+ Répondre à la discussion
Page 6 sur 8 PremièrePremière ... 2345678 DernièreDernière
Affichage des résultats 101 à 120 sur 150

Discussion: Tout à 1 euro !

  1. #101
    Expert Confirmé Avatar de ManusDei
    Homme Profil pro
    esclave du Grand Capital
    Inscrit en
    février 2010
    Messages
    1 280
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 30
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : esclave du Grand Capital

    Informations forums :
    Inscription : février 2010
    Messages : 1 280
    Points : 2 923
    Points
    2 923

    Par défaut

    J'imagine que l'audience y est également pour quelque chose, mais croire qu'ils ne regardent pas les téléchargements serait naïf.

  2. #102
    Acropole
    Invité(e)

    Par défaut

    TF1 regarde les séries en téléchargement ???
    Ils sont au courant que c'est du piratage ?

  3. #103
    Expert Confirmé Avatar de ManusDei
    Homme Profil pro
    esclave du Grand Capital
    Inscrit en
    février 2010
    Messages
    1 280
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 30
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : esclave du Grand Capital

    Informations forums :
    Inscription : février 2010
    Messages : 1 280
    Points : 2 923
    Points
    2 923

    Par défaut

    Soit pas de mauvaise foi. Ils regardent le nombre de téléchargements.

  4. #104
    Expert Confirmé Sénior
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    3 216
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Val d'Oise (Île de France)

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 3 216
    Points : 10 758
    Points
    10 758

    Par défaut

    Citation Envoyé par Marc_27 Voir le message
    Petite précision en plus, je pense qu'au moins 50% de l'interpretation des comédiens sont dans leur voix. Tu change ça et forcement t'as plus son interpretation, mais si celle d'une autre personne (qui peut être aussi bonne, mais c'est plus le même comédien)...
    +1

    Star Wars en anglais, alors même que je connaissais les films par coeur, ça a été une révélation. Les voix de Vador et de Solo sont d'une profondeur qui change quand même drôlement le film.

    Bon, pour The Artist, c'est pas forcément un argument.....
    Les 4 règles d'airain du développement informatique sont, d'après Michael C. Kasten :
    1)on ne peut pas établir un chiffrage tant qu'on a pas finalisé la conception
    2)on ne peut pas finaliser la conception tant qu'on a pas complètement compris toutes les exigences
    3)le temps de comprendre toutes les exigences, le projet est terminé
    4)le temps de terminer le projet, les exigences ont changé
    Et le serment de non-allégiance :
    Je promets de n’exclure aucune idée sur la base de sa source mais de donner toute la considération nécessaire aux idées de toutes les écoles ou lignes de pensées afin de trouver celle qui est la mieux adaptée à une situation donnée.

  5. #105
    Acropole
    Invité(e)

    Par défaut

    Citation Envoyé par ManusDei Voir le message
    Soit pas de mauvaise foi. Ils regardent le nombre de téléchargements.
    C'est de l'humour.

  6. #106
    Expert Confirmé Avatar de Jon Shannow
    Homme Profil pro
    Responsable de service informatique
    Inscrit en
    avril 2011
    Messages
    1 809
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 51
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable de service informatique
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : avril 2011
    Messages : 1 809
    Points : 2 948
    Points
    2 948

    Par défaut

    Citation Envoyé par Barsy Voir le message
    Par contre, si je peux me permettre une remarque : j'ai quand même du mal à comprendre pourquoi il y a 20 minutes de pub avant un film au cinéma
    Un énorme +1 la-dessus.
    Je me souviens que mes premières séances au ciné, il y avait souvent un peu de pub, un petit film (souvent d'animation) avant le film, une ou deux bandes annonces, et le film.
    Aujourd'hui c'est de la pub, encore de la pub et parfois une bande annonce !

    Citation Envoyé par Barsy Voir le message
    Et John Shannow, ce n'est pas non plus une question de langue (bien que je comprenne l'Anglais mais pas suffisamment pour me passer des sous-titres). Plus jeune, je regardais les animes japonais en VOST sans du tout connaitre la langue et je trouve ça mieux que la VF. De même aujourd'hui avec le cinéma où je vais toujours voir mes films en VO même quand la langue originale n'est pas l'Anglais.
    En fait, ce n'était qu'un des exemples pouvant faire qu'une personne n'aime pas la VOST.
    Personnellement, c'est le truc qui me dérange. Exemple, un film anglais, allemand ou espagnol, ne me gêne pas, par contre, de l'italien ou du russe me font abandonner rapidement.

  7. #107
    Membre Expert
    Développeur informatique
    Inscrit en
    avril 2009
    Messages
    462
    Détails du profil
    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : avril 2009
    Messages : 462
    Points : 1 128
    Points
    1 128

    Par défaut

    Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
    Un énorme +1 la-dessus.
    Je me souviens que mes premières séances au ciné, il y avait souvent un peu de pub, un petit film (souvent d'animation) avant le film, une ou deux bandes annonces, et le film.
    Aujourd'hui c'est de la pub, encore de la pub et parfois une bande annonce !
    Ah oui tiens, et pour 10€ la place en plus (12 avec la 3D), le tout dans une ambiance d'usine avec des vrais vigiles hargneux. Et on s'étonne que les gens téléchargent.

    (bon sinon y a un ciné "arts et essais" près de chez moi où on peut s'en tirer pour moins de 5€, par contre faut aimer la VO (ça tombe bien, j'aime)).

  8. #108
    Membre Expert
    Inscrit en
    juin 2006
    Messages
    788
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : juin 2006
    Messages : 788
    Points : 1 276
    Points
    1 276

    Par défaut

    Citation Envoyé par xelab Voir le message
    Ah oui tiens, et pour 10€ la place en plus (12 avec la 3D), le tout dans une ambiance d'usine avec des vrais vigiles hargneux. Et on s'étonne que les gens téléchargent.
    Moi ce qui m'étonne, c'est que malgré le prix et les conditions que tu cites, ça reste très rentable de faire des films...
    Comment se fait-il que l'industrie du cinéma ne soit pas morte, si le téléchargement illégal était aussi nocif qu'on veut bien nous le faire croire ? (notez que ça ne veut absolument pas dire que je suis pour le téléchargement illégal, merci)

  9. #109
    Expert Confirmé Sénior Avatar de Marco46
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    août 2005
    Messages
    1 879
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : août 2005
    Messages : 1 879
    Points : 4 490
    Points
    4 490

    Par défaut

    Citation Envoyé par Anikinisan Voir le message
    Moi ce qui m'étonne, c'est que malgré le prix et les conditions que tu cites, ça reste très rentable de faire des films...
    Comment se fait-il que l'industrie du cinéma ne soit pas morte, si le téléchargement illégal était aussi nocif qu'on veut bien nous le faire croire ? (notez que ça ne veut absolument pas dire que je suis pour le téléchargement illégal, merci)
    Et oui ...

    Et le téléchargement n'augmentera pas beaucoup en volume (je parle pour la France). Vu qu'on est désormais quasiement au maximum de l'adoption d'Internet en France, et que ça fait quelques années, on ne verra pas le téléchargement exploser.

    Mais la droite est capable d'affirmer que c'est grâce à l'action efficace de la HADOPI.

    En fait ce que tu dis, c'est un des premiers arguments qui sort lors des débats sur le téléchargements dans le camp des pro-téléchargements est qui n'est jamais réellement écouté ni débattu :

    L'industrie subit-elle réellement un préjudice lorsqu'un téléchargement dit illégal est effectué ?
    Quelle est la différence entre télécharger un fichier et copier un CD sur une cassette comme on le faisait il y a 20 ans ou graver un CD comme ça se faisait il y a 10 ans (ça se fait toujours mais il y a 10 ans c'était le plein boom) ?
    Comment se fait-il qu'il soit économiquement viable pour les auteurs que j'ai le droit d'enregistrer (sur n'importe quel support) ce qui passe à la télé alors que si ça passe sur Internet je suis un déliquant ? (notez que la redevance, bien que coûtant 120 euros sert essentiellement à financer l'activité du secteur public, en particulier depuis les dernères magouilles de Sa Majesté pour son copain Bouygues)
    Comment se fait-il que l'industrie soit en progression constante dans ses CA et dans ses bénéfices depuis des décennies et qu'on m'affirme que le téléchargement tue les artistes ?

    Dans une société ou la corruption et l'hypocrisie ne règneraient pas en maîtres, ces questions seraient posées et la conclusion (celle à laquelle arrivent la plupart des universitaires qui planchent sur le sujet) serait simple : Le téléchargement n'a pas d'impact sur l'économie. Conclusion : Etandons l'exception à la copie privée aux échanges non-marchands. Il n'y a même pas besoin d'une licence globale.

    Pour terminer, je dirais qu'il y a quelque chose d'outrancier à ce que la force publique aide comme elle le fait les Majors de l'industrie du divertissement compte tenu de leurs bénéfices alors que beaucoup d'entreprises vivent des situations moins privilégiées. Notez que je ne suis pas choqué qu'un état aide une entreprise, certaines entreprises représentent des intérêts stratégiques voire vitaux et qu'il faut donc préserver même lorsque ça va bien, mais ça concerne plutôt l'internationnal.
    Ici il s'agit surtout d'aider une entreprise à continuer de perpétuer son éternel braquage contre sa propre population d'administrés.

    Pour ce qui est de Aubry, ben déjà elle sera pas élue , ensuite la gauche, courageuse comme elle est, n'osera jamais affronter ce genre de lobbys. Elle fera au mieux des déclarations d'intentions comme celle d'Aubry, mais je crois qu'on est parti pour se taper la HADOPI pendant un moment, et on est pas prêt de voir une redevance sur le téléchargement.
    "Toute personne croyant qu'une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste."
    Kenneth E. Boulding

    "/home/earth is 102% full ... please delete anyone you can."
    Inconnu

  10. #110
    Modérateur
    Avatar de Rayek
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    mars 2005
    Messages
    5 195
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Haute Savoie (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : mars 2005
    Messages : 5 195
    Points : 8 202
    Points
    8 202

    Par défaut

    Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
    , et on est pas prêt de voir une redevance sur le téléchargement.
    Si si, ça arrive, les majors veulent que la taxe copie privée soit élargie sur les téléchargements licites (Article lu sur PCInpact, je n'ai pas le lien sous la main la)
    Modérateur Delphi Combattez la brute
    Aucune réponse aux sollicitations techniques par MP

    Le guide du bon forumeur :
    __________
    [Projet en cours] Des unités pour faciliter l'utilisation d'indy : EasyIndy 1.3

  11. #111
    Expert Confirmé Avatar de ManusDei
    Homme Profil pro
    esclave du Grand Capital
    Inscrit en
    février 2010
    Messages
    1 280
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 30
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : esclave du Grand Capital

    Informations forums :
    Inscription : février 2010
    Messages : 1 280
    Points : 2 923
    Points
    2 923

    Par défaut

    Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
    Quelle est la différence entre télécharger un fichier et copier un CD sur une cassette comme on le faisait il y a 20 ans ou graver un CD comme ça se faisait il y a 10 ans (ça se fait toujours mais il y a 10 ans c'était le plein boom) ?
    L'échelle. Avant t'étais obligé de passer par un pote qui avait acheté le CD, donc à partir d'un CD acheté tu te retrouvais avec grand maximum 10 copies. Avec internet, on peut rapidement parler de milliers de copies.

  12. #112
    Acropole
    Invité(e)

    Par défaut

    Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
    Et oui ...

    Et le téléchargement n'augmentera pas beaucoup en volume (je parle pour la France). Vu qu'on est désormais quasiement au maximum de l'adoption d'Internet en France, et que ça fait quelques années, on ne verra pas le téléchargement exploser.

    Mais la droite est capable d'affirmer que c'est grâce à l'action efficace de la HADOPI.
    Discours de politiciens, quand ça marche c'est grâce à eux, sinon c'est la faute des autres et ça aurait été pire sans eux.


    Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
    L'industrie subit-elle réellement un préjudice lorsqu'un téléchargement dit illégal est effectué ?
    Quelle est la différence entre télécharger un fichier et copier un CD sur une cassette comme on le faisait il y a 20 ans ou graver un CD comme ça se faisait il y a 10 ans (ça se fait toujours mais il y a 10 ans c'était le plein boom) ?
    Comment se fait-il qu'il soit économiquement viable pour les auteurs que j'ai le droit d'enregistrer (sur n'importe quel support) ce qui passe à la télé alors que si ça passe sur Internet je suis un déliquant ? (notez que la redevance, bien que coûtant 120 euros sert essentiellement à financer l'activité du secteur public, en particulier depuis les dernères magouilles de Sa Majesté pour son copain Bouygues)
    Comment se fait-il que l'industrie soit en progression constante dans ses CA et dans ses bénéfices depuis des décennies et qu'on m'affirme que le téléchargement tue les artistes ?

    Dans une société ou la corruption et l'hypocrisie ne règneraient pas en maîtres, ces questions seraient posées et la conclusion (celle à laquelle arrivent la plupart des universitaires qui planchent sur le sujet) serait simple : Le téléchargement n'a pas d'impact sur l'économie. Conclusion : Etandons l'exception à la copie privée aux échanges non-marchands. Il n'y a même pas besoin d'une licence globale.
    Premièrement il y'a une question d'échelle et de facilité d'accès. En suite la télé à acheté les droits, donc peut importe que tu enregistre ou que tu regarde, c'est payé. Sauf si ça devient massif, les annonceurs refusant de payer pour une plage horaire peut regardée.
    Les universitaire, d'après ce que tu prétend, ont beau aller dans ton sens, je constate autour de moi qu'un certain nombre de personnes qui ont les moyens préfèrent télécharger que payer, donc oui ça a un impact. Il reste à définir lequel précisément. De plus la gratuité aurait le désavantage d'ajouter aux pertes du piratage celles concernant ceux qui aujourd'hui achètent...

    Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
    Pour terminer, je dirais qu'il y a quelque chose d'outrancier à ce que la force publique aide comme elle le fait les Majors de l'industrie du divertissement compte tenu de leurs bénéfices alors que beaucoup d'entreprises vivent des situations moins privilégiées.[...]
    Ici il s'agit surtout d'aider une entreprise à continuer de perpétuer son éternel braquage contre sa propre population d'administrés.
    Ce n'est pas parce qu'une entreprise fait des bénéfices qu'elle ne doit pas être protégée par la force publique. L'administration judiciaire est au service de tous.
    En suite, pour les bénéfices... La MGM a fait faillite l'année dernière et ne doit sa survie actuelle qu'au système de redressement américain. Donc les bénéfice ne sont pas présents partout dans l'industrie et même une grosse boîte mondialement connue peut se retrouver en faillite.

  13. #113
    Invité
    Invité(e)

    Par défaut

    Citation Envoyé par Acropole Voir le message
    En suite la télé à acheté les droits, donc peut importe que tu enregistre ou que tu regarde, c'est payé. Sauf si ça devient massif, les annonceurs refusant de payer pour une plage horaire peut regardée.
    En fait, l'audience différée des émissions de TV (dans le cas d'enregistrement via un décodeur/enregistreur) est mesurée, et publiée par Mediamétrie. Pour un annonceur, c'est à peu près neutre (en général, le différé est regardé comme le programme d'origine, avec la pub).

    Pour la "catch-up TV" (le différé sur Internet), c'est de l'audience supplémentaire, diffusée sur les sites des chaînes, donc avec de la publicité.

    Et, dans le cas des films, il faut savoir que les droits TV sont souvent considérés comme un "bonus" par rapport aux entrées et aux ventes de DVD. A ce stade (plusieurs années après la sortie, et alors que les DVD sont vendus), la copie gêne moins.

    Francois

  14. #114
    Expert Confirmé Sénior Avatar de DonQuiche
    Inscrit en
    septembre 2010
    Messages
    2 179
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : septembre 2010
    Messages : 2 179
    Points : 4 709
    Points
    4 709

    Par défaut

    Citation Envoyé par Acropole Voir le message
    Les universitaire, d'après ce que tu prétend, ont beau aller dans ton sens, je constate autour de moi qu'un certain nombre de personnes qui ont les moyens préfèrent télécharger que payer, donc oui ça a un impact. Il reste à définir lequel précisément. De plus la gratuité aurait le désavantage d'ajouter aux pertes du piratage celles concernant ceux qui aujourd'hui achètent...
    En même temps, pirater est tellement plus simple et spontané. Si l'on compare ce qui est comparable, à savoir les services de téléchargement légaux et leurs équivalents pirates, que constate t-on ?
    * Les services légaux sont récents. Les services pirates étaient là bien avant eux et jouissent donc d'une meilleure implantation sur le marché.
    * Les services légaux ont un catalogue de quelques centaines de titres. Les services pirates ont des catalogues de dizaines de milliers de titres.
    * Les services légaux t'imposent un logiciel propriétaire, il faut d'abord créer un compte, attendre l'e-mail quand on ne connaît pas F5, fournir les informations bancaires (avec inquiétudes sur la sécurité), supporter d'être traité comme un voleur potentiel, attendre la mise en cache du film (la qualité fournie étant meilleure, le bande passante est aussi plus importante), puis le regarder dans un certain délai (24h, après quoi tu perds ton film) et se taper douze minutes de pub (selon le business model "le beurre et l'argent du beurre"). A côté, tu déboules sur un service pirate et 30s plus tard ton film est en route sous ce bon vieux Flash. Certes dans une qualité pauvre mais, bon, la série américaine moyenne n'est pas non plus une oeuvre d'art.
    * Le service légal est plus cher que son équivalent physique alors même que la structure de coûts est très inférieure ! Le service de piratage coûte 10€ par mois et un enfant de dix ans sait le contourner (j'imagine qu'il suffit d'un auditeur payeur sur 100 pour amortir le service).

    Regardons du côté du jeu PC maintenant. Ce qui sauve la mise de Steam, c'est que le piratage de jeux est plus complexe : plus de risques de trouver un virus, des étapes préalables aussi longues (inscription, téléchargement, etc), absence de patches, copies parfois foireuses, choix restreint de langues, etc. Et pourtant, qu'est-ce que Steam peut être agaçant : toujours à s'incruster quand on ne le veut pas, à vouloir faire une MAJ, à refuser de démarrer, à ralentir ton jeu parce qu'il vient de planter, etc. C'est la protection lourdingue par excellence : le principal ennemi de celui qui veut télécharger légalement des jeux, c'est le service légal de téléchargement des jeux. Un comble ! Ça ne fonctionne que parce que les services sont pires encore. La leçon est intéressante : la gratuité importe peut-être moins que le service : qualité, facilité, instantaéité.

    Alors, face à cette situation désastreuse, pas étonnant que les gens piratent ! Il y a quand une sacrée part de mauvaise volonté de la part des détenteurs des droits qui n'ont pas su, pas voulu ou ont eu peur de satisfaire les nouveaux besoins d'auditeurs qui ne veulent pas se soumettre aux programmations télés ou sagement sortir dans le froid pour louer leur DVD. Ça ne légitime pas le piratage en soi mais ça donne tout de même à réfléchir en se demandant si, vraiment, on veut totalement donner raison à des types qui sont bien décidés à emmerder leurs clients, à ne pas satisfaire leurs demandes et à les plumer autant que faire se peu quitte à venir pleurer dans les robes des députés quand ça ne fonctionne pas.

    Du coup, pour ma part, je défends la recherche d'un consensus qui impliquera, forcément, la légalisation d'une partie au moins du téléchargement. Parce que ces sites ne disparaîtront pas tant que les éditeurs n'auront pas proposé d'alternatives viables et que ces derniers n'en n'ont manifestement pas l'intention. Pour ma part je pense que la solution est de réformer le statut du droit d'auteur en faisant tomber dans une catégorie à part les oeuvres quelques temps après leur sortie, c'est à dire après la phase où elles font le gros de leurs bénéfices (un an par exemple). Dans cette nouvelle catégorie, la diffusion et le partage seraient libres et simplement soumis, dans le cas où le diffuseur (de Youtube à TF1) perçoit une rémunération, à la rétrocession d'une partie de cette dernière.

    A côté de ça, on peut imaginer des taxes, des mécanismes policitico-judiciaires divers pour lutter contre le piratage d'oeuvres récentes ou les services non-coopératifs, etc. Je n'y suis pas opposé dès lors que l'on fait la part des choses en reconnaissant certaines libertés aux internautes.

  15. #115
    Membre Expert
    Développeur informatique
    Inscrit en
    avril 2009
    Messages
    462
    Détails du profil
    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : avril 2009
    Messages : 462
    Points : 1 128
    Points
    1 128

    Par défaut

    Citation Envoyé par DonQuiche Voir le message
    A côté, tu déboules sur un service pirate et 30s plus tard ton film est en route sous ce bon vieux Flash. Certes dans une qualité pauvre mais, bon, la série américaine moyenne n'est pas non plus une oeuvre d'art.
    Cela a déjà été dit dans la discussion: on trouve de tout dans le "piratage", y compris la qualité technique (que ce soit pour la musique ou les films). Sur les newsgroup on a quasiment tout en lossless et HD, avec une vitesse de téléchargement très confortable.

  16. #116
    Invité
    Invité(e)

    Par défaut

    Citation Envoyé par DonQuiche Voir le message
    Pour ma part je pense que la solution est de réformer le statut du droit d'auteur en faisant tomber dans une catégorie à part les oeuvres quelques temps après leur sortie, c'est à dire après la phase où elles font le gros de leurs bénéfices (un an par exemple).
    Même si j'en comprends la logique, je trouve cette idée, appliquée à tout le droit d'auteur, un peu terrifiante...

    Au fond cela revient à dire qu'une oeuvre ne peut rapporter à son auteur que si elle est immédiatement rentable (un an, c'est très court). C'est un peu la garantie d'une production encore plus pauvre, commerciale et court-termiste.

    Egalement, j'ai du mal à voir comment un tel système ne serait pas détourné par les diffuseurs. Si, en attendant un an, je me dédouane de la plupart des paiments de droits, j'ai intérêt à attendre. Aujourd'hui, comme les droits durent très longtemps, ce calcul est moins rentable (et encore, on a bien eu deux guerres des boutons cette année), mais avec un délai très court, j'ai du mal à voir comment les diffuseurs n'en profiteraient pas pour ne presque plus rien reverser aux auteurs...

    On peut discuter sur la validité du droit d'auteur quand celui ci continue à générer des rentes un demi siècle après la mort de l'auteur, mais le réduire à quelques années?

    Francois

  17. #117
    Expert Confirmé Sénior Avatar de Marco46
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    août 2005
    Messages
    1 879
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : août 2005
    Messages : 1 879
    Points : 4 490
    Points
    4 490

    Par défaut

    Citation Envoyé par fcharton Voir le message
    Même si j'en comprends la logique, je trouve cette idée, appliquée à tout le droit d'auteur, un peu terrifiante...

    Au fond cela revient à dire qu'une oeuvre ne peut rapporter à son auteur que si elle est immédiatement rentable (un an, c'est très court). C'est un peu la garantie d'une production encore plus pauvre, commerciale et court-termiste.

    Egalement, j'ai du mal à voir comment un tel système ne serait pas détourné par les diffuseurs. Si, en attendant un an, je me dédouane de la plupart des paiments de droits, j'ai intérêt à attendre. Aujourd'hui, comme les droits durent très longtemps, ce calcul est moins rentable (et encore, on a bien eu deux guerres des boutons cette année), mais avec un délai très court, j'ai du mal à voir comment les diffuseurs n'en profiteraient pas pour ne presque plus rien reverser aux auteurs...

    On peut discuter sur la validité du droit d'auteur quand celui ci continue à générer des rentes un demi siècle après la mort de l'auteur, mais le réduire à quelques années?

    Francois
    Je suis assez d'accord, l'effet pervers d'un tel système serait un accroissement du court-termisme.

    Bien que je persiste à dire que les échanges non-marchands devraient être légaux, baisser fortement la durée du droit d'auteur, au moins pour les "produits" culturels serait un grand pas en avant pour l'intérêt du public.
    "Toute personne croyant qu'une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste."
    Kenneth E. Boulding

    "/home/earth is 102% full ... please delete anyone you can."
    Inconnu

  18. #118
    Invité
    Invité(e)

    Par défaut

    Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
    Bien que je persiste à dire que les échanges non-marchands devraient être légaux,
    Il me semble qu'il y a toujours eu une tolérance dans ce sens. Par exemple, prêter un livre, un disque ou un DVD à un ami n'a jamais été pénalisé, et les bibliothèques, qui institutionnalisent ce système, n'ont jamais été attaquées par les éditeurs.

    Le problème se pose quand on change d'échelle, et parce que la frontière entre "marchand" et "non marchand" est très ténue.

    Au fond, en quoi une chaîne comme TF1, qui ne facture pas les films qu'elle diffuse mais se rémunère sur l'audience qu'ils génèrent serait elle plus marchande qu'un site communautaire qui fait du traffic parce qu'on y partage des fichiers et se rémunère sur la pub (ou la vente de son fond de commerce à Google...)?

    Peut être que le bon concept n'est pas le fait que l'activité soit marchande ou non, mais son échelle, et le fait qu'elle est ou non anonyme (dans le sens où TF1 ne connait pas personnellement ses auditeurs, pas plus que le P2P connait ses destinataires)

    Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
    baisser fortement la durée du droit d'auteur, au moins pour les "produits" culturels serait un grand pas en avant pour l'intérêt du public.
    Quel sens donnes-tu au mot intérêt?

    Francois

  19. #119
    Expert Confirmé Sénior Avatar de Marco46
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    août 2005
    Messages
    1 879
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : août 2005
    Messages : 1 879
    Points : 4 490
    Points
    4 490

    Par défaut

    Citation Envoyé par fcharton Voir le message
    Il me semble qu'il y a toujours eu une tolérance dans ce sens. Par exemple, prêter un livre, un disque ou un DVD à un ami n'a jamais été pénalisé, et les bibliothèques, qui institutionnalisent ce système, n'ont jamais été attaquées par les éditeurs.

    Le problème se pose quand on change d'échelle, et parce que la frontière entre "marchand" et "non marchand" est très ténue.
    Non elle ne l'est pas. S'il y a de l'argent dans le circuit, il y a commerce.

    Citation Envoyé par fcharton Voir le message
    Au fond, en quoi une chaîne comme TF1, qui ne facture pas les films qu'elle diffuse mais se rémunère sur l'audience qu'ils génèrent serait elle plus marchande qu'un site communautaire qui fait du traffic parce qu'on y partage des fichiers et se rémunère sur la pub (ou la vente de son fond de commerce à Google...)?
    Dans les 2 cas il y a commerce. Les 2 activités profitent du "trafic" généré par les films pour dégager un revenu. Il s'agit donc d'un usage commercial.

    Soyons très clair, un site proposant des films au téléchargement, ou même des liens vers du direct download, qui n'est pas totalement gratuit et pour lequel les administrateurs du site ne touchent pas ZERO euros devrait être poursuivi et condamné.

    Citation Envoyé par fcharton Voir le message
    Peut être que le bon concept n'est pas le fait que l'activité soit marchande ou non, mais son échelle, et le fait qu'elle est ou non anonyme (dans le sens où TF1 ne connait pas personnellement ses auditeurs, pas plus que le P2P connait ses destinataires)
    L'échelle n'est pas un argument. Lorsque la radio est apparue les maisons de disque ont sorti exactement le même argument pour dire que le ciel allait leur tomber sur la tête. Vous comprenez mon bon monsieur c'est que les gens vont entendre plein de fois gratuitement les meilleurs titres des meilleurs artistes, pourquoi donc iraient-ils acheter les disques ?

    De prime abord ça parait logique, si on te passe le tube de l'été à la radio toute la sainte journée pourquoi donc aller acheter le disque ?
    Et pourtant on constate que non seulement ça n'affecte pas les ventes, mais en plus ça contribue à les booster. Etonnant paradoxe non ?

    Pour moi le phénomène est identique avec le partage de fichiers sur Internet. Ils sont juste un peu lent à la comprenette. Mais c'est normal ils (enfin elles, les majors) ont fait ça à chaque évolution technologique.

    EDIT : Pour le P2P rien ne t'empeche de connaitre tes destinataires. Tout dépends tu configures ton appli. Mais c'est vrai qu'avec leurs IP dynamiques à la con les FAI ne font rien pour nous faciliter de faire les choses proprement, pareil avec le débit asymétrique.

    Citation Envoyé par fcharton Voir le message
    Quel sens donnes-tu au mot intérêt?
    Euh .... Intérêt ? Je vois pas trop quoi dire ...

    Un exemple, pourquoi Brassens n'est pas dans le domaine public ? Pourquoi Walt Disney n'est pas dans le domaine public ? etc ...

    Tout ces gens sont morts. L'accès à leurs oeuvres devraient être gratuit. Je parle pas du cout de fabrication du support physique, je parle seulement des droits d'auteurs. L'auteur est mort bordel.

    Et dans le même esprit, je ne trouve pas normal qu'un artiste profite de droits sur un truc qu'il a écrit il y a plus de 10 ans (à la louche, c'est un ordre d'idée). Ne pas oublier que le droit d'auteur est une concession de la société faite aux créateurs pour les protéger des éditeurs. Il ne s'agit pas d'une rente à vie ou d'un droit au racket (exercé de nos jours par les ayants droits c'est à dire les éditeurs ). Dans ce contexte ce que je propose semble parfaitement cohérent. Non ?
    "Toute personne croyant qu'une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste."
    Kenneth E. Boulding

    "/home/earth is 102% full ... please delete anyone you can."
    Inconnu

  20. #120
    Acropole
    Invité(e)

    Par défaut

    Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
    L'échelle n'est pas un argument. Lorsque la radio est apparue les maisons de disque ont sorti exactement le même argument pour dire que le ciel allait leur tomber sur la tête. Vous comprenez mon bon monsieur c'est que les gens vont entendre plein de fois gratuitement les meilleurs titres des meilleurs artistes, pourquoi donc iraient-ils acheter les disques ?
    Les possibilités d'internet sont totalement différente car il y'a possibilité de copier l'oeuvre et/ou de la visionner n'importe quand en intégralité. La radio ne passe pas la totalité des oeuvres, celles-ci étant coupée par des pubs, il faut être là au bon moment, toutes les oeuvres n'y sont pas diffusées et ne le sont plus après un certains temps, sauf exception.
    Le confort et la facilité procurés par internet changent la donne.

    Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
    Un exemple, pourquoi Brassens n'est pas dans le domaine public ? Pourquoi Walt Disney n'est pas dans le domaine public ? etc ...
    En partie d'accord, sauf concernant leurs dernières oeuvres. Stanley Kubrick par exemple est mort le 7 mars 1999, son dernier film sort le 16 juillet 1999, 4 mois après sa mort.
    Il est donc tout a fait logique et pertinent que le droit d'auteur continu un certain temps après la mort de l'auteur.
    Après, que ce soit 10 ans, 50 ou 75, c'est une question épineuse, tout comme que ce droit soit a compter de la mort de l'auteur ou de la date de parution de l'oeuvre.
    En tous les cas, je pense que le droit d'auteur doit être conservé toute la vie de l'auteur, ne serrait-ce que pour empêcher que certains se fassent du fric sur le dos d'un autre sans lever le petit doigt, mais qu'il soit caduc après un certains délais en cas de diffusion gratuite, par exemple.
    Il faudrait aussi pouvoir prolonger ce droit pour les oeuvres lourdes comme les films, séries télé et jeux vidéos pour donner une chance de rentabilisation, sans aller jusqu'à un droit illimité si la rentabilité n'est jamais atteinte.

    Par exemple un droit d'auteur plein durant 20 ans après la parution de l'oeuvre.
    Après, droit limité en cas d'utilisation commerciale, domaine public pour l'utilisation gratuite, jusqu'à la mort de l'auteur (des auteurs pour les oeuvres collectives ?)

    Citation Envoyé par fcharton Voir le message
    Au fond, en quoi une chaîne comme TF1, qui ne facture pas les films qu'elle diffuse mais se rémunère sur l'audience qu'ils génèrent serait elle plus marchande qu'un site communautaire qui fait du traffic parce qu'on y partage des fichiers et se rémunère sur la pub (ou la vente de son fond de commerce à Google...)?
    La différence est que TF1 rémunère ceux qui ont bossé et dépensé pour que l'oeuvre existe.

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •