint-Exupéry

  13. #13
    Expert Confirmé Sénior
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    novembre 2006
    Messages
    4 842
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2006
    Messages : 4 842
    Points : 6 241
    Points
    6 241

    Par défaut

    Citation Envoyé par pyros Voir le message
    Pour le contenu communautaire, je ne dis pas qu'il n'y en a pas (y'as qu'a voir à la fnac le nombre d'addon dispo pour FS), mais que ce n'était pas la politique première de FS. Outils et documentation officiel inexistante et quasiment aucun framework pour créer ses plugin.

    .

    je suis entièrement d'accord avec toi sur ce point
    j'ai toujours trouvé déplorable que Microsoft ne propose pas d'outils dignes de ce monde pour modéliser des avions ou des scènes à la base.
    Avec FS4 il y avait un éditeur d'avions et de scènes, après avec FS5,Fs98 plus rien
    Il y a bien eu Gmax mais c'est un outil externe

  14. #14
    Responsable 2D/3D/Jeux

    Avatar de LittleWhite
    Homme Profil pro Alexandre Laurent
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    mai 2008
    Messages
    15 681
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Nom : Homme Alexandre Laurent
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mai 2008
    Messages : 15 681
    Points : 72 723
    Points
    72 723

    Par défaut

    Vous pouvez dès à présent retrouver cet interview sous forme d'article lisible en PDF et sur vos liseuses numérique.

    Lien interview
    Vous souhaitez participer à la rubrique 2D / 3D / Jeux ? Contactez-moi
    La rubrique a aussi un blog !

    Ma page sur DVP
    Mon Portfolio

    Qui connaît l'erreur, connaît la solution.

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •